Aller au contenu


Photo
* * * * - 5 note(s)

La FFR et ses magouilles


  • Veuillez vous connecter pour répondre
9255 réponses à ce sujet

#8716 el landeno

el landeno

    Joueur de TOP 14

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 669 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:dax
  • Mon club:

Posté 13 avril 2023 - 20:43

FFR-Stade de France : le contrat signé en 2018 par Bernard Laporte renonçait à toute indemnité « olympique » Le président par intérim de la FFR Alexandre Martinez a assuré vouloir négocier des indemnités pour le manque à gagner généré par l'impossibilité d'organiser les trois matches du prochain Tournoi au Stade de France en raison de travaux liés aux JO 2024. Sauf que le contrat signé en 2018 avait tranché cette question.

Réquisitionné par les JO dès le mois de décembre prochain pour une campagne de travaux, le « SDF » ne pourra pas accueillir le quinze de France pour le Tournoi des Six Nations 2024, une année paire où les Bleus reçoivent trois fois (Italie, Irlande, Angleterre). Interrogé par L'Équipe sur ce sujet sensible la semaine dernière, le président intérimaire de la FFR Alexandre Martinez avait convenu qu'entre le différentiel de jauges (environ 20 000 places de moins au Vélodrome ou au Groupama Stadium de Lyon) et les pertes commerciales du programme hospitalités, le manque à gagner s'élevait autour de 2,5 millions d'euros par match, donc entre 7 et 8 millions au total.

 
 

« Pour une fédé dont les comptes sont dans le vert uniquement grâce à la vente du Tournoi au fonds d'investissement CVC, ce n'est pas une paille du tout, alertait le leader de l'opposition Florian Grill. Ce qui m'inquiète, c'est qu'on a aucune information, si ce n'est que cette gouvernance espère une compensation. À quelle hauteur ? » Et auprès de qui ?

Le président par intérim Alexandre Martinez nous assurait « qu'il est bien évident que nous comptons négocier au bénéfice de la FFR auprès des différents acteurs concernés. La FFR avait la volonté (et l'obligation contractuelle) d'organiser ces événements au Stade de France, elle est donc contrainte à cette situation et estime devoir être entendue. »

Par deux fois M. Martinez a omis un élément de première importance

Mercredi matin, M. Martinez était auditionné, en compagnie de son homologue de la FFF Philippe Diallo, par la Commission de l'Éducation et de la Communication du Sénat, dans le cadre d'une table-ronde sur la gouvernance des fédérations sportives. Questionné par un sénateur sur la problématique de l'indisponibilité du Stade de France, M. Martinez a tenu le même discours : « On doit poser la question de l'indemnisation. Si ce manque à gagner se confirme, il pèsera énormément sur le budget de la FFR », ajoutant, selon l'AFP, qu'une compensation est en cours de discussion « avec le consortium (aux mains des groupes Bouygues et Vinci, il gère l'exploitation du Stade de France), le ministère des Sports et le comité d'organisation des JO (COJO). On a rencontré deux des trois parties prenantes pour le moment. »

 
 

Par deux fois en moins d'une semaine, Alexandre Martinez a été interrogé sur ce sujet. Et par deux fois il a omis un élément de première importance. L'information des lecteurs de L'Équipe et des sénateurs aurait été plus complète si la direction actuelle de la FFR avait précisé que, dans le contrat de mise à disposition du Stade de France, signé en juillet 2018 par Bernard Laporte, alors président de la fédération et Pierre Coppey, PDG du consortium, le cas de figure d'une réquisition du « SDF » pour les Jeux Olympiques (ou pour la durée nécessaire à des travaux en vue des JO, notamment la réfection de la piste d'athlétisme) a été prévu par les parties.

f8c12.jpg
 
France - Pays de Galles cette année au Stade de France. (P. Lahalle/L'Équipe)

« Aucune indemnité de quelque nature que ce soit ne sera due de part et d'autre en raison de cette suspension »

Dans le contrat de la mise à disposition du Stade de France à la FFR

 
 
 

Pages 4 et 5 de ce contrat que L'Équipe a pu consulter, il est écrit : « En raison des Jeux de Paris 2024, il est convenu entre les parties que le Stade de France peut être indisponible sur une période, non définie au jour de la signature de ce contrat, au cours de l'année 2024, ce que la FFR reconnaît et accepte [...] Si, malgré les efforts du consortium pour obtenir une dérogation (auprès du comité d'organisation des JO afin que les matches puissent être maintenus au SDF), la FFR n'est pas en mesure d'organiser au Stade de France un ou plusieurs matches identifiés au présent contrat, le consortium ne pourra en être tenu pour responsable. Dans une telle hypothèse, le nombre minimum de 36 matches que la FFR s'engage à organiser au Stade de France entre le 1er juillet 2018 et le 30 juin 2025 serait diminué du nombre de matches n'ayant pu être organisés en raison de l'indisponibilité liée à la tenue des JO, et ce sans indemnités de part et d'autre. »

En cas de travaux liés soit à la Coupe du monde de rugby 2023 soit aux Jeux, « le présent contrat pourra être suspendu temporairement pendant toute la durée desdits travaux [...] La suspension étant en lien avec la Coupe du monde 2023 ou les Jeux, les parties conviennent qu'aucune indemnité de quelque nature que ce soit ne sera due de part et d'autre en raison de cette suspension. »

« Vous me faites douter là. Je vais le relire (le contrat) »

Laurent Gabbanini, directeur général de la FFR

 
 
 

Pourquoi Alexandre Martinez, trésorier de la FFR au moment de la signature de ce contrat, n'a pas jugé utile d'en faire part ? Il ne peut pas ne pas connaître les dispositions de ce contrat qui semble régler la question des compensations. Quoi que... « Écoutez, non, il n'est pas écrit dans le contrat qu'aucune indemnité ne sera demandée en cas de travaux pour les Jeux, nous assure Laurent Gabbanini, directeur général de la FFR. Ce contrat, nous l'avions un peu signé sous la pression de l'État à un moment où nous négociions avec lui une garantie pour la Coupe du monde. On a récemment échangé avec le consortium et effectivement, pour le moment, on n'a pas de solution. Chacun se déporte. Il faut qu'on trouve une solution avant juin parce qu'on ne sait pas comment compenser ces pertes. Mais vous me faites douter là. Je vais le relire. Si on n'avait pas vu cela dans le contrat, ce serait une grosse erreur de notre part. »

Le contrat existe bel et bien, ces dispositions aussi. Le consortium a été plus prévoyant ou plus clairvoyant que la FFR. Désormais, on se demande bien à qui et au nom de quoi la FFR compte négocier des indemnités. Dans son rapport au Stade de France, le seul interlocuteur de la FFR étant le consortium, on ne voit pas pourquoi le COJO ou l'État accéderait à une demande de la FFR. Le consortium, lui, s'est déjà tourné vers l'État (la FFR aussi) et les discussions sont aujourd'hui au point mort.

Pour mémoire, le Conseil d'État avait rejeté la demande du consortium Stade de France, qui réclamait à l'État plus de 7 millions d'euros pour compenser les pertes d'exploitation durant l'Euro 2016. En première instance, comme en appel, les juges avaient estimé que le contrat de concession, liant l'État à l'exploitant, spécifiait que le stade doit accueillir en priorité les manifestations sportives exceptionnelles, tel que l'Euro 2016. En sera-t-il de même pour la période de travaux précédant les Jeux 2024 ?

 


#8717 Alligator427

Alligator427

    Champion d'Europe

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 5 266 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 13 avril 2023 - 22:12

Ah ça c'est sûr dirait Danty.

Je dirais même plus : " fa f'est fur "

#8718 thurfin

thurfin

    Equipe de France

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 7 898 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Clermont-Ferrand
  • Mon club:

Posté 14 avril 2023 - 09:41

Bernard avait annoncé la couleur dès le début, priorité au rugby AMATEUR -_-

 

Sinon autre nuage à l'horizon : le PSG va faire une offre de rachat du stade de France, si ca passe, ca risque d'être un partenaire quelque peu difficile, même si le contrat devrait inclure une clause FFF/FFR.

A voir si ca vaudrait pas le cout de relocaliser le rugby au parc.


  • Pâquerette aime ceci

#8719 cocotte 63

cocotte 63

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 18 446 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Puy de Dôme
  • Mon club:

Posté 14 avril 2023 - 10:26

Ils sont magiques !

 

Passe encore cette histoire de ne pas demander d'indemnités dans le contrat... en 2018, une autre période, ça peut s'entendre, l'EDF ne tournant pas trop... la possibilité d'aller en province sans contrainte pouvait s'entendre. Bref, je me fais même l'avocat du diable.

 

Mais aujourd'hui, faire comme si, ou pire ne pas savoir son propre contrat, et sortir conneries sur conneries à chaque interview ou prises de paroles devant un quidam, un journaliste voir même des commissions d'élus de la République, c'est juste fantastique.

 

Les mecs dans les fédés, c'est open bar ! et en roue libre tout le monde, c'est vraiment des dingos !  :blink:


  • Pâquerette et xdderf63 aiment ceci

#8720 thurfin

thurfin

    Equipe de France

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 7 898 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Clermont-Ferrand
  • Mon club:

Posté 14 avril 2023 - 10:40

Ils sont magiques !

 

Passe encore cette histoire de ne pas demander d'indemnités sans le contrat... en 2018, une autre période, ça peut s'entendre, l'EDF ne tournant pas trop... la possibilité d'aller en province sans contrainte pouvait s'entendre. Bref, je me fais même l'avocat du diable.

 

Mais aujourd'hui, faire comme si, ou pire ne pas savoir son propre contrat, et sortir conneries sur conneries à chaque interview ou prises de paroles devant un quidam, un journaliste voir même des commissions d'élus de la République, c'est juste fantastique.

 

Les mecs dans les fédés, c'est open bar ! et en roue libre tout le monde, c'est vraiment des dingos !  :blink:

performante ou non, ne pas avoir anticiper cette indispo c'est une faute. Le consortium les a peut etre embobiné avec des risques d'indispos pour le mondial 2023 et vendu un deal pas d'indemnités de la ffr pour les indispo 2023 / pas d'indemnités du sdf pour les JO



#8721 PPR

PPR

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 10 995 messages
  • Twitter:@@PprFlo
  • Genre:Homme
  • Ville:Cherbourg
  • Mon club:

Posté 14 avril 2023 - 14:56

Le coup de ne pas utiliser Marcoussis pendant la CDM est pas mal dans son genre aussi... Ce serait dommage de ne pas dépenser de pognon ! 


  • cocotte 63, Pâquerette et Codoràvie aiment ceci

#8722 thurfin

thurfin

    Equipe de France

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 7 898 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Clermont-Ferrand
  • Mon club:

Posté 14 avril 2023 - 15:09

A.M.A.T.E.U.R qu'on vous dit implosion%20du%20tibia.gif



#8723 cocotte 63

cocotte 63

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 18 446 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Puy de Dôme
  • Mon club:

Posté 14 avril 2023 - 15:29

Le coup de ne pas utiliser Marcoussis pendant la CDM est pas mal dans son genre aussi... Ce serait dommage de ne pas dépenser de pognon ! 

 

La justification de dire, que c'est pour éviter d'avoir un avantage sur les autres nations, c'est encore mieux !!!


  • Pâquerette aime ceci

#8724 thurfin

thurfin

    Equipe de France

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 7 898 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Clermont-Ferrand
  • Mon club:

Posté 14 avril 2023 - 15:36

 

La justification de dire, que c'est pour éviter d'avoir un avantage sur les autres nations, c'est encore mieux !!!

surtout qu'en 2007 ca ne posait pas de soucis au sélectionneur Laporte. Et pas de soucis pour le foot en 98 et en 2016.

Je pense que Laporte ne doit pas aimer Marcoussis, trop loin de ses repaires habituels.



#8725 cocotte 63

cocotte 63

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 18 446 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Puy de Dôme
  • Mon club:

Posté 14 avril 2023 - 16:47

et puis avoir ses repères, son équipement, ses stades, tout ça au calme sans transport pour préparer la CDM...c'est vrai c'est pas utile de s'en passer !  :wacko: il doit y avoir encore des gros sous planqués derrière cette histoire...


  • Pâquerette et Codoràvie aiment ceci

#8726 Codoràvie

Codoràvie

    Equipe de France

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 265 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:On the road again
  • Mon club:

Posté 14 avril 2023 - 17:01

et puis avoir ses repères, son équipement, ses stades, tout ça au calme sans transport pour préparer la CDM...c'est vrai c'est pas utile de s'en passer !  :wacko: il doit y avoir encore des gros sous planqués derrière cette histoire...


Des potes à faire bosser à Capbreton et à Nice.
  • cocotte 63 aime ceci

#8727 el landeno

el landeno

    Joueur de TOP 14

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 669 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:dax
  • Mon club:

Posté 19 avril 2023 - 06:04

Le programme Campus et ses 11 millions de déficit remis en cause Plusieurs projets connexes lancés à grands coups d'annonces et de communication vont au moins être revus à la baisse. Une mauvaise nouvelle pour l'ensemble des acteurs qui y étaient associés.

Premier de ces projets connexes, par sa taille, son ambition et par l'argent public investi (autour de 70 millions d'euros), le programme Campus, un immense centre de formation professionnelle (CFA) intégré au GIP, a subi la même maladie de naissance que les autres.

 
 

Mais, forcément, les conséquences ne sont pas les mêmes. Après son examen, l'IGF envisageait que le projet, annoncé à l'équilibre par son concepteur, Claude Atcher, serait déficitaire de 1,4 million d'euros. C'était déjà un premier signal, mais ce n'était rien à côté du chiffre auquel est arrivée la revue budgétaire effectuée récemment par le GIP, tablant sur un déficit dix fois plus important, autour de 11 millions.

En cause, d'après nos informations, des imputations comptables erronées, des subventions créditées dans la colonne « recettes » auxquelles Campus n'avait pas droit. La philosophie du projet reste vertueuse. Mais sa conception a souffert de gigantisme, d'un « manque de professionnalisme », écrit le rapport de l'IGF.

En 2020, Atcher annonce que l'objectif est de recruter 2023 apprentis ; on voit bien l'effet miroir de ce nombre. « Jean Castex était présent au lancement de Campus, raconte un témoin. Le Premier ministre disait à Claude Atcher : "Il faut en faire 4 000, des apprentis !" » En avril 2021, Atcher parle d'un objectif de 2 388 apprentis. À présent, il est fixé autour de 1 400. La nouvelle direction du GIP assure que les diplômes de tous les apprentis seront reconnus par l'État.

 
 

Dans son rapport, l'IGF signalait qu'elle « ne peut pas exclure l'hypothèse que le montage financier initial de l'opération Campus ait pu conduire à des malversations », estimant aussi « une méconnaissance du marché du travail dans le secteur de l'animation et du sport ». L'enquête du PNF, qui soupçonne de possibles détournements de fonds, suit son cours. Quant à l'audit financier réclamé par le PNF, il vient d'être lancé. Directeur de Campus, Benoît Rover a été licencié fin mars. Le responsable financier du programme a également été écarté. Un nouveau directeur est arrivé la semaine dernière. Il ne croisera pas le directeur du sponsoring, qui vient également de quitter ses fonctions à cinq mois du match d'ouverture du Mondial.

Le transfert nébuleux de Campus

Dans le contrat de Benoît Rover que nous avons pu consulter, il est écrit que « l'activité du CFA sera pérenne et perdurera après la Coupe du monde grâce à son transfert à la FFR qui en reprendra la direction. » Or Bernard Laporte, du temps où il était encore président, avait répondu à l'IGF qu'il n'en avait jamais été question. Contacté ces derniers jours, Laurent Gabbanini, directeur général de la fédération confirme qu' « aucune continuité de contrat au sein de la FFR n'a été signée » et que la FFR est « plutôt opposée à l'idée de récupérer un CFA car nous estimons ne pas être calibrés pour cela. » Atcher a-t-il pris des engagements pour l'avenir de Campus sans garanties fermes et écrites de la FFR ?

Grands choeurs malades

Là encore, Atcher avait vu grand, sans prendre la peine de se border. Dans le cadre de l'opération La Mêlée des choeurs, l'ancien directeur prévoyait de faire interpréter tous les hymnes précédant les 48 matches du Mondial par une chorale installée sur la pelouse. En liaison avec l'Éducation nationale et sous la baguette de la maîtrise populaire de l'Opéra Comique, 26 choeurs d'enfants composés de 300 chanteurs ont répété depuis des mois jusqu'à ce qu'on les informe, le 13 mars, que la réalisation de ce projet n'était pas rationnelle.

Pour des questions de logistique et de flux de personnes autorisées à circuler juste avant un match, World Rugby, qui regrette de ne pas avoir été entendu plus tôt, a demandé que ce programme soit redimensionné. Résultat : 170 choristes au maximum. Autre obstacle : la sonorisation étant insuffisante dans certains stades, seulement neuf matches, à Saint-Denis et Marseille, garderont le dispositif d'un hymne chanté en live. Pour les autres rencontres, il a été décidé de diffuser une version studio enregistrée par les choeurs parties prenantes depuis le début.

On jettera en revanche un voile pudique sur l'argument portant sur un risque de détérioration de la pelouse, qui semble assez douteux. Naturellement, la déception est forte chez les enfants, les enseignants et les parents ; à la hauteur de leur investissement. Une pétition pour un retour au projet circule en ce moment.

Qui paie pour les éliminés

En voilà une idée novatrice dont on aura beaucoup entendu parler et qui figurait en belle place dans le dossier de candidature de la France. Pour la première fois, non seulement les équipes éliminées ne plieraient pas bagage sur-le-champ mais elles seraient conviées à rester jusqu'à la finale. « Hum, oui, oui, une belle promesse, mais faite malheureusement sans consulter World Rugby, ni les Fédérations nationales, indiquait le nouveau DG Julien Collette devant une commission sénatoriale en février. Cette proposition n'était par ailleurs pas financée. »

D'après nos informations, ce projet était bâti sur du sable : outre les questions classiques d'assurance, les clubs (donc les employeurs des internationaux) ne voyaient pas d'un bon oeil ce séjour prolongé. « Même les joueurs et leurs familles nous ont fait remarquer qu'après les longs stages pré-Coupe du monde et le tournoi, ils n'étaient pas chauds pour repousser le retour à la maison. » Quant au financement, évalué à 2,5 millions d'euros, aucun document pertinent n'a pu être exhumé.

D'autres projets et un livre en mai

La Coupe du monde de rugby fauteuil (14-21 octobre) n'était ni financée ni pilotée. L'IGF avait recommandé d'en déléguer l'organisation mais la nouvelle direction du GIP a trouvé des sponsors, une pilote et a intégré la fédération française handisport au projet. Concernant le Tournoi national des quartiers (pour les 8-13 ans), les rapporteurs préconisaient l'annulation de cette opération « compte tenu des incertitudes pesant sur la transparence. »

Le projet perdure mais Stéphane Jourdan, ami d'Atcher et organisateur de l'événement, a été écarté, les ligues régionales reprenant la main. Mise en valeur des terroirs et de leur gastronomie, campagne antigaspillage, Les Marchés du rugby, opération désormais déléguée aux collectivités locales, se tiendront bien dans les villes hôtes. Une subvention a été négociée auprès du ministère de l'agriculture.

Du temps de sa gouvernance, Claude Atcher avait également initié un projet littéraire, aux frais du GIP, devant narrer « la vision de Claude Atcher sur l'organisation des grands événements sportifs du XXIe siècle à l'aune de problématiques protéiformes telles que les enjeux financiers, géostratégiques, territoriaux ou encore de la responsabilité sociétale et environnementale » (sic). Cette vision n'avait pas vu le jour. En revanche, un livre-témoignage de l'ancien DG du GIP est annoncé pour le mois de mai.

 

Coupe du Monde 2023 : opération déminage au GIP France Des licenciements, des projets non financés et donc abandonnés : la folie des grandeurs de Claude Atcher, l'ancien patron du GIP France 2023, a conduit ses successeurs à ne pas tenir des promesses intenables.

 

« Tout ce qu'on a annoncé, on va le faire. » « Après cette Coupe du monde de rugby, aucun événement sportif ne sera plus jamais comme avant. » À la relecture, l'emphase de Claude Atcher a bien mal vieilli. Pour l'ancien directeur général du comité d'organisation, révoqué pour faute grave au mois d'octobre en raison de son management, plus n'était jamais assez.

 
 

« Vous m'organisez la semaine prochaine une réunion pour dire non à tout ce que je viens d'accepter »

Claude Atcher

 
 
 

Toujours plus de promesses, toujours plus de projets, toujours plus de lui-même. Plusieurs de ses anciens collaborateurs racontent qu'à la sortie de réunions avec des partenaires de premier plan, le DG tenait ce discours à ses lieutenants : « Bon, vous m'organisez la semaine prochaine une réunion pour dire non à tout ce que je viens d'accepter. » Sortez les rames.

« C'est sans doute ce qui s'est passé avec le créateur de chaussures Christian Louboutin, un des six ambassadeurs choisis pour procéder au tirage au sort des poules, poursuit un interlocuteur. Il lui a été demandé de plancher sur la mise en scène de la cérémonie d'ouverture (il a livré des scripts) de la Coupe du monde (8 septembre au 28 octobre), sans l'avertir que la même mission avait été confiée à l'acteur Jean Dujardin (qui a finalement été retenu.) »

Vente des droits télé du tournoi de qualification de la zone Afrique à Marseille : une opération déficitaire

C'est que Claude Atcher a beaucoup promis. Il avait ainsi assuré à Rugby Afrique qu'elle recevrait de l'argent - Atcher comptait encaisser des millions d'euros de droits télé - pour l'organisation du tournoi de qualification de la zone Afrique à Marseille en juillet dernier. Le président de la Confédération africaine Khaled Babbou s'est donc ému de ne rien voir venir.

 
 

Selon nos informations, les droits ont pourtant bien été vendus : 90 000 €, par la société Infront qui se serait rétribuée 80 000 €. Restaient alors 10 000 € insuffisants pour couvrir les coûts de production de Canal Plus qui seraient évalués autour de 30 000 €, sous forme d'échange marchandise, Vivendi étant partenaire de la Coupe du monde. Au final, l'opération s'est avérée déficitaire. Pourtant, dans un entretien à la Provence, le 6 juillet 2021, Claude Atcher était formel : « On est dans les clous et on a réalisé toutes les ambitions qu'on avait prévues. »

Les annonces ronflantes d'hier portent moins beau depuis que l'Inspection générale des finances (IGF) a rendu son rapport, depuis aussi que le Parquet national financier (PNF) a ouvert une enquête préliminaire sur de possibles dérives.

« J'ai peur d'un accident industriel, peur du manque de savoir-faire, du manque de compétences. J'ai peur que les choses ne soient pas cadrées »

Claude Atcher

 
 
 

Mais l'ancien DG, qui n'a pas répondu à nos sollicitations, inverse la perspective : c'est parce qu'il n'est plus aux commandes que le projet le fait moins rêver : « Ce qui me perturbe le plus aujourd'hui, déclarait-il la semaine dernière sur Europe 1 au cours d'une interview sirupeuse, c'est qu'on est en train d'abîmer tout ça et qu'on ne va pas livrer la Coupe du monde que j'avais prévu de livrer. J'ai peur d'un accident industriel, peur du manque de savoir-faire, du manque de compétences. J'ai peur que les choses ne soient pas cadrées. Vous savez, une organisation c'est des codes de procédures. Je suis régulièrement appelé par des hommes politiques qui se posent des questions sur les engagements du GIP dans des contrats avec les collectivités locales. J'ai des sponsors qui se posent des questions. On voit qu'au moins deux projets ont été mis de côté. »

Les bénéfices annoncés à 200 millions revus à la baisse à 40

Justement, dans le rapport de l'IGF, dont « L'Équipe » avait pu prendre connaissance en janvier, la question de tous les projets satellites d'Atcher a été examinée. Dans un tableau en trois colonnes, les inspecteurs recommandaient pour la majorité des programmes soit l'abandon, soit sa sous-traitance à un opérateur extérieur. Les rapporteurs faisaient état de la « frénésie » de l'ex-patron, de son « immodestie » aussi.

« L'ancien directeur général a souhaité, écrit la mission, promouvoir un nombre très important de projets, inversement proportionnel à la capacité du GIP (Groupement d'Intérêt Public) à les gérer tous. [...] Le seul objectif à préserver au regard des engagements incontrôlés de M. Atcher est de livrer la Coupe du monde et de viser la fourchette basse des bénéfices financiers. »

En février 2017, Atcher annonçait « 200 millions de bénéfices, au minimum ». Après une large revue budgétaire, ses successeurs estiment qu'il faut plutôt tabler sur un bénéfice de 40 millions.

 
 


#8728 Gourine63

Gourine63

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 14 104 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Nîmes
  • Mon club:

Posté 19 avril 2023 - 08:28

Ils ne mentent pas, ils enjolivent ! Ça n'a rien à voir !

#8729 inASMweTrust

inASMweTrust

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 12 668 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:On the banks of the Odon
  • Mon club:

Posté 19 avril 2023 - 10:38

C'est splendide. Mais qu'on se rassure, une bonne partie du rugby français continue de s'extasier.

#8730 Alex chocolatines

Alex chocolatines

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 18 569 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 19 avril 2023 - 22:51

Ils ne mentent pas, ils enjolivent ! Ça n'a rien à voir !

Si, si comme le bonimenteur qui fait une omelette pour 8 personnes avec seulement deux œufs mais grâce à la poêle magique  :D   






0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 members, 0 guests, 0 anonymous users