Aller au contenu


Photo

PENAUD Damian


  • Veuillez vous connecter pour répondre
1273 réponses à ce sujet

#1246 Jesus Hans Hubert Vorme

Jesus Hans Hubert Vorme

    cas très à Ventoux

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 10 852 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 13 février 2019 - 08:59

Vous avez quoi tous contre la drogue bordel ?

Le vrai problème c'est le populisme on vous dit !

Rien, mais le poppers est déconseillé pour corriger les copies ou noter des trois quarts.

#1247 Tikibadze

Tikibadze

    Joueur du Grand Chelem

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 9 374 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Barcelonne
  • Mon club:

Posté 13 février 2019 - 09:16

Rien, mais le poppers est déconseillé pour corriger les copies ou noter des trois quarts.

Mais pour aller se faire enculer, c'est conseillé. Hein Pierre Michal?



#1248 Jesus Hans Hubert Vorme

Jesus Hans Hubert Vorme

    cas très à Ventoux

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 10 852 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 13 février 2019 - 09:48

Le commentaire sportif ne requiert pas un tel engagement qui relève du loisir autant que de la vocation. Celui qui fout trois à Penaud et quatre à Huget doit bien faire rigoler, même à l'équipe, qui a pourtant la vocation.

#1249 bazooka

bazooka

    Equipe de France

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 7 164 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Cournon
  • Mon club:

Posté 13 février 2019 - 10:22

Vous avez quoi tous contre la drogue bordel ?

Le vrai problème c'est le populisme on vous dit !

 

Surtout l'écho qu'on lui donne sinon il résonnerait moins.



#1250 el landeno

el landeno

    Joueur de 1ère série

  • Membres
  • PipPipPipPip
  • 485 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:dax
  • Mon club:

Posté 22 février 2019 - 07:18

4ba43.jpg

 

Capable de briller offensivement, Damian Penaud doit encore élever son niveau en défense

Publié le  

 

vendredi 22 février 2019 à 00:05  

| Mis à jour le  

 

22/02/2019 à 00:57 

Comme l'a montré son match à Twickenham contre l'Angleterre, l'ailier clermontois est capable de faire des différences à lui tout seul comme de s'oublier en défense.
Romain Bergogne dans l'Equipe
Juger les performances de Damian Penaud n'est pas un exercice facile. Prenez sa première période à Twickenham il y a quinze jours (défaite 44-8). Au fond du bouillon concocté par l'Angleterre, l'ailier a été très en vue, mais pas que pour de bonnes raisons. Auteur du seul essai français au soutien d'une belle percée de Yoann Huget, il a parfois été précieux en couverture sur les fameux coups de pied offensifs des Anglais. Mais sur d'autres, il était dépassé, comme s'il avait la tête ailleurs, oubliant deux fois la fusée Jonny May sur ses appels en profondeur. Où était passée sa pointe de vitesse ? Il s'est également fait déposer par son vis-à-vis sur un cadrage-débordement d'école. Il n'en est évidemment pas le seul responsable mais son bilan n'est pas flatteur sur ces trois essais encaissés. 

Rappelons que Damian Penaud est passé à l'aile en début de saison et que les Anglais avaient ciblé la zone dans son dos sur leurs coups de pied. Tout sauf un cadeau. Cela a mis en relief certaines lacunes dans l'implication défensive. « Offensivement, il a un potentiel incroyable, certainement le plus impressionnant dans le jeu et sur l'aspect athlétique. Il est capable de jouer les surnombres ou de faire des différences très facilement, résume Olivier Magne, qui l'a coaché (au centre) en équipe de France des moins de 20 ans. Mais derrière, il n'arrive pas à maintenir son niveau de concentration. »

« C'est son grand défi », confirme Jean-Michel Reynier, qui l'a entraîné à Brive en cadets. À l'époque, Damian Penaud jouait à l'ouverture ou au centre. « Il touchait TOUS les ballons. Il était très impliqué dans le jeu physiquement, psychologiquement et tactiquement, ce qui est moins le cas quand vous jouez à l'aile », avance-t-il pour expliquer ces sautes de concentration qui lui ont coûté cher à Londres. « Je pense que le problème concernait plus l'organisation collective, le défend Philippe Gauran, co-entraîneur des Espoirs de l'ASM, qui a vu arriver le phénomène en 2013. La couverture, c'est une bonne connexion arrière-ailier à trouver et là j'ai l'impression que ça n'a pas marché. »

«Dans sa tête, c'était Disneyland» - Philippe Gauran, co-entraîneur des Espoirs de Clermont 

 

Le formateur clermontois ne cache pas pour autant les difficultés défensives de son ancien élève. « Il peut avoir des absences. Contre La Rochelle (44-19, le 6 janvier dernier), il se troue deux fois sur des duels, se remémore-t-il. Quand il arrive au club, on voit que c'est un énorme potentiel. Mais il y a eu un gros boulot technique au niveau de sa passe et du plaquage, qui n'étaient pas ses points forts, loin de là. »« Dans sa défense sur l'homme, il n'a pas l'attitude d'un joueur qui veut détruire l'adversaire, il est souvent debout, il attrape au col, il met par terre, développe Jean-Michel Reynier. On voit qu'il n'a pas encore cette férocité au plaquage. Lui, il préfère jouer avec le ballon. Là, il était facile et s'appuyait sur ses qualités naturelles. On criait : "Damian débloque moi la situation" et pim-pam, il nous sortait un truc fabuleux. Puis on le voyait un peu moins et d'un coup, il réapparaissait et nous replantait un essai tout seul. »

Au-delà de sa marge de progression technique, faut-il alors voir un lien entre sa personnalité et ses intermittences sur le terrain ? Le Damian Penaud adolescent puis jeune adulte était une vraie tête en l'air, capable d'oublier ses crampons pour l'entraînement dans ses années brivistes. À Clermont, le garçon est décrit comme bosseur, très impliqué et à l'écoute. Mais en dehors de l'entraînement et des matches, « c'était Disneyland dans sa tête, se marre Phlippe Gauran. Au niveau des amendes que se mettaient les joueurs du centre (de formation) entre eux pour les retards et les oublis, il était sur le podium sans problème. »

Lancé en équipe professionnelle en avril 2016, à dix-neuf ans, il a découvert un autre monde. « Quand vous avez l'habitude de briller en jeunes, ce n'est pas évident, poursuit Gauran. Il a fallu le faire entrer dans un projet de jeu collectif. »

Sous l'aile d'Aurélien Rougerie, le taulier clermontois, qui a veillé à ce que la pépite s'épanouisse, quitte à la secouer parfois. Rab individuel à l'entraînement, étirements, alimentation, sommeil, comportement dans un groupe... l'« ancien » ne l'a pas lâché et Damian Penaud s'est épanoui au haut niveau, même si son image de nonchalant s'est maintenue. « C'est une impression qu'il peut donner, confirme Jean-Michel Reynier. Mais je peux vous assurer que sur un terrain, je n'ai jamais rien eu à redire sur son implication. »

« Il a encore besoin d'avoir quelqu'un à côté de lui en match pour lui rappeler les choses essentielles car il a tendance à s'oublier, estime cependant Olivier Magne. Ça fait partie de ses défauts mais quand on pèse le pour et le contre, il y a tellement de "pour" que c'est difficile de s'en passer. Il fait partie de ces rares joueurs qui peuvent faire basculer un match sur un exploit et il est également très collectif dans son jeu et son attitude. Mais pour exploiter son talent à 100 %, il doit maintenant être constant pendant 80 minutes car le très haut niveau ne pardonne pas l'erreur. »



#1251 ASM34

ASM34

    Champion d'Europe

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 6 606 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Montpellier
  • Mon club:

Posté 22 février 2019 - 07:45

On est arrivé à faire progresser Raka en défense, on y arrivera pour Penaud aussi.



#1252 zorro

zorro

    Joueur de Fédérale 3

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 1 320 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Royat
  • Mon club:

Posté 22 février 2019 - 08:33


4ba43.jpg
  Capable de briller offensivement, Damian Penaud doit encore élever son niveau en défense


Publié le  

 

vendredi 22 février 2019 à 00:05  

| Mis à jour le  

 

22/02/2019 à 00:57 

Comme l'a montré son match à Twickenham contre l'Angleterre, l'ailier clermontois est capable de faire des différences à lui tout seul comme de s'oublier en défense.


Romain Bergogne dans l'Equipe

Juger les performances de Damian Penaud n'est pas un exercice facile. Prenez sa première période à Twickenham il y a quinze jours (défaite 44-8). Au fond du bouillon concocté par l'Angleterre, l'ailier a été très en vue, mais pas que pour de bonnes raisons. Auteur du seul essai français au soutien d'une belle percée de Yoann Huget, il a parfois été précieux en couverture sur les fameux coups de pied offensifs des Anglais. Mais sur d'autres, il était dépassé, comme s'il avait la tête ailleurs, oubliant deux fois la fusée Jonny May sur ses appels en profondeur. Où était passée sa pointe de vitesse ? Il s'est également fait déposer par son vis-à-vis sur un cadrage-débordement d'école. Il n'en est évidemment pas le seul responsable mais son bilan n'est pas flatteur sur ces trois essais encaissés. 



Dans la tête de Brunel


Rappelons que Damian Penaud est passé à l'aile en début de saison et que les Anglais avaient ciblé la zone dans son dos sur leurs coups de pied. Tout sauf un cadeau. Cela a mis en relief certaines lacunes dans l'implication défensive. « Offensivement, il a un potentiel incroyable, certainement le plus impressionnant dans le jeu et sur l'aspect athlétique. Il est capable de jouer les surnombres ou de faire des différences très facilement, résume Olivier Magne, qui l'a coaché (au centre) en équipe de France des moins de 20 ans. Mais derrière, il n'arrive pas à maintenir son niveau de concentration. »


« C'est son grand défi », confirme Jean-Michel Reynier, qui l'a entraîné à Brive en cadets. À l'époque, Damian Penaud jouait à l'ouverture ou au centre. « Il touchait TOUS les ballons. Il était très impliqué dans le jeu physiquement, psychologiquement et tactiquement, ce qui est moins le cas quand vous jouez à l'aile », avance-t-il pour expliquer ces sautes de concentration qui lui ont coûté cher à Londres. « Je pense que le problème concernait plus l'organisation collective, le défend Philippe Gauran, co-entraîneur des Espoirs de l'ASM, qui a vu arriver le phénomène en 2013. La couverture, c'est une bonne connexion arrière-ailier à trouver et là j'ai l'impression que ça n'a pas marché. »


«Dans sa tête, c'était Disneyland» - Philippe Gauran, co-entraîneur des Espoirs de Clermont 


 


Le formateur clermontois ne cache pas pour autant les difficultés défensives de son ancien élève. « Il peut avoir des absences. Contre La Rochelle (44-19, le 6 janvier dernier), il se troue deux fois sur des duels, se remémore-t-il. Quand il arrive au club, on voit que c'est un énorme potentiel. Mais il y a eu un gros boulot technique au niveau de sa passe et du plaquage, qui n'étaient pas ses points forts, loin de là. »« Dans sa défense sur l'homme, il n'a pas l'attitude d'un joueur qui veut détruire l'adversaire, il est souvent debout, il attrape au col, il met par terre, développe Jean-Michel Reynier. On voit qu'il n'a pas encore cette férocité au plaquage. Lui, il préfère jouer avec le ballon. Là, il était facile et s'appuyait sur ses qualités naturelles. On criait : "Damian débloque moi la situation" et pim-pam, il nous sortait un truc fabuleux. Puis on le voyait un peu moins et d'un coup, il réapparaissait et nous replantait un essai tout seul. »


Au-delà de sa marge de progression technique, faut-il alors voir un lien entre sa personnalité et ses intermittences sur le terrain ? Le Damian Penaud adolescent puis jeune adulte était une vraie tête en l'air, capable d'oublier ses crampons pour l'entraînement dans ses années brivistes. À Clermont, le garçon est décrit comme bosseur, très impliqué et à l'écoute. Mais en dehors de l'entraînement et des matches, « c'était Disneyland dans sa tête, se marre Phlippe Gauran. Au niveau des amendes que se mettaient les joueurs du centre (de formation) entre eux pour les retards et les oublis, il était sur le podium sans problème. »



Les enjeux de la compo contre l'Ecosse


Lancé en équipe professionnelle en avril 2016, à dix-neuf ans, il a découvert un autre monde. « Quand vous avez l'habitude de briller en jeunes, ce n'est pas évident, poursuit Gauran. Il a fallu le faire entrer dans un projet de jeu collectif. »


Sous l'aile d'Aurélien Rougerie, le taulier clermontois, qui a veillé à ce que la pépite s'épanouisse, quitte à la secouer parfois. Rab individuel à l'entraînement, étirements, alimentation, sommeil, comportement dans un groupe... l'« ancien » ne l'a pas lâché et Damian Penaud s'est épanoui au haut niveau, même si son image de nonchalant s'est maintenue. « C'est une impression qu'il peut donner, confirme Jean-Michel Reynier. Mais je peux vous assurer que sur un terrain, je n'ai jamais rien eu à redire sur son implication. »


« Il a encore besoin d'avoir quelqu'un à côté de lui en match pour lui rappeler les choses essentielles car il a tendance à s'oublier, estime cependant Olivier Magne. Ça fait partie de ses défauts mais quand on pèse le pour et le contre, il y a tellement de "pour" que c'est difficile de s'en passer. Il fait partie de ces rares joueurs qui peuvent faire basculer un match sur un exploit et il est également très collectif dans son jeu et son attitude. Mais pour exploiter son talent à 100 %, il doit maintenant être constant pendant 80 minutes car le très haut niveau ne pardonne pas l'erreur. »

J'adore comment on peut mettre en cause Penaud. Mais il était ou Huget? Partout sauf ou un arrière doit être. Dans ce match j'ai eu le sentiment que c'était Penaud qui couvrait tout le fond du terrain. Pour moi celui à mettre en cause c'est Huget. A t on vu le moindre article sur les errements du très expérimenté Huget? Non on préfère taper sur le jeune Penaud...bien bien continuons à "taper" sur nos jeunes ...ça va les mettre en confiance plutôt que de mettre en cause les totems de l'équipe de France qui participent à toutes les défaites de l'EDF depuis des années.

#1253 usandisaga

usandisaga

    Joueur de Pro D2

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 2 859 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 22 février 2019 - 08:48

Jadore Penaud, offensivement cest le joueur français le plus facile depuis au moins 10 ans mais il faut quil se baisse et mette lépaule au placage. Il est bon pour glisser, prendre les mecs en haut et les pousser en touche mais à haut niveau il faut aussi savoir mettre des caramels et surtout faire tomber tout ce qui passe proprement aux jambes. Souvent il accompagne des mecs en reculant sur 10m et ce nest pas suffisant. Jespère que Fof sen occupe parce quil est passé de moyen en défense à devenir lun des meilleurs du monde dans ce domaine. Jespère que Damian va apprendre à « se faire mal » et aimer ça parce quà part ça il a tout pour être un très très grand.

#1254 twiX

twiX

    Champion du Monde

  • QG
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 23 918 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 22 février 2019 - 08:49

surtout que Penaud a beaucoup colmaté les breches quand les anglais l'arrosaient. Après défendre en 1c1 contre May, avec personne à l'intérieur, bon courage.



#1255 Viktor beauf et lisse velu

Viktor beauf et lisse velu

    Champion d'Europe

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 6 938 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 22 février 2019 - 08:52

Jadore Penaud, offensivement cest le joueur français le plus facile depuis au moins 10 ans mais il faut quil se baisse et mette lépaule au placage. Il est bon pour glisser, prendre les mecs en haut et les pousser en touche mais à haut niveau il faut aussi savoir mettre des caramels et surtout faire tomber tout ce qui passe proprement aux jambes. Souvent il accompagne des mecs en reculant sur 10m et ce nest pas suffisant. Jespère que Fof sen occupe parce quil est passé de moyen en défense à devenir lun des meilleurs du monde dans ce domaine. Jespère que Damian va apprendre à « se faire mal » et aimer ça parce quà part ça il a tout pour être un très très grand.

. C'est vrai, faukon.

#1256 l'exil

l'exil

    Membre de la Bourbonnais connection

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 20 165 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Fontainebleau
  • Mon club:

Posté 22 février 2019 - 09:04

je suis d'accord pour dire que sa défense homme à homme reste une faiblesse.

 

Son jeu d'attaque est suffisamment bon pour que ça ne le coule pas mais il faut vraiment qu'il s'y mette pour s'installer comme une évidence absolue, notamment au centre.



#1257 Tibaldo

Tibaldo

    Champion d'Europe

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 6 677 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Paris
  • Mon club:

Posté 22 février 2019 - 09:14

Et surtout c'est un centre... Et pas un ailier !
Ah ce rugby français

#1258 Jesus Hans Hubert Vorme

Jesus Hans Hubert Vorme

    cas très à Ventoux

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 10 852 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 22 février 2019 - 10:22

Et surtout c'est un centre... Et pas un ailier !
Ah ce rugby français

Anomalie relevée partout, sauf en France.

#1259 usandisaga

usandisaga

    Joueur de Pro D2

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 2 859 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 22 février 2019 - 12:32

. C'est vrai, faukon.


Hello Victor !

#1260 sly86

sly86

    Joueur de Fédérale 2

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 786 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:frozes
  • Mon club:

Posté 22 février 2019 - 12:53

 
4ba43.jpg
 Capable de briller offensivement, Damian Penaud doit encore élever son niveau en défense


Publié le  

 

vendredi 22 février 2019 à 00:05  

| Mis à jour le  

 

22/02/2019 à 00:57 

Comme l'a montré son match à Twickenham contre l'Angleterre, l'ailier clermontois est capable de faire des différences à lui tout seul comme de s'oublier en défense.


Romain Bergogne dans l'Equipe

Juger les performances de Damian Penaud n'est pas un exercice facile. Prenez sa première période à Twickenham il y a quinze jours (défaite 44-8). Au fond du bouillon concocté par l'Angleterre, l'ailier a été très en vue, mais pas que pour de bonnes raisons. Auteur du seul essai français au soutien d'une belle percée de Yoann Huget, il a parfois été précieux en couverture sur les fameux coups de pied offensifs des Anglais. Mais sur d'autres, il était dépassé, comme s'il avait la tête ailleurs, oubliant deux fois la fusée Jonny May sur ses appels en profondeur. Où était passée sa pointe de vitesse ? Il s'est également fait déposer par son vis-à-vis sur un cadrage-débordement d'école. Il n'en est évidemment pas le seul responsable mais son bilan n'est pas flatteur sur ces trois essais encaissés. 



Dans la tête de Brunel


Rappelons que Damian Penaud est passé à l'aile en début de saison et que les Anglais avaient ciblé la zone dans son dos sur leurs coups de pied. Tout sauf un cadeau. Cela a mis en relief certaines lacunes dans l'implication défensive. « Offensivement, il a un potentiel incroyable, certainement le plus impressionnant dans le jeu et sur l'aspect athlétique. Il est capable de jouer les surnombres ou de faire des différences très facilement, résume Olivier Magne, qui l'a coaché (au centre) en équipe de France des moins de 20 ans. Mais derrière, il n'arrive pas à maintenir son niveau de concentration. »


« C'est son grand défi », confirme Jean-Michel Reynier, qui l'a entraîné à Brive en cadets. À l'époque, Damian Penaud jouait à l'ouverture ou au centre. « Il touchait TOUS les ballons. Il était très impliqué dans le jeu physiquement, psychologiquement et tactiquement, ce qui est moins le cas quand vous jouez à l'aile », avance-t-il pour expliquer ces sautes de concentration qui lui ont coûté cher à Londres. « Je pense que le problème concernait plus l'organisation collective, le défend Philippe Gauran, co-entraîneur des Espoirs de l'ASM, qui a vu arriver le phénomène en 2013. La couverture, c'est une bonne connexion arrière-ailier à trouver et là j'ai l'impression que ça n'a pas marché. »


«Dans sa tête, c'était Disneyland» - Philippe Gauran, co-entraîneur des Espoirs de Clermont 


 


Le formateur clermontois ne cache pas pour autant les difficultés défensives de son ancien élève. « Il peut avoir des absences. Contre La Rochelle (44-19, le 6 janvier dernier), il se troue deux fois sur des duels, se remémore-t-il. Quand il arrive au club, on voit que c'est un énorme potentiel. Mais il y a eu un gros boulot technique au niveau de sa passe et du plaquage, qui n'étaient pas ses points forts, loin de là. »« Dans sa défense sur l'homme, il n'a pas l'attitude d'un joueur qui veut détruire l'adversaire, il est souvent debout, il attrape au col, il met par terre, développe Jean-Michel Reynier. On voit qu'il n'a pas encore cette férocité au plaquage. Lui, il préfère jouer avec le ballon. Là, il était facile et s'appuyait sur ses qualités naturelles. On criait : "Damian débloque moi la situation" et pim-pam, il nous sortait un truc fabuleux. Puis on le voyait un peu moins et d'un coup, il réapparaissait et nous replantait un essai tout seul. »


Au-delà de sa marge de progression technique, faut-il alors voir un lien entre sa personnalité et ses intermittences sur le terrain ? Le Damian Penaud adolescent puis jeune adulte était une vraie tête en l'air, capable d'oublier ses crampons pour l'entraînement dans ses années brivistes. À Clermont, le garçon est décrit comme bosseur, très impliqué et à l'écoute. Mais en dehors de l'entraînement et des matches, « c'était Disneyland dans sa tête, se marre Phlippe Gauran. Au niveau des amendes que se mettaient les joueurs du centre (de formation) entre eux pour les retards et les oublis, il était sur le podium sans problème. »



Les enjeux de la compo contre l'Ecosse


Lancé en équipe professionnelle en avril 2016, à dix-neuf ans, il a découvert un autre monde. « Quand vous avez l'habitude de briller en jeunes, ce n'est pas évident, poursuit Gauran. Il a fallu le faire entrer dans un projet de jeu collectif. »


Sous l'aile d'Aurélien Rougerie, le taulier clermontois, qui a veillé à ce que la pépite s'épanouisse, quitte à la secouer parfois. Rab individuel à l'entraînement, étirements, alimentation, sommeil, comportement dans un groupe... l'« ancien » ne l'a pas lâché et Damian Penaud s'est épanoui au haut niveau, même si son image de nonchalant s'est maintenue. « C'est une impression qu'il peut donner, confirme Jean-Michel Reynier. Mais je peux vous assurer que sur un terrain, je n'ai jamais rien eu à redire sur son implication. »


« Il a encore besoin d'avoir quelqu'un à côté de lui en match pour lui rappeler les choses essentielles car il a tendance à s'oublier, estime cependant Olivier Magne. Ça fait partie de ses défauts mais quand on pèse le pour et le contre, il y a tellement de "pour" que c'est difficile de s'en passer. Il fait partie de ces rares joueurs qui peuvent faire basculer un match sur un exploit et il est également très collectif dans son jeu et son attitude. Mais pour exploiter son talent à 100 %, il doit maintenant être constant pendant 80 minutes car le très haut niveau ne pardonne pas l'erreur. »


 
j'adore cet article!!!!
alors que Fickou a les mêmes problèmes en pire , à l'aile et encore plus au centre, on met en exergue penaud et on passe sous silence Fickou, que l'on réclame a corps et à cris.......
les journalistes sportifs sont quand même bien pauvres niveau compétence rugbystique quel que soit les journaux, à de rares exceptions.....




2 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 members, 2 guests, 0 anonymous users