Aller au contenu


Photo
* * * * * 2 note(s)

Post Partum ASM.


Ce sujet a été archivé. Cela signifie que vous ne pouvez pas répondre à ce sujet.
109 réponses à ce sujet

#1 Morphée aux Enfers

Morphée aux Enfers

    Champion d'Europe

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 6 422 messages

Posté 27 mai 2013 - 20:55

Voilà, c’est un peu long, mais un petit rappel des 35 dernières années des exploits de notre club favori. Pour essayer de faire comprendre qu’aimer un tel club tient du sacerdoce.

 

 

1978: belle saison, belle équipe qui parvient en finale face au grand Béziers.

L’ASM tient la tête hors de l’eau jusqu’à la 71ième minute et après, ô surprise, tenez vous bien, une avalanche d’essai (31-9). Béziers formidable, Montferrand admirable titrera  Stade 2 le dimanche soir.

 

1979 : Là encore, l’ASM est une des belles équipes du championnat. Elle passe difficilement les seizièmes face à Bourg en Bresse, écarte Toulon en huitième à Valence au cours d’un match « chaud », Toulouse en quart et tombe en demie contre une magnifique équipe de Narbonne qui sera sacrée cette saison. Gamin, en sortant de Gerland où avait lieu le match, je vois des gens en pleurs et d’autres qui déchirent leur carte.

 

1980 : Après avoir écarté Grenoble sous un froid glacial à Gerland en seizième, l’ASM se retrouve archi favorite face à Bagnères (si, si pour les plus jeunes, ça existe, ça s’appelle même Bagnères de Bigorre) en huitième à Périgeux.

Dominant outrageusement la rencontre, l’ASM se fait surprendre à la dernière seconde. A l’époque j’écoutais le multiplex sur France Inter et d’un coup on entend Yves Meunier qui prend l’antenne pour hurler « Coup de théatre à Périgueux !» L’ASM se fait sortir sur un essai (avec un pied en touche) à la 80ième. Mon esprit de jeune supporter commence à être mal mais ce dit qu’un jour, ça finira bien par passer….p’tit con va !

 

1981 : Wow je suis en feu, je vais voir les huitièmes et les quarts à Gerland où l’ASM s’impose à chaque fois face à Nice et Brive. La demi-finale à Bordeaux sera télévisée. J’y crois plus que jamais et en plus c’est la dernière saison de Romeu. Boum, Bagnères (encore eux, pour ceux qui ont enfin trouvé sur la carte) passe en finale.

 

1982 : Bon là, pas trop fort mais l’ASM doit jouer un match de barrage face à Pau, à Carmaux pour continuer. Le match va en prolongation et l’ASM mène 16-15 (non, rien). Jusqu’à la dernière seconde et une pénalité improbable pour les palois, complètement en coin.

16-18, l’ASM en vacances. Le Midol titrera pour l’article du match, «Les Dieux d’ovalie étaient à la section.»

 

1983 : Jusqu’à Dublin récemment, une des plus grosses désillusions vécu en tant que supporter.

A l’époque on joue des huitièmes aller-retour sur des terrains proches de chaque équipe. Cette année donc, l’ASM ira défier Narbonne à Nimes avant de «recevoir» les septimaniens à Aurillac pour le match retour. Narbonne, c’est Narbonne et l’ASM cause la surprise au match aller en s’imposant à Nimes 21-12 avec une combinaison la «Moïse» qui surprendra et fera école. Bien sur l’ASM est favorite pour le match retour et c’est une déferlante jaune et bleue qui s’abat sur Aurillac pour voir l’ASM terrasser Narbonne. Cette année, c’est la bonne. Une ASM tétanisée se fait bousculer par Narbonne qui gagne 21-9. Montferrand éliminée. J’en pleurais. «Plus dure sera la chute» écrira l’Équipe.

 

1984 : Une bonne saison, L’ASM fait forte impression en phase finale mais tombe à Toulouse face aux derniers coups d’éclats du grand Béziers. Rien à dire.

 

1985 : L’ASM retourne pour une seconde fois d’affilée en demi-finale ce qui n’est pas un mince exploit. A noter l’élimination d’Agen par l’ASM en quart de finale à Brive après un match d’anthologie (13-12).

Après être tomber la saison précédente face aux derniers soubresauts du grand Béziers, l’ASM tombera  cette fois face à un autre club qui dominera pour plusieurs décennies le rugby français : le Stade Toulousain.

 

1986 : Que dire de plus quand on se fait sortir en quart de finale par Graulhet ? Si  vous ne savez pas où se trouve Castres, laissez faire pour Graulhet.

 

1987 : Là encore, défaite en quart de finale, face à Agen même score qu’en 85 mais pour les agenais cette fois. Je m’en fous, je suis jeune, les filles sont belles et je fais la fête au Printemps de Bourges. Je délaisse un peu l’ASM.

 

1988 : Je fais bien de me détacher un peu car l’ASM se fait éliminer par Brive dès les huitièmes en match aller retour. Retour au Michelin où Brive vient nous battre et leurs supporters nous faire des bras d’honneur. Seul dans la grande tribune, je reste sagement assis.

 

1989 : L’ASM tombe encore dès les huitièmes, face à une énorme équipe de Toulon.

 

1990 : Une des années où l’ASM a été le plus proche du titre selon moi. Elle pratique un jeu flamboyant emmenée par un ¾ prometteur : Philippe Saint-André.

Dès les huitièmes, l’ASM affronte les terribles Béglais (Moscato, Simon, Gimbert, Laporte et consorts) au cours d’un match aller remporté per les jaunes et bleus qui restera dans les annales pour sa violence. Le monde du rugby découvre un certain Vincent Moscato, alors chevelu. Le match retour voit la défaite de l’ASM mais cette dernière est cependant qualifiée grâce notamment à un exploit de PSA.

En quart l’ASM explose Dax 34-12, ce qui est énorme pour l’époque. En demie elle affronte Agen au stadium de Toulouse où le match démarre sous les meilleurs auspices pour une ASM très joueuse. Malheureusement, de fortes pluies viennent gâcher la fête et Agen en profite pour passer en finale.

 

1991 : Encore un revirement dont l’ASM à le secret. Huitième de finale face à Dax. Match aller à Dax où l’ASM s’impose 15-9. Seule victoire à l’extérieur de ces huitièmes. Le Michelin fait le plein pour le match retour pour voir l’ASM passer normalement en quart. S’en suit la plus grosse désillusion dans ce stade où une ASM une nouvelle fois aux abonnés absents se fait massacrer 38-22 par l’US Dax.

 

1992 : Un petit tour en seizième et puis s’en va. L’occasion de visiter Saint-Claude et le jura où avait lieu le match.

 

1993 : Apparition des poules de qualifications de deuxième phase du championnat appelées Top 16.

L’ASM s’y qualifie mais ne parvient pas à le faire pour les quarts. A noter la plus grosse branlée de l’ASM avec un 58-3 encaissé à Mayol, j’y étais et j’ai eu mal.

 

1994 : Une des plus belles années dans l’histoire du club où l’ASM, pas forcément la meilleure équipe du championnat arrive, avec un formidable courage à se qualifier pour la finale du championnat et du Du Manoir. Pour deux défaites.

 

1995 : Annus Horribilis. Non seulement l’ASM ne se qualifie pas pour la deuxième partie qualificative du championnat mais doit lutter pour ne pas descendre.

L’ASM se sauve à la 86ième minute d’un match qu’elle doit absolument gagner face au SBUC sur le terrain de ce dernier. Gaëtan Héry sauve le club et entre directement dans la légende en passant sans trembler une pénalité de près de 60m. La joie à la suite de ce dénouement stressant vaut quasiment celle d’un titre.

 

1996 : L’arrivée d’Alain Gaillard donne un peu d’espoir aux supporters. Néanmoins le club chute une nouvelle fois en huitième face à Narbonne à Valence après prolongations.

 

1997 : Une ASM en fin de cycle et rongée par des conflits se hisse jusqu’en demi finale pour échouer face à Bourgoin. Une ASM qui était pourtant armée pour remporter le titre.

 

1998 : Le rugby est passé professionnel désormais en France. L’ASM elle ne change pas et se fait sortir dès les huitièmes (aller-retour) face au Stade Toulousain. A noter un essai avec un en avant d’anthologie (au moins 5 mètres) pour ces derniers au match aller, qui pèsera lourd dans la balance.

 

1999 : Le renouveau. L’ASM se hisse une nouvelle fois en finale après avoir écarté Castres en quart au cours d’un match héroïque pour ensuite battre difficilement Grenoble à Gerland. La finale face au Stade Toulousain tourne à la punition habituelle, suite à un contre terrible de Lee Stensness.

 

2000 : Petite année de transition qui voit l’ASM disparaitre dès les quarts face à la Section Paloise (28-27).

 

2001 : Une année magique. Après une entame de saison catastrophique, l’ASM emmené par Tim Lane pulvérise ses records de victoires à l’extérieur et se place en favori pour le titre. Tout un peuple y croit. Je me paye un aller retour express depuis Montréal…pour voir l’ASM s’effondrer une nouvelle fois face à Toulouse et un gamin nommé Michalak.

 

2002 : Tim Lane s’étant enfui, une ASM orpheline se hisse tant bien que mal en demie pour se faire étriller par un Biarritz taille champion.

 

2003 : Les années noires s’en viennnent. L’ASM ne se qualifie pas pour les phases finales.

 

2004 : Bis repetita. L’ASM ne peut jouer dans la cour des grands.

 

2005 : Une des plus belles saisons selon moi. Pour ceux qui croient que l’on veut que des titres, on peut savourer cette saison.

Une saison mal partie qui avait vu le limogeage du coach Alain Hyardet. S’en vient un homme qui aller remettre l’ASM dans le sens de la marche. De position de relégable, Olivier Saïsset va qualifier l’ASM pour la H Cup avec un match de folie face à Agen lors de la dernière journée. Pas de phases finales mais l’Avi à redonné un sourire aux supporters.

 

2006 : Un sourire qu’effacera bien malgré lui un certain Agostini, coach bien vite dépassé par les évènements. Encore une fois l’ASM regardera les phases finales à la télévision.

 

Puis s’en est arrivé Vern Cotter, mais ça, vous connaissez tous la suite.

 

 



#2 juleroumain

juleroumain

    Membre de la Bourbonnais Connection

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 16 644 messages

Posté 27 mai 2013 - 21:06

Merci pour cet historique! :flowers:


Modifié par Gwenaëlle, 27 mai 2013 - 21:15 .
Suppression de la citation pour cause de lisibilité


#3 Le salers de la sueur

Le salers de la sueur

    Champion d'Europe

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 6 654 messages

Posté 27 mai 2013 - 21:08

je cite pas... j'adore, ça remet les choses en perspective.... putain j'ai 36 ans, je crois que j'ai trouvé le chat noir :(



#4 amethys

amethys

    Joueur de Fédérale 1

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 2 098 messages

Posté 27 mai 2013 - 21:09

Merci à toi  :flowers:

 

Mais je viens de voir que pour ma 1ère saison au Michelin en 89, Toulon s'était déjà mis en travers de notre route, c'était un signe  :crying:



#5 crazybib

crazybib

    Grand Maître Orthorexique

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 23 402 messages

Posté 27 mai 2013 - 21:12

Jeff, t'es pas sympa.

J'ai de la buée dans les yeux.

#6 TH69

TH69

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 17 645 messages

Posté 27 mai 2013 - 21:13

Merci à toi et bravo pour ce sujet , ça m'a rappelé entre autre  aussi quelques souvenirs de déplacement dans le début des  années 80. :flowers:

 

Comme Crazy, je ne sais pas si c'est le souvenir de ma jeunesse mais je suis tout chose.......



#7 Jean Paul Belmondo

Jean Paul Belmondo

    Joueur de Pro D2

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 2 558 messages

Posté 27 mai 2013 - 21:15

Manque quand même les matchs de du Manoir :D :D

 

Trêve de plaisanterie superbe historique ..pleins de souvenirs ...



#8 Le salers de la sueur

Le salers de la sueur

    Champion d'Europe

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 6 654 messages

Posté 27 mai 2013 - 21:15

à "pingler non?



#9 DOUDOU63

DOUDOU63

    Equipe de France

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 7 289 messages

Posté 27 mai 2013 - 21:16

Bon sang, je viens de prendre un sacré coup de vieux, mais superbe historique qui me laisse à penser que nous supporters de l'ASM nous méritons une médaille pour avoir endurer tout celà................Et dire que j'étais présent pour certains de ces matchs!!!!!!!!!!!!!!



#10 Schtroumpfette83

Schtroumpfette83

    brennus du floodeur

  • Invité
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 34 246 messages

Posté 27 mai 2013 - 21:17

´tain je suis vieux .

#11 Mouss'

Mouss'

    DIEU du STADE

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 24 517 messages

Posté 27 mai 2013 - 21:18

Mon cher Morphée, nous nous sommes donc trouvés au même endroit au même moment, car j'ai fait les déplacements de 79-80-81-83-84-85-90-94-99, depuis ma passion des déplacements m'a passé...............



#12 Dooley

Dooley

    Champion du Monde

  • Attente Validation
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 18 159 messages

Posté 27 mai 2013 - 21:18

Merci Morphée. Putain, j'ai tout vécu et c'est vrai qu'il faut être sacrément maso pour rester fidèle à l'ASM!...

#13 asm15

asm15

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 10 403 messages

Posté 27 mai 2013 - 21:19

moi j'étais pas né pour une bonne partie  :D



#14 Schtroumpfette83

Schtroumpfette83

    brennus du floodeur

  • Invité
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 34 246 messages

Posté 27 mai 2013 - 21:20

Pas besoin d'écrire toutes les lettres du monde au club , un copier/coller de celle là sera parfait.

#15 DOUDOU63

DOUDOU63

    Equipe de France

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 7 289 messages

Posté 27 mai 2013 - 21:21

moi j'étais pas né pour une bonne partie  :D

 

 

Heureux homme!!!!!!!!!!! :lol: :lol: