Aller au contenu


Photo

EDF de Brunel


  • Veuillez vous connecter pour répondre
4238 réponses à ce sujet

#946 RCV06

RCV06

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 34 008 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Mandelieu la Napoule
  • Mon club:

Posté 27 février 2018 - 14:50

Moi aussi je suis pas un fan absolu de Basta... MAIS, je ne nie pas qu'il a un vrai impact dans une équipe, et qu'il a des qualités qui doivent le faire figurer dans le groupe... mais je me désespère de le voir si gros...

Pour moi son apport majeur c'est son aptitude au grattage, mais face a des Fofana Lamerat Penaud voir Fikou en forme ça c'est pas suffisant pour lui assurer une place.



#947 Rémy63

Rémy63

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 29 084 messages
  • Genre:Va savoir
  • Mon club:

Posté 27 février 2018 - 15:01

Si cet état de grâce de Basta pouvait lui donner envie de lui faire perdre encore entre 5 et 10 kilos se serait encore plus bénéfique... pour lui, Toulon et l'EDF..

 

Moi je suis d'avis, de toute manière, que des gars comme Basta, Parra, Vahaa, Gourdon doivent en être, à condition que ces derniers soient en forme. Il faut impérativement avoir une bonne dizaine de tauliers sur lequel greffer des jeunes... et pas l'inverse...

 

Basta n'est pas le sauveur, mais en forme, à l'heure actuelle, il doit être dans les 23... après faut vraiment qu'il aille plus loin dans sa "fit" attitude...

 

Totalement d'accord.

 

Il a fait des efforts avec le RCT cet été. ça se voit aussi bien en club qu'en équipe nationale. Mais il doit aller plus loin encore.

 

Et puis c'est quand même un leader d'équipe. En ce moment, c'est le désert derrière en équipe de France.



#948 gigi

gigi

    Champion d'Europe

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 5 720 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 27 février 2018 - 15:18

et puis de toute façon, dans une edf au jeu non définis pour l'instant (j'ose esperer que cela cela fera par la suite, mais..) on se recentre sur les basiques, et ballon en main, le basique, ben c'est la prise du centre du terrain.

et en cela Basta est le meilleur quand il veut bien un peu fondre.



#949 Silhouette

Silhouette

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 102 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Berkeley, CA
  • Mon club:

Posté 27 février 2018 - 16:27

et puis de toute façon, dans une edf au jeu non définis pour l'instant (j'ose esperer que cela cela fera par la suite, mais..) on se recentre sur les basiques, et ballon en main, le basique, ben c'est la prise du centre du terrain.

et en cela Basta est le meilleur quand il veut bien un peu fondre.

Pour moi c'est ca qui explique "l'efficacite" de Basta en edf en ce moment (et ca a deja ete le cas par le passe): c'est le joueur parfait pour une equipe sans trop de repere et sans veritable plan de jeu, parce que ses qualites principales s'expriment meme s'il n'est pas mis dans des conditions optimales (passe dans le bon tempo, decalage du parternaire, etc).

 

Le probleme a mon sens c'est qu'a l'inverse, il devient "quelconque" des qu'on a un jeu d'arrieres vraiment structure et en rythme, ou alors il faut le garder autour du 10 / pres des rucks en premier attaquant uniquement.



#950 RCV06

RCV06

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 34 008 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Mandelieu la Napoule
  • Mon club:

Posté 27 février 2018 - 16:43

et puis de toute façon, dans une edf au jeu non définis pour l'instant (j'ose esperer que cela cela fera par la suite, mais..) on se recentre sur les basiques, et ballon en main, le basique, ben c'est la prise du centre du terrain.

et en cela Basta est le meilleur quand il veut bien un peu fondre.

Basta ou pas on va prendre



#951 cocotte 63

cocotte 63

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 14 282 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Puy de Dôme
  • Mon club:

Posté 27 février 2018 - 16:48

Pour moi c'est ca qui explique "l'efficacite" de Basta en edf en ce moment (et ca a deja ete le cas par le passe): c'est le joueur parfait pour une equipe sans trop de repere et sans veritable plan de jeu, parce que ses qualites principales s'expriment meme s'il n'est pas mis dans des conditions optimales (passe dans le bon tempo, decalage du parternaire, etc).

 

Le probleme a mon sens c'est qu'a l'inverse, il devient "quelconque" des qu'on a un jeu d'arrieres vraiment structure et en rythme, ou alors il faut le garder autour du 10 / pres des rucks en premier attaquant uniquement.

 

C'et sûr mais comme on est à des années lumières de cela... il est évidemment pas déconnant... et actuellement, il y est plus à sa place que Lamerat faut aussi le reconnaître...


  • Toorop et Silhouette aiment ceci

#952 Toorop

Toorop

    Joueur de Pro D2

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 2 535 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 27 février 2018 - 17:13

 

C'et sûr mais comme on est à des années lumières de cela... il est évidemment pas déconnant... et actuellement, il y est plus à sa place que Lamerat faut aussi le reconnaître...

 

Qu'est-ce qu'il lui arrive à lui d'ailleurs ? 

Excellent l'an dernier, très quelconque depuis ... depuis ... la prépa spécifique équipe de France ?



#953 cocotte 63

cocotte 63

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 14 282 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Puy de Dôme
  • Mon club:

Posté 27 février 2018 - 17:17

Comment veux-tu que les mecs soient en forme???... énorme et très longue saison l'an dernier... prépa de merde... retour...blessure... reprise...blessure... edf... cuite...partou...bannissement... ASM au fond du faitout... t'as intérêt à être costaud dans ta tête pour rebondir...



#954 Arverne03

Arverne03

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 22 504 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:HURIEL (03380)
  • Mon club:

Posté 28 février 2018 - 08:19

Et rien ne bouge............ :unsure: 



#955 bazooka

bazooka

    Joueur du Grand Chelem

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 683 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Cournon
  • Mon club:

Posté 02 mars 2018 - 16:48

C'est sans doute pas le meilleur post pour ce faire mais sur un autre sit :

 

Comptant parmi les exclus de la nuit d’Édimbourg, le deuxième ligne Arthur Iturria a toujours affirmé s'être ouvert le visage en sautant sur son lit, et non dans une bagarre à la sortie de la boîte de nuit. Une version souvent raillée. Des images l'attestent pourtant.

 

Juste en passant pour présenter mes hommages au super journaliste qui prétend d'autres choses et même d'avoir des preuves... :bootshake:  :bootshake:  



#956 RCV06

RCV06

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 34 008 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Mandelieu la Napoule
  • Mon club:

Posté 06 mars 2018 - 15:37

Rugby Tournoi
Clive Woodward : «Les meilleures idées viennent des joueurs»
Publié le mardi 6 mars 2018 à 00:05
Seul entraîneur européen champion du monde de rugby en 2003 avec le quinze de la Rose, sir Clive Woodward considère que la clé de toute réussite sportive tient, avant tout, à la capacité des managers à responsabiliser leurs joueurs.

 

TIGNES (Savoie) - Sans Clive Woodward, le sport britannique ne serait sûrement pas aussi performant. Premier sélectionneur de l'ère du rugby professionnel, en 1997, il a conduit l'équipe d'Angleterre à la victoire en Coupe du monde en 2003, grâce à des méthodes de management novatrices qu'il n'a cessé, depuis, d'approfondir. En 2006, devenu directeur sportif des équipes olympiques du Royaume-Uni, il les a supervisées en 2008, aux JO de Pékin, et surtout en 2012, à Londres, où la Grande-Bretagne a battu son record de médailles.

Depuis, à soixante-deux ans, celui que la reine a anobli dès 2004, se consacre à sa passion du management, que ce soit pour les entreprises qui le sollicitent ou pour les sportifs, quels qu'ils soient. Son credo : tous ont besoin d'un environnement performant et d'être impliqués pour prendre le projet à leur compte. Nous l'avons rencontré à Tignes, où il passe quelques jours par mois pour mettre sur pied Apex2100, une académie internationale de ski alpin où les jeunes espoirs seront accueillis dès l'âge de onze ans (équivalent de l'entrée en 6e) et bénéficieront d'un encadrement digne des plus grands champions. « Les travaux seront terminés en 2019 », explique-t-il. En attendant, à quelques jours de France-Angleterre, il a accepté d'évoquer le rugby français et sa philosophie d'entraîneur.

EN BREF Clive Woodward (ANG) 62 ans. Joueur (centre) 21 sélections (1980-1984). Entraîneur Angleterre (1997-2004). Vainqueur de la Coupe du monde 2003.

«En 2015, après la déroute de la France en quarts de finale de la Coupe du monde face aux All Blacks (62-13), vous avez fait partie des entraîneurs auditionnés par la FFR (avec Guy Novès, Fabien Galthié, Raphaël Ibañez, Fabrice Landreau....) pour devenir sélectionneur national. Comment cela s'était-il passé ?Je m'étais en effet déplacé mais c'était clair qu'ils avaient déjà pris leur décision. Quand j'y repense, ils n'auraient jamais dû me recevoir... J'étais venu avec mon projet et un interprète, il y avait six ou sept personnes pour m'écouter, dont Pierre Camou et Serge Blanco, mais ils n'ont pas compris ou cherché à comprendre de quoi je leur parlais. Quelques jours plus tard, ils m'annonçaient qu'ils avaient choisi Guy Novès.Votre nom a encore circulé il y a quelques mois. Si l'occasion d'entraîner la France se présentait un jour, en 2019 par exemple, est-ce que vous l'étudieriez ?Je n'ai pas du tout été sollicité dans ce sens récemment. Pour le reste, je ne fais jamais de plans de carrière.L'autre jour, après la défaite de la France contre l'Écosse, vous avez posté ce tweet : "C'est la pire équipe de France que j'aie jamais vue. Ils ont de grands joueurs mais ils régressent"...C'est vrai mais, au fond, je n'ai pas envie de critiquer l'équipe de France car je ne sais pas de quelle manière ils travaillent.

1 Une seule équipe de l'hémisphère Nord a remporté la Coupe du monde depuis sa création en 1987. Le 22 novembre 2003, l'Angleterre du sélectionneur Clive Woodward triomphait de l'Australie (20-17 a.p.) en finale, à Sydney.

Qu'est-ce qui vous guidait quand vous étiez sélectionneur du quinze de la Rose ?La première chose, c'est l'implication des athlètes. Cela ne sert à rien de faire venir des experts si c'est pour être directif et marteler : "Fais ci, fais ça."Au fil de mes expériences, je l'ai constaté à chaque fois : les meilleurs sportifs travaillent en interaction avec leur coach, c'est un véritable partenariat. Le rugby, au départ, n'est pas différent des sports individuels. Certains coaches ne l'ont pas compris mais les grandes équipes sont d'abord constituées d'individus. La première étape est d'amener ces individualités à leur maximum. En 2003, j'avais Jonny Wilkinson, Martin Johnson, Lawrence Dallaglio, des gars de classe mondiale. Si on utilise l'image du sport olympique, je voulais que Wilkinson soit l'ouvreur médaillé d'or, Johnson le deuxième-ligne médaillé d'or, etc. Cela n'a rien à voir avec l'équipe mais, quand on parvient à en faire des "world class players", on voit le vestiaire se transformer. C'est quasi naturel, l'équipe devient une évidence.

C'est le point d'orgue de sa carrière de sélectionneur. En 2003, l'Angleterre remporte la Coupe du monde en finale face à l'Australie (17-20 a.p.) (LUTTIAU / L'EQUIPE)

Mais comment pousser des joueurs à leur maximum quand on les a si peu de temps sous la main ?On a besoin de leur engagement total. Tout le travail nécessaire - les exercices techniques, la façon de se nourrir, la préparation mentale... -, ils le feront quand ils seront seuls, c'est leur responsabilité. C'est pour cela que la relation entre le coach et le joueur est essentielle. Il faut qu'il sache ce qu'on attend de lui, et surtout comprendre pourquoi, dans quel cadre cela s'inscrit.À quoi consacriez-vous le temps passé en sélection avec eux ?À construire l'équipe. Je divisais le jeu en sept secteurs (voir ci-dessous) et je voulais que chaque joueur étudie ces sept secteurs et y apporte sa contribution. Le but était que chacun enrichisse le projet. Toutes les grandes équipes internationales aujourd'hui fonctionnent comme ça. Je ne sais pas si c'est le cas de la France mais il y a une énorme opportunité à saisir. Vous avez de bonnes équipes : Toulon, Toulouse, Clermont, La Rochelle, le Racing... et, forcément, il y a un gisement énorme de connaissances chez les joueurs.C'est-à-dire ?Je pense que le secret, pour un sélectionneur, est de puiser les idées chez les joueurs. Les aider à les formuler, à les confronter, à les assembler. "En clubs, vous faites comment ? Et comment va-t-on faire, nous en équipe nationale, en attaque, en défense, sous pression ?"Les meilleures idées viennent des joueurs et l'idée, c'est de les "capturer".

Pour moi, il n'y a pas d'excuses aux mauvais résultats des Français et, si un coach n'arrive pas à inverser cette tendance, c'est normal qu'il soit viré

Comment ça ?Je reprends mes sept secteurs. Avant chaque match, c'est comme si on avait sept boîtes à remplir avec les idées, les connaissances, l'expérience de chacun. Les erreurs aussi. L'important, c'est de toujours être dans cette démarche d'apprendre, d'être ouvert à la différence. Si les joueurs se sentent en confiance dans cet échange, c'est formidable ; ils apportent leurs idées, celles de leurs clubs. Après, il s'agit de définir ensemble ce qui va fonctionner pour l'équipe nationale, contre cet adversaire-là, avec cet arbitre-là. En France, par exemple, un joueur de Toulon va défendre avec un système différent de celui du Racing mais il n'y a pas de bonne ou de mauvaise solution. En équipe d'Angleterre, parfois, il y avait des discussions très dures, des joueurs très agressifs, mais je disais : "On ne quittera pas la pièce tant que nous n'aurons pas trouvé comment nous, en équipe d'Angleterre, nous allons faire."Vous avez d'ailleurs généralisé ce système...Oui, après avoir constaté qu'il fonctionnait très bien dans tous les sports, j'ai digitalisé ce procédé après les Jeux Olympiques de Londres en créant une application, Hive learning. Hive en anglais signifie la ruche, c'est un bon terme pour montrer l'activité incessante qui doit nourrir le sport de haut niveau quand on veut progresser. Je ne sais pas comment font les entraîneurs en France mais je sais qu'en Angleterre, chez les All Blacks, les Irlandais, les Australiens, les Écossais, ça marche comme ça.Les gens de la Fédération française, il y a quelques mois, ont justement suggéré de rassembler tous les coaches du Top14 pour opérer ce brassage d'idées...Non, non, non. Ce sont les joueurs qu'il faut impliquer, pas les entraîneurs de club. Quand on fait s'exprimer un joueur, sur chaque secteur : "Comment fais-tu, toi ? Comment tu améliorerais ça ?", on le renforce, on le responsabilise.

Avant d'être sélectionneur, Clive Woodward jouait pour l'équipe d'Angleterre. Lors du tournoi 1980, il avait battu les Bleus au Parc des Princes (13-17) (L'EQUIPE)

Prennent-ils facilement la parole ?Non, c'est un travail de fond. Jonny Wilkinson, quand je l'ai rencontré la première fois, à dix-sept ans, rien ne sortait de lui. Il était timide, stressé. Et pourtant c'était déjà un excellent joueur de rugby. Quelques années après, tout le monde l'écoutait. Et à la fin de sa carrière, quand je le voyais diriger l'équipe de Toulon, en parlant parfaitement français, je me disais : "Waouh ! C'est tellement éloigné de ce qu'il était au départ."Mais y a-t-il des Wilkinson en France ?La France a les joueurs, je n'ai aucun doute là-dessus. Je les vois jouer, en matches internationaux ou en clubs. Il y a largement de quoi faire. Après je ne sais pas comment les entraîneurs travaillent...

 

En France, on a tendance à penser que le Top 14 est trop lent pour le niveau international...Pas du tout. Certes, c'est un rugby différent mais les joueurs peuvent changer de registre d'un match à l'autre sans problème. Si le message du sélectionneur est clair, qu'ils le comprennent et qu'ils se préparent en conséquence, ils peuvent jouer très vite.Vous ne pensez pas qu'il y a en France un déficit de technique ou de formation ?Ça, ce sont les excuses d'une équipe qui perd. Mais depuis plusieurs années, au niveau européen, les équipes françaises sont parmi les meilleures. Il n'y a pas une différence énorme entre jouer pour Clermont ou une équipe nationale. Pour moi, il n'y a pas d'excuses aux mauvais résultats des Français, et, si un coach n'arrive pas à inverser cette tendance, c'est normal qu'il soit viré. Si la France bat l'Angleterre, tout va repartir. Et il n'y a aucune raison pour que cela n'arrive pas, l'Écosse vient de le faire.Vous ne pensez donc pas qu'il faut construire un projet à long terme pour que la France gagne la Coupe du monde 2023 chez elle...Mais il n'y a pas besoin d'un projet sur cinq ans pour qu'un pays comme la France gagne la Coupe du monde ! Tous les coaches qui acceptent le poste de sélectionneur d'une des grandes équipes mondiales (Nouvelle-Zélande, Angleterre, Australie, Afrique du Sud, France...) ont pour objectif de gagner la Coupe du monde, même deux ans après. Moi, je n'engagerai jamais un entraîneur sur cinq ans. Tout ça pour gagner des matches de rugby ? C'est ridicule.»

------------------------------------------------------

«Que fait-on dans ce cas-là ?»

Clive Woodward, expert en management, décrypte pour nous un cas d'école vécu.

 

À quelques jours de la finale de la Coupe du monde 2003... «Cette photo a été prise par le docteur de l'équipe d'Angleterre, au lendemain de notre victoire contre la France lors de la Coupe du monde 2003. Je viens d'annoncer la composition de l'équipe qui jouera la finale. On distingue mes adjoints Andy Robinson et Dave Alred (en partant de la gauche), le capitaine Martin Johnson, Ben Kay (deuxième-ligne) et Steve Thompson (talonneur). L'équipe est assise en U, comme un comité directeur d'entreprise. C'est une de mes premières décisions d'entraîneur, ne plus aligner les joueurs comme dans une salle de classe. Derrière, sur le mur,

il y a sept affiches. Nous avons divisé le jeu en sept secteurs : 1. Défense, 2. Conquête, 3. Gestion de la pression, 4. Attaque, 5. Tactique, 6. Self-control, 7. Prise de décision. Avant chaque match, tous les membres de l'équipe, staff et joueurs, apportaient leurs idées, leurs solutions pour chaque secteur. Le score au tableau Angleterre 12 - Australie 16 est un exercice de gestion de la pression. On est à telle minute du match et j'ai dessiné au tableau la situation de jeu ; je demande aux joueurs : « Que fait-on dans ce cas-là ? » Et chaque joueur donne sa solution. En anglais, on appelle ça T-CUP (thinking correctly under pressure). Quand on a imaginé une situation de danger avant qu'elle n'arrive, on a beaucoup plus de chances d'y répondre correctement quand elle va se présenter et qu'on sera sous pression.»

 

C'est pas si con que ça sa méthode


  • gigi, ASM63000 et xdderf63 aiment ceci

#957 gigi

gigi

    Champion d'Europe

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 5 720 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 06 mars 2018 - 15:53

 

 

C'est si con que ça sa méthode

 

 

bien moins con d'impliquer les joueurs que de croire que les entraîneurs vont dévoiler les "secrets"   :P

 

n'empeche, ça doit être intéressant de discuter avec des mecs comme ça !!


  • RCV06 aime ceci

#958 Y&B

Y&B

    Joueur de Fédérale 3

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 1 010 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Pau & La Seyne sur Mer
  • Mon club:

Posté 06 mars 2018 - 16:49

Ouais bof...
C'est de la technique de management participatif toute simple.
A mon avis il n'y a pas que ça ou alors c'est une embrouille.
De toute façon, si t'as un troupeau de chêvres, même en les responsabilisant un max, aucune ne gagnera l'Arc de Triomphe.
Par contre l'analyse de situation comme le 12-16 à 5 mn de la fin ça je prends !

#959 Rémy63

Rémy63

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 29 084 messages
  • Genre:Va savoir
  • Mon club:

Posté 06 mars 2018 - 18:02

De toute façon, quand tu prends 30 mecs comme ça, tu n'as pas grand chose à leur apprendre sur le rugby.

 

Tout ce qui compte, c'est qu'ils jouent ensemble.


  • RCV06 et Y&B aiment ceci

#960 RCV06

RCV06

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 34 008 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Mandelieu la Napoule
  • Mon club:

Posté 06 mars 2018 - 19:36

 

bien moins con d'impliquer les joueurs que de croire que les entraîneurs vont dévoiler les "secrets"   :P

 

n'empeche, ça doit être intéressant de discuter avec des mecs comme ça !!

Ha ben la c'est quand même du haut niveau


Ouais bof...
C'est de la technique de management participatif toute simple.
A mon avis il n'y a pas que ça ou alors c'est une embrouille.
De toute façon, si t'as un troupeau de chêvres, même en les responsabilisant un max, aucune ne gagnera l'Arc de Triomphe.
Par contre l'analyse de situation comme le 12-16 à 5 mn de la fin ça je prends !

Fait gaffes y avait Martin Johnson dans le lot B)


De toute façon, quand tu prends 30 mecs comme ça, tu n'as pas grand chose à leur apprendre sur le rugby.

 

Tout ce qui compte, c'est qu'ils jouent ensemble.

Sauf en équipe de France ou il faut leur apprendre a faire des passes :D






0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 members, 0 guests, 0 anonymous users