Aller au contenu


Photo

EDF de Brunel


  • Veuillez vous connecter pour répondre
4238 réponses à ce sujet

#3961 el landeno

el landeno

    Joueur de Fédérale 2

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 996 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:dax
  • Mon club:

Posté 19 mars 2019 - 07:22

Fabien Galthié dans le staff du quinze de France : une éventualité qui interroge
Publié le   mardi 19 mars 2019 à 00:00 
La possible arrivée de l'ancien Bleu au sein du staff de l'équipe de France en vue de la Coupe du monde répond à une logique certaine mais soulève quelques questions.
Maxime Raulin et Renaud Bourel
L'intéressé se considère lui-même comme un serpent de mer. Le nom à ressortir quand tout va mal. Ces derniers jours, Fabien Galthié est pourtant devenu une option plus que crédible pour l'équipe de France au sortir d'un Tournoi des Six Nations consternant sur tant d'aspects. Comme nous l'écrivions lundi, Bernard Laporte a effectué son propre sondage à l'intérieur du groupe France à propos de l'ancien manager de Toulon. L'idée était notamment de voir comment serait perçue son éventuelle greffe au sein du staff actuel. Galthié occuperait une place de super consultant, assis à la droite de Jacques Brunel pour parler de jeu, de mouvement général, a priori sans conséquence pour Jean-Baptiste Élissalde, adjoint en charge des arrières. 

L'affaire serait donc un peu plus engagée. Galthié a toujours rêvé de l'équipe de France. Elle serait une sorte d'accomplissement dans sa carrière sportive déjà très riche, si l'on épluche son CV côté joueur, mais peut-être un peu plus frustrante côté entraîneur. Il connaît toutefois trop bien le rugby pour se laisser embarquer dans le piège d'une « pige » de luxe de quelques mois, jusqu'à la Coupe du monde (du 20 septembre au 2 novembre au Japon) et dans laquelle il aurait quelques coups à prendre. C'est pour cela que l'ancien capitaine du quinze de France ne serait tenté par cette mission qu'à la condition de poursuivre jusqu'en 2023. Une exigence logique et légitime quand on entend bâtir une équipe compétitive et exprimer des idées ambitieuses sur le jeu. Bernard Laporte, lui, n'était pas parti pour travailler dans ce sens. Reste que le patron du rugby français, même s'il réfléchit déjà à l'après-Brunel, doit gérer l'urgence et apporter des solutions à l'équipe de France. 

Lui et pas un autre 

Pourquoi lui ? C'est tout bête mais Fabien Galthié a d'abord l'avantage d'être libre. À part peut-être Raphaël Ibañez, ils sont rares dans ce cas. Autre avantage, il a toujours été très apprécié par Bernard Laporte, qui, dès son élection à la présidence de la Fédération française, en décembre 2016, avait dans l'idée de faire de Galthié son sélectionneur en 2019. L'ancien demi de mêlée compte d'ailleurs 33 de ses 64 matches avec les Bleus sous le premier mandat de Laporte comme sélectionneur tricolore (entre 2000 et 2003). Enfin, Galthié est encore plus proche de Jacques Brunel. Les deux hommes se connaissent de longue date, à Colomiers, et se respectent. Quand Brunel avait été désigné à la place de Guy Novès en décembre 2017, il avait appelé Galthié, à l'époque en poste à Toulon, pour lui proposer d'intégrer son staff. 

Depuis le début de sa carrière d'entraîneur, en 2004 au Stade Français, Galthié a toujours été considéré comme un technicien hors pair. Consultant pour France Télévisions et L'Équipe sur l'équipe de France, il dispose de tribunes pour livrer ses analyses, qui, à l'instar de son décryptage avant le dernier match en Angleterre (8-44), prophétisant la tactique du jeu au pied anglais, impressionnent parfois et renforcent sa légitimité. Le responsable du rugby à Canal + Éric Bayle, voix qui porte dans le milieu, avait ainsi livré un plaidoyer sans réserve en sa faveur il y a quelques semaines. Même le président de Toulon, Mourad Boudjellal, qui s'est pourtant séparé du technicien l'an dernier, après seulement un an de contrat, abonde : « Si Bernard (Laporte) veut faire une évolution à court terme, et pas une révolution, la solution, c'est Galthié ! »

Un apport stratégique indéniable 

Son savoir, ses analyses, ses méthodes d'entraînement... La liste de ce qu'il pourrait apporter à ce quinze de France en souffrance est longue. « Galthié est un cerveau, ce serait dommage de s'en priver », résume Boudjellal. Depuis qu'il entraîne, l'ex-demi de mêlée a toujours été en avance sur son temps. « Il a un très haut niveau d'analyse et de conception du rugby, explique un ex-collaborateur. En plus, il a ajouté à sa palette un côté très scientifique. Il utilise beaucoup les données, ce qui est indissociable du rugby international. » De multiples compétences qu'il a notamment développées lors de ses voyages - en tant que joueur puis en tant que coach - et ses échanges avec de nombreux staffs, aux quatre coins du monde. 

« Le problème, c'est notre jeu, pose Boudjellal. Il peut apporter plus d'intelligence et le bonifier. » Autre compétence reconnue : son côté stratège. « Il sait parfaitement décrypter le jeu des adversaires, poursuit notre interlocuteur préférant rester anonyme. Il sait mettre en place durant la semaine des exercices transférables au match pour gagner. Il est dans l'anticipation et se trompe rarement. Même à la mi-temps, il est capable de renverser un match. Il est très froid dans l'analyse, rarement dans l'émotion. »

De nombreux joueurs passés entre les mains de Galthié le reconnaissent : « On s'ennuie rarement aux entraînements. » Peut-il redonner sourire et entrain à Marcoussis aux Bleus, qui, pour la plupart, n'avaient qu'une envie à l'issue de ce Tournoi des Six Nations maussade, celle de rentrer en club ? 

Une intégration qui pose question 

Quand on parle de Galthié revient rapidement sur la table la question de son management. « Humainement, c'est compliqué » ou « Il est cassant » sont des phrases régulièrement entendues. Dans le cas présent, l'enjeu de son intégration serait double : vis-à-vis du staff en place et des joueurs. Parmi ces derniers, il en retrouvera certains qu'il a entraînés, comme Guilhem Guirado ou Mathieu Bastareaud, à Toulon. Il avait fait de Basta son capitaine au RCT, contribuant à relancer sa carrière, ce dont lui sait gré le centre des Bleus. En revanche, comment se passeraient d'éventuelles retrouvailles avec Geoffrey Doumayrou ? Le Rochelais était parti fâché de Montpellier en 2012 et s'était accroché avec son ex-entraîneur l'année suivante, alors qu'il évoluait au Stade Français. 

La préparation à la Coupe du monde, en vase clos pendant plusieurs semaines, ne risque-t-elle pas de créer quelques étincelles ? Boudjellal se veut radical : « La gestion de l'humain le fait chier. Galthié est un joueur d'échecs. Jusqu'à preuve du contraire, un pion n'a pas d'état d'âme. On les bouge. C'est comme ça qu'il conçoit le rugby. S'il peut jouer aux échecs avec les Bleus, c'est Kasparov ! Mais il ne faut pas le laisser avec les joueurs. Il ne leur parle pas ! »

Et avec les autres membres du staff ? Quid de Jean-Baptiste Élissalde, en charge des arrières ? Ne risque-t-il pas de se sentir menacé ? De voir son périmètre se réduire ? Lorsque le nom de Galthié a circulé une première fois après la raclée subie en Angleterre le 10 février (44-8), « Élissalde tirait la gueule », nous a rapporté un habitué de Marcoussis. « Puis, suite au démenti de Laporte, ça allait mieux. » Pour que la greffe prenne, les ego devront rester aux vestiaires, comme le pense Boudjellal : « Si le jeu s'améliore, il prendra la lumière et de la légitimité. Ça posera des problèmes d'ego. Mais, vu la situation des Bleus, il faut que tout le monde mette son ego de côté. »

Fabien Galthié en bref  49 ans.
Consultant pour France Télévisions et L'Équipe.
2007 : le 9 juin, à l'issue de sa troisième saison d'entraîneur, il remporte le Top 14 avec le Stade Français, en finale contre Clermont (23-18).


#3962 bazooka

bazooka

    Joueur du Grand Chelem

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 9 539 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Cournon
  • Mon club:

Posté 19 mars 2019 - 07:35

Merci une nouvelle fois pour les articles mis en ligne !

 

J'espère vraiment que tous les jaunes et bleus sélectionnés seront blessés au moment de la CDM que ce soit vrai ou non et dans le premier cas pas trop grave, genre alertes musculaires à répétition...

 

Quand à un soutien à Brunel d'où qu'il vienne ou pas d'ailleurs, je m'en cogne grave, ce type est pour moi définitivement à gerber.

Au départ lorsqu'il est arrivé je n'avais pas d'avis particulier, je le trouvais même gentil de rendre à Laporte ce service.

Depuis j'ai découvert le bonhomme, je sais désormais que c'est un pauvre type minable, qui sera jeté par Laporte, Simon et consorts dès que nécessaire et jouable.



#3963 pedro6384

pedro6384

    Joueur de Fédérale 2

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 518 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:courthezon
  • Mon club:

Posté 19 mars 2019 - 09:28

arretes de me faire dire ce que je n'ai pas dit. c'est fatiguant à force.

arrête d'ajouter des "s" à arrête, c'est de l'impératif :w00t:

adhères tu au "Escot tout pourri au moins???"

escot n'est pas journaliste, voleur de ballons tout au plus...
  • bazooka aime ceci

#3964 sebduth

sebduth

    Equipe de France

  • QG
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 7 774 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Orcet
  • Mon club:

Posté 19 mars 2019 - 11:21


L'affaire serait donc un peu plus engagée. Galthié a toujours rêvé de l'équipe de France. Elle serait une sorte d'accomplissement dans sa carrière sportive déjà très riche, si l'on épluche son CV côté joueur, mais peut-être un peu plus frustrante côté entraîneur. Il connaît toutefois trop bien le rugby pour se laisser embarquer dans le piège d'une « pige » de luxe de quelques mois, jusqu'à la Coupe du monde (du 20 septembre au 2 novembre au Japon) et dans laquelle il aurait quelques coups à prendre. C'est pour cela que l'ancien capitaine du quinze de France ne serait tenté par cette mission qu'à la condition de poursuivre jusqu'en 2023. Une exigence logique et légitime quand on entend bâtir une équipe compétitive et exprimer des idées ambitieuses sur le jeu. Bernard Laporte, lui, n'était pas parti pour travailler dans ce sens. Reste que le patron du rugby français, même s'il réfléchit déjà à l'après-Brunel, doit gérer l'urgence et apporter des solutions à l'équipe de France. 

 

 

 

Tout le problème du cas Galthié est là.

 

Le débat n'est même pas sur ses compétences et sur ce qu'il pourrait apporter. Je pense d'ailleurs qu'il a un profil qui pourrait faire l'affaire en mode pompier, de par ses qualités techniques, et le fait qu'en sélection, et pas au 1er plan, ses gros défauts de management seraient masqués car il n'aurait pas ces responsabilités sur le plan humain.

 

Le débat est purement sur le management long terme de l'EDF, et c'est là qu'on voit toute l'incompétence de Laporte, qui croit encore qu'il peut virer et recruter comme bon lui semble, sans impact sur la performance.

 

Galthié juste en pompier jusqu'à la CDM, ça peut être bien sur le papier vu d'un grand chef qui prend tout le monde pour des pions.

Sauf qu'il est effectivement légitime, comme dit dans l'article, que Galthié (comme n'importe qui) ne veuille pas être juste un pion qu'on prend, qui prendra tous les coups en cas d'échec, et qu'on jette au bout de 6 mois pour mettre quelqu'un d'autre.

Tout à fait normal donc que Galthié, vu du sa paroisse, n'accepte de s'engager qu'à condition de prendre le poste pour la suite.

 

Et là... bah ce sera un choix beaucoup moins intéressant, car pour gérer l'urgence, on condamnerait les 4 ans à venir en s'engageant avec lui sur un poste de sélectionneur où je le crois pour le coup beaucoup moins compétent.

 

La demande de Galthié est complètement légitime, et c'est là que l'approche de Laporte dévoile toute son absurdité.


  • cocotte 63 et bazooka aiment ceci

#3965 Arverne03

Arverne03

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 27 192 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:HURIEL (03380)
  • Mon club:

Posté 19 mars 2019 - 11:25

GALTHIE je n'aime pas ! Et lorsqu'on l'entend commenter les matchs de l'E.D.F on est obligé de se poser certaines questions............ :mellow:  



#3966 bazooka

bazooka

    Joueur du Grand Chelem

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 9 539 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Cournon
  • Mon club:

Posté 19 mars 2019 - 12:16

Encore une hirondelle (déguisée) qui ne fera pas le printemps.



#3967 George Abitbol

George Abitbol

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 20 649 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Créteil
  • Mon club:

Posté 19 mars 2019 - 12:34

Bilan d'étape de Brunel + Novès :
XV de France : poste par poste, qui sont les... 97 joueurs utilisés depuis le Mondial 2015 ?

 
 
Sur le même sujet :
 
Sous Jacques Brunel, la grande lessive des joueurs continue

#3968 cocotte 63

cocotte 63

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 16 007 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Puy de Dôme
  • Mon club:

Posté 19 mars 2019 - 14:13

ça c'est un des plus GROS problème de l'EDF depuis Liévremont...

 

un mec fait 4 bons matchs bing en EDF... et on dégage celui d'avant qui avait fait aussi 4 bons matchs 6 mois plus tôt... et en plus on les habille d'un statut de futur star, de sauveur, de nouveau machin, de nouveau truc, du Lomu ou du Read français etc... bref un management tout pourri !!!

 

Vive Jelonch, Babillot, Cancoriet, Saconnie.... et maintenant vive Iturria, Alldritt, Macalou, Joseph et bientôt vive Fischer, Tolofua, Cros, ou Delaporte...

 

Bon il n'y a malheureusement que Guirado, Basta et Piccamoles qui restent...

 

Faut prendre le temps, en 1/4 de saison, on en fait des internationaux... alors qu'il faudrait 2/3 saisons dans d'autres nations, voir ça n'arriverait jamais pour certains... et après ils veulent des résultats et de la continuité... ce sont des baltringues...

 

Partir et annoncer sur tout les toits que Parra- Lopez conduiront le camion, pour les dégager deux matchs plus tard... :blink: et dans ces deux matchs il y a la plus belle mi-temps de l'EDF de ces 3 ou 4 dernières années...


  • RCV06 et wallis aiment ceci

#3969 inASMweTrust

inASMweTrust

    Champion d'Europe

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 6 910 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Caen
  • Mon club:

Posté 19 mars 2019 - 14:16

97, bravo à celui qui s'est infligé tous les CR e matchs pour compter.. On  encore 3 matchs de prépa pour arriver à 100... 

C'est en tout cas très intéressant, d'autant qu'on a les stats, mais aussi la liste. je vais regarder avec attention, car je continue à croire que sur ces quatre années, on avait de quoi élaborer un groupe compétitif,  que le talent est là. Sinon, s on avait la précision sut le temps cumulé, ça serait top (parce que Lopez, sur le dernier match, faut vraiment compter son match ?). 

 

 

 

Arrivée des joueurs de l'équipe de France pour leur 1er match de la CDM. 



#3970 gigi

gigi

    Champion d'Europe

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 5 890 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 19 mars 2019 - 14:31

ça c'est un des plus GROS problème de l'EDF depuis Liévremont...

 

un mec fait 4 bons matchs bing en EDF... et on dégage celui d'avant qui avait fait aussi 4 bons matchs 6 mois plus tôt... et en plus on les habille d'un statut de futur star, de sauveur, de nouveau machin, de nouveau truc, du Lomu ou du Read français etc... bref un management tout pourri !!!

 

 

 

je prendrais plutôt le problème a l'envers

 

les mecs ont un passage a vide et sautent direct...

passage a vide du en partie aux cadences infernales et au fait d'être en forme d'aout a juin, sans jamais faiblir... par rapport au jeunes voir moins jeune qui arrivent plein d'envie et surtout frais, n'ayant pas encore subit ces cadences infernales.

 

des que c'est leur tour, hop, passage a vide, et un nouveau plein de fraîcheur arrivent...

 

et comme ca, tu arrive a 100 joueurs entre deux CDM....   :D


  • Lima aime ceci

#3971 inASMweTrust

inASMweTrust

    Champion d'Europe

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 6 910 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Caen
  • Mon club:

Posté 19 mars 2019 - 14:37

 

 

je prendrais plutôt le problème a l'envers

 

les mecs ont un passage a vide et sautent direct...

passage a vide du en partie aux cadences infernales et au fait d'être en forme d'aout a juin, sans jamais faiblir... par rapport au jeunes voir moins jeune qui arrivent plein d'envie et surtout frais, n'ayant pas encore subit ces cadences infernales.

 

des que c'est leur tour, hop, passage a vide, et un nouveau plein de fraîcheur arrivent...

 

et comme ca, tu arrive a 100 joueurs entre deux CDM....    :D

Oui je suis d'accord. Ca n'est pas de sélectionner qq'un qui fait des bons matchs qui pose problème, c'est le fait de les virer au moindre accroc. Là encore, ça met en évidence deux choses : 

- une forme d'incompétence technique, et l'incapacité à identifier, derrière les hauts et les bas, le talent qui fait un international. 

- l'incompétence monstrueuse en management. Un mec pas bien en club (pour X raisons) va être sélectionné parce que la sélection peut aussi lui sortir la tête de l'eau, le relancer dans un autre contexte, lui redonner confiance. En hand, ça fait des années que ça s passe comme ça, pas besoin de disserter sur leurs résultats ET la qualité humaine qui y est entretenue. Même en foot, Deschamps vient de sélectionner Lémar, qui enchaîne depuis 8 mois des matchs d'une grande pauvreté, mais parce qu'il croit en lui. 

Que nous, sur le forum, on juge un joueur sur des highlights YouTube, pourquoi pas. Mais on quand même l'impression, depuis des années, que le staff de l'EDF fait ses compos avec ces mêmes vidéos et le résumés du Top14 sur le site de la Ligue ou sur Rugbyrama  :crying:  :cartonrouge:


  • Rugby ? aime ceci

#3972 sebduth

sebduth

    Equipe de France

  • QG
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 7 774 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Orcet
  • Mon club:

Posté 19 mars 2019 - 14:44


Que nous, sur le forum, on juge un joueur sur des highlights YouTube, pourquoi pas. Mais on quand même l'impression, depuis des années, que le staff de l'EDF fait ses compos avec ces mêmes vidéos et le résumés du Top14 sur le site de la Ligue ou sur Rugbyrama  :crying:  :cartonrouge:

 

 

Même pas sûr pcq Ntamack n'a encore jamais joué (ou presque jamais) en 10 en pro B)



#3973 gigi

gigi

    Champion d'Europe

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 5 890 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 19 mars 2019 - 14:58

 

- une forme d'incompétence technique, et l'incapacité à identifier, derrière les hauts et les bas, le talent qui fait un international. 

- l'incompétence monstrueuse en management.  

 

moi, déjà, j'arrive pas a parler d'incompétence au sujet de mecs qui en ont 100 fois plus que moi.

et je pense qu'il ont l’œil pour identifier les talents.

ensuite, ne pas comparer le rugby avec le foot voir même le hand, au niveau physique (et récupération), c'est quand même grandement différent.

au foot, un mec a cours de forme physique pourra s'en sortir, pas au rugby, ou alors pas longtemps. 

et si tu pioche car a cours de forme, ben la récup, elle est d'autant plus compliqué, et les coup portent plus, et donc tu t'enfonce un peu plus

 

les joueurs ne peuvent pas tenir la distance uniquement a cause du physique, le rugby, ils l'ont, le physique, ils ne peuvent pas l'avoir du 15 aout au 30 juin voir début juillet avec les tournées

or, un mec qui est dans le trou physiquement, ben au rugby,il peut pas être bon, ou alors juste sur une courte période, ou il arrivera a cacher ca derrière une intelligence de jeu, mais ca, c'est pas donné a tous le monde, ni a tous les postes

 

un parra par exemple, il a fallu qu'il soit ejecté de l'edf pour revenir a son niveau

un joueur blessé longue durée, (et là, c'est eux qui le disent) en profitent toujours pour se régénerer physiquement et mentalement du coup

et ca, ils ne peuvent pas le faire en temps normal



#3974 RCV06

RCV06

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 38 191 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Mandelieu la Napoule
  • Mon club:

Posté 19 mars 2019 - 15:18

Fabien Galthié dans le staff du quinze de France : une éventualité qui interroge

Publié le   mardi 19 mars 2019 à 00:00 
La possible arrivée de l'ancien Bleu au sein du staff de l'équipe de France en vue de la Coupe du monde répond à une logique certaine mais soulève quelques questions.
Maxime Raulin et Renaud Bourel
L'intéressé se considère lui-même comme un serpent de mer. Le nom à ressortir quand tout va mal. Ces derniers jours, Fabien Galthié est pourtant devenu une option plus que crédible pour l'équipe de France au sortir d'un Tournoi des Six Nations consternant sur tant d'aspects. Comme nous l'écrivions lundi, Bernard Laporte a effectué son propre sondage à l'intérieur du groupe France à propos de l'ancien manager de Toulon. L'idée était notamment de voir comment serait perçue son éventuelle greffe au sein du staff actuel. Galthié occuperait une place de super consultant, assis à la droite de Jacques Brunel pour parler de jeu, de mouvement général, a priori sans conséquence pour Jean-Baptiste Élissalde, adjoint en charge des arrières. 

L'affaire serait donc un peu plus engagée. Galthié a toujours rêvé de l'équipe de France. Elle serait une sorte d'accomplissement dans sa carrière sportive déjà très riche, si l'on épluche son CV côté joueur, mais peut-être un peu plus frustrante côté entraîneur. Il connaît toutefois trop bien le rugby pour se laisser embarquer dans le piège d'une « pige » de luxe de quelques mois, jusqu'à la Coupe du monde (du 20 septembre au 2 novembre au Japon) et dans laquelle il aurait quelques coups à prendre. C'est pour cela que l'ancien capitaine du quinze de France ne serait tenté par cette mission qu'à la condition de poursuivre jusqu'en 2023. Une exigence logique et légitime quand on entend bâtir une équipe compétitive et exprimer des idées ambitieuses sur le jeu. Bernard Laporte, lui, n'était pas parti pour travailler dans ce sens. Reste que le patron du rugby français, même s'il réfléchit déjà à l'après-Brunel, doit gérer l'urgence et apporter des solutions à l'équipe de France. 

Lui et pas un autre 

Pourquoi lui ? C'est tout bête mais Fabien Galthié a d'abord l'avantage d'être libre. À part peut-être Raphaël Ibañez, ils sont rares dans ce cas. Autre avantage, il a toujours été très apprécié par Bernard Laporte, qui, dès son élection à la présidence de la Fédération française, en décembre 2016, avait dans l'idée de faire de Galthié son sélectionneur en 2019. L'ancien demi de mêlée compte d'ailleurs 33 de ses 64 matches avec les Bleus sous le premier mandat de Laporte comme sélectionneur tricolore (entre 2000 et 2003). Enfin, Galthié est encore plus proche de Jacques Brunel. Les deux hommes se connaissent de longue date, à Colomiers, et se respectent. Quand Brunel avait été désigné à la place de Guy Novès en décembre 2017, il avait appelé Galthié, à l'époque en poste à Toulon, pour lui proposer d'intégrer son staff. 

Depuis le début de sa carrière d'entraîneur, en 2004 au Stade Français, Galthié a toujours été considéré comme un technicien hors pair. Consultant pour France Télévisions et L'Équipe sur l'équipe de France, il dispose de tribunes pour livrer ses analyses, qui, à l'instar de son décryptage avant le dernier match en Angleterre (8-44), prophétisant la tactique du jeu au pied anglais, impressionnent parfois et renforcent sa légitimité. Le responsable du rugby à Canal + Éric Bayle, voix qui porte dans le milieu, avait ainsi livré un plaidoyer sans réserve en sa faveur il y a quelques semaines. Même le président de Toulon, Mourad Boudjellal, qui s'est pourtant séparé du technicien l'an dernier, après seulement un an de contrat, abonde : « Si Bernard (Laporte) veut faire une évolution à court terme, et pas une révolution, la solution, c'est Galthié ! »

Un apport stratégique indéniable 

Son savoir, ses analyses, ses méthodes d'entraînement... La liste de ce qu'il pourrait apporter à ce quinze de France en souffrance est longue. « Galthié est un cerveau, ce serait dommage de s'en priver », résume Boudjellal. Depuis qu'il entraîne, l'ex-demi de mêlée a toujours été en avance sur son temps. « Il a un très haut niveau d'analyse et de conception du rugby, explique un ex-collaborateur. En plus, il a ajouté à sa palette un côté très scientifique. Il utilise beaucoup les données, ce qui est indissociable du rugby international. » De multiples compétences qu'il a notamment développées lors de ses voyages - en tant que joueur puis en tant que coach - et ses échanges avec de nombreux staffs, aux quatre coins du monde. 

« Le problème, c'est notre jeu, pose Boudjellal. Il peut apporter plus d'intelligence et le bonifier. » Autre compétence reconnue : son côté stratège. « Il sait parfaitement décrypter le jeu des adversaires, poursuit notre interlocuteur préférant rester anonyme. Il sait mettre en place durant la semaine des exercices transférables au match pour gagner. Il est dans l'anticipation et se trompe rarement. Même à la mi-temps, il est capable de renverser un match. Il est très froid dans l'analyse, rarement dans l'émotion. »

De nombreux joueurs passés entre les mains de Galthié le reconnaissent : « On s'ennuie rarement aux entraînements. » Peut-il redonner sourire et entrain à Marcoussis aux Bleus, qui, pour la plupart, n'avaient qu'une envie à l'issue de ce Tournoi des Six Nations maussade, celle de rentrer en club ? 

Une intégration qui pose question 

Quand on parle de Galthié revient rapidement sur la table la question de son management. « Humainement, c'est compliqué » ou « Il est cassant » sont des phrases régulièrement entendues. Dans le cas présent, l'enjeu de son intégration serait double : vis-à-vis du staff en place et des joueurs. Parmi ces derniers, il en retrouvera certains qu'il a entraînés, comme Guilhem Guirado ou Mathieu Bastareaud, à Toulon. Il avait fait de Basta son capitaine au RCT, contribuant à relancer sa carrière, ce dont lui sait gré le centre des Bleus. En revanche, comment se passeraient d'éventuelles retrouvailles avec Geoffrey Doumayrou ? Le Rochelais était parti fâché de Montpellier en 2012 et s'était accroché avec son ex-entraîneur l'année suivante, alors qu'il évoluait au Stade Français. 

La préparation à la Coupe du monde, en vase clos pendant plusieurs semaines, ne risque-t-elle pas de créer quelques étincelles ? Boudjellal se veut radical : « La gestion de l'humain le fait chier. Galthié est un joueur d'échecs. Jusqu'à preuve du contraire, un pion n'a pas d'état d'âme. On les bouge. C'est comme ça qu'il conçoit le rugby. S'il peut jouer aux échecs avec les Bleus, c'est Kasparov ! Mais il ne faut pas le laisser avec les joueurs. Il ne leur parle pas ! »

Et avec les autres membres du staff ? Quid de Jean-Baptiste Élissalde, en charge des arrières ? Ne risque-t-il pas de se sentir menacé ? De voir son périmètre se réduire ? Lorsque le nom de Galthié a circulé une première fois après la raclée subie en Angleterre le 10 février (44-8), « Élissalde tirait la gueule », nous a rapporté un habitué de Marcoussis. « Puis, suite au démenti de Laporte, ça allait mieux. » Pour que la greffe prenne, les ego devront rester aux vestiaires, comme le pense Boudjellal : « Si le jeu s'améliore, il prendra la lumière et de la légitimité. Ça posera des problèmes d'ego. Mais, vu la situation des Bleus, il faut que tout le monde mette son ego de côté. »

Fabien Galthié en bref  49 ans.
Consultant pour France Télévisions et L'Équipe.
2007 : le 9 juin, à l'issue de sa troisième saison d'entraîneur, il remporte le Top 14 avec le Stade Français, en finale contre Clermont (23-18).

 

Boudjellal qui cherche absolument a caser Galthié à l EDF en lui trouvant toutes les qualités alors qu il l a viré de la direction de sa propre équipe, il est plus a une incohérence près et surtout ça lui ferait récupérer un poste de "bénévole" dans son organigramme.  :D 


 

moi, déjà, j'arrive pas a parler d'incompétence au sujet de mecs qui en ont 100 fois plus que moi.

et je pense qu'il ont l’œil pour identifier les talents.

ensuite, ne pas comparer le rugby avec le foot voir même le hand, au niveau physique (et récupération), c'est quand même grandement différent.

au foot, un mec a cours de forme physique pourra s'en sortir, pas au rugby, ou alors pas longtemps. 

et si tu pioche car a cours de forme, ben la récup, elle est d'autant plus compliqué, et les coup portent plus, et donc tu t'enfonce un peu plus

 

les joueurs ne peuvent pas tenir la distance uniquement a cause du physique, le rugby, ils l'ont, le physique, ils ne peuvent pas l'avoir du 15 aout au 30 juin voir début juillet avec les tournées

or, un mec qui est dans le trou physiquement, ben au rugby,il peut pas être bon, ou alors juste sur une courte période, ou il arrivera a cacher ca derrière une intelligence de jeu, mais ca, c'est pas donné a tous le monde, ni a tous les postes

 

un parra par exemple, il a fallu qu'il soit ejecté de l'edf pour revenir a son niveau

un joueur blessé longue durée, (et là, c'est eux qui le disent) en profitent toujours pour se régénerer physiquement et mentalement du coup

et ca, ils ne peuvent pas le faire en temps normal

Parra je pense qu il faut qu il ait les clés pour être a son niveau, il faut que l équipe le suive au doigt et a l oeil, il n y a qu à voir le match qu il a fait ce week end et comment il parlait a ses mecs, jamais il na été comme ça en EDF ou on a l impression qu il n'est pas totalement libéré et qu il récite une leçon sans liberté d'interprétation


  • inASMweTrust aime ceci

#3975 inASMweTrust

inASMweTrust

    Champion d'Europe

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 6 910 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Caen
  • Mon club:

Posté 19 mars 2019 - 15:23

 

moi, déjà, j'arrive pas a parler d'incompétence au sujet de mecs qui en ont 100 fois plus que moi.

et je pense qu'il ont l’œil pour identifier les talents.

ensuite, ne pas comparer le rugby avec le foot voir même le hand, au niveau physique (et récupération), c'est quand même grandement différent.

au foot, un mec a cours de forme physique pourra s'en sortir, pas au rugby, ou alors pas longtemps. 

et si tu pioche car a cours de forme, ben la récup, elle est d'autant plus compliqué, et les coup portent plus, et donc tu t'enfonce un peu plus

 

les joueurs ne peuvent pas tenir la distance uniquement a cause du physique, le rugby, ils l'ont, le physique, ils ne peuvent pas l'avoir du 15 aout au 30 juin voir début juillet avec les tournées

or, un mec qui est dans le trou physiquement, ben au rugby,il peut pas être bon, ou alors juste sur une courte période, ou il arrivera a cacher ca derrière une intelligence de jeu, mais ca, c'est pas donné a tous le monde, ni a tous les postes

 

un parra par exemple, il a fallu qu'il soit ejecté de l'edf pour revenir a son niveau

un joueur blessé longue durée, (et là, c'est eux qui le disent) en profitent toujours pour se régénerer physiquement et mentalement du coup

et ca, ils ne peuvent pas le faire en temps normal

Oui et non.. Pour moi, le physique et le Top14 sont aussi des paravents. Comment ça se fait que nos Fidjiens du Top14 nous aient marché dessus en novembre ??? 

C'est une partie de l'équation, mais une seule. Moi je remet avant tout en cause le management d'un autre temps. dans une entreprise, tu peux avoir les meilleurs, si tu as pas un "guide" qui te montre où aller et qui, lui-même, y croit, tu emmènes pas très loin tes chevaux de course. 


  • bazooka aime ceci




1 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 members, 1 guests, 0 anonymous users