Aller au contenu


Photo

SARLAT


  • Veuillez vous connecter pour répondre
6 réponses à ce sujet

#1 el landeno

el landeno

    Champion d'Europe

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 5 295 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:dax
  • Mon club:

Posté 27 janvier 2023 - 11:48

Le cauchemar américain du club de Sarlat Au pays du Périgord noir, le club de rugby de Sarlat était dirigé par le Franco-Américain Dominique Einhorn. Visé par une enquête judiciaire, l'homme, qui se rêvait en grand nom de l'Ovalie, a dû renoncer.

 

Ce vendredi 10 décembre 2021, cinq jours après avoir écoeuré Malemort-Brive (46-6), avec un cinquième bonus offensif à la clé, Sarlat apprend le forfait de son prochain adversaire, Saint-Junien, lui offrant une nouvelle victoire, la onzième en autant de journées, et le titre honorifique de champion d'automne de la poule 8 de Fédérale 2, alors le cinquième niveau du rugby français. Place alors à une trêve méritée.

 
 
 

Mais, en coulisses, ce même jour, le destin du club de la sous-préfecture de Dordogne est en train de basculer. En fin d'après-midi, un procès-verbal d'investigations est rédigé pour annoncer, après accord du parquet, l'ouverture d'une enquête préliminaire « relative à des suspicions d'infractions financières au sein des sociétés » de Dominique Einhorn, le président du club.

Son avocat s'emporte contre des « ragots de village » et « des médisances d'un autre temps »

Deux mois plus tard, l'affaire éclate au grand jour. Au matin du 7 février 2022, le dirigeant est interpellé. Des dizaines de gendarmes mènent des perquisitions. Einhorn est entendu durant quarante-huit heures en garde à vue, avant d'être mis en examen et placé sous un strict contrôle judiciaire. Une partie de ses avoirs est saisie, ses sociétés sont mises à l'arrêt. Depuis, peu de monde dit avoir eu de ses nouvelles, y compris ses anciens acolytes les plus proches.

 
 

Seul un bref communiqué signé de son avocat, Me Pascal Garbarini, a tenu lieu de réaction officielle, mi-février dernier, pour contester les faits « avec force ». La robe noire s'emporte aujourd'hui contre des « ragots de village » et « des médisances d'un autre temps » qui ont entraîné l'ouverture de l'enquête. Et tempête contre ces « querelles de clocher » qui ont mis par terre le projet de son client, dont le seul tort serait d'avoir « commis le crime de lèse-majesté de ne pas être originaire de Sarlat et d'avoir voulu s'occuper du club de rugby de la ville ». Les autochtones ont-ils eu la peau de l'intrus ? Me Garbarini le dit avec le sourire, mais il en est persuadé...

e8f96.jpg
 
Dominique Einhorn, 52 ans, (ici début janvier à Haguenau), a été mis en examen en février 2022. Il est soupçonné d'escroquerie, travail dissimulé, fausses factures et abus de biens sociaux. (Sébastien Boué/L'Equipe)

L'intéressé habite toujours dans le coin et continue de suivre les résultats de son ex-équipe, mais il ne se rend plus au stade. Il faut dire que sa silhouette ne passe pas totalement inaperçue. Il a accepté de nous rencontrer et de sortir du silence, début décembre, dans le salon d'un hôtel sarladais, à l'abri des regards. Celui qui accaparait tant la lumière préfère dorénavant se tapir dans l'ombre. Comprendre ses démêlés judiciaires, c'est remonter le fil de son histoire personnelle, derrière cette imposante carrure de deuxième-ligne.

Né en Alsace, Einhorn, 52 ans, a fait carrière à l'étranger, principalement aux États-Unis, où il a vécu vingt-cinq ans et fait fortune dans le marketing numérique. La revente de son agence, baptisée Maximum Harvest et spécialisée dans l'acquisition de nouveaux clients, a rapporté 15 millions de dollars. En 2018, l'homme d'affaires rentre en France, motivé par des raisons familiales. Pourquoi le choix de Sarlat ? « Avec mon épouse, on a été attirés par l'aspect médiéval des lieux », se justifie-t-il, sans s'attarder.

À l'origine, le rugby n'était pas sa passion

À l'écouter, le rugby n'était pas une passion, au départ. « Je suivais l'équipe de France de loin, mais pas du tout le niveau fédéral. J'ai toujours préféré le foot, je suis ensuite tombé amoureux du foot US et du basket et je pratique les arts martiaux mixtes. Mais, après tout, pourquoi pas le rugby ? » Le rapprochement est opéré par Jean-Luc Menchon, expert-comptable d'Einhorn et, à l'époque, à la tête du club de Sarlat. Le Franco-Américain y prend goût. De simple observateur, il se retrouve vite invité aux matches, voire aux comités directeurs. Une trajectoire imprévisible pour celui qui était davantage habitué à l'incubation de start-ups qu'à la mêlée fermée. « J'ai dû passer un week-end à regarder des tutos d'arbitrage. » L'entrepreneur s'engage d'abord comme simple sponsor et dirigeant. Puis le Covid-19 passe par là. Tout se bouscule.

Einhorn met la main à la poche (il estime à 1 million d'euros la somme personnellement investie dans l'aventure, toutes sociétés confondues). À l'été 2021, il devient même président du club. « J'ai accepté (le poste) par défaut, par amitié plus qu'autre chose, dit-il. L'idée, c'était de construire une image, de développer les ressources (du club). » En somme, mettre son modèle professionnel au service du Club Athlétique Sarladais, en faisant graviter autour de celui-ci sa galaxie de sociétés.

Le paquet est mis sur la communication, un site et une application en plusieurs langues étant proposés, totalisant bientôt plus de 150 000 followers de toutes nationalités sur les réseaux sociaux. Ou comment, en quelques mois, un inconnu se fait un nom et la formation de niveau 5 d'une commune d'un peu moins de 9 000 âmes prend une dimension assez improbable.

6b471.jpg
 
Joueur historique de Sarlat, le talonneur Sylvain Olluyn (au centre) est resté capitaine de l'équipe première. (Lionel Hahn/L'Equipe)

Le constat vaut également sur le terrain, où le recrutement est très audacieux, entre jeunes formés au haut niveau, joueurs étrangers et valeurs sûres venues des divisions supérieures. Un effectif XXL incarné par le centre international tongien Hemani Paea (ex-LOU, Oyonnax), élu meilleur joueur de Pro D2 en 2016. Le tout entouré par un staff non moins pléthorique, comptant dans ses rangs, notamment, l'Anglais David Ellis, ex-coach de la défense du quinze de France dans les années 2000.

Bref, un cadre quasi-professionnel, digne de Nationale. « Pour nous, les joueurs, c'était hyper agréable », admet le capitaine maison, Sylvain Olluyn. L'objectif est assumé haut et fort : l'accession en Pro D2 d'ici à cinq à sept ans. De quoi susciter la curiosité du milieu. La méfiance et la défiance, aussi.

Les détracteurs du nouveau président s'interrogent : qui est ce type ? d'où vient l'argent ?

Fondé en 1903, le club de Sarlat est une institution locale, l'une des places fortes de l'ovalie dans le Périgord, avec Bergerac et Périgueux. Dénaturer ce rugby des clochers était-il un pari perdu d'avance ? « Dans la ville, beaucoup de monde était séduit par le projet. Mais, au-delà, d'autres se posaient des questions : qui est ce type ? D'où vient l'argent ? Et on n'a toujours pas obtenu certaines réponses », rapporte un suiveur assidu du club périgourdin.

Les détracteurs ont émergé aussi vite que l'écurie a grossi. Qui sont-ils ? D'anciens dirigeants écartés, avancent certains, quand d'autres évoquent des tensions entre Einhorn et les membres de la Ligue ou encore la mairie. « Les équipes voisines étaient mécontentes de voir un Franco-Américain débarquer et ils sont aujourd'hui très contents de voir que cela s'est cassé la gueule », glisse ainsi un observateur. De son côté, Einhorn en veut personnellement à un ex-associé de longue date.

En tout cas, le dossier, très fourni et technique, est implacable, d'après les enquêteurs. Ces derniers soupçonnent Einhorn, pêle-mêle : d'escroquerie (confusion sur la destination des dons des sponsors), de travail dissimulé (absences de déclarations), d'abus de bien sociaux (achat d'un véhicule pour son père et virements effectués en faveur de son frère depuis les comptes d'une de ses sociétés) ou encore d'avoir produit de fausses factures et déclarations pour plusieurs de ses boîtes, dont Sarlat Rugby Team, en charge des opérations commerciales liées au club. Et par le biais desquelles certains joueurs étaient recrutés et rémunérés. Dominique Einhorn nie en bloc et demande l'annulation de l'ensemble de ses mises en examen.

« Ici, le rugby est une religion et j'ai fait l'erreur de le commercialiser »

Dominique Einhorn

 
 
 

« Je n'ai jamais constaté qu'une personne soit mise en examen, que les comptes de ses sociétés ainsi que les siens soient saisis, provoquant une cascade de liquidations judiciaires, sans que des investigations sérieuses aient été préalablement menées. Nous sommes proches du fait du prince », dénonce Me Garbarini. « C'est un coup monté, de A à Z, fulmine tout autant le mis en cause. J'ai réalisé des investissements à sens unique, sans jamais percevoir la moindre rémunération. J'ai eu l'audace de refuser la séparation entre l'Église et l'État. Or, ici, le rugby est une religion et j'ai fait l'erreur de le commercialiser. »

Maire de Sarlat depuis 1989, Jean-Jacques de Peretti le reconnaît sans détour : « Aucun projet n'est démesuré, mais la relation avec les gens du Sarladais pouvait poser problème. » « C'était un projet très novateur dans le paysage, encore plus en Dordogne, mais peut-être excessif », abonde de son côté Michel Macary, président de la Ligue Nouvelle-Aquitaine.

Dépaysement de l'affaire

Ce contexte local, la justice l'a bien pris en compte. Alors que SportsX, l'une des sociétés d'Einhorn, a été placée en liquidation judiciaire en février et que le tribunal judiciaire de Bergerac avait désigné un administrateur ad hoc, la Cour de cassation a ordonné le dépaysement de l'affaire vers le tribunal de commerce de Paris. « La mise en examen de monsieur Einhorn a eu un retentissement médiatique important dans la presse locale », note ainsi la cour. Laquelle précise que cela a généré « un climat conflictuel » nuisant à la « sérénité des débats » et justifiant le fait de « s'éloigner du contexte local ».

Selon nos informations, Einhorn devait être entendu le 24 janvier par le magistrat instructeur, près d'un an après sa mise en examen. Sollicitée, Sylvie Martins-Guedes, procureure de la République de Bergerac, n'a pas souhaité faire de commentaire. Les dirigeants actuels du club dordognais se refusent, eux aussi, à parler de leur ancien président. « C'est assez difficile comme cela », souffle son directeur sportif, François Bourgeois, en poste depuis septembre 2021 et nommé, à l'origine, pour faire le lien entre les activités sportives et commerciales du club. Personne n'imaginait alors un tel revirement.

b6825.jpg
 
Adrien Doursat et Paul Jales ont pris la coprésidence du club, après la courte ère Dominique Einhorn (Lionel Hahn/L'Equipe)

Ce dimanche après-midi de début décembre, de nombreux spectateurs garnissaient la main courante et les tribunes du stade Christian-Goumondie, sur les hauteurs de la ville, pour la réception de Figeac. Si la réserve s'était inclinée de justesse en lever de rideau (20-23), l'équipe première avait déroulé dans la foulée et devant son public (39-15). Comme un an plus tôt, Sarlat a passé les fêtes seul en tête de sa poule. À une différence près, de taille : il évolue désormais en Fédérale 3 (le niveau 7 aujourd'hui, après la dernière refonte des championnats amateurs). Un choix, à l'été dernier, de la nouvelle direction, désireuse de renverser le modèle sportif et économique du club.

Après un parcours parfait en 2021-2022 (22 victoires en 22 matches) conclu en quarts de finale de F2, malgré la chute de son président et investisseur, l'équipe avait pourtant gagné le droit de monter en Fédérale 1. « La situation était trop instable. Il fallait repartir de plus bas, sur des bases saines », explique François Bourgeois. Confié à un administrateur judiciaire, Sarlat a évité de peu la liquidation. Les dirigeants ont dû dénicher 50 000 euros chaque mois jusqu'à la fin de la saison dernière. Une vingtaine de joueurs était sous contrat, parfois pour deux ans. Ils ne sont plus que trois aujourd'hui. En un an, le budget est passé du million à environ 350 000 euros. « La moindre dépense est scrutée », précise Bourgeois.

Deux présidents, Paul Jales et Adrien Doursat, ont repris les rênes et s'appuient sur un « club des sages » : une dizaine de partenaires issus du coin qui investissent et décident. « On s'est retrouvés avec les clés du camion, mais sans carburant, rembobine Adrien Doursat, membre du bureau précédent. Il n'y a pas grand-chose à reprocher à "Dom" (Einhorn), qui a toujours honoré ses fonctions, mais avec ce multi-partenarat local, on veut maîtriser nos dépenses, alors que tout était dans les mains d'une seule personne auparavant. »

« Le modèle est plus en lien avec le territoire »

Michel Macary, président de la Ligue Nouvelle-Aquitaine

 
 
 

Côté terrain, l'équipe A s'est reconstituée autour du noyau de la réserve, avec réussite pour l'instant. « Être là où on en est à la trêve, personne ne l'aurait cru », insiste le capitaine Sylvain Olluyn, qui a démarré sa dix-huitième saison au club. L'année démarre aussi bien que la précédente a fini : le 22 janvier, Sarlat a écrasé Lalinde (56-12) à domicile. À la reprise, en juillet, seules 25 licences avaient été signées. Six mois plus tard, les deux équipes seniors jouent les premiers rôles, les sections féminines perdurent et l'école de rugby regroupe 300 jeunes. Une « situation inespérée », de l'avis des dirigeants, même si une dette de plusieurs dizaines de milliers d'euros reste à éponger.

Cette reconstruction est unanimement saluée par les acteurs locaux, à commencer par le président de la Ligue Nouvelle-Aquitaine, Michel Macary : « Des personnages courageux ont su fédérer leur bassin de vie pour atténuer la secousse. Le modèle est plus en lien avec le territoire. »

Ce qui plaît au maire sarladais, Jean-Jacques de Peretti. « Avant, les feux de la rampe étaient surtout braqués sur l'équipe première, regrette l'édile. Celle d'aujourd'hui est plus installée, plus proche des supporters. C'est mieux ainsi. À notre dimension, en tout cas. » Dominique Einhorn, lui, préfère en sourire. « L'ironie du sort, conclut le Franco-Américain, c'est que, depuis, j'ai été contacté par d'autres clubs pour les aider à développer leur image. » L'homme préparerait d'ailleurs son retour. « Mais pas en France... »

 


  • mistral aime ceci

#2 RCV06

RCV06

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 51 420 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Mandelieu la Napoule
  • Mon club:

Posté 27 janvier 2023 - 14:22

Dont le seul tort serait d'avoir « commis le crime de lèse-majesté de ne pas être originaire de Sarlat et d'avoir voulu s'occuper du club de rugby de la ville

 

C'est ce qui a miné le CAB pendant très longtemps.



#3 leberger

leberger

    Joueur de Fédérale 3

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 1 193 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Evaux les Bains
  • Mon club:

Posté 27 janvier 2023 - 16:38

Ah Sarlat ... j'adorais les 3ème mi-temps chez eux .. et surtout les pommes de terre sarladaise ...



#4 Codoravie

Codoravie

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 10 505 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:On the road again
  • Mon club:

Posté 27 janvier 2023 - 20:50

Clémentine a tapé dans la caisse ?

#5 Barnabe03

Barnabe03

    Joueur de TOP 14

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 3 161 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Yzeure
  • Mon club:

Posté 28 janvier 2023 - 11:42

Déjà avoir un comptable qui s'appelle Jean-Luc Menchon... :P



#6 bazooka

bazooka

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 12 683 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Cournon
  • Mon club:

Posté 28 janvier 2023 - 11:45

Ou un président Laporte

#7 Oscar

Oscar

    Joueur de TOP 14

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 3 221 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Rouen
  • Mon club:

Posté 28 janvier 2023 - 21:20

Clémentine a tapé dans la caisse ?


Pas compris non plus. Si on consacre un topic à chaque jolie femme, je veux bien lancer le sujet Julia Roberts.




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 members, 0 guests, 0 anonymous users