Aller au contenu


Photo

EDF de Brunel


  • Veuillez vous connecter pour répondre
4238 réponses à ce sujet

#4231 cetotomatos

cetotomatos

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 26 408 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Marsat
  • Mon club:

Posté 28 mai 2019 - 20:26

https://www.rugbyram...174/story.shtml
Oui, ils prennent les gens pour des cons, et c'est assez rare que RR le dise pour le souligner.

La main sur Labit ?

Envoyé de mon SM-G361F en utilisant Tapatalk
  • RCV06 et inASMweTrust aiment ceci

#4232 George Abitbol

George Abitbol

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 21 161 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Créteil
  • Mon club:

Posté 29 mai 2019 - 00:32

Je ne vois pas ce qui vous choque. Je trouve ça plutôt prévenant de la part de Laporte et ses associés d'introduire Labit petit à petit.


  • musky aime ceci

#4233 Arverne03

Arverne03

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 27 665 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:HURIEL (03380)
  • Mon club:

Posté 29 mai 2019 - 06:34

Je ne vois pas ce qui vous choque. Je trouve ça plutôt prévenant de la part de Laporte et ses associés d'introduire Labit petit à petit.

 

Oui, plus c'est long.…………..plus c'est bon !  B)



#4234 Toorop

Toorop

    Joueur de TOP 14

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 3 245 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 29 mai 2019 - 06:53

https://www.rugbyram...174/story.shtml
Oui, ils prennent les gens pour des cons, et c'est assez rare que RR le dise pour le souligner.

 

Gros changement éditorial du Rugbyrama/Midol depuis l'éviction de Novès.

Après s'être gardé de toute enquête sur les relations tordues Laporte/Altrad (laissant le champ libre à L'Equipe), le Midol est aujourd'hui clairement anti Laporte


  • RCV06 et inASMweTrust aiment ceci

#4235 Codoràvie

Codoràvie

    Joueur de Pro D2

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 2 643 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Viverols
  • Mon club:

Posté 29 mai 2019 - 07:06

 

 

Peut-être, peut-être pas. Peu importe.

 

Ce qui compte ce n'est pas notre avis, mais celui de Galthié.

 

Dur de savoir ce qu'il y a dans sa tête.

Elles est pourtant bien grosse sa tête, mais ils sont nombreux dedans.



#4236 Jesus Hans Hubert Vorme

Jesus Hans Hubert Vorme

    Salut Fred

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 14 493 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 29 mai 2019 - 07:21

Je ne vois pas ce qui vous choque. Je trouve ça plutôt prévenant de la part de Laporte et ses associés d'introduire Labit petit à petit.

Reste le point crucial : que Labit dure.

#4237 inASMweTrust

inASMweTrust

    Equipe de France

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 7 124 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Caen
  • Mon club:

Posté 29 mai 2019 - 08:27

J'espère en tout cas qu'il est parti sereinement du R92. Il faut éviter que Labit bave de Travers.



#4238 Rugby ?

Rugby ?

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 12 706 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 29 mai 2019 - 08:56

En fait Brunel il va pouvoir visiter le Japon peinard au frais de la FFR c'est cool comme cadeau de départ.

Avec un bon chèque à la clef.................................. Et qui sera quand même moins élevé que celui pour Novés.


  • RCV06 aime ceci

#4239 el landeno

el landeno

    Joueur de Fédérale 1

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 2 103 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:dax
  • Mon club:

Posté 20 septembre 2019 - 17:26

Coupe du monde : Jacques Brunel (sélectionneur du XV de France), le mécano du général Le sélectionneur français Jacques Brunel a vu son staff s'étoffer au gré des dernières désillusions et a laissé pour ce Mondial les clés du jeu des Bleus à ses adjoints. Mais il demeure celui qui véhicule la parole officielle et qui tranche à la fin.

Quand il s'est pointé en conférence de presse, jeudi matin, dans un salon cossu du Keio Plaza Hôtel de Tokyo, Jacques Brunel a paru un poil irrité : « Bon, je vais vous donner la composition de l'équipe qui affrontera l'Argentine, pour ceux qui ne l'ont pas encore eue. » Drôle d'introduction, qui faisait forcément référence à la divulgation sur notre site, trois jours plus tôt, des quinze titulaires tricolores de ce premier match de la Coupe du monde. Sans doute le sélectionneur aurait-il préféré que l'adversaire argentin soit prévenu le plus tard possible de ses intentions. Ou que sa principale prérogative, le choix des hommes, ne subisse pas un piratage aussi précoce. Mais Jacques Brunel, aujourd'hui, ne semble plus vraiment avoir la main sur grand-chose.

 

C'est en tout cas l'impression qui se dégage de tous ces entraînements auxquels nous avons pu assister depuis le début de la préparation estivale. Avec un responsable de la performance physique (Thibault Giroud) qui dirige les exercices athlétiques, des adjoints (Julien Bonnaire pour la touche, Sébastien Bruno pour la mêlée, Jean-Baptiste Élissalde et Laurent Labit pour les skills et le jeu de trois-quarts, Jean-Marc Béderède pour la défense) qui s'occupent des ateliers spécifiques, un « adjoint comme les autres » (Fabien Galthié) qui gère l'animation collective, et lui, Brunel, qui se tient (très) en retrait pour superviser l'ensemble, tel un manager à l'anglaise.

 
4
Le nombre d'adjoints et de techniciens que compte le staff de Jacques Brunel au Japon.
 

La semaine passée, sur l'impeccable pelouse du Fuji Hokuroku Parc de Fujiyoshida, premier lieu de résidence des Bleus au Japon, on l'a même vu une fois se contenter de faire l'appel et de distribuer des chasubles de différentes couleurs à chacun de ses joueurs. Sa seule intervention de la séance... Mais les apparences sont parfois trompeuses. « Ce n'est pas forcément celui qui anime qui détient l'autorité, nous disait récemment l'ancien sélectionneur Pierre Berbizier (1991-1995). Celui qui observe peut amener une compétence, du recul. » « Les rôles sont clairement définis, expliquait aussi Élissalde lors du stage de Nice. Bien sûr qu'il y a des titres, comme entraîneur des trois-quarts, de la défense, des skills ou de je ne sais quoi, mais à la sortie il y a beaucoup d'échanges constructifs entre nous et nul n'empiète sur l'exercice de l'autre sur le terrain. Dans le staff, on est aussi une équipe, et dans une équipe chacun a son job. Celui de Jacques est d'être le décisionnaire. C'est toujours lui le chef. »

 

«Le job de Jacques est d'être le décisionnaire. C'est toujours lui le chef» - l'entraîneur adjoint, Jean-Baptiste Élissade

Et un chef, si ça n'entraîne pas toujours, ça cause et ça prend des décisions. Dans le staff, Brunel a au moins le monopole de la parole. C'est lui qui assure toutes les conférences de presse. Sauf une fois, à Nice, quand il avait dû céder cette responsabilité au duo Bonnaire-Élissalde à cause d'une poussée de fièvre. Mais le Gersois de soixante-cinq ans n'est pas à l'aise face à la presse, il reconnaît même une légère appréhension avant chaque intervention médiatique. À tel point que son entourage a dû énormément insister pour le convaincre de communiquer en direct sur TF 1 sa liste des 31 joueurs pour le Mondial, le 2 septembre dernier, au lieu de se contenter d'une interview enregistrée.

 

Brunel n'emploie pas toujours les bons mots aussi. Comme ce jour où il associa Guilhem Guirado à un « leader » plutôt qu'à un capitaine, alimentant du même coup un débat sur la concurrence entre le néo-Montpelliérain et le jeune talonneur du Racing Camille Chat. Le sélectionneur éprouve aussi une certaine gêne à l'oral avec ses joueurs. Surtout au moment de leur expliquer ses choix les plus douloureux.

 

Le 2 septembre passé, toujours, il a longtemps retardé l'échéance avant d'appeler les six joueurs recalés pour le Mondial (Lambey, Priso, Cros, Belleau, Rattez, R. Taofifenua). « Mon téléphone a sonné vers 19 heures, à peu près, racontait cette semaine le deuxième-ligne lyonnais Félix Lambey à Midi Olympique. Inutile de préciser que je savais ce qu'il allait me dire. C'est passé très vite. J'ai senti que c'était un truc peut-être aussi difficile pour lui que pour moi, alors ça n'a pas traîné. [...] Il m'a donné ses explications et je lui ai juste dit ce que j'en pensais. »

 

Lambey est pourtant un privilégié. Le 18 juin dernier, jour de l'annonce des 37 joueurs appelés pour la prépa, le vice-capitaine des Bleus lors du précédent Tournoi des Six Nations Mathieu Bastareaud n'avait même pas eu droit à un coup de fil du sélectionneur pour lui expliquer sa non-sélection. Parce que Brunel ne souhaitait pas assumer le choix... d'un autre ? Ce n'est pas ce qui se dit dans les coulisses des Bleus. Le sélectionneur serait bien celui qui a le dernier mot, celui qui tranche en dernier recours quand deux courants s'opposent. Pour beaucoup, la présence dans les 31 du numéro 8 Louis Picamoles, dont le profil ne colle pas vraiment au rugby de vitesse et de mouvement prôné par Fabien Galthié, prouverait même de manière incontestable qu'il demeure le décideur suprême. Un décideur fragile, mais un décideur quand même.






0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 members, 0 guests, 0 anonymous users