Aller au contenu


Photo

EDF 2016


Ce sujet a été archivé. Cela signifie que vous ne pouvez pas répondre à ce sujet.
2639 réponses à ce sujet

#1216 Parigot_Paris

Parigot_Paris

    Parisien Névrotique

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 14 495 messages

Posté 12 février 2016 - 18:03

 

Il reculera si Toner fait une bonne impression ...  

 

OK elle est moyenne mais j'ai pas pu m'en empêcher ...   ^_^

J'aime bien... On va essayer de la fourguer à Galthié ou à Lartot ! :fume:



#1217 julien

julien

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 38 700 messages

Posté 12 février 2016 - 18:48

Toner de Best !

 

Matthieu-Lartot-Rugby-France-2-XV-de-Fra


zebo il a quoi ?

 

piscine !

 

260px-BAFFIE_Laurent-24x30-2001.jpg



#1218 jp66

jp66

    Usapiste et bien davantage

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 307 messages

Posté 12 février 2016 - 18:49

Et si l'Irlande gagne Toner aura la norme iso ...

 

Bon je suis très fatigué ...  :mellow:  



#1219 Arverne03

Arverne03

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 27 665 messages

Posté 13 février 2016 - 16:19

Si nous battons l'IRLANDE le tournoi sera en partie réussi !



#1220 Eria

Eria

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 11 258 messages

Posté 14 février 2016 - 10:04

tout le monde se fout de la belle victoire française avec les jeunots ,ou il y plus personne tout le monde est parti  arrosé la naissance d'un nouveau xv de france ?



#1221 zone et beu

zone et beu

    Joueur de Fédérale 1

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 2 154 messages

Posté 14 février 2016 - 10:44

tout le monde se fout de la belle victoire française avec les jeunots ,ou il y plus personne tout le monde est parti  arrosé la naissance d'un nouveau xv de france ?

Les défaites sont beaucoup plus sources d'envolées lyriques (style boite email de JML)



#1222 F@b

F@b

    Vacciné

  • Administrateurs
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 21 631 messages

Posté 14 février 2016 - 10:52

tout le monde se fout de la belle victoire française avec les jeunots ,ou il y plus personne tout le monde est parti  arrosé la naissance d'un nouveau xv de france ?

sont dans le topic tournoi



#1223 Arverne03

Arverne03

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 27 665 messages

Posté 14 février 2016 - 18:55

Il y a encore des lacunes mais on leur pardonne car leur générosité fait plaisir à voir !  



#1224 Lourugby

Lourugby

    Joueur de TOP 14

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 928 messages

Posté 14 février 2016 - 19:42

Ben Arous forfait pour le tournoi à priori : http://www.lerugbyni...mmentaires_form

On devrait donc partir sur Poirot titulaire et Pelo sur le banc, à moins que Novès appelle un autre joueur...

#1225 steph

steph

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 16 547 messages

Posté 14 février 2016 - 19:46

le premier qui propose Debaty gagne un pack VIP pour assister à la finale de ccup à Lyon dans le vestaire de l'ASM.



#1226 Lourugby

Lourugby

    Joueur de TOP 14

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 928 messages

Posté 14 février 2016 - 19:50

Si Novès appelle un troisième gaucher, je vois bien Florian Fresia ou Lucas Pointud.

#1227 julien

julien

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 38 700 messages

Posté 14 février 2016 - 19:56

Ben Arous forfait pour le tournoi à priori : http://www.lerugbyni...mmentaires_form

On devrait donc partir sur Poirot titulaire et Pelo sur le banc, à moins que Novès appelle un autre joueur...

 

forcément un 5e pilier dans le groupe des 30.



#1228 miro padre

miro padre

    Joueur d'honneur

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPip
  • 752 messages

Posté 15 février 2016 - 08:51

L'équipe du jour :

RUGBY
GUY NOVÈS

«FACE À L’IRLANDE, ILS ONT EU UN COMPORTEMENT D’ÉQUIPE DE CLUB»

Le sélectionneur des Bleus affiche sa satisfaction après deux semaines et autant de victoires vécues avec son groupe.


Hier après-midi, il a retrouvé sa maison de Pibrac (Haute-Garonne), en banlieue toulousaine, a fêté la Saint-Valentin avec son épouse, Françoise. Pas question, en revanche, de chasser cette semaine. « J'ai chassé deux fois en début de saison avec Christian Labit, mais je n'ai absolument plus le temps», explique Guy Novès (62 ans). Il devrait effectuer un aller-retour à Marcoussis, jeudi, « pour tout caler avant que les joueurs arrivent dimanche» afin de préparer le déplacement au pays de Galles, le vendredi 26 février. Hier matin, dans son hôtel parisien, près de la gare Saint-Lazare, le sélectionneur des Bleus a longuement évoqué ses nouvelles fonctions, après deux matches gagnés face à l'Italie (23-21) et l'Irlande (10-9).

« Qu'est-ce qui vous a surpris, ou pas, dans votre nouveau métier ?

(Réflexion.) Il n'y a rien qui m'a surpris, en fait. (Ferme.) Je ne pouvais pas être surpris : je savais que j'aurais les joueurs peu de temps, que les journées seraient très courtes, avec beaucoup de travail. On s'est programmés, avec le staff, on n'a pas attendu que les joueurs arrivent, on a anticipé. Je suis dans l'évaluation permanente. Même si les messages ne sont pas encore passés comme on l'aimerait, on sent quand même que des choses germent. Samedi, par exemple, je ne vais pas vous dire que j'ai été surpris par le comportement des joueurs, mais je suis momentanément soulagé, rassuré et, à la fin, admiratif. J'attendais de voir si ce groupe était une équipe et ces élus, comme je les appelle, sont en train progressivement de ressembler à une équipe. Face à l'Irlande, ils ont eu un comportement d'équipe de club. J'ai vu des choses, des atmosphères, qui me font penser à une équipe en train de germer.

Vous avez évoqué une atmosphère particulière de travail à Marcoussis, en termes de qualité.C'est une découverte ?

Je n'en suis pas surpris, j'ai choisi les gens. Ils ne sont pas venus pour enfiler les perles. Mais je suis très heureux de voir l'engouement de tout le monde au travail. Par exemple, samedi, les deux analystes vidéo ne sont pas venus au banquet ; ils sont restés en survêtement pour bosser une partie de la nuit. Le lendemain matin, tout était en place sur mon ordinateur. Personne ne sait ça, tout ce qui entoure les joueurs : les gens qui récupèrent les costumes, comme celui qui surveille les joueurs, les accompagne dans la soirée d'après-match. Tout ça fait que ça devient une équipe de club. Il n'y a pas que les joueurs, il y a une deuxième équipe à Marcoussis ; et un mariage entre les deux. J'espère que je ressentirai la même chose qu'au Stade Toulousain : cette notion de don les uns pour les autres.

"S'ils sont en dessous de leur rendement, il n'y a aucune raison qu'ils jouent. (...) J'ai le sentiment que, lorsque les joueurs ne sont pas au niveau, ils ne pensent qu'à eux"

À la fin du match contre l'Irlande, vous avez tapé dans la main d'Antoine Marin (vice-président de la FFR attaché aux Bleus) et on a lu un ouf de soulagement sur votre visage...


Même si la vox populi te dit qu'on a maîtrisé la seconde mi-temps et qu'on a étouffé les Irlandais, tant que tu n'as pas fait le break... Bien sûr, c'était un ouf de soulagement. Je n'ai pas assez d'expérience à ce niveau pour vous dire que je trouve cette victoire normale. Pour moi, battre l'Irlande, au moins sur ces dernières années, ça reste une énorme performance. (Il rit.) Mais je m'excuse de dire que, personnellement, je suis invaincu contre les Irlandais : en tant que joueur, j'avais fait match nul chez eux (9-9, en 1979). Je ne sais pas si l'Irlande est meilleure que Galles, qui a fait match nul à Dublin (16-16), mais toutes ces équipes se tiennent de près. Alors c'était un ouf de...comment dire... Il y a huit personnes qui m'ont choisi et, quelque part, je suis soulagé de leur montrer que, au moins dans l'esprit, elles peuvent avoir confiance en moi. Leur dire : "Je ne suis pas là pour trahir la Fédération."

1 Si le quinze de France s'impose au pays de Galles, le vendredi 26 février, Guy Novès sera le premier sélectionneur depuis Jean-Claude Skrela à remporter ses trois premiers matches.En octobre 1995, les Bleus avaient battu l'Italie (34-22), la Roumanie (52-8) et l'Argentine (47-12) en Coupe latine.

Vous vous sentez bien en tribune, en costume, ou vous regrettez de ne pas être en bas, en survêtement, un genou au sol, comme à Toulouse ?

De par ma façon d'agir, j'ai toujours été bien en bas, c'est une évidence. Je me suis adapté au fonctionnement de l'équipe de France. J'ai Jeff (Dubois, en charge des arrières) en bas, en qui j'ai une confiance totale ; on passe des messages immédiatement par le biais de Yannick (Bru, en charge des avants).

Vous êtes resté huit mois sans coacher une équipe, entre le 6 juin 2015 (Clermont-Toulouse, 18-14) et le 6 février (FranceItalie). Quelles émotions avez-vous vécues ce jour-là ?

(Il réfléchit.) L'émotion, je la ressens plutôt quand je suis dans ma chambre, la semaine avant. Personne ne sait ce que je ressens, si je dors bien ou pas. Quand on prend le volant, qu'on a des responsabilités, on ne peut plus être dans l'émotion. On est dans le travail et le don de soi. Je ne peux pas être dans le "ça me manquait". Je suis programmé depuis plusieurs mois pour être à fond dedans, sauf que je connais un peu moins le groupe ; dans un premier temps, je ne pouvais pas exprimer des choses... C'est faux de dire que quelqu'un qui manage des hommes arrive à le faire facilement du jour au lendemain. Tant que tu ne connais pas les hommes individuellement et les réactions collectives, tu ne peux pas être efficace. Tu n'arrives pas avec ton petit livre, tes petites connaissances pour appliquer la règle A, B, C, D... Donc, d'une semaine à l'autre, mon discours a dû être sensiblement différent, que ce soit avant le match, à la mi-temps, dans le débriefing. Mais ça ne regarde que les joueurs, il n'y a qu'eux qui savent ce que je pense réellement d'eux (sourire).

Jeudi, en conférence de presse, vous avez adressé une pique à Ben Arous et Slimani, piliers titulaires devenus remplaçants : "J'ose espérer qu'ils m'ont entendu." 

C'est ça, connaître les joueurs individuellement ?

Oui. Il faut qu'ils apprennent à me connaître, aussi. Qu'ils sachent que, s'ils ne sont pas à la hauteur de l'événement, s'ils sont en dessous de leur rendement, il n'y a aucune raison qu'ils jouent. Il y a peu de matches, alors chaque fois qu'on a cet honneur-là, on ne peut pas tolérer que les joueurs n'aillent pas au bout du bout. C'est un message clair, net. Tu ne peux pas t'engager pour la France et dire que c'est un match de plus. Ce n'est surtout pas un match de plus ! Tu ne peux plus penser à toi, tu ne dois penser qu'aux autres. J'ai le sentiment que, lorsque les joueurs ne sont pas au niveau, ils ne pensent qu'à eux.

Parlez-nous de votre couple avec Guilhem Guirado, votre capitaine.

(Il rit.) J'ai travaillé avec de très grands capitaines, le dernier en date étant Thierry Dusautoir. Mais aussi Patricio Albacete, Florian Fritz, Yannick Jauzion... Pour Guilhem, je me suis appuyé sur Yannick Bru, qui le connaît bien mieux que moi. Mais, déjà, en le voyant s'investir comme ça... Guilhem, ce n'est pas un pari, mais un choix. Il n'y a jamais de pari. Il lui arrivera de passer à côté de matches, d'être fatigué, mais il a démontré, en deux matches, ce qu'il est capable de faire. Notre couple fonctionne très, très bien. Guilhem progresse à grands pas dans son rôle de capitaine.

"C'est déjà merveilleux d'avoir gagné deux matches par les temps qui courent. L'Écosse produit des matches fantastiques et a zéro point malgré son niveau de jeu"

Vous craignez qu'il soit cité, voire suspendu, pour son plaquage haut sur Dave Kearney ?

Samedi, j'ai passé une très bonne soirée avec Joe Schmidt (le sélectionneur irlandais), je n'ai pas le sentiment que l'équipe d'Irlande soit frustrée par l'engagement de Guilhem. Je ne crois pas qu'il mérite d'être puni.

Vous avez gagné deux matches. Il en reste donc trois pour faire le Grand Chelem. C'est un gros mot ?

Vous ne me ferez pas aller sur ce chemin-là (sourire). J'ai trop d'expérience de club pour savoir que c'est déjà merveilleux d'avoir gagné deux matches par les temps qui courent. L'Écosse produit des matches fantastiques et a zéro point malgré son niveau de jeu. Et nous, c'est deux victoires ; il faut rester humbles, se concentrer d'abord sur le prochain match de Top 14.

Il vous fait peur, ce week-end de Top 14 ?

Non, il ne me fait pas peur. On a une relation intelligente avec l'ensemble des staffs des clubs. J'ai longtemps été entraîneur de club, je sais qu'un joueur qui dispute le Tournoi est fatigué. Mais j'espère que ceux qui ont eu peu de temps de jeu avec l'équipe de France joueront. Je prends l'exemple de Teddy Thomas, pareil pour JeanMarc Doussain. En revanche, certains ont beaucoup joué, sont dans le rouge. Ils ont besoin de récupérer parce qu'ils ne seront pas performants avec leur club, c'est certain.

"On a la chance de gagner, je pourrais presque lire la presse mais, honnêtement, je sais trop comment on peut être pollué maladroitement par des spécialistes de ci, de ça..."

Vous répétiez ne pas avoir de soucis avec Maxime Mermoz, non sélectionné au départ, et l'avez rappelé depuis...

Ça veut dire que je n'ai pas menti. Je ne suis pas là pour vendre des journaux, mais pour dire la vérité... enfin quand j'ai envie de la dire (malicieux). Avec Maxime, les choses sont claires : il n'y a jamais eu de problème. De même que je n'en ai jamais eu avec Mathieu Bastareaud, par exemple. Si un jour, Mathieu mérite de revenir en équipe de France, il reviendra. Et je ne demanderai la permission à personne. Pour en revenir à Maxime, il est comme les autres, il peut faire de superbes matches et d'autres avec de petites choses à redire... Son comportement, c'est exactement ce que j'attends de lui : il amène ses qualités, son expérience et une implication totale.

La semaine dernière, on vous a entendu dire que vous ne prêtiez pas l'oreille à la pression populaire, aux médias.

Je me protège. Je n'ai pas ouvert un journal, pour ne pas me faire polluer par Pierre, Paul ou Jacques. Mon propos n'est pas de dire qu'il y est écrit des sottises, mais je veux avoir une liberté d'esprit. Mon seul souci est de savoir ce que pensent mes collaborateurs. On a la chance de gagner, je pourrais presque lire la presse mais, honnêtement, je sais trop comment on peut être pollué maladroitement par des spécialistes de ci, de ça....

Quand donnerez-vous votre liste pour Galles-France ?

On va se téléphoner avec Yannick et Jeff. On la donnera mardi (demain) ou mercredi, le plus rapidement possible par respect pour les coaches des clubs, qu'ils sachent très tôt sur qui ils peuvent compter.»



#1229 julien

julien

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 38 700 messages

Posté 15 février 2016 - 10:53

Guirado et Mermoz joueront avec Toulon à Oyonnax, dimanche, 5 jours avant le match à Cardiff... On peut apprécier la place que donne à l'EDF le peut-être futur président de la FFR... "bravo" aussi à Canal d'avoir positionné un match 5 jours avant Galles...



#1230 ELSAZOAM

ELSAZOAM

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 29 579 messages

Posté 15 février 2016 - 11:01

Si Novès appelle un troisième gaucher, je vois bien Florian Fresia ou Lucas Pointud.

La Montagne parle de Fresia, Chaume, Debaty voire Chiocci ou Domingo...