Aller au contenu


Photo
- - - - -

entrainement public


  • Veuillez vous connecter pour répondre
118 réponses à ce sujet

#61 l'exil

l'exil

    Membre de la Bourbonnais connection

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 21 564 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Fontainebleau
  • Mon club:

Posté 27 juillet 2018 - 09:21

Rinner va s’entraîner avec l’asm cet aprem ou demain .... je sens qu’il va y avoir du blessé

 

effectivement :

 

Vous ne jouerez donc jamais au rugby...

T.R. : Si ! Demain après-midi (vendredi après-midi), les Clermontois m'invitent à participer à leur entraînement collectif, à l'Insep. Je vais ramener mes crampons et on va castagner. [...] Vous savez, je n'ai pas peur du contact. Et puis en ce moment, je ne prépare pas de grosses échéances. Pour moi, la reprise se fera en janvier.

Est-ce un entraînement à balles réelles, avec l'ASMCA ?

T.R. : Oui, je crois. On verra qui a la plus grosse balle... (rires)

 

https://www.rugbyram...255/story.shtml


  • rugbyasm77 aime ceci

#62 Eria

Eria

    Equipe de France

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 441 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Clermont ferrand
  • Mon club:

Posté 27 juillet 2018 - 11:20

le champion du monde un peut sur de lui,on va recycler en huit monstrueux qui nous manque notre en faire le Nadolo de la troisième ligne...

Aller Teddy accroche toi au ballon!



#63 jacobus

jacobus

    Champion d'Europe

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 6 828 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Montferrand - Gannat
  • Mon club:

Posté 27 juillet 2018 - 14:35

J'espère qu'on verra quelques photos/vidéos de l'entraînement avec T. Rinner sur le forum... :rolleyes:



#64 el landeno

el landeno

    Joueur de Fédérale 3

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 1 032 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:dax
  • Mon club:

Posté 31 juillet 2018 - 06:22

Top 14 : une préparation olympique pour Clermont
Publié le mardi 31 juillet 2018 à 00:05
Les Auvergnats étaient en stage à l'INSEP la semaine dernière. Ils ont puisé dans ce centre de l'excellence multisport pour bâtir leurs corps comme leur esprit.

Il y a certains préceptes, ils fonctionnent peut-être chez les barbouzes qui font de belles phrases pour le cinéma, par exemple, mais dès qu'on bascule dans le monde réel et brut de la lutte, ils s'évanouissent. Mardi dernier, à l'INSEP, un type de 60 kg disait certaines choses, et pas toujours des plus agréables à écouter, et pourtant, ceux de 130 kg l'écoutaient. Zoheir el-Ouarraqe a du bagout, on le soupçonne même de préparer ses répliques, surtout quand le médaillé européen des - 57kg mène l'échauffement matinal des joueurs de Clermont, avant leur initiation à la lutte. « Allez, on travaille les abdos en portefeuille... Surtout pour ceux qui viennent d'Auvergne ! » Rires étouffés sur les tapis jaune et bleu, le monde est bien fait, mais même les costauds des avants de l'ASM, ceux qui tutoient le quintal, ne mouftent pas.

Leur préparateur physique aussi a le sourire. Pas seulement à cause des vannes bien placées, mais parce que la lutte, c'est l'univers de Sébastien Bourdin. Il a baigné dedans en tant qu'athlète de haut niveau, et là, à voir ses joueurs plongés dans le labeur de son ancienne discipline, il jubile totalement. C'en est même beau à voir, son extase, quand le demi de mêlée Charlie Cassang réussit à pousser El-Ouarraqe hors du tapis. C'est ça qu'est venu chercher Clermont lors de son stage à l'INSEP, le berceau des sports olympiques français niché dans le bois de Vincennes, en bordure de Paris, la semaine dernière : une forme de fraîcheur, et une ambiance. « Ici, on va à l'essentiel sur des choses simples, apprécie Franck Azéma, assis, relax, sur un banc ombragé de ce grand campus du sport. C'est un endroit qui crée une atmosphère intéressante, à manger tous ensemble au self à côté d'une gymnaste ou d'un hockeyeur, à croiser Jimmy Vicaut qui sort de l'entraînement ou à regarder les répétitions de natation synchronisée. On est tournés sur la compétition et la performance, pas que sur le rugby, et on construit notre culture. »

«Reprendre sur quelque chose de vrai entre nous» - Frank Azéma

Vital pour l'ASM, encore sonnée par une saison noire, une inédite et peu glorieuse 9e place en Top 14 synonyme de non-qualification pour la phase finale, une première depuis 2006. Le tout dans la foulée d'un Brennus soulevé de haute lutte en 2017... « On s'était embourgeoisés, reprend l'entraîneur. Tu sors d'une saison avec un titre, tu as trois semaines pour préparer ton premier match... Alors tu consacres moins de temps à ce qui est valeurs, esprit d'équipe, avec de la suffisance... On voulait se laver de tout ça, reprendre sur quelque chose de vrai entre nous. » Cette quête passait donc par les aires de combat du complexe Christian-d'Oriola. L'immense bâtiment moderne sonnait un peu creux, ses escrimeurs étaient en train de briller sur les pistes des Championnats du monde, en Chine, les touche-à-tout du pentathlon moderne raflaient de l'or aux Championnats d'Europe, en Hongrie. Mais la solidarité interdisciplinaire a fonctionné. Une gymnaste de la GR, qui s'entraîne juste à côté, s'est abîmé une cheville ? Son entraîneure passe une tête à la lutte, croise le staff médical de l'ASM, demande si un de ses membres peut venir faire un strap à son athlète.

0b1c7.jpg Sur les tapis de lutte, les Clermontois ont perfectionné leurs façons de tomber et de se retourner. (Laurent Argueyrolles / L'Equipe)

Sur les tapis, El-Ouarraqe et ses acolytes poursuivent leur leçon aux rugbymen. On cherche les exercices qui pourraient être utiles en Top 14. « Ça peut leur servir sur les plaquages par exemple, subodore El-Ouarraqe, d'abord, comment faire tomber l'adversaire, puis prévenir les blessures, notamment les hernies discales, qui arrivent quand ta tête est mal placée. Les joueurs se rappelleront que s'ils prennent derrière la pliure des genoux, ça va tomber plus facilement que s'ils visent en dessous des fessiers, où c'est plus solide ! » Un Camille Lopez est bouche bée devant la vivacité de ces petits gabarits, un Judicaël Cancoriet envie leur souplesse, un Wesley Fofana s'accroche comme un malade pour son combat contre un spécialiste. Alivereti Raka, lui, a stoppé sa séance, son genou a tourné, et le Fidjien revient à peine d'une rupture des ligaments... « On y va doucement, c'est impossible de se faire un croisé là-dessus », rassure Didier Païs, l'entraîneur de la libre. Il sait de quoi il parle. Ses croisés à lui ont pété à quelques mois des Jeux de 2012, il a serré les dents, évité l'opération, pour participer à Londres...

C'était juste une frayeur pour Raka : le mercredi matin, on retrouvait la fusée fidjienne sur pied, aux aurores, pour une séance de boxe. Les membres du « fat club », ces joueurs avec du poids à perdre, se retrouvaient à 7 h 30 sous le grand chapiteau qui abrite provisoirement les rings de l'INSEP. Avec pour professeur Souleymane Cissokho. Le médaillé de bronze de Rio, passé pro depuis 2016, fait suer tout son monde avec des séries de coups sur les sacs à vous raidir les avant-bras et à vous endolorir les épaules. Les joueurs souffrent, le souffle court, mais avec la banane, heureux comme des gamins à enfiler les gants et découvrir les sensations dans l'espace réduit des cordes. « C'est incroyable la culture du travail qu'il y a ici ! s'étonne Lopez. On a fait de la lutte, maintenant de la boxe, on a la chance d'échanger avec eux, c'est top. Et on peut observer d'autres disciplines... Sur le chemin du terrain à la muscu, on s'est arrêtés au tennis de table. Ça m'a fait halluciner ! Les mecs, c'est une autre planète, c'est pas le ping-pong qu'on joue nous... Et où pourtant on a l'impression d'être bons, parfois ! »

Se donner toutes les chances de rebondir après une saison en enfer

Les joueurs étaient sans doute plus à l'aise sur la pelouse qu'ils ne pouvaient pas se permettre de délaisser. Les Jaune et Bleu ont quand même fait du rugby, parfois. Mardi matin, c'était une séance de défense, à bosser des gammes de plaquages et de circulation. Le jeune retraité Aurélien Rougerie était là, en observateur, avec une utilisation de la glacière plus à la Marcelo Bielsa (gentleman contemplateur) qu'à la Patrice Collazo (aspirant footballeur). Pour en bondir à chaque pause et ravitailler ses anciens coéquipiers. Les entraînements terminés, tout le monde, une quarantaine de joueurs, une quinzaine de membres du staff, restait sur place. Et avant de regagner les chambres un peu spartiates de l'INSEP, on se retrouvait au coin du feu, pas celui d'une cheminée, hein, mais celui qui tombait du ciel parisien, surchauffé ces jours-là, pour renouer le lien. « On a onze nationalités différentes dans l'effectif, compte Azéma. On a une identité auvergnate, mais comment la partager avec les Sud-Africains, Fidjiens, Samoans, Géorgiens, Argentins, etc., qui jouent avec nous ? »

58c22.jpg Damian Penaud s'est plongé dans l'univers de la lutte. (Laurent Argueyrolles / L'Equipe)

Pour répondre à ces interrogations, les joueurs sont invités, devant leurs coéquipiers, à raconter d'où ils viennent. Peceli Yato a montré une vidéo et des photos de son village aux Fidji, dans l'arrière-pays, où vit encore sa famille, et de son école, où, en mai, l'ASM a lancé le financement d'un puits. « C'était enrichissant de connaître la vie des autres. Tu te mets à la place des Fidjiens et tu te rends compte qu'ils vivent de rien ! explique Lopez. C'est beau parce que, nous, on a presque tout, et parfois on tire la gueule, on est moitié cons, et les Fidjiens, ils ont toujours la banane, alors qu'ils ont eu moins que nous dans leur enfance ! » C'est ce ciment-là que Clermont cherche à réinstaller dans toutes ses composantes. Pour se donner toutes les chances de rebondir après une saison en enfer.

Jedrasiak espère reprendre en novembre

Blessé au genou droit lors de la dernière journée de la phase régulière du Top 14, Paul Jedrasiak était tout de même du voyage à l'INSEP. Mais pour y suivre un programme individualisé. Le deuxième-ligne poursuivra sa rééducation le mois prochain à Saint-Raphaël, avec l'espoir de revenir sur les terrains au mois de novembre.

 

Sébastien Bourdin (préparateur physique de Clermont) : «On veut des athlètes de haut niveau»
Publié le mardi 31 juillet 2018 à 00:05
Sébastien Bourdin, le préparateur physique de l'ASM, a été pensionnaire à l'INSEP pendant sa carrière de lutteur. Il explique ce que les Jaune et Bleu sont venus y chercher.

«Vous connaissez bien cet endroit ?Oui, j'ai passé trois ans à l'INSEP, quand j'étais en équipe de France de lutte. J'ai fait des Championnats du monde et d'Europe, puis je me suis blessé et j'ai dû arrêter rapidement, à vingt-trois, vingt-quatre ans. À l'époque, on s'entraînait dans des sous-sols ! Maintenant, l'outil de travail est énorme... Ça faisait longtemps que vous vouliez y venir en stage avec Clermont ?Ça fait quelques années qu'on voulait venir, on était venus repérer les lieux il y a quatre ans, mais on était bloqués par le fait qu'il n'y ait pas de terrain de rugby. Maintenant qu'ils en ont installé un, on a sauté sur l'opportunité !Qu'est-ce que vous venez chercher ici ?Vu notre saison, on s'est posé quelques questions et on est revenus au constat : qu'est-ce qui fait que les joueurs veulent jouer au rugby ? Quelle est l'essence de notre sport ? Cet endroit se prête à notre réflexion là-dessus. C'est moins "professionnel", c'est plus "olympique". Ici, on parle d'athlète de haut niveau, pas de pro, et c'est une grosse différence ! On veut des athlètes de haut niveau. L'argent c'est une chose... Mais quand on marche ici, quand on respire ici, on voit de l'application sur chaque technique. À chaque fois qu'on tourne la tête, il y a un geste qui est bien fait ! On voulait se plonger dans cette culture-là au lieu d'être encore dans des hôtels, à rester entre nous et nous regarder le nombril.Vous avez tenu à ce que vos joueurs s'entraînent avec les lutteurs de l'INSEP. Et au centre d'entraînement de l'ASM, vous avez installé un tapis de lutte depuis longtemps... Que pensez-vous que votre ancienne discipline puisse apporter aux joueurs ?Ça fait quinze ans que je me pose la question, même si maintenant je suis plus du côté du rugby pro que de la lutte ! S'il y a une chose, c'est la vitesse de déplacement dans les petits périmètres. Comment on gère notre corps quand il va y avoir une phase de combat, comment on se coordonne, on se place pour plaquer ou pour gratter un ballon ! Je ne veux pas quelque chose de figé, une technique qu'on répète, je veux qu'on le fasse avec des actions ludiques, des sensations. Mais si on a deux joueurs qui font de la lutte ensemble, ça ne sera jamais que du rugby déguisé. Le meilleur moyen de le faire, c'est avec un lutteur en face. Il ira beaucoup plus vite, le mec sait comment réagir, il anticipe... Si chaque rugbyman a appris un tout petit truc, la matinée est gagnée !»


  • sgestion, brayaud's, cocotte 63 et 16 autres aiment ceci

#65 yann76

yann76

    Joueur d'honneur

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPip
  • 904 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:le havre
  • Mon club:

Posté 31 juillet 2018 - 06:36

ça fait flipper le genou de raka :huh:



#66 totoche

totoche

    Joueur de Fédérale 2

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 851 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 31 juillet 2018 - 06:50

https://www.dailymot...m/video/x6qqi33


  • asm93230 aime ceci

#67 ELSAZOAM

ELSAZOAM

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 25 859 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Clermont-Ferrand
  • Mon club:

Posté 31 juillet 2018 - 07:21

ça fait flipper le genou de raka :huh:

En d'autres temps, ça a aussi fait flipper celui de John Smit...   :bequilles:



#68 JB 03

JB 03

  • Modérateurs
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 31 493 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Lalizolle ou Gannat
  • Mon club:

Posté 31 juillet 2018 - 09:35

Top 14 : une préparation olympique pour Clermont

 

 

 

 

 

 

Merci à vous deux. :flowers:



#69 julien

julien

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 35 823 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 31 juillet 2018 - 09:43

Le problème du rugby français aujourd'hui... on fait des athlètes, pas des rugbymen...


  • Lima aime ceci

#70 George Abitbol

George Abitbol

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 15 456 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Créteil
  • Mon club:

Posté 31 juillet 2018 - 09:46

C'est comme Nakaitaci et Vakatawa qui sont plus des athlètes que des joueurs de rugby.

#71 stag

stag

    Joueur de Fédérale 1

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 2 346 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:clermont-fd
  • Mon club:

Posté 31 juillet 2018 - 09:53

Top 14 : une préparation olympique pour Clermont

Publié le mardi 31 juillet 2018 à 00:05
Les Auvergnats étaient en stage à l'INSEP la semaine dernière. Ils ont puisé dans ce centre de l'excellence multisport pour bâtir leurs corps comme leur esprit.

Il y a certains préceptes, ils fonctionnent peut-être chez les barbouzes qui font de belles phrases pour le cinéma, par exemple, mais dès qu'on bascule dans le monde réel et brut de la lutte, ils s'évanouissent. Mardi dernier, à l'INSEP, un type de 60 kg disait certaines choses, et pas toujours des plus agréables à écouter, et pourtant, ceux de 130 kg l'écoutaient. Zoheir el-Ouarraqe a du bagout, on le soupçonne même de préparer ses répliques, surtout quand le médaillé européen des - 57kg mène l'échauffement matinal des joueurs de Clermont, avant leur initiation à la lutte. « Allez, on travaille les abdos en portefeuille... Surtout pour ceux qui viennent d'Auvergne ! » Rires étouffés sur les tapis jaune et bleu, le monde est bien fait, mais même les costauds des avants de l'ASM, ceux qui tutoient le quintal, ne mouftent pas.

Leur préparateur physique aussi a le sourire. Pas seulement à cause des vannes bien placées, mais parce que la lutte, c'est l'univers de Sébastien Bourdin. Il a baigné dedans en tant qu'athlète de haut niveau, et là, à voir ses joueurs plongés dans le labeur de son ancienne discipline, il jubile totalement. C'en est même beau à voir, son extase, quand le demi de mêlée Charlie Cassang réussit à pousser El-Ouarraqe hors du tapis. C'est ça qu'est venu chercher Clermont lors de son stage à l'INSEP, le berceau des sports olympiques français niché dans le bois de Vincennes, en bordure de Paris, la semaine dernière : une forme de fraîcheur, et une ambiance. « Ici, on va à l'essentiel sur des choses simples, apprécie Franck Azéma, assis, relax, sur un banc ombragé de ce grand campus du sport. C'est un endroit qui crée une atmosphère intéressante, à manger tous ensemble au self à côté d'une gymnaste ou d'un hockeyeur, à croiser Jimmy Vicaut qui sort de l'entraînement ou à regarder les répétitions de natation synchronisée. On est tournés sur la compétition et la performance, pas que sur le rugby, et on construit notre culture. »

«Reprendre sur quelque chose de vrai entre nous» - Frank Azéma

 

ça va souder le groupe , c'est sur ........ !!  :rolleyes:  :rolleyes:  :rolleyes:  :rolleyes:  B)



#72 RCV06

RCV06

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 33 970 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Mandelieu la Napoule
  • Mon club:

Posté 31 juillet 2018 - 09:55

On cherche les exercices qui pourraient être utiles en Top 14. « Ça peut leur servir sur les plaquages par exemple, subodore El-Ouarraqe, d'abord, comment faire tomber l'adversaire, puis prévenir les blessures, notamment les hernies discales, qui arrivent quand ta tête est mal placée. Les joueurs se rappelleront que s'ils prennent derrière la pliure des genoux, ça va tomber plus facilement que s'ils visent en dessous des fessiers, où c'est plus solide ! »

 

Même un vioque comme moi sait ça, comme quoi c'est bien vrai que c'est dans les vieux pots qu on fait la meilleure soupe. :D


Le problème du rugby français aujourd'hui... on fait des athlètes, pas des rugbymen...

C'est pas incompatible au contraire, un rugbyman de très haut niveau doit être un athlète, après je suis d'accord que ce n 'est pas une finalité mais un moyen.


  • brayaud's aime ceci

#73 Tikibadze

Tikibadze

    Si yen a qu'ça les dérange... Et ben on va vous en debarrass

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 11 354 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Barcelonne
  • Mon club:

Posté 31 juillet 2018 - 10:35

ça va souder le groupe , c'est sur ........ !!  :rolleyes:  :rolleyes:  :rolleyes:  :rolleyes:  B)


Tu préfèrerais un tournoi de poker?

#74 cocotte 63

cocotte 63

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 14 269 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Puy de Dôme
  • Mon club:

Posté 31 juillet 2018 - 10:47

C'est comme Nakaitaci et Vakatawa qui sont plus des athlètes que des joueurs de rugby.

 

désolé mais je considère Nakataci bien plus comme un joueur de rugby qu'un athlète... même si la défense n'est pas son truc premier... l'évitement, la dextérité, la vitesse par contre...



#75 Rémy63

Rémy63

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 29 084 messages
  • Genre:Va savoir
  • Mon club:

Posté 31 juillet 2018 - 11:02

Le déplacement dans les petits espaces, c'est un excellent travail car c'est essentiel pour gagner des duels et jouer sur l'évitement. Même pour libérer les bras et chercher à donner après contact, c'est très important.


  • brayaud's et RCV06 aiment ceci




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 members, 0 guests, 0 anonymous users