Aller au contenu


Photo

Aviron Bayonnais


  • Veuillez vous connecter pour répondre
301 réponses à ce sujet

#286 Laduree

Laduree

    Joueur de TOP 14

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 580 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Rennes
  • Mon club:

Posté 25 août 2022 - 09:58

Je pensais pas RCV capable d'une telle chose...

 

Oui. Franchement, il baisse.

 

A une autre époque, il aurait razzié la ville basse de Biarritz, honoré tout le personnel hospitalier avant d'y foutre le feu (à l'hôpital, pas au personnel).

 

Mais les bonnes manières se perdent.



#287 Good Shvili

Good Shvili

    Champion d'Europe

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 5 042 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Commercy la Madeleine
  • Mon club:

Posté 25 août 2022 - 12:00

 

Il s'agit d'Antoine Battut.

Infâme Battut

 

https://www.lefigaro...public-20220825

 

 

quels cons ces footeux lol



#288 Le Marseillais

Le Marseillais

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 20 507 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Marseille
  • Mon club:

Posté 25 août 2022 - 14:17

Battut, 1m92, 104KG

Je comprends que l'infirmier soit en arrêt de travail.



#289 GUY03

GUY03

    Joueur de Fédérale 3

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 1 409 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:VICHY
  • Mon club:

Posté 25 août 2022 - 14:45

 

Il s'agit d'Antoine Battut.

Battut ou batteur ?



#290 ELSAZOAM

ELSAZOAM

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 31 576 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Clermont-Ferrand
  • Mon club:

Posté 25 août 2022 - 15:14

 

Il s'agit d'Antoine Battut.

...ou peut-être Antoine t'as bu ?!...   :blink:



#291 inASMweTrust

inASMweTrust

    Joueur du Grand Chelem

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 812 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Caen
  • Mon club:

Posté 25 août 2022 - 15:25

Ça se trouve le mec est juste tombé sur une table de nuit vindicative.

#292 Good Shvili

Good Shvili

    Champion d'Europe

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 5 042 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Commercy la Madeleine
  • Mon club:

Posté 25 août 2022 - 15:28

Battut, 1m92, 104KG, de la merde dans la tête pour en arriver là

Je comprends que l'infirmier soit en arrêt de travail.



#293 Le Marseillais

Le Marseillais

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 20 507 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Marseille
  • Mon club:

Posté 25 août 2022 - 16:03

C'est toujours le même problème.

Ils devaient être à 2 grammes.


  • jm12 aime ceci

#294 Good Shvili

Good Shvili

    Champion d'Europe

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 5 042 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Commercy la Madeleine
  • Mon club:

Posté 25 août 2022 - 16:05

C'est toujours le même problème.

Ils devaient être à 2 grammes.

L’autre a eu la « lucidité » de prendre la fuite



#295 Le Marseillais

Le Marseillais

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 20 507 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Marseille
  • Mon club:

Posté 25 août 2022 - 16:07

Il devait avoir juste 1,5g alors  ^_^



#296 RCV06

RCV06

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 42 514 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Mandelieu la Napoule
  • Mon club:

Posté 25 août 2022 - 16:12

Je pensais pas RCV capable d'une telle chose...

kaamelott-le-repurgateur.gif



#297 el landeno

el landeno

    Joueur de Pro D2

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 2 996 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:dax
  • Mon club:

Posté 10 octobre 2022 - 20:18

Bayonne, un promu qui surprend les cadors du Top 14 L'Aviron Bayonnais, promu du Top 14, réussit un bon début de saison, notamment à domicile avec trois victoires face à trois gros du Top 14. La dernière en date face au Stade Rochelais (29-13). Explications

« On bat le champion d'Europe à la maison, c'est encore un gros qui tombe chez nous, on prend ! » La phrase est signée Camille Lopez, capitaine de l'Aviron Bayonnais, à l'issue de la victoire face au Stade Rochelais (29-13). Après le Racing 92 (31-25) et Bordeaux-Bègles (20-15), le stade Jean-Dauger est encore resté imprenable. « Il y a eu trois matches à domicile avec trois belles ambiances reconnaît l'arrière Gaëtan Germain. Ça nous pousse, ça nous transcende. On espère en vivre encore. Le premier succès face au Racing nous a donné confiance, nous a prouvé qu'on pouvait taper un gros. »

 
 
 

Le promu prouve après chaque sortie, même à l'extérieur où il n'a toujours pas été récompensé (3 défaites, 1 point de bonus défensif à Brive), qu'il faudra compter sur lui cette saison et que le statut de victime désignée ne lui collera pas à la peau. « Il faut garder cette régularité » appuie le Gaëtan Germain. Même si ce bon début de saison aurait pu être encore meilleur avec au moins une victoire à l'extérieur (Brive ou Stade Français).

Un effectif complet

La recette du succès est souvent la même. De l'expérience avec le métronome Camille Lopez (33 ans), associé face aux Rochelais, pour la première fois de la saison, à Maxime Machenaud (33 ans). Une charnière estampillée « internationale » (66 sélections) primordiale dans la gestion, l'occupation et la vista (4 passes décisives au pied de Lopez). Ajoutez-y un buteur fiable (Gaëtan Germain, 19 points samedi, 70 points depuis le début de saison), un facteur X (Sereli Maqala) qui affole les défenses adverses (2 essais, 278 mètres gagnés, 21 défenseurs battus). Sans oublier quelques morts de faim venus de Pro D2 (Cotet, Ceyte, Martocq), les guerriers Cassiem, Bosch ou Amaso et bien entendu l'apport du 16e homme, un public de Jean-Dauger bouillant, le cocktail est détonnant.

« La mayonnaise a bien pris, ça se sent sur le terrain, mais aussi en dehors. Le groupe vit bien. »

Gaëtan Germain, arrière de l'Aviron Bayonnais

 
 
 
 
 

Cette équipe a enfin du coeur. « Un point clé » souligne Camille Lopez« Nous avons un bon mix entre expérience et fougue abonde Gaëtan Germain. Malgré l'arrivée de nombreuses recrues, la mayonnaise a bien pris, ça se sent sur le terrain, mais aussi en dehors. Le groupe vit bien. »

« La recette, c'est la simplicité insiste l'entraîneur des avants Joël Rey. L'état d'esprit est exemplaire. Il y a bien sûr Camille (Lopez) et Maxime (Machenaud), mais pas que. Il y a aussi Guillaume (Rouet) et des joueurs du cru, sans oublier les besogneux. J'ai connu des groupes qu'il fallait toujours booster. Là, ils sont prêts, il n'y a pas besoin de les piquer ! »

Une victoire qui donne confiance

Face au Stade Rochelais, Bayonne a maîtrisé son match de bout en bout, pour une victoire sans appel. « Nous avons fait un bon match dans tous les compartiments du jeu, se félicite Germain. Stratégiquement, nous sommes bien en place. Au niveau de l'engagement et de la défense, nous avons été présents, nous n'avons pas reculé, nous avons mis de l'intensité. » La question est de savoir si l'Aviron Bayonnais peut tenir sur la durée de ce Top 14 de plus en plus dense.

« L'objectif, c'est le maintien ! Garder cette réalité du maintien doit nous servir à rester les pieds sur terre. »

Gaëtan Germain, arrière de l'Aviron Bayonnais

 
 
 

« La confiance monte car nous venons de taper trois gros, mais il ne faut pas se tromper, pas s'enflammer, souffle Germain. L'objectif, c'est le maintien ! Garder cette réalité du maintien doit nous servir à rester les pieds sur terre. Nous n'avons gagné que trois matches... Mais ne nous privons pas d'aligner des performances comme ça. Il faut savoir savourer pour en revivre d'autres. »

« La saison est longue, il y aura des moments difficiles, prévient Joël Rey. Mais il faut souligner que beaucoup de choses ont changé à l'intersaison avec un nouveau staff et dix-huit recrues. Mais le groupe a vite germé. Nous sommes à l'heure ! Je l'ai senti dès les matches amicaux. J'ai trouvé que les garçons étaient présents dans le combat, l'intensité et l'envie. Pour maintenir ce niveau de performance, il faut garder notre état d'esprit et notre efficacité. Mais je n'ai pas de doute. Tous les garçons sont impliqués. On ne se prend pas pour d'autres. Ça aussi, c'est nouveau. On garde une certaine humilité. »

Prochaine étape du côté du Castres Olympique, qui comme Bayonne, reste sur courant alternatif avec trois victoires à la maison (Stade Français, Brive et Montpellier) pour trois défaites à l'extérieur (Racing, Bordeaux et Perpignan). Puis il sera temps d'accueillir Perpignan dans un match capital en vue du fameux maintien avec la farouche volonté de rester maîtres à Jean-Dauger.

 
 

  • exilé-sud-ouest aime ceci

#298 el landeno

el landeno

    Joueur de Pro D2

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 2 996 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:dax
  • Mon club:

Posté 29 octobre 2022 - 06:51

Maxime Machenaud-Camille Lopez (Bayonne) : « Arrêter de faire le yo-yo » Les deux recrues majeures de l'Aviron Bayonnais, Maxime Machenaud et Camille Lopez, se connaissent depuis l'arrivée du second à l'UBB, en 2009. Le demi de mêlée et l'ouvreur veulent faire grandir leur nouveau club, dès ce samedi soir lors de la réception du leader toulousain.

Quand ils ont annoncé publiquement leur choix de rejoindre Bayonne, Maxime Machenaud et Camille Lopez, qui évoluaient respectivement au Racing depuis 2012, et à Clermont-Ferrand depuis 2014, n'ont pas été compris. On était à la fin de l'année 2021, le club basque était loin de l'accession au Top 14, et le demi de mêlée et l'ouvreur avaient d'autres opportunités, des sollicitations de clubs plus ambitieux.

 
 
 

L'Aviron Bayonnais a finalement accédé à l'élite cette année et réalise un étonnant début de saison, étant toujours invaincu à domicile (en quatre matches). Les deux recrues majeures du club n'y sont pas étrangères. Elles seront encore de la partie, ce soir, pour accueillir Toulouse, le leader incontesté du Top 14. Lundi dernier, les deux hommes qui se connaissent depuis la saison 2009-2010 de Pro D2 avec l'UBB, et qui ont évolué ensemble sous le maillot bleu, sont revenus sur cette magnifique entame de Championnat, leur longue carrière et les retrouvailles dans un club qu'ils souhaitent maintenir dans l'élite (depuis sa remontée en 2016, Bayonne est déjà redescendu deux fois).

« Vous êtes invaincus à domicile, où vous avez notamment battu le Racing, Bordeaux-Bègles et La Rochelle. Êtes-vous surpris par votre début de saison ?
Maxime Machenaud : Si on nous avait dit ça, il y a deux ou trois mois, on aurait signé tout de suite. Mais on connaît la qualité du groupe, on est allés chercher ces victoires. Je ne pense pas que ce soit un coup de chance. Je ne crois pas trop à la chance.

Maxime Machenaud en bref
Demi de mêlée. 33 ans. 1,74 m ; 87 kg.
Club : Bayonne.
Carrière : Bordeaux-Bègles (2008-2010), Agen (2010-2012), Racing 92 (2012-2022).
Palmarès : champion de France (2016) avec le Racing 92.
 
 

Durant la préparation estivale, avez-vous senti que le groupe serait capable d'être performant aussi vite ?
Camille Lopez : Max a raison, c'est une bonne surprise. On travaille bien, et il s'est passé quelque chose assez rapidement. Maintenant, ce n'est pas une finalité. On était à deux doigts de perdre contre Perpignan (24-20, samedi dernier), et tout aurait été mis en question.

Face à Perpignan, pour la première fois à domicile, vous aviez le statut de favori...
C.L. : Oui, il y a un peu de ça. Il y a aussi l'enchaînement des matches et on a manqué d'efficacité. Mais c'est plus facile d'aborder un match contre La Rochelle ou contre Toulouse. T'as rien à perdre.

Camille Lopez en bref
Demi d'ouverture. 33 ans. 1,76 m ; 88 kg.
Club : Bayonne.
Carrière : Bordeaux-Bègles (2009-2013), Perpignan (2013-2014), Clermont (2014-2022)
Palmarès : vainqueur du Challenge Européen (2019) et champion de France (2017) avec Clermont.

Vous allez donc battre Toulouse ?
M.M. : Si c'était aussi simple que ça...
C.L. : Donnez-moi le papier, je signe !
M.M. : Contre Toulouse, il faut faire le match parfait pour gagner. Toulouse, c'est ce qui se fait de mieux, vous avez vu leur début de Championnat (Toulouse n'a perdu qu'un seul match). Il leur manquera beaucoup de joueurs, mais quand ils sont allés battre Montpellier (17-19, le 2 octobre), il leur manquait aussi beaucoup de monde.

Il vous manque aussi un petit quelque chose depuis le début de la saison : prendre des points à l'extérieur. Est-ce que cela vous ajoute une pression à domicile ?
C.L. : Non, quand même pas. Mais c'est vrai qu'il y a une forme de frustration à l'extérieur. Il faut tuer les matches quand l'occasion se présente, et on n'arrive pas à le faire. Ce fut le cas notamment au Stade Français, on était devant quasiment tout le match, et au final, on n'a rien rapporté du déplacement (défaite 26-16, le 17 septembre).
M.M. : Il faut qu'on arrive à être plus constant sur quatre-vingts minutes.

On a appris il y a un peu plus d'un an que vous joueriez cette saison à Bayonne, qui était à l'époque en Pro D2. Beaucoup vous avaient pris pour des fous, ne comprenant pas votre choix.
M.M. : Aujourd'hui, ça prouve qu'on avait raison. Moi, j'y croyais à ce projet. Il y a tout pour faire un grand club. Mais nous ne sommes pas fous. On a passé de longues années dans un grand club, on avait envie d'autre chose. Et on a trouvé ce qu'on cherchait, se faire plaisir, devant un public exceptionnel.

Camille, dans vos interviews, vous dites souvent que vous êtes ambitieux. Peut-on être ambitieux quand on joue le maintien ?
C.L. : Tu peux être ambitieux, car le club voit loin. Même si Bayonne était aujourd'hui en Pro D2, on aurait ambitionné de monter en Top 14. L'ambition, c'est de maintenir le club, de le faire grandir. Et surtout d'arrêter de faire le yo-yo.

« On sait faire, on a déjà géré et on continue de le bosser. S'il y a besoin, si Gaëtan (Germain) est moins bien, on sera là pour le suppléer »

Camille Lopez, à propos du rôle de buteur

 
 
 

Vous étiez tous les deux buteurs avant de rejoindre Bayonne, mais ce n'est plus votre rôle depuis le début de la saison. Cela fait-il bizarre de ne plus être décisif sur le plan comptable ? Est-ce que ça titille votre ego ?
C.L. : Pour ma part, ça ne me gêne pas. À Clermont (où il a joué de 2014 à 2022), j'ai eu le but, un peu, quand Morgan Parra était absent. Là, c'est Gaëtan Germain qui s'y colle, c'est son domaine, et il le fait très bien. À Castres (39-22, le 15 octobre), quand Gaëtan est sorti, c'est Max (Machenaud) qui a pris la suite.
M.M. : Si t'as de l'ego au rugby, c'est quand même pas très bon. On essaie d'apporter autrement. On a beaucoup de responsabilités à nos postes. D'avoir ça en plus ou en moins, franchement, ça nous est égal.
C.L. : Oui, on a déjà pas mal de choses à faire, mais si on nous le demande, on sera capable d'assumer. On sait faire, on a déjà géré et on continue de le bosser. S'il y a besoin, si Gaëtan est moins bien, on sera là pour le suppléer. Mais pour l'instant, ça n'arrive pas et c'est tant mieux.

4f9b9.jpg
 
Camille Lopez (de dos) et Maxime Machenaud (à droite) lors de la victoire contre Perpignan (24-20), le 22 octobre. (P. Costabadie/Icon Sport)

Vous vous connaissez depuis longtemps, vous vous êtes rencontrés il y a plus de dix ans à Bordeaux. Lorsque vous signez Maxime, saviez-vous que Camille était également en approche ?
M.M. : Oui, je le savais. On s'est d'ailleurs appelé. Camille avait envie de signer à Bayonne et j'avais envie de jouer avec lui. Je savais qu'il allait apporter, car c'est un gars d'ici (Lopez est né à Oloron-Sainte-Marie, dans le Béarn).

C'est quoi un gars d'ici ?
M.M. : Il a cette culture de la région, il connaît les chansons basques, il joue au mus (prononcé mouche), un jeu de cartes d'ici, et à la pelote. Moi je découvre tout ça, je suis plus du nord, entre guillemets (il est né à Bordeaux). Et j'ai envie de la découvrir, cette culture.
C.L : Il est d'ailleurs invaincu au mus (un jeu de cartes)...
M.M. : Je n'ai joué que trois parties. J'essaie de m'intégrer au mieux.

Et la pelote ?
M.M. : Mes enfants y jouent et je suis déjà allé voir des matches. En ce moment, il y a d'ailleurs les Championnats du monde qui se disputent dans la région (du 23 au 29 octobre, à Biarritz). Je trouve que c'est important de connaître l'environnement dans lequel on vit.

Après l'UBB, vous avez pris des chemins différents. Êtes-vous restés en contact ?
C.L. : On s'est séparés mais il y a des moments qui nous ont permis de nous retrouver, notamment en équipe de France. Mais cette période (de 2013 à 2019) était un peu complexe, car c'était un coup j'y suis, un coup, je n'y suis pas.

Chez les Bleus, vous avez d'ailleurs à peu près la même histoire...
C.L. : Max a un peu plus de sélections que moi. J'en ai 28.
M.M. : Et moi 38. On a vécu les années difficiles avec l'équipe de France. Ça manquait de continuité, avec beaucoup de contre-performances. Mais j'en garde quand même un bon souvenir. C'était beaucoup de changements, et encore plus à la charnière. On était acteurs de cette période, donc on avait notre part de responsabilité. Mais je ne regrette rien.
C.L. : Plein de choses se sont passées, c'est vrai, mais bon, ça reste magique. Comme cette première sélection, pour moi, contre les All Blacks (28-13, le 8 juin 2013). Il n'y a aucun regret.

Vous êtes tous les deux titulaires lors de ce match...
M.M. : Oui, on partageait même notre chambre. On avait d'ailleurs eu un mal fou avec le décalage horaire. On ne dormait pas de la nuit, mais ça reste un grand souvenir.

Dans une interview qui date d'une dizaine d'années, Maxime dit qu'il est persuadé que Camille sera énorme dans le futur.
C.L. : Sur la balance ?
M.M. : Oui, dans tous les sens du terme. Je ne me souviens plus de cela, mais quand tu déniches un joueur de Fédérale 1 (Lopez jouait à Mauléon avant d'arriver à l'UBB), ça veut dire qu'il a quelque chose de particulier. Il ne connaissait que le rugby amateur, donc il découvrait tout dans le monde pro. Nous, on était plus jeunes, on connaissait les sélections, les centres de formation, on était dans la compétition. Lui, il jouait au rugby avec ses potes. Et il a tout fait pour y arriver...

« J'en ai chié physiquement [...] À Mauléon, on ne faisait pas de muscu, donc j'ai passé des sales moments de découragement »

Camille Lopez, à propos de son arrivée à l'UBB

 
 
 


Et vous avez souffert ?
C.L. : (Il souffle.) Oh, oui. J'en ai chié physiquement. Aujourd'hui, en Fédérale 1, les mecs s'entraînent quasiment tous les jours. Moi, c'était il y a treize ans, à Mauléon, on ne faisait pas de muscu, donc j'ai passé des sales moments de découragement.
M.M. :(Il rigole.) Oui, il a souffert.

Vous avez parfois eu envie d'abandonner ?
C.L. : Je le dis souvent, mais c'est à Ludovic Loustau, le préparateur physique de l'époque, que je dois ma carrière. Il a été dur avec moi, mais intelligent, car je n'ai pas tout fait comme les autres, sinon j'aurais explosé. J'aurais rendu les armes.
M.M. : Je me souviens de sa souffrance. Ça me fait penser au jeune Yohan Orabé (19 ans) qui vient d'arriver à Bayonne, et qui jouait en Fédérale 1 la saison passée, à Mauléon. Il découvre.
C.L. : Oui, mais il a un meilleur physique que le mien quand j'ai quitté Mauléon.
M.M. : C'est vrai, mais il ne peut pas s'entraîner comme les autres. Il faut adapter.

Est-ce que vous vous imaginez poursuivre votre carrière comme l'Italien Sergio Parisse encore très efficace à 39 ans ?
C.L. : Moi, je ne me projette pas. Il y a beaucoup de choses, les blessures, l'accumulation mentale. Je ne sais pas. Je verrai dans deux ans, à la fin de mon contrat.
M.M. : Moi, j'ai envie de jouer le plus longtemps possible. Est-ce que j'apporterai autant à l'équipe ? Il y a le physique, le mental, la performance. Je ne peux pas programmer. Ça doit se faire naturellement. Je ne sais pas comment Sergio Parisse aborde la question. C'est compliqué de durer dans cette discipline, avec beaucoup de sacrifices à réaliser.

Parce que le rugby d'il y a dix ans n'est plus le même aujourd'hui ?
M.M. : Non, ce n'est plus le même, les entraînements sont beaucoup plus difficiles. Est-ce qu'on sera à même de supporter la cadence ? On ne peut pas se permettre de faire un entraînement sur deux.
C.L. : On verra, on n'y est pas encore. »


  • exilé-sud-ouest aime ceci

#299 DOUDOU63

DOUDOU63

    Equipe de France

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 443 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:BILLOM
  • Mon club:

Posté 24 novembre 2022 - 23:35

https://www.msn.com/...d23bf7a8a81bd11

 

Pour info - 



#300 Binche63

Binche63

    Joueur de TOP 14

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 3 721 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Chamalière
  • Mon club:

Posté 28 novembre 2022 - 14:06

Saison terminée pour Germain.

Je vois déjà venir le truc:
Philippe Tayeb:
« Nous aurions jamais pensé pouvoir faire revenir Chieck surtout en temps que joker médical mais quand Camille Lopez m a amené le contrat signé avec la libération offerte par ASM j ai sauté sur l occasion »

Ps: Humour
  • Eria aime ceci




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 members, 0 guests, 0 anonymous users