Aller au contenu


Photo

EDF de Galthié


  • Veuillez vous connecter pour répondre
9856 réponses à ce sujet

#8626 Silhouette

Silhouette

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 21 508 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Oakland, CA
  • Mon club:

Posté 29 septembre 2023 - 00:48

Servat se fait recadrer proprement :

https://www.20minute...-antoine-dupont

 

Parlons aussi en effet de la commotion inévitable vu le choc :

il n’a jamais décrit de douleurs qui correspondent aux symptômes d’une commotion

La question c'est, est-ce qu'il en ferait part si c'était le cas ? Je le connais pas, donc je sais pas, j'ai un doute. Il est très motivé, c'est bien, mais j'espère qu'il est lucide aussi. Avoir aussi l'humilité de se dire 1- On est pas irremplaçable 2- Je ne rends pas service à mon équipe en étant pas à 100% 

 

Quand j'entends Lartot dire que la décision finale devra revenir au joueur, je trouve ça effrayant et de toute façon faux.

C'est difficile ca. On a eu l'exemple Cudmore qui a explique qu'il ne fallait pas faire confiance au joueur, mais beaucoup le prennent un peu comme un "hypocrite" parce qu'il etait pas le dernier a mettre des coups. Apres plus similaire a Dupont, on a quand meme l'exemple de Parra en 2010. J'ai re-regarde la demi il y a pas longtemps (chacun ses vices, hein ?), et ca fait froid dans le dos quand il se fait exploser sur une percussion tete contre tete et tombe les bras en croix (a ~ 1:41:00 sur la video):

 

https://youtu.be/Th5NbfgASlU?t=6049

 

 

Et sur le coup, on arrive a le faire sortir en pretendant qu'il n'a pas eu de commotion, et il joue la finale 14 jours apres..  Tout ca pour dire que, en terme de gestion des rissques , a aucun moment tu ne peux faire confiance au joueur lui meme, surtout dans ce genre de circonstance (une chance unique de gagner un trophee, etc etc)


  • Baba Yaga aime ceci

#8627 inASMweTrust

inASMweTrust

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 12 853 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:On the banks of the Odon
  • Mon club:

Posté 29 septembre 2023 - 06:28

C'est difficile ca. On a eu l'exemple Cudmore qui a explique qu'il ne fallait pas faire confiance au joueur, mais beaucoup le prennent un peu comme un "hypocrite" parce qu'il etait pas le dernier a mettre des coups. Apres plus similaire a Dupont, on a quand meme l'exemple de Parra en 2010. J'ai re-regarde la demi il y a pas longtemps (chacun ses vices, hein ?), et ca fait froid dans le dos quand il se fait exploser sur une percussion tete contre tete et tombe les bras en croix (a ~ 1:41:00 sur la video):

 

https://youtu.be/Th5NbfgASlU?t=6049

 

 

Et sur le coup, on arrive a le faire sortir en pretendant qu'il n'a pas eu de commotion, et il joue la finale 14 jours apres..  Tout ca pour dire que, en terme de gestion des rissques , a aucun moment tu ne peux faire confiance au joueur lui meme, surtout dans ce genre de circonstance (une chance unique de gagner un trophee, etc etc)

Je trouve surtout la comm' du staff de l'EDF assez mauvaise là-dessus. Il vaut mieux la fermer, dire que ça évolue chaque jour mais que ça ne regarde que les médecins, qu'on travaille sereinement car on a d'autres n°9 de très bonne qualité, plutôt que créer un feuilleton qui sème le doute (en gros soupçon de le faire jouer même pas rétabli, ce qui est dévastateur pour l'image du rugby) et peut nuire à la sérénité du groupe. 


  • steph, Toorop et Silhouette aiment ceci

#8628 steph

steph

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 21 607 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 29 septembre 2023 - 07:18

Le soir de sa blessure, les questions étaient : qui va le remplacer, le mondial est-il perdu ?
Puis, tout le monde a vu une lumière au bout du tunnel, en entendant dire qu'il pourrait peut-être revenir en cas de demi-finale... avant la "quasi certitude qu'il sera là en 1/4" puis "la question est plutôt maintenant de savoir s'il pourra jouer l'Italie" ... du grand n'importe quoi comme seuls les Français sont capables, enfin j'ai l'impression.
Les remplaçants en 9, on les prend pour quoi au juste, non, parce qu'à ce moment là, dans les 33, fallait prendre d'autres postes non ??? Ils sont appelés uniquement si Dupont a les jambes fracturées, encore que le staff envisage peut-être une dérogation pour jouer avec un exosquelette ?
  • twiX, Alligator427, inASMweTrust et 2 autres aiment ceci

#8629 inASMweTrust

inASMweTrust

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 12 853 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:On the banks of the Odon
  • Mon club:

Posté 29 septembre 2023 - 07:49

Le soir de sa blessure, les questions étaient : qui va le remplacer, le mondial est-il perdu ?
Puis, tout le monde a vu une lumière au bout du tunnel, en entendant dire qu'il pourrait peut-être revenir en cas de demi-finale... avant la "quasi certitude qu'il sera là en 1/4" puis "la question est plutôt maintenant de savoir s'il pourra jouer l'Italie" ... du grand n'importe quoi comme seuls les Français sont capables, enfin j'ai l'impression.
Les remplaçants en 9, on les prend pour quoi au juste, non, parce qu'à ce moment là, dans les 33, fallait prendre d'autres postes non ??? Ils sont appelés uniquement si Dupont a les jambes fracturées, encore que le staff envisage peut-être une dérogation pour jouer avec un exosquelette ?

et on imagine que si lors d'un plaquage il se blesse à nouveau, on cherchera la responsabilité chez le joueur adverse, et pas dans toute la chaîne de décision qui l'a amené sur le terrain... 


  • twiX aime ceci

#8630 Ptolémée

Ptolémée

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 28 425 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Paris 8 -La Madeleine . rue Royale
  • Mon club:

Posté 29 septembre 2023 - 08:42

Le soir de sa blessure, les questions étaient : qui va le remplacer, le mondial est-il perdu ?
Puis, tout le monde a vu une lumière au bout du tunnel, en entendant dire qu'il pourrait peut-être revenir en cas de demi-finale... avant la "quasi certitude qu'il sera là en 1/4" puis "la question est plutôt maintenant de savoir s'il pourra jouer l'Italie" ... du grand n'importe quoi comme seuls les Français sont capables, enfin j'ai l'impression.
Les remplaçants en 9, on les prend pour quoi au juste, non, parce qu'à ce moment là, dans les 33, fallait prendre d'autres postes non ??? Ils sont appelés uniquement si Dupont a les jambes fracturées, encore que le staff envisage peut-être une dérogation pour jouer avec un exosquelette ?

 

je te comprend , mais tu ne peux pas empêcher ce genre de réactions excessives et inconsidérées

lorsque ton meilleur joueur est sur la touche  ..



#8631 Gourine63

Gourine63

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 14 192 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Nîmes
  • Mon club:

Posté 29 septembre 2023 - 09:06

Si j'étais Galthié je préparerais le quart avec en titulaire Lucu (plus d'automatismes que Couilloud avec Jalibert donc du temps de gagné sur la prépa du match) et Dupont sur le banc au mieux si déclaré apte médicalement.

Je n'aime pas trop le signal envoyé non plus avec cette titularisation quasi-totale de Dupont sans quoi on aurait perdu d'office, je suis sûr que ses doublures feraient largement le taf si les avants font le boulot.
  • steph aime ceci

#8632 grospaquet33

grospaquet33

    Champion d'Europe

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 5 157 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Toulouse
  • Mon club:

Posté 29 septembre 2023 - 09:13

Servat se fait recadrer proprement :

https://www.20minute...-antoine-dupont

 

Parlons aussi en effet de la commotion inévitable vu le choc :

il n’a jamais décrit de douleurs qui correspondent aux symptômes d’une commotion

La question c'est, est-ce qu'il en ferait part si c'était le cas ? Je le connais pas, donc je sais pas, j'ai un doute. Il est très motivé, c'est bien, mais j'espère qu'il est lucide aussi. Avoir aussi l'humilité de se dire 1- On est pas irremplaçable 2- Je ne rends pas service à mon équipe en étant pas à 100% 

 

Quand j'entends Lartot dire que la décision finale devra revenir au joueur, je trouve ça effrayant et de toute façon faux.

 

Il semble que le choc/traumatisme recu ne soit pas compatible à la pratique du rugby avec contact avant 2 mois si l'on en croit les specialistes du medical.

A partir de ce postulat, toute la communication au sujet de Dupont semble lunaire, mensongere. alors pourquoi? pourquoi entretenir un faux espoir et ne pas officialiser son forfait? pourquoi ne pas du coup rappeler un joueur dont on aurait besoin?

je ne comprends pas tout et/ou il me manque des elements pour comprendre.


  • Baba Yaga aime ceci

#8633 GUY03

GUY03

    Joueur de Fédérale 1

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 2 109 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:VICHY
  • Mon club:

Posté 29 septembre 2023 - 10:02

Servat se fait recadrer proprement :
https://www.20minute...-antoine-dupont
 

 
Quand j'entends Lartot dire que la décision finale devra revenir au joueur, je trouve ça effrayant et de toute façon faux.


Lartot a parfaitement raison. La décision finale reviendra au joueur dès lors que le médecin l'autorisera à jouer.

#8634 Ptolémée

Ptolémée

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 28 425 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Paris 8 -La Madeleine . rue Royale
  • Mon club:

Posté 29 septembre 2023 - 10:43

Lartot a parfaitement raison. La décision finale reviendra au joueur dès lors que le médecin l'autorisera à jouer.

 

pareil , d'un commun accord après échange avec le médecin 



#8635 steph

steph

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 21 607 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 29 septembre 2023 - 10:53

Ah ??? On ferait donc une affaire d'état pour essayer de le remettre sur pied, installant le doute dans la tête de son éventuel suppléant, pour, une fois que le corps médical aura dit oui, entendre Dupont dire : oh, et puis non, finalement je n'y vais pas.
Le tout après, avoir dit "touché mais pas coulé", "show must go on!"...
Non, désolé, s'il a le feu vert des médecins, c'est sur le pré point.

#8636 grospaquet33

grospaquet33

    Champion d'Europe

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 5 157 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Toulouse
  • Mon club:

Posté 29 septembre 2023 - 11:12

Lartot a parfaitement raison. La décision finale reviendra au joueur dès lors que le médecin l'autorisera à jouer.

 

:D



#8637 Baba Yaga

Baba Yaga

    Joueur de TOP 14

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 588 messages
  • Genre:Femme
  • Ville:60
  • Mon club:

Posté 29 septembre 2023 - 12:09

Lartot a parfaitement raison. La décision finale reviendra au joueur dès lors que le médecin l'autorisera à jouer.

Oui voilà, donc c'est pas le joueur qui décide  :lol:


  • leberger aime ceci

#8638 Alex chocolatines

Alex chocolatines

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 18 775 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 29 septembre 2023 - 12:11

Ah ??? On ferait donc une affaire d'état pour essayer de le remettre sur pied, installant le doute dans la tête de son éventuel suppléant, pour, une fois que le corps médical aura dit oui, entendre Dupont dire : oh, et puis non, finalement je n'y vais pas.
Le tout après, avoir dit "touché mais pas coulé", "show must go on!"...
Non, désolé, s'il a le feu vert des médecins, c'est sur le pré point.

Les jeunes s'écoutent trop de nos jours, c'était mieux avant  :P



#8639 inASMweTrust

inASMweTrust

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 12 853 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:On the banks of the Odon
  • Mon club:

Posté 29 septembre 2023 - 15:07

Il semble que le choc/traumatisme recu ne soit pas compatible à la pratique du rugby avec contact avant 2 mois si l'on en croit les specialistes du medical.

A partir de ce postulat, toute la communication au sujet de Dupont semble lunaire, mensongere. alors pourquoi? pourquoi entretenir un faux espoir et ne pas officialiser son forfait? pourquoi ne pas du coup rappeler un joueur dont on aurait besoin?

je ne comprends pas tout et/ou il me manque des elements pour comprendre.

Les enjeux font oublier, parfois, la raison. C'est un petit monde très clos, coupé de tout, d'autant plus dans le cadre d'une préparation Coupe du Monde. On oublie l'essentiel (la santé, l'avenir) au regard des enjeux immédiats, avec un filtre encore plus grossissant parce que c'est l'Homme providentiel. lui est pris là-dedans, victime et acteur qui ne peut peut-être pas mesurer les implications de rejouer. Des mecs vont tous les jours bosser 12 h d'affilée pour faire du chiffre, stress à l'appui; leur médecin a beau leur dire qu'ils vont péter d'un infarctus, l'enjeu est la réussite, le fric ou autre motivation. Jusqu'à l'AVC ou l'infarctus. Tant que Dupont a pas le jus du crâne qui lui coule dans le nez, il ira au combat. 

Il aura le feu vert des médecins, qui diront OUI tu peux jouer avec les réserves suivantes (150 petites lignes). Tout le monde aura le cul propre, ce qui est au final, l'essentiel. Comme dirait BB, show must go on. 



#8640 el landeno

el landeno

    Joueur de TOP 14

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 693 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:dax
  • Mon club:

Posté 29 septembre 2023 - 20:10

« P'tit Louis, Ch'ti Franck » : pourquoi le destin de Bielle-Biarrey ressemble à celui de Ribéry Véritable rareté, la trajectoire de Louis Bielle-Biarrey, zéro sélection avant la préparation à la Coupe du monde et désormais en train de faire son trou dans l'équipe premium, peut rappeler celle de Franck Ribéry au Mondial 2006 ou celle de... Fabien Galthié lui-même en 1991.

« On ne peut jamais fermer la porte à une éclosion. » Sur la scène de l'amphithéâtre de TF1, ce lundi 21 août, jour d'annonce de la liste des 33 pour la Coupe du monde, Fabien Galthié file sa métaphore préférée, celle des ovnis, quand on lui demande de commenter la sélection de Paul Boudehent (23 ans, La Rochelle) et Louis Bielle-Biarrey (20 ans, Bordeaux-Bègles), zéro sélection à eux deux en équipe de France avant le début de l'été mais retenus pour le Mondial.

 
 

Pendant quatre ans, le sélectionneur a nourri tout un storytelling autour de ces parcours cabossés, marginaux ou exotiques (Villière, Jaminet, Haouas, Flament, Bouthier...) En refeuilletant les archives, toutes (grandes) nations confondues, on réalise que la porte ne s'est pas souvent entrouverte à l'éclosion à l'approche d'une Coupe du monde. La trajectoire de l'ailier Louis Bielle-Biarrey se distingue d'autant plus qu'il a mis un pied dans la porte, celle donnant accès à une place dans le quinze de départ. Il fut le seul des réservistes alignés d'entrée contre l'Uruguay à bénéficier d'une promotion, matérialisée par une titularisation contre la Namibie, un soir où Galthié ressortait son équipe premium.

d305b.jpg
 
Louis Bielle-Biarrey lors de France-Namibie (96-0). (F. Faugère/L'Equipe)

 

 
 
Brian Liebenberg, Raphaël Lakafia et Fabien Galthié

À moins d'une semaine du match éliminatoire contre l'Italie (vendredi), « LBB » n'est plus derrière Gabin Villière pour le poste d'ailier gauche. Il serait même plutôt devant. Des individus à zéro sélection avant le début de la préparation d'une Coupe du monde qui se frayent un chemin jusqu'à l'équipe A, le rugby français n'en a pas connu beaucoup. En 2003, Brian Liebenberg, centre d'origine sud-africaine, avait embarqué dans le vol à destination du Mondial en Australie alors qu'il avait validé sa première sélection en août, comme Bielle-Biarrey. Dans l'ombre de Yannick Jauzion et Tony Marsh, il se contenta d'une exposition de second rôle.

Le cheminement de Raphaël Lakafia se rapproche de celui de l'ailier girondin. Le sélectionneur Marc Lièvremont lui avait accordé sa toute première sélection en août 2011 contre l'Irlande, trois semaines avant d'en faire son numéro 8 titulaire pour le match d'ouverture des Bleus au Mondial, contre le Japon, puis de renouveler l'expérience contre le Tonga, toujours en phase de poules. C'est là que ça se gâte : sa sélection suivante, la dernière, adviendra en juin 2016, en Argentine.

En définitive, si Bielle-Biarrey a un vrai petit air d'ovni, sous l'angle de la précocité et de la bouffée d'air frais, son « aïeul » le plus ressemblant se trouve être Fabien Galthié lui-même, bombardé demi de mêlée numéro 1 de l'équipe de France pour la Coupe du monde 1991, que les Bleus de Serge Blanco disputèrent sur le sol national.

« Un joueur à zéro sélection peut être bien meilleur qu'un joueur à 50 »

Fabien Galthié

 
 
 

En ce temps-là, on disait de Galthié-le-jeune, 22 ans, à peu près les mêmes choses que celles qu'on entend sur le compte de « LBB » aujourd'hui. « C'est très similaire, c'est vrai, admet Daniel Dubroca, sélectionneur du quinze de France pour ce Mondial et éleveur d'ovni sans le savoir. On retrouve le même genre de maturité bien affirmée. Et puis l'un comme l'autre, c'est frais, ça pétille, ça ne manque pas de cannes. Si on avait trouvé Fabien déboussolé, stressé par l'événement, on ne l'aurait pas pris. C'est pas l'âge qu'il faut regarder, c'est l'attitude. »

Il ne serait pas étonnant que son histoire personnelle ait rendu Fabien Galthié plus ouvert qu'un autre à la manifestation soudaine d'une comète dans un ciel déjà constellé. « 20 ans, c'est très jeune, dit Galthié. Mais ces joueurs (il inclut Émilien Gailleton, qui n'a finalement pas été retenu) ne se posent pas tellement de questions. Je leur ai dit : un joueur à zéro sélection peut être bien meilleur qu'un joueur à 50. »

 

Deux contextes différents

Entre les deux histoires, le contexte diffère, de beaucoup, tout comme les responsabilités attachées au poste. En 1991, Galthié vit sa première sélection en juin, contre la Roumanie, trois mois avant le Mondial. Le rond de serviette de Pierre Berbizier, l'indiscutable numéro 9 titulaire, vient tout juste de valdinguer sous la table, à cause de querelles politiques au sommet de la FFR. En concurrence avec Henri Sanz et Aubin Hueber, Galthié passe l'épaule. Il sera le titulaire, y compris pour le désolant quart de finale perdu contre les Anglais.

adac0.jpg
 
Fabien Galthié lors du quart de finale de la Coupe du monde 1991, contre l'Angleterre (19-10). (N. Luttiau/L'Equipe)

« Il était mal fringué, se souvenait affectueusement Laurent Cabannes dans nos colonnes en 2019. Surtout les chaussures, avec des couleurs discutables. Et puis ses chaussettes blanches (rires). » Contrairement à Bielle-Biarrey, Galthié, sans démériter, n'est pas parvenu à se lâcher tout de suite. « Galthié a tout compris mais il n'est pas le patron, regrettait "Berbize "à l'époque. Sur le terrain, il y avait trop de patrons. » Co-sélectionneur, Jean Trillo arrivait au même constat : « Il lui manque à l'évidence encore de l'autorité pour mettre au régime une ligne d'avants parfois gourmande. Il a tendance à se laisser aspirer par eux. » Pendant la Coupe du monde, Dubroca le trouvait « encore un peu timide ». « J'ai dit ça pour qu'il le lise dans le journal et que ça le titille », rigole-t-il aujourd'hui.

En 1991, le Columérin Galthié a pu se sentir seul. En 2023, le Bordelais Bielle-Biarrey a pu se fondre vite dans le groupe, aidé par ses copains de club Maxime Lucu, Matthieu Jalibert, Yoram Moefana... Pour mesurer l'insouciance et la spontanéité, certains gestes ne trompent pas. Contre la Namibie (96-0), sa passe volleyée pour l'essai de Jonathan Danty, juste avant de sortir en touche, en est un.

«  Une chose m'a frappé lors de l'échauffement à Marseille. J'avais l'impression qu'il était juste heureux, absolument heureux de vivre ce moment-là, alors que par exemple avant la demi-finale de l'UBB, il était hyper stressé »

Joël Bielle-Biarrey, père de Louis

 
 
 

« Une chose m'a frappé lors de l'échauffement à Marseille, raconte son père Joël. Il avait vraiment le sourire aux lèvres. J'ai l'impression qu'il était juste heureux, mais absolument heureux de vivre ce moment-là, alors que par exemple avant la demi-finale de l'UBB (en juin contre La Rochelle, perdue 24-13), il était hyper stressé ; et d'ailleurs, il ne fait pas son meilleur match. On le sentait vraiment tendu. Là, il est venu faire la bise à sa mère avant le match en rentrant aux vestiaires. Après le match, il vient nous voir. Mais juste avant, ce n'est pas banal. »

0db09.jpg
 
Franck Ribery lors de la finale de la Coupe du monde 2006, contre l'Italie. (Fevre/L'Equipe)

Vitesse, jeunesse, légèreté, le destin de « P'tit Louis » peut aussi rappeler celui du cousin footeux « Ch'ti Franck » pendant l'été 2006. Raymond Domenech avait offert à Franck Ribéry, âgé de 23 ans, sa première sélection fin mai contre le Mexique. La suite, jusqu'à la finale, vous la connaissez. Zébulon sur le terrain, Ribéry s'imposa aussi comme l'amuseur du groupe. Aux dernières nouvelles, chez les Bleus, personne n'a accusé Louis Bielle-Biarrey d'avoir rempli le réservoir d'essence de sa voiture avec des morceaux de pizzas quatre fromages.

 
 





2 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 members, 2 guests, 0 anonymous users