Aller au contenu


Photo

ITW de Floch dans l'Equipe


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 elseach

elseach

    Joueur de 1ère série

  • Membres
  • PipPipPipPip
  • 372 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Limagne nord
  • Mon club:

Posté 08 mars 2008 - 00:05

07/03/2008 23:19
Rugby - XV de France - Floch et ses dinosaures


Il était temps que son heure arrive. Plus d'un an après sa première convocation en équipe de France, Anthony Floch est enfin titulaire à l'arrière du XV de France, dimanche contre l'Italie. Le Clermontois rejoint chez les Bleus ses compères Aurélien Rougerie et Julien Malzieu pour former une triplette séduisante et attendue. Il sait qu'il faudra saisir cette chance, et compte bien montrer ses aptitudes pour le jeu d'initiatives prôné par le nouveau staff.

« Anthony Floch, vous allez former un trio inédit avec Rougerie et Malzieu dans le triangle d'attaque tricolore. Quelle a été votre réaction ?
Je suis très content de jouer avec mes collègues de Clermont. J'ai déjà pas mal de repères avec eux, c'est bien. On en parlé tous les trois, il y avait des chances qu'on attaque ensemble, et quand on a entendu l'équipe, on était très content. Ça fait quelques années qu'on joue ensemble, et on sait comment on joue. Sur la défense par exemple, je sais comment défend Julien, comment défend Aurélien. Et quand on attaque, on n'a pas besoin de se parler, on connaît les habitudes de chacun, et c'est un avantage. Et puis quand je suis en difficulté, je sais que je peux donner le ballon à mes deux dinosaures à côtés, je sais qu'ils sont gaillards tous les deux !

Vous avez enfin votre chance en équipe de France. Vous faisiez pourtant partie du groupe des 40 lors du Tournoi 2007. Comment aviez-vous vécu cette expérience ?
J'étais arrivé avec l'espoir de jouer, après au fil des semaines j'ai vu que cet espoir était parti, ça m'a fait mal de ne pas jouer, je pensais vraiment que j'aurais la chance de montrer quelque chose, et je ne l'ai pas eue. J'ai eu un peu de mal, mais quand je suis rentré en club, je n'avais pas joué depuis 7 semaines, j'avais vraiment faim, envie de jouer. Ça m'a fait du bien de me replonger avec les copains du club. Ça reste une belle expérience, et une déception à la fois, mais que j'ai vite oubliée.

Que retenez-vous du match contre l'Angleterre ?
Ce n'était pas un match terrible pour ma première sélection. Les Anglais n'ont pas beaucoup joué, ils se sont contentés de défendre et de profiter de nos fautes. Il n'y avait pas énormément d'intensité, pas eu franchement du jeu de partout. Et quand je suis rentré sur le terrain pour le dernier quart d'heure, les joueurs étaient fatigués et ça courait encore moins. En tout cas, je n'ai pas été impressionné du tout. Moi, je voulais du ballon, et je n'en ai pas eu beaucoup. Mais cette défaite est oubliée, il faut passer à autre chose.

Pensez-vous qu'il y aura moins de pression contre un adversaire comme l'Italie ?
Je ne sais pas. Tout le monde dit que l'Italie est plus faible, donc on n'a vraiment pas le droit à l'erreur. On n'a pas le droit de perdre contre l'Italie, alors que contre l'Angleterre, tout le monde se dit que c'est une belle équipe, qui a été en finale de la Coupe du monde. Donc je ne sais pas si on a moins de pression. Mais la pression ce n'est pas trop mon truc, je n'ai pas trop l'habitude de me la mettre, je ne vais pas commencer aujourd'hui.

Coment abordez-vous cette rencontre contre la Squadra Azzurra ?
On reste dans l'optique de ce que le staff veut mettre en place. Il veut jouer, on va partir sur la même politique, sans faire n'importe quoi non plus. On a vu les erreurs qu'on a commises contre l'Angleterre. il ne faut pas les reproduire. Mais ce sera le même système. S'il y a des coups à tenter, on le fera, mais on ne jouera pas n'importe comment. Si le jeu au pied s'impose, on passera par du jeu au pied, c'est tout. L'Italie, ce n'est pas facile de la battre, parce que c'est une équipe qui s'accroche. On l'a vu, ils ont accroché l'Irlande, l'Angleterre, les Gallois pendant une mi-temps. Ils ne sont pas faciles à jouer, ils sont "chiants" on va dire. Ils ne lâchent rien, ils sont souvent à la limite, ils courent pour deux. Il va falloir être patient pour marquer. Il faut les prendre au sérieux parce qu'ils sont capables de tout. Ils ont tous les coups dans leur jeu : le jeu au pied, le jeu à la main, un gros pack...

Le jeu réclamé par le staff tricolore n'est pas très différent de celui que vous demande Vern Cotter à Clermont. Que pensez-vous de ces deux schémas ?
En club, on travaille sur plusieurs saisons avec un entraîneur pour ajuster les réglages, alors qu'en équipe de France, on a beaucoup moins de temps, donc il y a plus de place à l'initiative. C'est moins réglé, moins calculé, je dirais. Mais l'initiative, en club, on connaît aussi, nous à Clermont on fait ce qu'on veut, du coup on n'est pas perdu ici, au contraire. C'est un peu le même jeu, et je pense que ça peut être tout bon pour nous. Le XV de France veut un jeu basé sur l'offensive, Clermont c'est un peu pareil.

Comment pourriez-vous définir votre poste d'arrière ?
C'est le dernier défenseur, et c'est très difficile de défendre à l'arrière. Souvent, quand un joueur adverse passe et que l'arrière manque son plaquage, on ne verra pas forcément comment le joueur est passé, on verra surtout que l'arrière a raté son plaquage. On est très exposé. Mais c'est un poste qui permet aussi de briller quand on joue, comme à Clermont par exemple, où on peut s'exprimer. C'est un poste difficile, où il faut du temps, de l'expérience avant de le maîtriser. Moi, j'ai encore tout à apprendre.

Vous espérez signer un long bail avec l'équipe de France ?
Si je pouvais faire un bon match dimanche, ce serait déjà bien. C'est mon objectif, je ne vois pas plus loin pour l'instant. Après, on verra si ça se passe bien. »

Propos recueillis par Aymeric MARCHAL, à Marcoussis




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 members, 0 guests, 0 anonymous users