Aller au contenu


Photo

EDF de Galthié


  • Veuillez vous connecter pour répondre
5976 réponses à ce sujet

#5881 Bon Chasseur

Bon Chasseur

    Joueur de Fédérale 1

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 2 082 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 28 février 2022 - 15:31

Grâce à sa victoire contre l’Écosse, la France vient d'atteindre la troisième place au classement IRB et pourrait même dépasser les All Blacks, deuxièmes, en cas de Grand Chelem. A mon sens, même si cela reste secondaire, ce n'est pas anecdotique au vu des difficultés passées.

Non c'est vrai, ça deviendrait immédiatement significatif pour le classement seul. MAIS, ce serait fortement significatif si la France remportait le tournoi, bien sûr.

Ce qui est sûr actuellement, c'est que les autres équipes du 6N se remettent à craindre les rencontres avec le xv de France, ce qui n'avait plus été vrai depuis l'époque cdm 2011. Ce n'était pas fastoche non plus de les jouer, mais on pouvait tout-à-fait venir gagner à Paris par ex. et ce n'était même pas plus prestigieux que ça. Actuellement, les équipes craignent même de perdre chez elles contre les Bleus.


  • Pâquerette, Lourugby et Alex chocolatines aiment ceci

#5882 Alex chocolatines

Alex chocolatines

    Joueur du Grand Chelem

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 9 113 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 28 février 2022 - 18:24

Grâce à sa victoire contre l’Écosse, la France vient d'atteindre la troisième place au classement IRB et pourrait même dépasser les All Blacks, deuxièmes, en cas de Grand Chelem. A mon sens, même si cela reste secondaire, ce n'est pas anecdotique au vu des difficultés passées.

Pas anecdotique ... Dit il modestement  ^_^  C'est meme carrément grandiose ! n'ayons pas honte de se la péter un peu ! après autant de galères, de défaites encourageantes avec un groupe qui vit bien... :D  Alors malgré l'impatience de certains qui râlent en disant Qu'on aurait du déja gagner le précédent, moi je savoure ce que ces Bleus nous offrent maintenant, je retrouve l'espoir et l'envie qui avaient fait place à la colère et la honte... 


  • Lourugby aime ceci

#5883 Lourugby

Lourugby

    Champion d'Europe

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 5 148 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Lyon
  • Mon club:

Posté 28 février 2022 - 18:37

Pas anecdotique ... Dit il modestement  ^_^  C'est meme carrément grandiose ! n'ayons pas honte de se la péter un peu ! après autant de galères, de défaites encourageantes avec un groupe qui vit bien... :D  Alors malgré l'impatience de certains qui râlent en disant Qu'on aurait du déja gagner le précédent, moi je savoure ce que ces Bleus nous offrent maintenant, je retrouve l'espoir et l'envie qui avaient fait place à la colère et la honte... 

 

Bof, je viens de recevoir un coup de téléphone d'un dénommé Aymeric qui me dit que le classement n'a aucune valeur et que la France reste bien en deçà de l'Angleterre au demeurant :lol:


  • Alex chocolatines aime ceci

#5884 Oscar

Oscar

    Joueur de Pro D2

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 2 576 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Rouen
  • Mon club:

Posté 01 mars 2022 - 07:50

La dynamique est enclenchée. Rien à dire.

#5885 Alligator727

Alligator727

    Joueur de Fédérale 1

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 2 128 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 20 mars 2022 - 19:32

Galthié jusqu'en 2027

https://www.francetv...27_5030226.html

#5886 Alex chocolatines

Alex chocolatines

    Joueur du Grand Chelem

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 9 113 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 20 mars 2022 - 19:53

Très bien, mais j'aimerai plutot que l'on parle de "l'équipe Galthie" , c'est un travail de groupe  :ermm:



#5887 George Abitbol

George Abitbol

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 21 886 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Créteil
  • Mon club:

Posté 20 mars 2022 - 20:00

Quel salaud ce Camou qui prolonge des sélectionneurs après la fin de son mandat.


  • diomedea aime ceci

#5888 auvergnat34

auvergnat34

    Joueur de Fédérale 3

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 1 234 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Agde

Posté 20 mars 2022 - 20:24

Quel salaud ce Camou qui prolonge des sélectionneurs après la fin de son mandat.


Non, dans le cas présent il sagit de prolonger quelquun qui a des résultats et la prolongation est la suite logique desdits résultats!!! Je ne sais pas si il sagit de mauvaise foi ou lamertume de sêtre trompé sur toute la ligne.
A la vue de la métamorphose du XV de France avec larrivée des nouveaux dirigeants, je pense que leurs choix sont les bons.
Mais tu as très certainement raison, le mandat Camou est une telle réussite pour le rugby français quil était nécessaire quil laisse son empreinte même après sa défaite.

#5889 George Abitbol

George Abitbol

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 21 886 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Créteil
  • Mon club:

Posté 20 mars 2022 - 20:29

:lol: :lol: :lol:


  • Buckaroo aime ceci

#5890 Alligator727

Alligator727

    Joueur de Fédérale 1

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 2 128 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 20 mars 2022 - 22:35

Très bien, mais j'aimerai plutot que l'on parle de "l'équipe Galthie" , c'est un travail de groupe  :ermm:

Ouaip mais c'est lui le boss qui choisit l'équipe.

En ce qui concerne la durée je trouve ça trop long 2027.

Un mi-mandat 2025 avec option +2 m'aurait semblé plus raisonnable.

#5891 Arverne03

Arverne03

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 29 018 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:HURIEL (03380)
  • Mon club:

Posté 21 mars 2022 - 11:36

Ouaip mais c'est lui le boss qui choisit l'équipe.

En ce qui concerne la durée je trouve ça trop long 2027.

Un mi-mandat 2025 avec option +2 m'aurait semblé plus raisonnable.

 

La coupe du monde ...................décidera !  :rolleyes:



#5892 Alex chocolatines

Alex chocolatines

    Joueur du Grand Chelem

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 9 113 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 21 mars 2022 - 13:21

Ouaip mais c'est lui le boss qui choisit l'équipe.

En ce qui concerne la durée je trouve ça trop long 2027.

Un mi-mandat 2025 avec option +2 m'aurait semblé plus raisonnable.

C'est bien pour la tranquillité ça montre une grande confiance mais c'est vrai que ça fait long comme prolongation  :ermm:  

c'est aussi une façon pour Bernie de donner un parachute doré à son copain Galtoche, si le président successeur décidait de le débarquer... 



#5893 el landeno

el landeno

    Joueur de Fédérale 1

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 2 473 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:dax
  • Mon club:

Posté 21 mars 2022 - 21:14

2002 - 2022 : vingt ans de réflexion pour Fabien Galthié qui s'est transformé avec les Bleus Entre le Grand Chelem 2002 remporté comme joueur et celui décroché samedi comme sélectionneur des Bleus, Fabien Galthié a été grandement transformé. Pour cela, il a emprunté un chemin tortueux mais riche qui a façonné le stratège habité qu'il est devenu aujourd'hui.

C'était la question du week-end, incontournable : la différence entre réussir un Grand Chelem comme joueur et le réussir comme sélectionneur ? « C'est vingt ans, a répondu samedi soir Fabien Galthié, peu après le triomphe de son équipe face à l'Angleterre (25-13)Pff... C'est une vie, quoi ! C'est un long chemin, aussi, auquel sûrement on ne s'attend pas. Il n'y a pas de hasard non plus. Je crois que le caractère fait le chemin, et le chemin fait le destin. En 2002, il faisait jour, il faisait beau, c'était un dimanche, on jouait contre l'Irlande (44-5). C'est chouette de pouvoir encore toucher du doigt cette sensation avec ces gars (il désigne du regard le capitaine Antoine Dupont, assis à ses côtés). Ce sont eux qui jouent. Nous (le staff), on les accompagne. La différence, elle est là. Vingt ans plus tôt, tu es sur le terrain. Vingt ans plus tard, tu es en tribunes. »

 
 
Avec ses lunettes noires aux larges montures, Galthié ressemble plus à un savant fou qu'à un entraîneur de rugby

Vingt ans plus tôt, en 2002, Galthié était le demi de mêlée et capitaine expérimenté d'une équipe de France alors entraînée par Bernard Laporte, lauréate d'un Grand Chelem qui la propulsait de facto au rang de favorite de la Coupe du monde 2003 en Australie. Aujourd'hui, le même Galthié campe le patron d'une sélection tricolore pareillement conquérante, présidée par... Bernard Laporte.

Entre ces deux Grands Chelems, deux décennies ont donc passé, qui ont profondément transformé le technicien Galthié. L'allure du bonhomme a changé, déjà. Avec ses lunettes noires aux larges montures, ses joues rasées de loin et son épaisse chevelure, le Lotois de naissance (53 ans) ressemble parfois plus à un savant fou qu'à un entraîneur de rugby, une impression renforcée par des propos souvent décalés, parfois même lunaires.

Mais au-delà de l'apparence, c'est la réflexion, chez cet insatiable chercheur des choses du rugby, qui a évolué. En vingt ans, « Galtoche » est passé du statut de maître tacticien souvent seul dans son monde à celui de chef de projet à la tête d'un staff étoffé aux compétences variées et complémentaires.

« J'étais tombé sur la patinoire. J'avais beau faire des courbettes devant le jury, j'avais encore de la glace dans les cheveux et le genou qui saignait »

Fabien Galthié, Candidat à la succession de Philippe Saint-André.

 
 
 

Pour en arriver là, rien n'a été linéaire. Galthié est passé par des chemins parfois inattendus, par des expériences extrasportives enrichissantes, par des voyages initiatiques et éclairants, par des désillusions, aussi, et même par quelques traversées du désert. Il s'est nourri de tout. Notamment de ses échecs. Champion de France avec le Stade Français en 2007 lors de sa première aventure d'entraîneur (2004-2008), Galthié a ensuite été viré deux fois. De Montpellier, d'abord, en décembre 2014, après quatre ans d'exercice. De Toulon, ensuite, à l'été 2018, après seulement une saison complète derrière lui.

À chaque fois, il a essayé d'en tirer des leçons. « Il restera toujours une balafre, dit-il un jour. Ça s'appelle l'expérience. » On le trouvait trop rigide à une époque, trop cassant avec ses joueurs ? Il a essayé de s'assouplir lors de son passage au RCT, sans doute trop, sa nature profonde n'étant peut-être pas encore assez douée pour le compromis.

9a57a.jpg
 
Fabien Galthié et Mohed Altrad, président du MHR en 2013. (Sy. Thomas/L'Équipe)

Galthié a aussi beaucoup souffert de ses premiers rendez-vous manqués avec la sélection. Par trois fois, en 2007, 2011 et 2015, la porte lui a été claquée au nez. La dernière fut la plus douloureuse, car les dés étaient pipés. Candidat à la succession de Philippe Saint-André, il avait dû passer un oral alors que le président de l'époque, Pierre Camou, avait déjà promis le poste à Guy Novès. Galthié avait regretté une note artistique pas assez élevée, comme au patinage artistique : « J'étais tombé sur la patinoire. J'avais beau faire des courbettes devant le jury, j'avais encore de la glace dans les cheveux et le genou qui saignait. »

À la fois « rejeté » et conscient que le rugby français ne faisait plus référence, Galthié est alors allé voir à l'étranger ce qui s'y passait. Il a beaucoup appris de ses multiples voyages. Il a ainsi dirigé quelques séances de travail en Afrique du Sud (2006), assumé le rôle de super-consultant de la sélection argentine (2008-2010) ou encore multiplié les séjours en Angleterre et au pays de Galles entre la fin de son procès avec Montpellier et son retour aux affaires à Toulon. Il en a toujours ramené quelque chose. « On se nourrit, on change d'approche, on s'offre des outils supplémentaires », reconnaît-il.

Bienvenue au « all in play », au « kicking game » et aux « finishers »

Des pays anglo-saxons, le technicien a rapporté de nouvelles méthodes de travail, plus adaptées à l'évolution de son sport. Un vocabulaire spécifique, aussi, qui peut parfois prêter à sourire mais qui lui a surtout permis de mettre des mots et un cadre sur des procédés plutôt révolutionnaires de ce côté-ci de la Manche. Bienvenue donc au « all in play », au « kicking game », aux « finishers », etc. C'est aussi d'Angleterre, et plus particulièrement du centre d'entraînement du quinze de la Rose à Bagshot, que Galthié a rapporté sa fameuse « flèche du temps ».

Il a toujours considéré qu'un sélectionneur devait se caler sur un cycle de quatre ans pour planifier son projet (d'une Coupe du monde à l'autre). Et là, sur un mur de gymnase du repaire de la sélection anglaise dirigée par Eddie Jones, il a vu cette réflexion se matérialiser par un croquis : une flèche avec un point de départ, un point d'arrivée, des matches-étapes et les chantiers à impulser pour aller au bout. Une vision échelonnée, réfléchie, pointue, qu'il a donc reprise à son compte pour mener les Bleus jusqu'à la Coupe du monde 2023, et même au-delà puisqu'il vient de prolonger jusqu'en 2027. « C'était notre 25e match, disait-il samedi soir après la victoire du Crunch (25-13). Le 46e sera la finale de la Coupe du monde en France. »

Ses diverses expériences dans le consulting ou les médias ont contribué à mûrir sa réflexion

Même diverses expériences dans le consulting en entreprises et dans les médias ont contribué à mûrir la réflexion de l'actuel patron des Bleus. Dans les médias, surtout. Galthié y a longtemps pigé, que ce soit pour Canal +, France Télévisions ou L'Équipe. Ça lui a permis de voyager, de voir des matches, de rencontrer des gens, de humer l'air du temps. Voilà d'ailleurs ce qu'il observait dans nos colonnes juste après la raclée subie par les Bleus en 2015 face aux All Blacks en quarts de finale d'une Coupe du monde (62-13) en Angleterre et au pays de Galles qu'il couvrait pour notre journal en tant que chroniqueur.

829f2.jpg
 
Fabien Galthié ici avec Matthieu Lartot, lors de son passage à France Télévisions. (P. Lahalle/L'Équipe)

« Samedi soir, au Millennium de Cardiff, les Bleus ont répété le même échauffement que depuis trois ans. Des avants qui font des touches, des mauls et du jeu à zéro passe face à des boucliers qui reculaient à chaque impact, ce qui n'a absolument rien à voir avec la réalité du match. Des trois-quarts qui ont effectué des passes classiques, sans changement de course ni répétition de gammes. En face, les avants et trois-quarts all blacks se sont mélangés pour répéter les systèmes offensifs de manière itérative afin d'obtenir des réflexes collectifs. [...] Dans cet échauffement je vois transparaître la faiblesse de ce qu'ils (les Bleus) ont proposé sur un plan stratégique. »

L'exercice médiatique a ainsi contribué à lui ouvrir les yeux sur les faiblesses criantes du rugby français. Il a vu aussi combien un Marcoussis trop fermé, trop isolé, pouvait générer de la frustration chez les journalistes et, par ricochet, laisser filtrer une image assez floue de la sélection auprès du grand public. Aujourd'hui, les séances d'entraînement à haute intensité des Bleus sont ouvertes à la presse dans leur totalité. Galthié n'y cherche même pas à flouter l'identité des titulaires du match suivant. À quoi bon s'engager dans un jeu de cache-cache aussi futile que vain ?

Le sélectionneur a aussi vu de l'intérieur comme les journalistes s'emparaient d'un sujet. Et sans doute en a-t-il retiré pour son fonctionnement actuel l'idée de maîtriser l'histoire délivrée à l'extérieur. Aujourd'hui, son staff étoffé ressemble à une agglomération de compétences s'imbriquant les unes aux autres dans une sorte de cercle vertueux. On y trouve un directeur de la performance aux idées novatrices (Thibault Giroud), un entraîneur de la défense multititré (Shaun Edwards), des adjoints hyper calés dans leur domaine (Servat, Ghezal, Labit), une nutritionniste, des analystes vidéo, etc.

Partout, il a pris les meilleurs. Et ses entraînements sont devenus des laboratoires de haute précision. La prépa physique et le rugby n'y font qu'un. Tout y est minuté. On y parle désormais de data, de mètres parcourus par seconde, de choses qui rappellent plus des formules de physique que des combinaisons en touche.

« Il est très pointilleux sur beaucoup de choses dont la plupart des joueurs n'avaient jamais entendu parler avant »

Romain Ntamack, ouvreur du quinze de France

 
 
 

« Il (Galthié) est très pointilleux sur beaucoup de choses dont la plupart des joueurs n'avaient jamais entendu parler avant, expliquait récemment l'ouvreur Romain Ntamack à l'AFP. Il nous apporte sa patte d'expert et il le fait très bien. Il a appris, il a regardé ce qui se faisait un peu partout pour se faire sa propre opinion. Il est très bien entouré par son staff technique et tout le monde adhère à son discours. On voit que ça marche très bien. »

Ça marche tellement bien que l'équipe de France pointe aujourd'hui au deuxième rang du classement mondial. Et qu'elle peut même légitimement espérer un sacre mondial chez elle, à l'automne 2023. Un trophée que même le joueur Galthié n'a jamais gagné.

 
 

  • Mammoth aime ceci

#5894 Alligator727

Alligator727

    Joueur de Fédérale 1

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 2 128 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 21 mars 2022 - 21:21

C'est bien pour la tranquillité ça montre une grande confiance mais c'est vrai que ça fait long comme prolongation  :ermm:  
c'est aussi une façon pour Bernie de donner un parachute doré à son copain Galtoche, si le président successeur décidait de le débarquer... 

Oui c'est ce que je pense aussi.
Après un grand chelem pas de scandale mais les choses peuvent vite changer sportivement.
Espérons que non.

#5895 _Toulonnais

_Toulonnais

    Joueur de TOP 14

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 275 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:La Garde 83
  • Mon club:

Posté 23 mars 2022 - 11:20

N'empêche que l'EDF gagne un trophée au moment où le RCT est au plus mal, coïncidence ? :P


  • Bon Chasseur aime ceci




1 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 members, 1 guests, 0 anonymous users