Aller au contenu


Photo

2008 leur appartient


Ce sujet a été archivé. Cela signifie que vous ne pouvez pas répondre à ce sujet.
6 réponses à ce sujet

#1 Uderzo

Uderzo

    Mangeur de rillettes

  • QG
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 25 180 messages

Posté 29 décembre 2007 - 19:35

Certains diront que ce topic serait mieux dans la section "articles de presse", seulement voilà....

l'année 2008 s'annonce riche pour l'asm, ses joueurs, l'encadrement de l'équipe de france (qui aimerait mettre en place un jeu ambitieux), ou tout du moins, que les spectateurs et les acteurs prennent du plaisir.... :flowers:



#2 rueducourage

rueducourage

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 15 106 messages

Posté 29 décembre 2007 - 21:38

JE n'aime pas bcp cette pression mise sur juju...mais c tres journalistique...

je vois plutot une enorme opportunité pour lui de pousuivre son ascension, de te façon on sait dejà qu'il ira le plus haut possible esperons que chance et reussite seront au rdv...car pour ce qui est de l'humilité et du travail, il est au top !!

#3 birdie

birdie

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 15 445 messages

Posté 30 décembre 2007 - 08:23




coooooooooooool !!!!!!!!!!!!!!!!!!! :flowers:


{Je viens de me rendre compte que y'a déjà un sujet dans le bar des sports... désolé les modos....}

#4 frednirom

frednirom

    le Var est dans le fruit.

  • Modérateurs
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 30 026 messages

Posté 30 décembre 2007 - 11:53

Ils vont faire 2008
Pierrick TAISNE - samedi 29 décembre 2007 - 15h05

De Julien Malzieu à Brian Ashton, en passant par Marc Lièvremont et Percy Montgomery, plusieurs personnalités sont attendues au tournant l'année prochaine. Une année importante pour nos huit joueurs ou entraîneurs.

A lire aussi :

> Ils ont fait 2007






Brian Ashton
« J'ai eu l'impression que j'avais son soutien et j'ai estimé que nous étions dirigés. C'est un gars qui nous a amené en finale de la Coupe du monde, et qui, durant un laps de temps très court, nous a fait progresser à pas de géant, il est largement à la hauteur de sa tâche. » Le compliment signé Jonny Wilkinson a sans doute eu son importance lorsqu’il a fallu renégocier le contrat de Brian Ashton. L’entraîneur du XV de la Rose, finaliste du dernier Mondial, a finalement vu son bail à la tête de l’équipe anglaise se prolonger. Arrivé à la tête du XV de la Rose après le limogeage d’Andy Robinson en fin d’année passée, l’ancien coach de Bath a logiquement bénéficié des bons résultats de ses joueurs lors de la dernière Coupe du monde. Au fond du trou voilà encore quelques mois, ses joueurs avaient alors atteint la finale au terme d’un parcours ponctué notamment par les victoires contre l’Australie et la France. Ainsi, même s'il doit préparer la Coupe du monde 2011, Brian Asthon travaillera sur le plus long terme. Le directeur du rugby anglais, Rob Andrew, a en effet annoncé que le technicien bénéficiait d'un CDI. A lui de justifier cette confiance.



Robbie Deans
L’Australie semble avoir retenu la leçon. Contrariée après le départ d’Eddie Jones, parti exercer ses talents chez les Sud-Africains, la Fédération a décidé d’innover à son tour. Pour la première fois de son histoire, l’Australie aura en effet un technicien étranger à sa tête. Le Néo-Zélandais Robbie Deans a ainsi été nommé sélectionneur, succédant à John Connoly, démissionnaire après son échec en Coupe du monde et une élimination en quarts de finale contre l’Angleterre. Une petite surprise quand on sait que le principal intéressé avait dans un premier temps refusé de prendre en main la sélection, acceptant néanmoins une collaboration avec la Fédération australienne. L’ancien international aux cinq sélections a donc revu ses projets et s’est engagé pour les quatre prochaines années. Soit jusqu’à la prochaine Coupe du monde qui aura lieu sur ses terres néo-zélandaises. Une Coupe du monde qu’il aura pour mission de remporter. Un gros défi.



Graham Henry
Graham Henry restera deux ans de plus à la tête des All Blacks. Malgré l’élimination précoce des Néo-Zélandais en quarts de finale de la Coupe du monde, la Fédération a tenu à démontrer sa volonté d’effacer des mémoires le douloureux épisode de Cardiff. Une première. En effet, avant lui, aucun sélectionneur n’avait poursuivi ses fonctions après un échec en Coupe du monde. Si la concurrence pour le poste le plus convoité du monde était rude, le palmarès et le vécu du natif de Christchurch constituaient un gage de qualité. En concurrence avec Robbie Deans, Colin Cooper et Ian Foster, le titulaire du poste a ainsi bénéficié de son passé à la tête d’une des meilleures équipes du monde. Mais son contrat de deux ans ne lui assure pas une présence pour le Mondial 2011 sur les terres néo-zélandaises. Il devra convaincre et remporter les Tri-Nations pour avoir la chance de soulever, enfin, la Coupe Webb-Ellis.



Marc Lièvremont
La page Bernard Laporte est désormais tournée. Place au trio Lièvremont-Ntamack-Rentière pour prendre en main l’équipe de France. Après avoir longtemps brouillé les pistes, le futur président de l’IRB Bernard Lapasset a donc jeté son dévolu sur les deux anciens internationaux, finalistes de la Coupe du monde 1999. A ceci près que c’est Marc Lièvremont qui est bien le patron, Emile Ntamack se voyant confié la charge des arrières, et Didier Retière, l'entraîneur de l'équipe de France des moins de 21 ans, prendra en charge les avants. Sans avoir le vécu ou le palmarès des Guy Novès, Patrice Lagisquet ou Philippe Saint-André, Marc Lièvremont (38 ans, 25 sélections) et Emile Ntamack (37 ans, 46 sélections) sont pourtant loin d’être des « bleus ». Les deux hommes ont déjà fait leur preuve à la tête des internationaux de moins de 21 ans, de 2001 à 2005 pour le premier, le second prenant la relève avec à la clé un titre mondial en 2006 avec la génération de l’ouvreur Lionel Beauxis. Mais entre Dax, où Lièvremont a fait ses gammes d’entraîneur, et les jeunes français, il y a une classe d’écart. Le Tournoi arrivant à grands pas, le nouveau staff aura l’occasion de rapidement rentrer dans le dur.



Julien Malzieu
Ce n’est un secret pour personne. Le nouveau staff de l’équipe de France compte donner sa chance à de nouveaux joueurs et à la garde montante du rugby français. Ainsi, les Montpelliérain Trinh-Duc, Picamoles ou Ouedraogo sont pistés. Tout comme les Clermontois Floch, Jacquet ou Malzieu. Ce dernier semble d’ailleurs posséder une longueur d’avance sur tout les autres. Si, comme ses coéquipiers auvergnats, il bénéficie de la très bonne saison de Clermont, il a également prouvé que le talent n’attend pas le nombre des années. Au club depuis 2004, l’ailier de 25 ans enchaîne les bonnes performances avec toujours plus de régularité. Auteur de trois essais en treize matchs en 2005-2006, il a passé la ligne à neuf reprises la saison dernière pour 23 rencontres. S’il n’a pas encore marqué cette année en quatre matchs, son numéro contre Toulouse sur l’essai de Marius Joubert a montré qu’il n’avait rien perdu de ses jambes. On ne devrait pas attendre longtemps pour le voir avec la tunique bleue sur les épaules.



Percy Montgomery
Un champion du monde à Perpignan. La nouvelle a fait sensation du côté de l’USAP. Comme bon nombre de ses compatriotes (John Smit à Clermont, Victor Matfield à Toulon, Ashwin Willemse, en attendant Bryan Habana à Bayonne), l’arrière des Springboks a décidé de donner un nouveau virage à sa carrière et ainsi de signer en France. Touché à un genou lors de la finale de la Coupe du monde, et contraint de se reposer quelques temps, il n’a néanmoins pas pris part au mauvais début de saison de sa nouvelle équipe. De quoi éveiller encore plus les attentes des supporters perpignanais. Mais après avoir participé au début du mois de décembre à son premier entraînement collectif, le grand blond a fait ses premiers pas sous ses nouvelles couleurs le 15 décembre en H Cup. Avec forcément l’ambition de bien faire. « Je veux apporter mon expérience et mon professionnalisme sur et en dehors du terrain, disait-il lors de sa présentation à la presse. J'espère en faire profiter les jeunes autour de moi. Ce sera à moi de m'adapter à l'équipe, mais je vais essayer de jouer mon jeu. » On en salive déjà.



Fabien Pelous
Une page se tourne pour Fabien Pelous. Le deuxième ligne toulousain a en effet annoncé la fin de sa carrière internationale au siège de la Fédération française lors d’une conférence de presse le 6 novembre dernier. « J'ai pris ma décision, mais je laisse la compétition se terminer pour l'annoncer », lançait-il dès le dimanche 14 octobre au lendemain de la défaite du XV de France en demi-finale de la Coupe du monde contre l'Angleterre (9-14). Pour ce qui restera comme sa 118eme et dernière sortie avec les Bleus. A l’image de Christophe Dominici, également partant, mais peut-être pas de Raphaël Ibanez, qui n’a encore rien dit sur ses intentions, Pelous achève une aventure débutée le 17 octobre 1995 par une victoire sur la Roumanie (52-8). Si le recordman de sélection n’est jamais parvenu à soulever la Coupe Webb-Ellis en trois Coupes du monde, il se réserve le droit de relever un dernier défi : apporter à Toulouse un nouveau Bouclier de Brennus. Son troisième à titre personnel après ceux de 1999 et 2001. « J’ai envie de réaliser une grande saison et d’évoluer à mon meilleur niveau. Le fait d’arrêter l’équipe de France va me permettre d'aménager des plages de repos et de travail pour bien terminer et essayer de reconquérir un Bouclier de Brennus qui nous échappe depuis plusieurs saisons », lâchait-il d’ailleurs plein d’ambition le jour de l’annonce de sa retraite internationale. Un beau départ pour un grand champion.



Jonny Wilkinson
Jonny Wilkinson va-t-il se lancer dans une nouvelle traversée du désert. Le brillant ouvreur de l’équipe d’Angleterre n’a en effet jamais connu de saisons pleines en raisons des blessures. Pour preuve, sa dernière Coupe du monde contrariée en raison de pépins physiques en début de phase de poule. C’est d’ailleurs sous son impulsion que le XV de la Rose, moribond jusqu’à présent, est parvenu à relever la tête, et ainsi se hisser jusqu’en finale du Mondial. Cadre aussi bien sur le pré qu’en dehors, le joueur de Newcastle est désormais chargé d’une nouvelle mission : être le moteur d’une équipe vice-championne du monde, à commencer lors du Tournoi 2008. Il devra en effet justifier son statut et guider les petits nouveaux. Soutenu par son entraîneur, Brian Ashton, il a rendu la pareille à son coach, peu avant la confirmation à son poste. Au duo de jouer…

#5 rueducourage

rueducourage

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 15 106 messages

Posté 30 décembre 2007 - 14:01

Pelous espere soulever cette année un dernier brennus...esperons qu'il aura autant de reussite avec son club qu'en edf ... :lol:

et puis place aux jeunes, ce serait tellement sympa que Pelous puisse admirer le jeune Jacquet soulever le precieux trophée en fin de saison...Comme une passation de pouvoir...

#6 jerome63

jerome63

    Joueur de TOP 14

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 630 messages

Posté 31 décembre 2007 - 15:08

Pelous espere soulever cette année un dernier brennus...esperons qu'il aura autant de reussite avec son club qu'en edf ... :lol:

et puis place aux jeunes, ce serait tellement sympa que Pelous puisse admirer le jeune Jacquet soulever le precieux trophée en fin de saison...Comme une passation de pouvoir...


Ca sera Roro qui soulevra le bouclier en fin de saison et non Jacquet :rolleyes:

#7 rueducourage

rueducourage

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 15 106 messages

Posté 02 janvier 2008 - 00:11

Ca sera Roro qui soulevra le bouclier en fin de saison et non Jacquet :rolleyes:


je suis certain que Jacquet n'aura pas de mal a l'attraper au vol et à le soulever à son tour... ;)