Aller au contenu


Photo

Boycott j'ai rien compris


Ce sujet a été archivé. Cela signifie que vous ne pouvez pas répondre à ce sujet.
17 réponses à ce sujet

#16 fossoyeur.jones

fossoyeur.jones

    Joueur de promotion

  • Membres
  • PipPipPipPipPip
  • 633 messages

Posté 12 avril 2007 - 19:18

Décidemment tu ne veux pas comprendre.
Oui, les clubs gagnent de l'argent avec les Coupes d'Europe, mais très peu par rapport à ce qu'elle rapporte.


A savoir? Combien rapporte la H-Cup à la fédé? Combien rapporte-t-elle aux club? C'est sympa d'affirmer que c'est peanuts pour les club mais avec des chiffres on comprendrait peut-être mieux.....

Par ailleurs, m'avait semble entendre Blanco expliquer que la LNR ne voulait pas plus d'argent... Lui non plus, il a du mal comprendre :lol:

#17 Marco Polo

Marco Polo

    Joueur de promotion

  • Membres
  • PipPipPipPipPip
  • 729 messages

Posté 12 avril 2007 - 21:03

Lettre de Sergio au chef de l'IRB sur le site de la LNR

COMMUNIQUE DE PRESSE

4/11/2007
par Ligue Nationale de Rugby


Serge BLANCO, Président de la Ligue Nationale de Rugby, a tenu à adresser la lettre suivante au Président de l’IRB suite au communiqué qu’il a publié lundi 9 avril.

Aucun autre commentaire ne sera fait par le Président de la LNR


Paris, le 11 avril 2007

Monsieur le Président,

La passion du rugby pousse toujours à l’excès.
Mais dans le cas présent, certains passages de votre communiqué du 9 avril s’apparentent à une agression verbale en règle, venant d’une personne qui doit normalement être le juge de paix du rugby mondial.

Dès lors, comment rester insensible à une telle violence, à ce règlement de comptes bien ciblé contre les clubs anglais qui, très stratégiquement, auraient eu la subtilité et l’intelligence de détourner du droit chemin les clubs français et son petit Président influençable ...

Ces paroles ne sont pas à la hauteur de la position du plus haut dirigeant du rugby mondial, et sont surtout très éloignées de ce que le monde du rugby attend de l’IRB face à la situation que nous vivons actuellement.

Mais laissons cette plaisanterie de mauvais goût de côté pour ne s’occuper que de ce qui nous intéresse, c'est-à-dire le rugby.

La grande préoccupation des clubs à ce jour, c’est leur avenir.

Au cas où vous ne le sauriez pas, depuis plus d’un an, nous discutons pour obtenir une reconnaissance des clubs à travers une participation à l’actionnariat de l’ERC qu’une seule fédération conteste aujourd’hui, la RFU, alors que quelques mois auparavant nous avions trouvé, toutes parties confondues, un accord.

Ce manquement à la parole donnée est d’autant plus incompréhensible et inacceptable pour les clubs, que nous ne demandons ni davantage d’argent, ni de prendre le « pouvoir », mais simplement d’être reconnus comme des partenaires à part entière, aux côtés des fédérations, dans l’organisation d’une compétition à laquelle nous participons.

La demande des clubs est donc parfaitement légitime et ne justifie en rien que vous les présentiez comme des égoïstes frondeurs, animés de soit disant projets cachés de déstabilisation de la gouvernance du rugby.

Je tiens à vous rappeler qu’au sein du Comité Directeur de la Ligue Nationale de Rugby, les représentants des joueurs et des entraîneurs professionnels se sont prononcés de la même façon que les représentants des clubs. Mais peut-être eux aussi sont-ils inconscients ou manipulés pour priver ainsi délibérément leurs membres de l’intérêt sportif, médiatique, et financier d’une telle compétition ?

Par ailleurs, alors que les problèmes liés à l’organisation du rugby international sont multiples, personne ne peut reprocher à la Ligue Nationale de Rugby d’avoir contesté l’autorité sportive des fédérations, ni d’avoir porté ces problèmes en-dehors des institutions du rugby. Au contraire, la LNR n’a de cesse de solliciter un dialogue et une implication des structures professionnelles dans l’IRB, malheureusement sans succès …

Ingérence du Président de la Ligue Nationale de Rugby ? Pourquoi ?

Parce que je défends les intérêts des clubs qui ont pris des risques pour multiplier leur budget par 10 en neuf petites années, qui ont investi dans leurs infrastructures, et qui craignent aujourd’hui pour leur avenir parce qu’ils ont le sentiment qu’on leur cache la vérité ?

Parce que nous voulons continuer à vivre ?

Parce que grâce à nous 900 joueurs (sans compter leurs entraîneurs et autres salariés des clubs) vivent en France de leur nouveau métier dont de nombreux joueurs étrangers qui en font bénéficier leur équipe nationale ?

C’est nous qui l’avons mise en place cette Coupe d’Europe. Avec nos tripes, nos idées, nos équipes, nos supporters, nos partenaires. Sans l’engagement permanent des clubs ou provinces italiens, anglais, français, gallois, écossais et irlandais, cette compétition n’aurait jamais connu un tel succès et sa notoriété actuelle. Les clubs français sont donc comme les autres participants très attachés à cette compétition et souhaitent qu’elle continue à se développer.

Mais il est temps de parler un langage de vérité. C’est tout simplement ce langage que tiennent les clubs lorsqu’ils demandent qu’on les reconnaisse en devenant membres de l’ERC.

Et puisque vous m’en donnez l’occasion, permettez moi de vous dire ce que pensent les gens qui sont sur le terrain.

Les structures de base du rugby professionnel ont le sentiment d’être ignorées. Aucune relation directe ni lieu d’échange ou de concertation n’a été instauré par l’IRB. Les problèmes que soulève ce nouveau secteur professionnel sont sans réponse depuis plusieurs années et cela nous fatigue. Parlez moi de la règle 9, du calendrier, de la représentation du secteur professionnel au sein de l’IRB, de l’organisation des Tournées, de la dissociation des sanctions disciplinaires, des assurances des joueurs sélectionnés, de l’aide aux nations défavorisées, de la règle de carence en mêlée, … et j’en passe.



Et aujourd’hui vous avez l’outrecuidance de me donner une leçon de respect.
Pour moi le respect c’est de sauvegarder et d’organiser les intérêts du plus grand nombre, pour le bien du rugby et de son développement. Cela commence par l’organisation des instances, en continuant par les compétitions, les structures qui y participent, les partenaires, les médias, les supporters.

J’aime ce que je fais, et je n’en tire aucun profit personnel. Sachez que je garderai toujours ma façon de penser et de m’exprimer, que je sois ou non directement lié au rugby.

Alors, monsieur le président, reprenez votre habit de juge, arrêtez de condamner, et prenez à bras le corps les problèmes et les non dits qui minent aujourd’hui notre sport.

Sportivement,
Serge BLANCO

Une traduction en anglais de ce courrier sera disponible demain matin sur www.lnr.fr

#18 Billy

Billy

    Joueur de 3ème série

  • Membres
  • PipPip
  • 91 messages

Posté 12 avril 2007 - 22:33

je crois que c'est un combat légitime que fait Blanco! Mais je me demande aussi s'il ne sert pas les intêrets de Biarritz, club qui ne fait pas parti des grands clubs de formation, où les structures ne sont pas au top. Deplus, être actionnaire de la HCup, le danger n'est-il pas de se retrouver avec toujours les même clubs dans la compétition? Et même s'il dit qu'il ne reclame pas plus d'argent, si les clubs deviennent actionnaires, ils toucheront forcément plus d'argent, et donc les petits clubs qui peuvent pas y participer auront peu d'argent et galèreront plus. Biensûr, c'est déjà le cas, mais là ce sera pire!