Aller au contenu


Photo
- - - - -

Lnr


  • Veuillez vous connecter pour répondre
61 réponses à ce sujet

#1 pieremanuel

pieremanuel

    Joueur de Fédérale 1

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 2 065 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:bordeaux
  • Mon club:

Posté 26 juin 2017 - 17:14

Mourad se présente à la présidentielle
Qui gagnera? Laporte et mourad ce serait quand même quelque chose

#2 Jicé

Jicé

    Champion d'Europe

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 6 237 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:au sud
  • Mon club:

Posté 01 juillet 2017 - 12:05

Ayé

 

http://www.rugbyrama...494/story.shtml


  • pieremanuel aime ceci

#3 Arverne03

Arverne03

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 35 184 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:HURIEL (03380)
  • Mon club:

Posté 12 juillet 2017 - 09:01

 Avec l'élection de M.B et de MARTI, les gros clubs n'ont pas de soucis à se faire.



#4 ELSAZOAM

ELSAZOAM

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 35 539 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Clermont-Ferrand
  • Mon club:

Posté 12 juillet 2017 - 09:09

Vicent Merling (La Rochelle) battu... Le RCT bat les Maritimes sur tous les fronts (sur le terrain et en-dehors) !   :innocent:



#5 cetotomatos

cetotomatos

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 27 515 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Marsat
  • Mon club:

Posté 18 octobre 2018 - 20:49

http://www.lnr.fr/li...ts-audiovisuels

La LNR lance les consultations pour les futurs droits TV.
Sympas les membres du comité de pilotage.
Savoureux le laius publicitaire pour le top 14.

Envoyé de mon SM-G361F en utilisant Tapatalk
  • RCV06 aime ceci

#6 RCV06

RCV06

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 51 147 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Mandelieu la Napoule
  • Mon club:

Posté 18 octobre 2018 - 21:19

http://www.lnr.fr/li...ts-audiovisuels

La LNR lance les consultations pour les futurs droits TV.
Sympas les membres du comité de pilotage.
Savoureux le laius publicitaire pour le top 14.

Envoyé de mon SM-G361F en utilisant Tapatalk

On dirait un congrès de la mafia :D


  • cetotomatos aime ceci

#7 Bougnat et Breton

Bougnat et Breton

    Equipe de France

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 118 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Valcivières 63
  • Mon club:

Posté 19 octobre 2018 - 00:50

C'est quoi cet appareil sur la photo ?



#8 Benoit_montreal

Benoit_montreal

    Joueur de Fédérale 2

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 717 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Canabec
  • Mon club:

Posté 19 octobre 2018 - 01:12

C'est quoi cet appareil sur la photo ?

Une spidercam, la caméra qui est au dessus du terrain.



#9 Barnabe03

Barnabe03

    Joueur de TOP 14

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 3 141 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Yzeure
  • Mon club:

Posté 19 octobre 2018 - 02:17

Une spidercam, la caméra qui est au dessus du terrain.



Normal pour des membres qui sont au dessus des lois...

#10 Bougnat et Breton

Bougnat et Breton

    Equipe de France

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 118 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Valcivières 63
  • Mon club:

Posté 19 octobre 2018 - 02:53

Une spidercam, la caméra qui est au dessus du terrain.

 

Ho, merci pour la réponse .....J'ai cru pendant un moment que c'était un sex-toy pour martien !! B)


  • cetotomatos aime ceci

#11 George Abitbol

George Abitbol

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 22 907 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Créteil
  • Mon club:

Posté 08 février 2019 - 20:05

À la suite de la saisine de la Commission de discipline et des règlements par le Président de la Ligue Nationale de Rugby, consécutive au bilan de l’enquête épidémiologique de la saison 2018/2019, les clubs suivants sont convoqués lors de la séance du mercredi 13 février 2019 :

– Union Bordeaux-Bègles,
– US Carcassonnaise,
– FC Grenoble Rugby,
– Oyonnax Rugby,
– USA Perpignan,
– Provence Rugby,
– RC Toulonnais,
– RC Vannes.

 

L’enquête épidémiologique, c’est quoi ? Les clubs ont désormais pour obligation de communiquer à la LNR, à la mi-saison et de manière mensuelle, les blessures de leurs joueurs.



#12 Yellow

Yellow

    Joueur de TOP 14

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 3 259 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Royatomic
  • Mon club:

Posté 12 février 2019 - 17:54

À la suite de la saisine de la Commission de discipline et des règlements par le Président de la Ligue Nationale de Rugby, consécutive au bilan de l’enquête épidémiologique de la saison 2018/2019, les clubs suivants sont convoqués lors de la séance du mercredi 13 février 2019 :

– Union Bordeaux-Bègles,
– US Carcassonnaise,
– FC Grenoble Rugby,
– Oyonnax Rugby,
– USA Perpignan,
– Provence Rugby,
– RC Toulonnais,
– RC Vannes.

 

L’enquête épidémiologique, c’est quoi ? Les clubs ont désormais pour obligation de communiquer à la LNR, à la mi-saison et de manière mensuelle, les blessures de leurs joueurs.

 

Heureusement qu'on n'avait pas eu de blessés la saison dernière sinon on aurait été convoqué...

:lol:



#13 el landeno

el landeno

    Champion d'Europe

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 5 170 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:dax
  • Mon club:

Posté 14 mars 2019 - 22:20

Paul Goze (président de la LNR) : « Le Top 14 est pris comme bouc émissaire »
Publié le   jeudi 14 mars 2019 à 20:10 
Le président de la Ligue monte au créneau face aux critiques associant les mauvais résultats du quinze de France au calendrier surchargé du Championnat, s'appuyant sur des chiffres inédits.
Renaud Bourel dans l'Equipe
Le Championnat ne s'est jamais si bien porté. Ce n'est pas une vue de l'esprit, ce sont les chiffres qui le disent : audiences, affluences, rajeunissement du public, les courbes ont le nez en l'air. Et pourtant, le Top 14 serait responsable de tous les maux du rugby français, concentrés dans sa seule sélection. Paul Goze dit être le premier attristé par les résultats du quinze de France et il n'existe aucune raison objective d'en douter. Le président de la Ligue a toutefois tenu à casser quelques idées reçues et à rappeler les efforts faits par l'institution et les clubs pour supporter l'équipe nationale et contribuer à sa relance. À vous de juger. 

« Parmi tous les griefs retenus contre le Top 14, il y a l'idée qu'il ne prépare pas suffisamment au niveau international...
C'est une petite musique que j'entends depuis plus de vingt ans. Chaque fois que l'équipe de France n'obtient pas des résultats conformes aux attentes, le Top 14 est pris comme bouc émissaire. Il y a d'abord ceux qui disent que les internationaux jouent trop et là, je leur réponds : faux ! Absolument faux ! 

Vous allez nous parler de la convention entre la Fédération et la Ligue de juin 2018, la énième, mais qui ne change rien, comme les précédentes...
Si l'on prend les vingt-cinq joueurs qui ont disputé le plus de tests internationaux cette saison pour la France et pour l'Angleterre, le système le plus proche du nôtre, on s'aperçoit que le nombre moyen de matches disputés depuis le début de la saison est exactement le même : dix-neuf. Et si vous regardez les cinq joueurs qui ont le plus joué dans chaque équipe, vous vous rendez compte que les Anglais en ont joué un de plus (22) que les Français (21). C'est d'ailleurs assez logique puisque les différentes mesures justement mises en place par la nouvelle convention tentent de renforcer la performance du quinze de France. Elles instaurent un statut spécial pour les internationaux dont l'un des objectifs est précisément de limiter le nombre de matches qu'ils disputent chaque saison. Les quarante joueurs de la ''liste quinze de France'' bénéficient d'une intersaison aménagée de dix semaines sans match et d'un suivi concerté sur les plans physique, technique et médical entre les staffs. Les périodes de mise à disposition ont été élargies : quatre semaines en novembre, huit semaines consécutives pendant le Tournoi. Le sélectionneur Jacques Brunel décide seul si un joueur revient dans son club pour avoir du temps du jeu pendant la période du Tournoi ou s'il reste dans le groupe France pendant huit semaines consécutives. Nous avons également mis en place avec la FFR un dialogue renforcé et institutionnalisé entre les encadrements techniques de l'équipe de France et des clubs. Enfin, le dispositif de ''co-gestion'' des joueurs de la ''liste quinze de France'' en 2018-2019, préparatoire à la Coupe du monde, permet d'optimiser leur préparation et de limiter le risque de blessures. Le sélectionneur du quinze de France et les entraîneurs des clubs définissent des séquences de repos et de régénération adaptées à la situation de chacun. Et en cas de désaccord sur une séquence de matches, la convention donne à l'entraîneur national la capacité de trancher et de mettre le joueur au repos. Donc, quand j'entends dire que les institutions sont dans l'immobilisme, je ne peux qu'inviter ceux qui font ce type de déclarations à lire la nouvelle convention avant de parler. 

« Les bons résultats de nos clubs qui prônent un jeu fait de mouvement et d'intensité montrent que nous sommes sur la bonne voie » 

 

Le raisonnement est plutôt de dire que le Top 14 n'amène pas à des niveaux d'intensité suffisants.
Le jeu pratiqué en Top 14 évolue de façon positive. Mais nous devons encore progresser sur ce point. Cela revient au ''mieux jouer'' que nous prônons. Le rugby de mouvement est au centre de la réflexion. Il fait gagner bien sûr, il est spectaculaire et participe en plus à la protection de la santé du joueur. Toutes les mesures médicales mises en place par la LNR doivent ainsi s'accompagner d'évolutions sur la façon dont on joue. La Ligue n'a pas pour mission de décider des stratégies de jeu de chaque club, mais elle porte la responsabilité d'encourager cette mutation. Nous le faisons en soutenant la formation, mais nous allons également réunir les différents acteurs du jeu avant la fin de la saison pour aller plus loin. Je reste optimiste. Les bons résultats de nos clubs qui prônent un jeu fait de mouvement et d'intensité montrent que nous sommes sur la bonne voie. 

Selon vous, donc, le Top 14 a pris conscience de ses lacunes...
La prise de conscience est très nette. Toulouse, La Rochelle, Lyon, le Racing 92, Bordeaux-Bègles, et bien entendu Clermont en premier lieu, ont pris le parti du jeu. D'autres aussi. Et on s'aperçoit que ces équipes sont plutôt vers le haut du tableau. La tendance générale est lourde. Après, elles y arrivent plus ou moins, en fonction de leur effectif. Mais prenez le match Stade Français - Stade Toulousain(9-28, le 3 mars) : le troisième essai toulousain a été inscrit après quatre minutes et neuf secondes de jeu, mais aussi trente-cinq phases de jeu, ce sont des standards de niveau international. Sur cette même journée, le temps de jeu moyen était de trente-sept minutes sur l'ensemble des rencontres (mais il est de 33'25" depuis le début de saison), avec une moyenne de 5,57 essais et 47,7 points par match. Aujourd'hui, tout montre, à tous les niveaux, y compris en équipe nationale, qu'il faut produire du jeu pour gagner. Et je suis assez optimiste sur le fait que le jeu de mouvement revienne comme la norme avec des conséquences positives sur tous les aspects de notre sport : formation, santé et spectacle. 

« Il n'est pas possible d'interrompre le feuilleton du Championnat un mois et demi en plein milieu de la saison » 

 

Êtes-vous défavorable à un Top 12 que de nombreuses personnes appellent de leurs voeux ?
La seule chose que cela permettrait, c'est qu'avec ces quatre ou cinq dates de moins, il n'y ait plus de doublons. Or, si vous les retirez, cela ne change absolument rien pour les internationaux qui jouent le même nombre de matches et qui sont en plus protégés les week-ends de rassemblement. En revanche, les non-internationaux et les jeunes, eux, joueraient du coup beaucoup moins puisqu'ils ne profiteraient plus de l'absence des autres. Le seul handicap des doublons est médiatique. 

Ce n'est pas que médiatique, les doublons ne permettent pas forcément de voir le match de l'équipe de France et celui de son club. De la même manière, quand on achète une place pour aller suivre son équipe, on a envie d'y voir ses meilleurs joueurs...
On voit bien que ces arguments sont bien éloignés du sujet du quinze de France. Quoi qu'il en soit, ce serait un handicap majeur pour les clubs qui souffriraient de deux recettes de moins à la maison. Par ailleurs, il n'est pas possible d'interrompre le feuilleton du Championnat un mois et demi en plein milieu de la saison. La nature a horreur du vide et les gens iraient ailleurs. Il faut garder cette habitude d'aller soutenir son équipe au stade toutes les deux ou trois semaines. Et si vous tombiez à douze, vous amoindririez aussi les chances que des clubs de zones géographiques moins imprégnées de la culture rugby puissent émerger. Donc, tout cela ne serait pas bon pour le rugby. 

Peut-être que cela éviterait des écarts en queue de peloton, comme c'est le cas pour l'Usap cette saison (dernier avec huit points) ?
Mais vous savez que même à douze, il y aura toujours un dernier (rires). Et puis, plus sérieusement, la pression serait encore pire. On peut donc imaginer que l'impact sur le jeu n'irait pas nécessairement dans le bon sens. Alors on pourrait faire deux poules de huit, mais on manquerait de matches. À douze, ce serait trop restrictif. Le Top 14 est un compromis et comme dans tous les compromis, il n'est pas complètement satisfaisant - aucune formule ne l'est - mais porteur de beaucoup de vertus. 

Si les doublons sont bénéfiques, la Ligue mondiale que World Rugby veut mettre en place ne vous pose pas de problème finalement ?
Comme pour tout, il y a une limite. Sinon, on peut aussi lancer une Ligue mondiale qui se jouerait toute l'année. La décision sur le calendrier international issu de la conférence de San Francisco en janvier 2017 avec, selon les saisons, dix ou onze matches internationaux par saison, me paraît assez équilibrée et il n'y a pas lieu de le modifier, surtout par des formules qui excluent en plus un certain nombre de nations. Et je dis ça alors que je suis convaincu que le format actuel des tournées a vécu. Mais il faut trouver des formules pour qu'elles n'impactent pas les championnats professionnels. En réfléchissant un peu, je pense que l'on doit pouvoir y arriver. À condition que tout le monde soit partie prenante des discussions. 

Avez-vous reçu un retour au courrier que vous avez envoyé à World Rugby suite aux premières révélations sur le projet de Ligue mondiale ?
À ce jour, absolument pas. D'ailleurs, il s'agissait du troisième courrier (l'entretien a été réalisé avant l'annonce ce jeudi par World Rugby de son intention de supprimer les demi-finales de son projet)

« Le problème dans cette affaire (de Ligue mondiale), c'est qu'il y ait eu des fuites sur un projet qui ne me paraît pas abouti. On dirait qu'il y a un peu de navigation à vue. À chaque critique, quelqu'un de World Rugby fait une réponse adaptée » 

 

Et comment avez-vous reçu les différentes communications de World Rugby qui démentent les informations parues partout ?
Le problème dans cette affaire, c'est qu'il y ait eu des fuites sur un projet qui ne me paraît pas abouti. On dirait qu'il y a un peu de navigation à vue. À chaque critique, quelqu'un de World Rugby fait une réponse adaptée. On apprend que certains pays ne seraient pas concernés, et hop, on entend finalement : "Si, bien sûr, ils font partie de la réflexion..." Un projet, il faut le construire avec toutes les parties concernées et, une fois qu'il est structuré, on l'applique. Tout cela me semble, au minimum, bien peu préparé. Mais nous restons à disposition de tous et de chacun pour échanger et travailler. 

Avez-vous le sentiment d'être écarté des discussions ?
Disons que l'on ne se précipite pas pour nous faire venir. Ce que je demande, c'est qu'il y ait une concertation avec tout le monde et que les principaux championnats professionnels qui font vivre le rugby chaque semaine dans nos territoires, et dont des centaines de joueurs internationaux tirent leur rémunération, ne soient pas considérés comme une variable d'ajustement. Or, quand je vois ce qu'a dit Agustin Pichot (le vice-président de World Rugby) dans votre journal : "On va se réunir entre fédérations, avec le syndicat international des joueurs et puis les Ligues professionnelles s'adapteront." Ça, c'est un voeu pieux qu'il formule. Et il n'est pas franchement du style à nous apaiser. Et puisqu'il ne répond pas à nos courriers, j'espère qu'au moins il regarde les journaux, qu'il sache qu'il n'est pas question que nous soyons des variables d'ajustement. 

Craignez-vous un désintérêt pour le Top 14 ?
La qualité du spectacle a un impact sur les fans et notre priorité est de promouvoir un jeu plus sûr, plus rapide, moins frontal. Nous y consacrons une grande partie de notre énergie. Reste que contrairement à des idées reçues, on est à + 6 % d'affluence à mi-saison par rapport à l'année dernière à la même époque et à + 25 % depuis 2010 (hors délocalisations). Nous avons instauré les ''fans days'' et ils ont amené une fréquentation en hausse de 15 %. Les deux jours de Boxing Day ont généré un record avec la meilleure affluence de la saison 2018-2019 sur la 13e journée (121 531 spectateurs au total, soit 17 362 spectateurs en moyenne par match) et un record de spectateurs sur une affiche cette saison (32 794 spectateurs lors de Toulouse-Toulon). Les demi-finales sont déjà à guichets fermés à Bordeaux, comme elles le sont tous les ans depuis 2011. Il y a aussi un rajeunissement des audiences et des fans. On le mesure sur les réseaux sociaux notamment, et en invitant des groupes comme Big Flo et Oli pour la finale du Top 14. On est en train de mettre en place un Championnat de rugby à sept qui amènera un nouveau public à partir de 2020 avec une facilité d'accroche sur une discipline qui peut être un peu moins austère que de commencer par le quinze. 

Le Top 14 continue de véhiculer l'image d'un Championnat qui forme peu ou mal et empêche les joueurs français de se développer.
La transformation du jeu, nous nous efforçons de l'impulser. Par ailleurs, le règlement des joueurs issus de la filière de formation (JIFF) poursuit ce but. À mi-saison en 2016-2017, nous étions à 13,2 JIFF par feuille de match, à 14,5 la saison suivante et nous sommes à 15,4 aujourd'hui. La saison prochaine, nous serons à 16 JIFF sur les feuilles de match. Et cela montera encore en puissance la saison d'après. Mais tout cela montre déjà que lorsqu'il y a une volonté de formation, elle aboutit. Je rappelle au passage que nous participons avec la FFR à la mise en place des 150 conseillers techniques de club (CTC) qui doivent travailler dans tous les clubs de France pour former des formateurs. 

Combien sont-ils déjà à travailler ?
Il faudrait demander à la Fédération. Nous ne sommes pas chargés de les mettre en place, mais nous payons (sourire). Mais, d'après ce que j'ai pu comprendre, leur mise en place avance bien. Il y a aussi le plan de développement des académies fédérales qui travaillent avec nos centres de formation des clubs pour qu'elles en deviennent les antichambres. C'est une contribution à la formation et au secteur amateur (CFSA) de 22 M€ sur cinq ans, plus importante que n'importe quelle autre ligue sportive professionnelle. Et puis, la grande nouveauté reste la réforme des indemnités de formation (RIF). À partir de l'année prochaine, l'ensemble des clubs qui ont formé un joueur recevront une rémunération sur les dix premières années de son contrat professionnel. Cela représente environ 1 million d'euros redistribués chaque saison à près de 400 clubs amateurs. 

Cette mesure est-elle passée facilement ?
On avait commencé à en parler il y a trois ans et demi. C'était une réforme compliquée à mettre en place, ne serait-ce que techniquement. Chacun a donné son avis et on a amendé quelques fois le projet pour aboutir à celui qui va entrer en vigueur le 1er juillet. Ce n'est d'ailleurs pas sur les versements aux clubs amateurs que certains présidents ont fait le plus de remarques. Ils ont surtout regardé les conséquences directes que cela pourrait avoir sur la concurrence entre clubs professionnels. »  

 

  • George Abitbol aime ceci

#14 George Abitbol

George Abitbol

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 22 907 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Créteil
  • Mon club:

Posté 15 mars 2019 - 02:30

Article intéressant, merci pour le partage.

Je n'apprécie pas spécialement Goze (euphémisme), mais au moins cet article apporte un éclairage sur pas mal de points.
 

Le Championnat ne s'est jamais si bien porté. Ce n'est pas une vue de l'esprit, ce sont les chiffres qui le disent : audiences, affluences, rajeunissement du public, les courbes ont le nez en l'air.
[...]
Reste que contrairement à des idées reçues, on est à + 6 % d'affluence à mi-saison par rapport à l'année dernière à la même époque et à + 25 % depuis 2010 (hors délocalisations).

Si les affulences sont si bonnes pourquoi ne pas les publier officiellement ? +6% par rapport à l'année dernière ok, mais qu'est ce qui nous dit que l'année dernière n'était pas une année de recul historique et que ces +6% ne seraient pas un retour à la normale ?


 

La prise de conscience est très nette. Toulouse, La Rochelle, Lyon, le Racing 92, Bordeaux-Bègles, et bien entendu Clermont en premier lieu, ont pris le parti du jeu.

Intéressant d'avoir un point de vue neutre disant que l'ASM est le fer de lance du beau jeu. Ça a bien plus de valeur qu'un supporter qui, en toute bonne foi, juge avec sa vision déformée par le biais de l'erreur fondamentale d'attribution.


Par contre je suis moins convaincu quand il se prononce contre le top 12. Bien sûr, il défend sa paroisse (ses revenus) et c'est compréhensible.

La seule chose que cela permettrait, c'est qu'avec ces quatre ou cinq dates de moins, il n'y ait plus de doublons. Or, si vous les retirez, cela ne change absolument rien pour les internationaux qui jouent le même nombre de matches et qui sont en plus protégés les week-ends de rassemblement.

Pas tout à fait vrai, il y a des turnovers dans les équipes. Sur un groupe d'une trentaine de joueurs pendant les 5 matchs du 6 nations, on doit être à +/-3 joueurs remplacés par match, soit presque la moitié (pas vraiment, des fois les joueurs sont les mêmes, genre Priso remplacé par Falgoux sur blessure et qui remplace lui même Poirot sur blessure également).

 

On voit bien que ces arguments sont bien éloignés du sujet du quinze de France. Quoi qu'il en soit, ce serait un handicap majeur pour les clubs qui souffriraient de deux recettes de moins à la maison.

Pas un problème. On part sur une base de 16 matchs à domicile par an (jusqu'à 19 en cas de barrages demie et finale). Avec deux matchs en moins (et en supprimant les barrages) on tombe à 14 matchs (16 max en cas de demies) soit une baisse de 12% à 15%.

La solution est simple : Baisser le SC de 12% à 15% également (ie le laisser à 10M€ au lieu de l'augmenter à 11.3M€). Moins de recettes d'un côté, moins de dépense de l'autre, tout le monde y trouve son compte.

C'est un calcul simpliste bien sûr. Il y a des dépenses hors SC. D'un autre côté les matchs « perdus » concernent les équipes du bas de tableau. Pas celle qui font les plus fortes audiences ou les plus fortes affluences à priori. Mais l'idée est là.

Et puis si ça peut éviter à certains président mégalo de faire signer des joueurs « tête de gondole » à 1M€ par an, alors c'est pas plus mal.


 

Par ailleurs, il n'est pas possible d'interrompre le feuilleton du Championnat un mois et demi en plein milieu de la saison. La nature a horreur du vide et les gens iraient ailleurs.

Eh bien il suffit d'alterner. Une semaine consacrée top 14 et la semaine suivante consacrée à regarder une purge la sélection nationale. On peut attendre deux semaines entre chaque match, on le fait déjà. Même 3 semaines parfois, du coup en alternant on supprime les 3 semaines sans matchs en club. C'est encore mieux. Parce que 3 semaines c'est long surtout quand pour attendre on a programmé le Brunel show.

 

Il faut garder cette habitude d'aller soutenir son équipe au stade toutes les deux ou trois semaines. Et si vous tombiez à douze, vous amoindririez aussi les chances que des clubs de zones géographiques moins imprégnées de la culture rugby puissent émerger. Donc, tout cela ne serait pas bon pour le rugby.

Il n'y a qu'à fusionner le Racing et le SF, l'AB et le BO, le RCT et l'OM.


 

Le problème dans cette affaire, c'est qu'il y ait eu des fuites sur un projet qui ne me paraît pas abouti. On dirait qu'il y a un peu de navigation à vue. À chaque critique, quelqu'un de World Rugby fait une réponse adaptée. On apprend que certains pays ne seraient pas concernés, et hop, on entend finalement : "Si, bien sûr, ils font partie de la réflexion..." Un projet, il faut le construire avec toutes les parties concernées et, une fois qu'il est structuré, on l'applique. Tout cela me semble, au minimum, bien peu préparé. Mais nous restons à disposition de tous et de chacun pour échanger et travailler.

Je ne pense pas que ce soit un manque de préparation. Je pense plutôt qu'il s'agit de la technique Porte dans le nez tant utilisée par nos politiques : On annonce un truc exagérément mauvais. Tout le monde râle. On retouche à la marge deux trois points décidés à l'avance et tout le monde est content que l'on ait mis de l'eau dans son vin.



#15 tix

tix

    Champion d'Europe

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 5 902 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:CLERMONT
  • Mon club:

Posté 17 mars 2019 - 21:13

Selon le midol :

Rugby à VII

Le Top 14 aura son championnat
Le bureau de la LNR a voté. La décision a été prise, le rugby délite français aura son championnat parallèle de rugby à VII. Chaque club devra mettre sur pied une équipe spécifique qui affrontera toutes ses homologues. Le vote sest fait à lunanimité, même sil a fallu convaincre et pousser certains présidents réticents. « Oui, certains tordaient un peu le nez car cette nouvelle compétition provoquera des coûts supplémentaires qui vont peser sur le budget. Il faudra peut-être recruter certains joueurs spécifiques. » confie un des votants.

La décision a été donc prise sur le principe, mais les modalités dorganisation nont pas été encore discutées. Le championnat à VII du Top 14 débutera la saison prochaine. Une compétition a aussi été envisagée pour le Pro D2, mais elle ne devrait démarrer plus tard. Peut-être dans deux ans. « Certains présidents de Top 14 se demandaient sils ne pourraient pas se faire « prêter » des joueurs de Pro D2 pour constituer leur équipe à VII » continue ce votant.




2 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 members, 2 guests, 0 anonymous users