Aller au contenu


Photo

Nouvel accord FFR/LNR


  • Veuillez vous connecter pour répondre
224 réponses à ce sujet

#31 sebduth

sebduth

    Equipe de France

  • QG
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 7 805 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Orcet
  • Mon club:

Posté 18 juin 2016 - 12:06

On marche sur la tête du côté de la LNR! Donner plus de temps pour l'équipe de France et des plages de récupération est sans le moindre doute souhaitable mais il faut être cohérent : dans ce cas, au moins un Top 12 et la suppression des barrages s'imposent!

Vu de l’extérieur, il semble vraiment que du côté de la LNR, chacun ne voit qu'un intérêt individuel et immédiat : "Bah, l'équipe de France, ça ne concerne essentiellement que trois ou quatre clubs..." C'est certain que ce n'est pas dans les bureaux de Mohed Altrad qu'on va hurler contre pareille décision. Mais comment ne pas voir que c'est le vivier du XV de France qu'on assassine? Combien de temps des clubs vont continuer à investir sur la formation et lancer des jeunes?

Sur un poste comme celui d'ouvreur, donner sa confiance à un jeune, accepter ses erreurs plutôt que de prendre un sudiste confirmé n'est déjà pas le choix le plus facile. Alors qui va le faire avec la perspective de s'en voir privé la moitié de l'année s'il atteint le niveau visé?

Demain, pour le coup d'envoi d'une demi-finale de Top 14, on aura sept joueurs français sur la pelouse. Oui, sept sur trente! Même pas un quart! On pourra donner tous les moyens à Guy Novès ou quelque sélectionneur français, on ne sera jamais au niveau si ce dernier doit choisir entre trois ouvreurs et deux piliers droits titulaires en Top 14.

 

 

C'est vrai dans le fond.

 

Mais dans la pratique, tu peux pas tout faire en même temps et donc il faut commencer quelque part. La révolution où tu changes tout d'un coup, c'est dans les films.

 

Partant de ce principe, c'est tout à fait logique de commencer par donner plus de temps au XV de France, puisque le but est d'augmenter sa compétitivité.

De cette mise en place découlera des adaptations des clubs et des instances. Si les internationaux français ne jouent plus assez, ou que les jeunes français manquent d'espace, alors d'autres mesures seront prises (Top 12, resserrement des JIFF, etc...). C'est un changement perpétuel, progressif.

 

Pour une fois, une mesure est prise, qui va dans le sens de l'EDF. Apprécions ce progrès, et attendons de voir les dérives et les progrès suivants.



#32 Spadone

Spadone

    Equipe de France

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 7 748 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Clermont-Ferrand
  • Mon club:

Posté 18 juin 2016 - 12:07

La fédé semble vouloir tout faire pour l'EdF

La LNR veut favoriser l'économie du top14.

 

Sans aucun compromis de chaque coté tant les distension sont fortes. A voir le vote final...



#33 Jacques-Yves

Jacques-Yves

    Joueur de 2ème série

  • Membres
  • PipPipPip
  • 121 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Paris
  • Mon club:

Posté 18 juin 2016 - 13:21

 

 

C'est vrai dans le fond.

 

Mais dans la pratique, tu peux pas tout faire en même temps et donc il faut commencer quelque part. La révolution où tu changes tout d'un coup, c'est dans les films.

 

Partant de ce principe, c'est tout à fait logique de commencer par donner plus de temps au XV de France, puisque le but est d'augmenter sa compétitivité.

De cette mise en place découlera des adaptations des clubs et des instances. Si les internationaux français ne jouent plus assez, ou que les jeunes français manquent d'espace, alors d'autres mesures seront prises (Top 12, resserrement des JIFF, etc...). C'est un changement perpétuel, progressif.

 

Pour une fois, une mesure est prise, qui va dans le sens de l'EDF. Apprécions ce progrès, et attendons de voir les dérives et les progrès suivants.

 

Je ne sais pas si c'est un progrès si cela doit tarir le vivier de l'équipe de France. A mes yeux, la France est déjà en grande difficulté sur ce point et c'est le premier problème du XV de France.

 

Ces mesures sont évidemment souhaitables si on en tire les conséquences logiques. Mais si nous devons attendre quatre ans, qu'adviendra t-il? Combien de temps Toulouse et le Stade Français, qui n'ont pas la richesse d'effectif de l'ASM, vont continuer à privilégier la formation contre toute logique sportive?

 

J'ai envie que mon club continue sur cette voie. Je sais bien qu'avoir des sélectionnés ne sera probablement jamais un avantage. Mais il faut juste que cela soit soutenable. L'année dernière, j'étais extrêmement fier de de voir mon club aligner en finale du Top 14 cinq joueurs formés au club - alors même que Plisson et Bonneval étaient blessés - et dix joueurs français dans XV de départ. Je sais que vous êtes énormément à ressentir la même chose en Auvergne. Mais je supporte difficilement ces sentiments contradictoires qui m'obligent à observer lucidement que l'année prochaine, nous serons très durement pénalisés par ce choix.

 

Ce soir, il y aura sept joueurs français sur la pelouse au coup d'envoi, un joueur sélectionnable formé au club dans chaque équipe (l'un ayant vingt-six ans, l'autre bientôt trente)... Et tout semble fait pour conforter ces clubs dans leurs choix.


  • Gourine63 aime ceci

#34 Gourine63

Gourine63

    Joueur du Grand Chelem

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 9 793 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:clermont ferrand
  • Mon club:

Posté 18 juin 2016 - 14:56

Doit y avoir moyen d'inciter les clubs à faire jouer des français dans ce cas,exemple:

200K de masse salariale supplémentaire par saison pour une équipe qui aura aligné à chaque match au moins 15 français dont 10 sur le terrain au coup d'envoi.

Cette configuration permettrait de voir 140 français titulaire à chaque journée de quoi largement puiser pour un groupe de 30.

#35 Jacques-Yves

Jacques-Yves

    Joueur de 2ème série

  • Membres
  • PipPipPip
  • 121 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Paris
  • Mon club:

Posté 18 juin 2016 - 17:59

200000 euros cela représente une goutte d'eau dans la masse salariale, ça ne compense même pas le surcout pour embaucher un joueur de niveau international sur certains postes. Et cela pour un objectif qu'aucun club, même avec la meilleure volonté, ne pourrait remplir avec les doublons.

 

Il y a également un autre travers à ces obligations (JIFF notamment) : si un international doit être absent la moitié de la saison, il est de l'intérêt des clubs de réserver certains postes particulièrement décisifs à des non-sélectionnables. Par exemple pour les ouvreurs, comment construire un jeu autour d'un joueur qui sera absent la moitié de la saison? De fait, on se retrouve déjà en grand déficit sur certains postes (Pilier droit, huit, ouvreur...).



#36 Corbain

Corbain

    Joueur de Fédérale 2

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 883 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 18 juin 2016 - 21:17

La fédé semble vouloir tout faire pour l'EdF

La LNR veut favoriser l'économie du top14.

 

Sans aucun compromis de chaque coté tant les distension sont fortes. A voir le vote final...

La fédé et la Ligue ont des intérêts distincts puisque l'une s'occupe du monde amateur et l'autre du professionnel.

Par contre, la Ligue ne peut exister que si la Fédé le lui autorise puisqu'elle lui délègue le secteur pro, et c'est là qu'un président de Fédé avec un "gros slip" peut avoir de l'influence.

Mais pour l'instance, je n'ai entendu que Laporte soulever ce problème...



#37 Lourugby

Lourugby

    Champion d'Europe

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 5 148 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Lyon
  • Mon club:

Posté 19 juin 2016 - 13:21

Interview de Paul Goze sur rugbyrama :

 

Avec la première demi-finale Clermont-Racing, le Top 14 s'est refait une image qui avait été égratignée par la qualité de jeu proposée lors des barrages...

Paul GOZE: Cela a été une très belle promotion du rugby, en Bretagne et sur l'ensemble du territoire. Un match de phases finales avec de l'intensité, du suspense... quoi de mieux ? Nous attendions cela depuis deux-trois saisons car c'est vrai que les matches de phases finales étaient cadenassés et ce Clermont-Racing nous a réconciliés avec les matches couperets. On espère qu'une chose, c'est que cela continue.

 

Une bonne nouvelle pour la LNR après quelques semaines agitées, notamment avec les descentes administratives prononcées en Pro D2. Comment en est-on arrivé là ?

P.G: Déjà, ce sont quatre cas différents. La descente de Tarbes a été prononcée après la présentation de documents peu vraisemblables. Les trois autres sont aussi différents. Sur les trois, un voire deux et peut-être même les trois vont amener les pièces et les éléments financiers nécessaires pour se maintenir. Maintenant, c'est vrai que la que la conjoncture économique actuelle est très difficile. Cela veut bien dire que le rugby doit continuer à travailler, aider les clubs à se structurer et faire que l'économie de notre sport soit viable, quels que soient la ville et le club.

 

Le Pro D2 est-il malade ?

P.G: Non, je crois que ces difficultés traduisent surtout le fait que certains clubs ont eu des crises de croissance importantes et ont eu du mal à se structurer. Si on veut aller au-delà des trois équipes dont on parle, le déficit total d'exploitation des clubs était de 34 millions d'euros en 2014 et il n'est plus que de 20 millions en 2015. Cela veut bien dire qu'un travail de fond est effectué. C'est bon signe mais tout ne peut pas se résoudre en un jour. Il y aura toujours des clubs moins structurés qui auront plus de mal que d'autres. Le tout est de ne pas vivre au-dessus de ses moyens et de se laisser entraîner dans une surenchère folle au niveau des salaires en partant du principe que si un joueur est payé double, ce n'est pas pour cela qu'il sera deux fois meilleur. Ce sont des idées très simples qui ne devraient jamais quitter l'esprit de nos dirigeants. De gros efforts restent encore à faire.

 

Beaucoup d'hypothèses ont été établies, notamment celles de faire monter un ou les deux demi-finalistes de Fédérale 1. Qu'en est-il exactement ?

P.G: Nous avons voté cela en comité directeur vendredi. C'est simple : si une équipe est reléguée, Provence Rugby sera rattrapé, si c'est deux, nous jouerons le Pro D2 à quinze car il n'est pas question de repêcher un club de Fédérale en fin de procédure, qui n'aura pas été préparé ni structuré. Je ne parle pas de trois descentes car Biarritz a, je pense, réglé son problème.

 

Doit-on encore s'attendre à de nouvelles descentes administratives dans les prochains mois ?

P.G: Bien évidemment qu'un club comme Dax est repêché grâce aux problèmes administratifs d'autres clubs alors que cela fait deux ans qu'il doit descendre. C'est le jeu des sports professionnels. Chacun joue sa saison et des problèmes financiers peuvent venir s'immiscer et faire que les résultats acquis sur le plan sportif ne le soient pas sur le plan financier. Maintenant, je le répète, l'amélioration sensible sur l'ensemble des clubs professionnels cette saison m'amène à penser que nous connaîtrons un peu moins de problèmes pour les saisons à venir.

 

En parallèle des demi-finales de Top 14, de nouveaux accords très favorables au XV de France ont été conclus entre la LNR et la FFR. Est-ce un cadeau présidentiel de votre part ?

P.G: Non. Je pense que les résultats des Bleus à la dernière Coupe du monde ont crée un choc dans le rugby français. Une cellule a été formée à l'issue de ça et a fait des propositions. Nous avons estimé qu'un certain nombre de ces propositions étaient de nature à aider le XV de France et les clubs ont accepté de faire cet effort. Un principe premier ne doit pas être oublié : l'équipe de France est importante pour l'ensemble du rugby français, y compris et surtout pour le rugby professionnel. Notre sport n'a pas encore une couverture géographique nationale et n'existe dans certaines régions que par l'équipe de France.

 

Ces accords ont-ils été influencées par les propositions du candidat à la FFR Bernard Laporte, comme il l'a avancé récemment ?

P.G: Chacun peut dire ce qu'il veut et peut tirer partie des décisions qui sont prises. La vérité est que la cellule technique a été formée au mois de décembre, qu'elle s'est réunie entre janvier et mars, que ses propositions ont été transmises au mois d'avril à Pierre Camou et à moi-même et ont débouché sur les derniers accords. Après, chacun peut s'arroger la paternité des décisions, ce n'est pas important. Ce qui compte, c'est que les clubs, dans leur grande majorité, ont pris conscience que l'équipe de France était une priorité et ont accepté de faire un certain nombre d'efforts.

 

Y aura t-il des contre-parties autres que financières, évoquées par Bernard Laporte ?

P.G: Bien évidemment, c'est marqué dans la convention. Tout club aura la possibilité de recruter un élément supplémentaire en plus du quota fixé à 35 joueurs pour deux internationaux. Le Salary Cap est aussi augmenté à 200 000 euros par joueur sélectionné. Tout a été fait pour à la fois favoriser le XV de France et ne pas pénaliser les clubs pourvoyeurs d'internationaux.

 

Est-ce la porte ouverte à l'arrivée de plus d'étrangers en Top 14 ?

P.G: J'ai entendu ça et je l'ai anticipé. Les gens qui ont pensé cela doivent imaginer que nos QI sont relativement bas. Ces accords vont être doublés avec ceux prévus au mois de juillet qui apporteront un renforcement très important du dispositif JIFF (joueurs issus de la formation française), qui prendront effet à partir de la saison 2017-2018. En cas du non-respect du quota de 14 JIFF, cela entraînera un retrait de points. Les joueurs non JIFF ne pourront être que 16 dans l'ensemble du club, Espoirs compris. Tous les Espoirs non JIFF resteront non JIFF. Les clubs ne pourront pas non plus recruter de joker médical non JIFF si le quota des 16 est déjà atteint en début de saison. Ces mesures fortes et précises tendront à limiter le poids des joueurs non JIFF dans les effectifs professionnels et permettront aux jeunes français, qui seront les internationaux de demain, de jouer.



#38 tire-bouchon

tire-bouchon

    Champion d'Europe

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 5 061 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 19 juin 2016 - 14:00

Si les équipes tournent correctement, les Internationaux seront remplaçants dans leurs clubs. pas plus compliqué que ça.

 

Si par hasard il y a 5 ou 6 sélectionnés qui ne donnent pas satisfaction. On en fait quoi ? Que fait on de l'indemnité encaissée par le club ? etc ...etc..

 

J' en passe et des meilleures


  • Velveteethol et Vynce aiment ceci

#39 Vynce

Vynce

    faux supporter

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 18 198 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Kerbach
  • Mon club:

Posté 19 juin 2016 - 14:09

Une solution existe pourtant : alléger le calendrier. Top 12 sans phases finales et fin des doublons.

Si on veut des phases finales à tout prix on peut créer 2 poules de 8 avec des têtes de série. 3 premiers qualifiés avec phases finales et barrages comme à l'heure actuelle.


  • Velveteethol aime ceci

#40 Spadone

Spadone

    Equipe de France

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 7 748 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Clermont-Ferrand
  • Mon club:

Posté 19 juin 2016 - 14:29

 

Le Pro D2 est-il malade ?

P.G: Non, je crois que ces difficultés traduisent surtout le fait que certains clubs ont eu des crises de croissance importantes et ont eu du mal à se structurer. Si on veut aller au-delà des trois équipes dont on parle, le déficit total d'exploitation des clubs était de 34 millions d'euros en 2014 et il n'est plus que de 20 millions en 2015. Cela veut bien dire qu'un travail de fond est effectué. C'est bon signe mais tout ne peut pas se résoudre en un jour. Il y aura toujours des clubs moins structurés qui auront plus de mal que d'autres. Le tout est de ne pas vivre au-dessus de ses moyens et de se laisser entraîner dans une surenchère folle au niveau des salaires en partant du principe que si un joueur est payé double, ce n'est pas pour cela qu'il sera deux fois meilleur. Ce sont des idées très simples qui ne devraient jamais quitter l'esprit de nos dirigeants. De gros efforts restent encore à faire.

Tout va bien dans le meilleur des mondes. MDR. Le tout est de ne pas vivre au dessus de ses moyens, mais pourtant y'a 20MILLIONS, oui 20MILLIONS de déficit sur un an.

 

 

Y aura t-il des contre-parties autres que financières, évoquées par Bernard Laporte ?

P.G: Bien évidemment, c'est marqué dans la convention. Tout club aura la possibilité de recruter un élément supplémentaire en plus du quota fixé à 35 joueurs pour deux internationaux. Le Salary Cap est aussi augmenté à 200 000 euros par joueur sélectionné. Tout a été fait pour à la fois favoriser le XV de France et ne pas pénaliser les clubs pourvoyeurs d'internationaux.

Concrétement, un joueur français internationnal coutera une blinde à son club. Son salaire, déjà cher avec les JIFF, + son joker et le fait qu'il ne sera pas là une très grande partie de l'année ou tout les copains joueront, ou les automatisme se créeront.

 

Le rugby est un sport d'équipe, ce n'est pas le foot dans l'organisation collective.

 

 

J'aime cependant la dernière question. Mais tout ce qui est dit me fait penser que rationnellement, il faut avoir le moins de joueur français possible dans ton 15 type; et que tu vas faire l'effort JIFF sur les remplacants et les 3eme. Tout va bien dans le meilleur des mondes.


  • Velveteethol aime ceci

#41 Jacques-Yves

Jacques-Yves

    Joueur de 2ème série

  • Membres
  • PipPipPip
  • 121 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Paris
  • Mon club:

Posté 19 juin 2016 - 15:06


Est-ce la porte ouverte à l'arrivée de plus d'étrangers en Top 14 ?

P.G: J'ai entendu ça et je l'ai anticipé. Les gens qui ont pensé cela doivent imaginer que nos QI sont relativement bas. Ces accords vont être doublés avec ceux prévus au mois de juillet qui apporteront un renforcement très important du dispositif JIFF (joueurs issus de la formation française), qui prendront effet à partir de la saison 2017-2018. En cas du non-respect du quota de 14 JIFF, cela entraînera un retrait de points. Les joueurs non JIFF ne pourront être que 16 dans l'ensemble du club, Espoirs compris. Tous les Espoirs non JIFF resteront non JIFF. Les clubs ne pourront pas non plus recruter de joker médical non JIFF si le quota des 16 est déjà atteint en début de saison. Ces mesures fortes et précises tendront à limiter le poids des joueurs non JIFF dans les effectifs professionnels et permettront aux jeunes français, qui seront les internationaux de demain, de jouer.

 

Donc un joueur français qui aurait commencé le rugby à 15 ans resterait non-JIFF jusqu'à ses vingt ans... Du coup, les clubs vont être très enclins à les pendre en centre de formation ; qui préfèrerait réserver une place non-JIFF à un international étranger plutôt qu'à un espoir? On avait vraiment tort de douter des décideurs de la LNR... :innocent:



#42 Lourugby

Lourugby

    Champion d'Europe

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 5 148 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Lyon
  • Mon club:

Posté 19 juin 2016 - 16:18

8 semaines de repos consécutives...auxquelles on rajoutera 2 semaines de remise en route.

 

Délirant.

 

Non pour moi c'est plutôt :

 

- 4 semaines de repos (minimum légal) : Déjà le cas avant.

- 4 semaines de préparation physique : Souvent les internationaux en avaient que deux.

 

Cette mesure n'impacte le club que pour deux semaines environ par rapport à avant, si mes calculs sont bon. Les Anglais font pareil avec leurs internationaux, comme ça ils du temps pour bien se préparer physiquement. Par contre, la fédération anglaise dédommage les clubs concernés, elle ...



#43 Polochon

Polochon

    Joueur du Grand Chelem

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 977 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Clermont
  • Mon club:

Posté 19 juin 2016 - 16:29

 

Donc un joueur français qui aurait commencé le rugby à 15 ans resterait non-JIFF jusqu'à ses vingt ans... Du coup, les clubs vont être très enclins à les pendre en centre de formation ; qui préfèrerait réserver une place non-JIFF à un international étranger plutôt qu'à un espoir? On avait vraiment tort de douter des décideurs de la LNR... :innocent:

suffit de voir combien de joueur pro ont commencé à 15 ans. Tu appliques le ratio de jeune français lancés en top 14 à 20 ans ou moins et tu verras que c'est un faux débat...



#44 Velveteethol

Velveteethol

    Champion d'Europe

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 5 555 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Lyon
  • Mon club:

Posté 19 juin 2016 - 17:39

Tout va bien dans le meilleur des mondes. MDR. Le tout est de ne pas vivre au dessus de ses moyens, mais pourtant y'a 20MILLIONS, oui 20MILLIONS de déficit sur un an.

 

Concrétement, un joueur français internationnal coutera une blinde à son club. Son salaire, déjà cher avec les JIFF, + son joker et le fait qu'il ne sera pas là une très grande partie de l'année ou tout les copains joueront, ou les automatisme se créeront.

 

Le rugby est un sport d'équipe, ce n'est pas le foot dans l'organisation collective.

 

 

J'aime cependant la dernière question. Mais tout ce qui est dit me fait penser que rationnellement, il faut avoir le moins de joueur français possible dans ton 15 type; et que tu vas faire l'effort JIFF sur les remplacants et les 3eme. Tout va bien dans le meilleur des mondes.

 

+1 c'est sûr que le salaire par rapport au temps de jeu au club, l'absence d'automatisme avec l'équipe, ils vont pas rester longtemps dans les clubs qui jouent des matchs "importants"


  • Spadone aime ceci

#45 Jacques-Yves

Jacques-Yves

    Joueur de 2ème série

  • Membres
  • PipPipPip
  • 121 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Paris
  • Mon club:

Posté 19 juin 2016 - 17:49

suffit de voir combien de joueur pro ont commencé à 15 ans. Tu appliques le ratio de jeune français lancés en top 14 à 20 ans ou moins et tu verras que c'est un faux débat...

 

Pour les joueurs en centre de formation qui n'ont pas commencé le rugby à 13 ans au plus tard - sur certains postes (pilier par exemple), on voit pas mal de joueurs en centres de formation venant d'autres disciplines (athlétisme, lutte, judo...) à la faveur d'un potentiel physique - il doit également y avoir la possibilité de les envoyer en tutorat dans un club non professionnel pour rattraper les années. Hypothèse à laquelle je n'avais pas pensé.

 

Effectivement, ce sera probablement assez peu problématique à de très rares exceptions notables (joueur ayant effectué ses études scolaires à l'étranger et souhaitant intégrer un centre de formation français à ses 16-17-18-19 ans).






0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 members, 0 guests, 0 anonymous users