Aller au contenu


? Il n?y a pas de petit match ?


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 Guest_rugbysolidarite_*

Guest_rugbysolidarite_*
  • Invité

Posté 26 septembre 2003 - 13:59

26/09/2003


Bernard Laporte : ? Il n?y a pas de petit match ?

Alors que l??quipe de France s?envole lundi soir pour l?Australie, Bernard Laporte est d?j? entr? dans la comp?tition. Pour lui, un seul mot d?ordre : se concentrer sur le premier match contre les Fidji et gagner.


Finalement, except? Pieter De Villiers, vous allez pouvoir emmener tous vos joueurs en Australie. Avez-vous eu peur de devoir vous passer de certains sur blessure ?
Bernard Laporte.- Si je r?ponds non ? votre question, je suis un menteur. Nous avons besoin de tout le monde. J?ai eu peur de lorsque Sylvain (Marconnet, ndlr) s?est bless? car nous avions d?j? perdu Pieter. Si Sylvain avait d? d?clarer forfait, il aurait fallu rappeler quelqu?un qui n?aurait pas du tout particip? ? la pr?paration. Cela aurait ?t? difficile. Je suis satisfait que Xavier (Garbajosa, ndlr), pour qui aussi nous avons craint, et Sylvain fassent partie du voyage.


Quel va ?tre votre r?le dans la gestion de la vie quotidienne une fois sur place avec ces trente gar?ons ?
B. L.- Une chose est s?re, c?est que j?aurais du mal ? jouer le r?le de la maman. Il va falloir trouver un juste milieu entre la rigueur et la libert?. ? nous de trouver les bonnes doses de chaque ?l?ment pour que chacun puisse trouver sa place. Une Coupe du monde, c?est long. Encore plus long qu?une tourn?e.


L?exp?rience tent?e par le s?lectionneur de l??quipe de France de basket de laisser ses joueurs autonomes durant la comp?tition ne vous a-telle pas effleur? l?esprit ?
B. L.- Impossible, nous avons trente joueurs, ce serait l?anarchie. Il faut des r?gles. Au basket, c?est plus facile, ils ne sont que cinq.


Vous sembliez impatient de vous envoler pour l?Australie. Vrai ou faux ?
B. L.- Vrai, car cela fait un mois et trois semaines que nous travaillons pour cette comp?tition. Aujourd?hui, nous avons h?te de rentrer dans le vif du sujet. Nous commencions aussi ? saturer de toutes les obligations que nous avions ici avec les journalistes et toutes les autres sollicitations. Nous avons besoin de nous retrouver ensemble. Rien que nous.


Selon vous, ? quoi peut-on s?attendre lors de cinqui?me Coupe du monde ?
B. L.-Les Anglais et les N?o-Z?landais sont en p?le position pour parler comme en Formule 1. Mais Schumacher, m?me lorsqu?il se trouve sur la premi?re ligne, ne gagne pas toujours. De notre c?t?, nous nous attachons ? bien pr?parer cette premi?re rencontre face aux Fidjiens. Nous prenons ce match tr?s au s?rieux. Une Coupe du monde ne d?bute pas en quart de finale, m?me si nous allons monter crescendo. Il n?y a pas de petit match dans une telle comp?tition.


Peut-on assister ? des changements au niveau du jeu ?
B. L.- Je crois que le jeu a beaucoup ?volu? depuis 1999. Aujourd?hui, les Anglais sont pass?s ma?tres dans la conservation du ballon. Ils rendent tr?s peu de ballons au pied et sont capables de d?stabiliser n?importe quelle ?quipe. Je pense que beaucoup d?essais seront marqu?s sur des ballons de r?cup?ration car les d?fenses sont mieux organis?es qu?il y a quatre ans. Il faudra se m?fier des contres et ?tre pr?ts physiquement car le temps de jeu a augment? sensiblement. Je crois savoir que le temps de jeu effectif en 1999 ?tait de 25 minutes par match alors qu?aujourd?hui, il est de 32. Tout augmente (il sourit).

Propos recueillis par Arnaud BEURDELEY, envoy? sp?cial




5 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 members, 5 guests, 0 anonymous users