Aller au contenu


Photo

EDF de Galthié


  • Veuillez vous connecter pour répondre
2735 réponses à ce sujet

#1441 epo03

epo03

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 11 776 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 09 novembre 2019 - 14:43

Comme en France sans les barrages :

 * Demies finales chez les deux premiers

 * Finales sur terrain neutre (SdF ou Twickenham).

Tu veux dire qu'actuellement les demi finales du Top 14 se déroulent chez les 2 premiers ? 



#1442 George Abitbol

George Abitbol

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 15 454 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Créteil
  • Mon club:

Posté 09 novembre 2019 - 14:48

Les problèmes du rugby, ne seront pas résolus par la suppression des phases finales. Au contraire, le manque à gagner, sera préjudiciable dans un sport pro.

La suppression des barrages ne supprime que deux matchs par an. Soit 4 équipes concernées.


Sinon on peut faire comme en Angleterre et retirer deux équipes en élite. Ça fait encore 4 matchs de moins.
  • cocotte 63 aime ceci

#1443 Rugby ?

Rugby ?

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 10 171 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 09 novembre 2019 - 15:12

 

Pour te répondre je pense qu'il faut alléger les calendriers ! Quand je vois dans les sports que tu cites, le nombre effarant de rencontres jouées dans un but uniquement mercantile; je me dis qu'on marche sur la tête ! De plus on essaye d'être drastique dans l'application des règlements en limitant les masses salariales !

Perso, si l'on veut limiter les abus en tous genres, il faut être plus souple au niveau des budgets ! Plus d'argent, plus de joueurs, moins de matchs joués par ceux-ci; etc.… Mais ce n'est que mon avis ! B)  

Même avis, sauf le nombre de matchs joués.

Plus de joueurs à condition de faire une bonne rotation, avec intégration progressive des espoirs.

Mais il faut passer impérativement à un Top 12.

Le Du Manoir nous manque pour faire jouer nos jeunes.



#1444 Arverne03

Arverne03

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 22 432 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:HURIEL (03380)
  • Mon club:

Posté 09 novembre 2019 - 15:56

Même avis, sauf le nombre de matchs joués.

Plus de joueurs à condition de faire une bonne rotation, avec intégration progressive des espoirs.

Mais il faut passer impérativement à un Top 12.

Le Du Manoir nous manque pour faire jouer nos jeunes.

 

Un championnat top 12 avec un champion in fine. A l'issue une formule DU MANOIR, pour les nostalgiques et les banquiers !  B)



#1445 zone et beu

zone et beu

    Joueur de Fédérale 2

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 945 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 10 novembre 2019 - 18:37

France masculin ou féminin une greffe de mains s'impose d'urgence, aprés on parlera plan de jeu et du reste..



#1446 Arverne03

Arverne03

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 22 432 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:HURIEL (03380)
  • Mon club:

Posté 10 novembre 2019 - 18:52

France masculin ou féminin une greffe de mains s'impose d'urgence, aprés on parlera plan de jeu et du reste..

 

Et pour les filles, faut prévoir les pieds, parce que de ce côté là, il y a un "léger" problème depuis des années !  :P



#1447 rueducourage

rueducourage

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 14 563 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Montauban
  • Mon club:

Posté 12 novembre 2019 - 19:43

 
Un championnat top 12 avec un champion in fine. A l'issue une formule DU MANOIR, pour les nostalgiques et les banquiers !  B)


Exactement et avec placage interdit au dessus des cuisses pour voir enfin du jeu...les internationaux non invites pour récupérer et se préparer aux échéances mondiales.

#1448 el landeno

el landeno

    Joueur de Fédérale 3

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 1 032 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:dax
  • Mon club:

Posté 12 novembre 2019 - 22:35

Fabien Galthié, sélectionneur des Bleus, présente son staff dans son village du Lot, à Montgesty Ce village du Lot, celui de Fabien Galthié, verra ce mercredi matin la présentation officielle du staff du nouveau sélectionneur des Bleus.

On l'avait quitté le 22 octobre, autour de 5 heures du matin, au fin fond d'un terminal de Roissy - Charles-de-Gaulle, en survêtement de l'équipe de France. On retrouvera Fabien Galthié, 50 ans, aujourd'hui à 11 heures (en costume ?), au fin fond du Lot, à Montgesty. Chez lui, où il a grandi. L'effet de surprise passé - présenter le staff des Bleus dans un village de 335 habitants dont Jean-Noël, son père, est maire depuis 2014 -, pourquoi pas, après tout ?

 

L'invitation à la presse - un mail cocasse débuté par « Chers amis » - ressemble finalement assez au personnage : caméléon et complexe. Entraîneur cérébral, commentateur télé s'adressant à tous, cassant et chiant avec ses joueurs, rigolo en privé lorsqu'il se lâche. De Montgesty, donc. Un soir, il y a une dizaine d'années, Éric Béchu, son mentor, disparu en 2013, nous avait fait pleurer de rire à raconter son Fabien, remplaçant lors d'un tournoi de jeunes, dans un vieux pull de mamie. « Un pelharot (paysan) ! » s'étouffait Béchu. « Oui, un pelharot ! Moi, je suis du Lot, du village de Montgesty », répondait Galthié, hilare et fier.

42 joueurs pour préparer chaque rencontre

Alors nous irons à Montgesty, trois jours après avoir assisté chez Guy Accoceberry, un autre demi de mêlée des Bleus des années 1990, au derby landais Tyrosse-Dax en Fédérale 1 (31-12). D'un rugby des champs à l'autre, cette fois pour suivre la traditionnelle messe autour du nouveau sélectionneur de l'équipe de France.

Rendez-vous compte que, depuis 2015, on a du bol : on assistera à la troisième intronisation. On a d'abord entendu Guy Novès, théoricien de « la défaite encourageante », viré à Noël 2017 après les pires résultats d'un sélectionneur français ; puis Jacques Brunel, son contemporain (tous deux nés en 1954), qui ne promettait pas grand-chose, en janvier 2018, avec un staff bricolé à la hâte, et qui a sauvé les meubles en atteignant les quarts de finale au Japon (défaite 20-19 contre Galles).

Aujourd'hui, c'est au tour de Fabien Galthié de présenter, outre le manager Raphaël Ibañez, les adjoints qui l'entoureront - Laurent Labit (trois-quarts), William Servat (avant), Shaun Edwards (défense), Karim Ghezal (touche), Thibault Giroud (directeur de la performance physique) pour les principaux - et, surtout, de prononcer son discours de politique générale. Qu'il le veuille ou pas, Galthié se pointe comme l'homme providentiel du rugby français. Un de plus. C'est pratique, surtout, car ça évite au rugby français de repenser son modèle, lui qui ferme les yeux pour ne pas voir que clubs pro et équipe nationale ne peuvent cohabiter en l'état. Au point qu'on mettrait un billet sur son immobilisme pour les quatre ans à venir.

Galthié connaît les embûches, la difficulté d'emprunter aux clubs de Top 14 des joueurs qu'ils rémunèrent cher. Au Japon, le nouveau sélectionneur, qui repoussait toute interview tant qu'il était adjoint de Jacques Brunel, a multiplié les causeries informelles avec les journalistes : ici près d'un lac, là autour d'un café ou encore sous les arcades du centre-ville d'Oita... Il confiait avoir la chance de gagner un temps précieux en rejoignant les Bleus cinq mois avant sa prise de fonction, disait son enthousiasme mais évoquait aussi les premières discussions chaudes avec la Ligue. Lui, par exemple, souhaiterait 42 joueurs pour préparer chaque rencontre internationale afin d'être certain de bénéficier d'assez de personnel pour les entraînements en opposition, et aimerait en conserver 27 jusqu'au match. Les clubs, évidemment, tordent le nez. Galthié, comme ses prédécesseurs, jure que son staff travaillera en relation étroite avec les entraîneurs de Top 14. Or, d'expérience, ça ne fonctionne qu'au début du mandat.

Ibañez en négociateur

Le Lotois possède toutefois un atout d'importance avec Raphaël Ibañez. Le Landais, fin politique, sait écouter autant que parler. Il aura, en particulier, cette charge de discuter avec les clubs. Où il lui faudra négocier parfois au cas par cas, en marchant sur le fil de la convention qui lie la FFR à la Ligue jusqu'en 2023. Sans tomber. La définition exacte du rôle d'Ibañez, attendu également pour avoir un oeil sur la communication - vampirisée par le vice-président de la FFR Serge Simon -, ne sera pas le moindre intérêt du voyage à Montgesty, où Fabien Galthié et son orchestre sont réunis en séminaire depuis dimanche soir. Ils devaient boucler, notamment, une liste de 75 joueurs. Pour chaque poste, il y aurait ainsi trois noms qui se dégagent pour être sélectionnés tout de suite, plus deux de joueurs à fort potentiel, généralement jeunes. Ces derniers, pour la plupart, seront issus des rangs des moins de 20 ans champions du monde en 2018 et 2019. Leur suivi, par le staff des Bleus et différents entraîneurs des sélections de jeunes, sera rapporté régulièrement à Galthié. Une manière d'accélérer le temps pour un sélectionneur à qui on fixe le challenge de remporter la Coupe du monde en 2023, à domicile. On saura dans quatre ans si la balade à Montgesty entrera dans l'histoire du rugby français.

 

 


  • cocotte 63, Frédéric58 et xdderf63 aiment ceci

#1449 Arverne03

Arverne03

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 22 432 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:HURIEL (03380)
  • Mon club:

Posté 13 novembre 2019 - 12:13

Dans l'intérête supérieur du rugby Français, on lui souhaite, quand même bonne chance, à GALTHIE ! Mais son mandat risque de ne pas être de tout repos, avec quelques gros "clashs" à prévoir ! :P   



#1450 xdderf63

xdderf63

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 11 371 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:CLERMONT FERRAND
  • Mon club:

Posté 13 novembre 2019 - 14:36

AZEMA sur la liste des 42 demandé par Galthié : 

 

Franck Azéma, le directeur sportif de l'ASM, qui a participé à des réunions avec le staff tricolore avant la Coupe du monde (avec aussi Ugo Mola et Laurent Travers pour le Top 14), n’est pas opposé à la proposition du nouveau sélectionneur qui veut pouvoir préparer les futurs matchs du Tournoi avec 42 joueurs au lieu de 31 jusque-là. 
« Les arguments qui nous ont été présentés pour qu’ils convoquent 42 joueurs sont intéressants sur la qualité des entraînements avec opposition, la haute intensité que l’on peut mettre dans le début de semaine dans le travail sur le terrain, a déclaré le technicien clermontois. Il a été demandé, en contre-partie, de libérer 14 joueurs le jeudi qui reviendraient ainsi dans leur club et qui pourraient jouer le week-end. 28 joueurs resteraient ainsi à la disposition de la sélection. Jusque-là, 31 joueurs étaient retenus et ne rentraient jamais en club. Pour moi, c’est donc une avancée, c’est intéressant. On a demandé également que pendant le Tournoi, lors des semaines sans match du XV de France au bout, hormis les 23 retenus en amont pour le match suivant, les autres (parmi les 42) puissent jouer avec les clubs ».

Ce cas de figure concerne deux journées du Top 14 (journées 15 et 17) en février avec pour Clermont, un déplacement à Pau et un autre à Agen.



#1451 Baba Yaga

Baba Yaga

    Joueur de TOP 14

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 3 986 messages
  • Genre:Femme
  • Ville:95
  • Mon club:

Posté 13 novembre 2019 - 19:23

Il a aussi laissé entendre qu'il aimerait bien que Vahaa revienne sur sa décision.



#1452 George Abitbol

George Abitbol

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 15 454 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Créteil
  • Mon club:

Posté 13 novembre 2019 - 21:48

 

 

 

EDIT : J'aurais dû poster ça dans le topic FFR.



#1453 xdderf63

xdderf63

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 11 371 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:CLERMONT FERRAND
  • Mon club:

Posté 13 novembre 2019 - 22:30

Il a aussi laissé entendre qu'il aimerait bien que Vahaa revienne sur sa décision.


Galthié ?

#1454 George Abitbol

George Abitbol

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 15 454 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Créteil
  • Mon club:

Posté 13 novembre 2019 - 22:35

Galthié ?

 

Galthié et Ibañez.


  • xdderf63 aime ceci

#1455 el landeno

el landeno

    Joueur de Fédérale 3

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 1 032 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:dax
  • Mon club:

Posté 14 novembre 2019 - 07:03

Edwards, Ibanez, Servat, Ghezal... : Fabien Galthié a présenté le nouveau staff de l'équipe de France Fabien Galthié a présenté hier tous les membres de son équipe et leurs prérogatives. Ils sont déjà à pied d'oeuvre pour refaire de la France « une nation majeure du rugby ».

Raphaël Ibanez, le faciliateur

Raphaël Ibañez est apparu mercredi avec Fabien Galthié pour démarrer la première conférence de presse de l'après-Brunel, presque main dans la main avec le nouveau sélectionneur, preuve de sa grande importance dans l'organigramme tout neuf des Bleus. L'ancien manager de Bordeaux-Bègles (2012-2017) occupera le poste de manager général de l'équipe de France, un rôle qui consistera essentiellement à mettre de l'huile dans les rouages entre la sélection et les différents acteurs du rugby professionnel. Avec son entregent, il s'occupera ainsi en interne de la planification et de l'organisation du travail du staff et des joueurs, et en externe des relations avec les clubs, les institutions, les médias, les partenaires, la DTN... Un vrai travail de diplomate ? Il réfute le terme : « Pas vraiment, car il n'y a rien de politique. Je pense plutôt m'inscrire auprès de Fabien dans une logique sportive. Mon rôle sera de prendre de la hauteur, d'avoir une vision à 360° du projet sportif. Il sera aussi d'être à l'écoute des personnes qui ont les joueurs au quotidien, c'est-à-dire les présidents de clubs et les managers. Mais aussi des joueurs eux-mêmes pour les aider à se développer et à s'engager à fond dans le projet. »

Quid de Serge Simon ?

C'est l'autre mission d'Ibañez : être garant chez les Bleus d'un état d'esprit et d'une éthique qui renforcent le sentiment d'appartenance à l'équipe de France. Amener les joueurs à aimer ce maillot, à tout donner pour lui. Le bonhomme a mûri sa réflexion au fil de multiples expériences. Il a été capitaine du quinze de France, a joué en Angleterre, a fait des voyages en Irlande ou en Nouvelle-Zélande, comme ces derniers mois, pour approfondir ses connaissances et affiner sa pensée. « En Nouvelle-Zélande (à Thames Valley, près d'Auckland, dans une division amateur), dit-il, je suis allé chercher une réponse à cette question : qu'est-ce qu'être une équipe de rugby au-delà de la performance sportive ? J'ai compris que c'était notamment être porteur d'un projet qui a du sens. » Celui des Bleus en aura-t-il ? Il en est persuadé : « On a des ressources incroyables, beaucoup de nations envient notre potentiel joueurs. Notre objectif de redevenir une nation majeure du rugby mondial est vraiment réaliste. »

Reste une question que pose la nomination d'Ibañez à un poste dont certaines des prérogatives étaient jusque-là dévolues à Serge Simon. Ce dernier, vice-président de la FFR, sera-t-il plus ou moins écarté des affaires courantes ? Le verra-t-on beaucoup moins près des Bleus ? L'avenir le dira.

Shaun Edwards, le maître défense

Un instant, on a cru que le duo Labit-Travers était reconstitué. Mais non, malgré son étonnante ressemblance avec le manager du Racing, c'est bien l'Anglais Shaun Edwards qui s'est présenté mercredi au milieu du nouveau staff tricolore. Et s'il a tant tardé à confirmer officiellement son arrivée auprès des Bleus, c'est parce qu'il voulait se concentrer sur la fin de son mandat avec le quinze gallois. Edwards occupera le poste d'entraîneur de la défense, un job qu'il a érigé au rang d'art depuis son invention de la « rush défense » (montée défensive agressive), au début des années 2000. Le technicien a déjà une idée précise de ce qu'il souhaite améliorer : « Je veux une ligne qui monte plus vite, plus de plaquages à deux, plus de replacement intelligent. » Raphaël Ibañez, qui connaît le personnage depuis longtemps, a beaucoup contribué à son recrutement : « Il a une capacité extraordinaire à synthétiser en quelques mots une pensée commune, dit-il. Il a un charisme incroyable et un côté détonant. Il va nous amener son expérience et un brin de folie. C'est quelqu'un de très intelligent. »

Karim Ghezal et William Servat, les rois de la conquête

S'ils ne figuraient pas dans le staff de Jacques Brunel lors du Mondial japonais, à l'inverse de leurs nouveaux collègues Fabien Galthié, Laurent Labit et Thibaut Giroud, les deux coresponsables de la conquête et des tâches spécifiques auprès des Bleus n'ont pas chômé pour autant. Servat, ex-entraîneur du jeu d'avants à Toulouse, et Ghezal, ex-spécialiste de la touche à Lyon, ont déjà profité de l'été pour se rencontrer, se découvrir, partir ensemble au Japon pendant la Coupe du monde et poser les jalons de leur future collaboration.

Surtout, ils ont multiplié les rencontres dans des clubs pour « créer du lien ». Ghezal a notamment animé des entraînements à Valence-Romans ou Carcassonne, tandis que Servat a passé du temps il y a trois semaines avec l'équipe de France à 7. « On a bossé sur les rucks et la mêlée, il y avait une vraie volonté d'échanges », dit-il. Aujourd'hui, les deux techniciens se rendront à Toulouse pour y rencontrer le staff des moins de 20 ans, comme la semaine passée à Lyon, et jauger ainsi le potentiel de jeunes joueurs qui bientôt, postuleront peut-être en équipe de France.

Laurent Labit, le cadre du jeu

L'ancien comanager du Racing sera l'entraîneur de l'attaque des Bleus. À charge pour lui de poursuivre la mission démarrée lors du dernier Mondial dans le staff de Brunel : élaborer un système de jeu offensif hyper précis dans lequel les joueurs sauront aussi improviser. « Dans une équipe, il faut un cadre qu'on ne peut pas transgresser, explique Galthié. C'est pour ça qu'il faut amener les joueurs à se l'approprier, de façon à ce qu'ils soient ensuite capables d'y inclure une case dédiée à l'improvisation. »

Thibault Giroud, le perfectionniste

Les Bleus ont progressé physiquement ces derniers mois. Et s'ils sont désormais capables de répéter des séquences à haute intensité, Thibault Giroud y est pour beaucoup. Mais le responsable de la performance physique aimerait que les joueurs soient plus constants dans l'effort, que les avants progressent dans leur jeu sans ballon. Il y croit : « Les quatre mois passés auprès d'eux avant et pendant la Coupe du monde nous ont permis d'accumuler une quantité de données datas qui nous feront gagner un temps précieux. »


  • cocotte 63 aime ceci




2 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 members, 2 guests, 0 anonymous users