Aller au contenu


Photo

Racing Toulousain


  • Veuillez vous connecter pour répondre
5550 réponses à ce sujet

#5521 Silhouette

Silhouette

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 22 628 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Oakland, CA
  • Mon club:

Posté 21 avril 2024 - 15:36

Tiens, Mola pleurniche un peu sur l’arbitrage de RCT/ST d’hier …
Est-ce que quelqu’un pourrait nous sortir l’article en entier ?

Etonnant, pour quelqu'un qui n'est pas geignard du tout et se plaint tres rarement.



#5522 Codoràvie

Codoràvie

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 10 455 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:On the road again
  • Mon club:

Posté 21 avril 2024 - 16:15

Etonnant, pour quelqu'un qui n'est pas geignard du tout et se plaint tres rarement.


Et qui hurle comme un veau dès l'engagement pour un départ trop tôt de 2m (d'après lui).

#5523 Bon Chasseur

Bon Chasseur

    Joueur de TOP 14

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 335 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 21 avril 2024 - 16:30

Et qui hurle comme un veau dès l'engagement pour un départ trop tôt de 2m (d'après lui).

ah attendez, pour hurler comme divers ruminants et animaux sauvages dans le Top 14 on pense à pas mal de monde avant Mola quand même. Y a des champions dans ce champio et Mola n'en fait pas partie.


  • Alex chocolatines aime ceci

#5524 Codoràvie

Codoràvie

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 10 455 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:On the road again
  • Mon club:

Posté 21 avril 2024 - 17:15

ah attendez, pour hurler comme divers ruminants et animaux sauvages dans le Top 14 on pense à pas mal de monde avant Mola quand même. Y a des champions dans ce champio et Mola n'en fait pas partie.


Mola hurle aux oreilles des arbitres à tous les matches en toute impunité.
Pour moi ça m'est insupportable.
Il le faisait déjà quand il était joueur.

#5525 Bon Chasseur

Bon Chasseur

    Joueur de TOP 14

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 335 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 21 avril 2024 - 21:03

Mola hurle aux oreilles des arbitres à tous les matches en toute impunité.
Pour moi ça m'est insupportable.
Il le faisait déjà quand il était joueur.

ça doit fonctionner, alors. Toulouse gagne pas mal depuis qu'il est là-bas, peut-être que d'autres devraient s'en inspirer :P



#5526 Requiem_W

Requiem_W

    Joueur d'honneur

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPip
  • 961 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Val d'Oise
  • Mon club:

Posté 21 avril 2024 - 21:41

D'un autre côté, ça n'a pas bien marché ni à Castres ni à Brive, alors... Après il n'avait pas le même matos à gérer !

#5527 Bon Chasseur

Bon Chasseur

    Joueur de TOP 14

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 335 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 21 avril 2024 - 21:48

D'un autre côté, ça n'a pas bien marché ni à Castres ni à Brive, alors... Après il n'avait pas le même matos à gérer !

Si tu veux faire un mille-feuille médaille d'or meilleur pâtissier du monde, il te faudra des ingrédients premium, des œufs au chocolat ! Personne ne l'a jamais réalisé avec du Cadbury et des œufs en bidon.

Par contre, donne les ingrédients haut de gamme à n'importe qui, et tu n'obtiendras pas la médaille. Il faut le chef aussi. Les ingrédients, seuls, ne suffisent pas.  ^_^ 



#5528 Requiem_W

Requiem_W

    Joueur d'honneur

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPip
  • 961 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Val d'Oise
  • Mon club:

Posté 21 avril 2024 - 22:09

Bien entendu.
Il arrive à faire tourner ensemble ce très bel effectif. C'est déjà bien.

#5529 Binche63

Binche63

    Champion d'Europe

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 6 784 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Chamalière
  • Mon club:

Posté 26 avril 2024 - 15:40

https://www.rugbyram...28-11915518.php

#5530 Alex chocolatines

Alex chocolatines

    Champion du Monde

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 20 735 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 26 avril 2024 - 15:42

Oui ben on veut regarder l'ASM dans les yeux avec leur projet "ASM one", ça fait pas rigoler, faut qu'on suive sinon on va se faire larguer  :P


  • cocotte 63 et Eria aiment ceci

#5531 el landeno

el landeno

    Champion d'Europe

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 5 137 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:dax
  • Mon club:

Posté 02 mai 2024 - 20:28

Un mois après son retour à la compétition, Romain Ntamack sera de nouveau titulaire pour la demi-finale de Coupe des champions face aux Harlequins (dimanche, 16h).
Maxime Raulinmis à jour le 2 mai 2024 à 20h55
Pas le temps de lire cet article ?Découvrez la lecture audio.
 
ma liste
commenter
réagir
partager
 
 

Mercredi, Romain Ntamack a fêté ses 25 ans. La veille, un mois jour pour jour après son retour à la compétition à la suite de sa grave blessure au genou gauche, le privant notamment de la Coupe du monde en France, le demi d'ouverture du Stade Toulousain s'est longuement confié. La demi-finale face aux Harlequins et son vis-à-vis Marcus Smith, son retour au premier plan, les clés de sa rééducation, sa future paternité, l'équipe de France ou encore la flamme olympique, l'international tricolore (37 sélections) n'a rien occulté.

 
 

« Cette phase finale de Coupe d'Europe est-elle un peu votre Coupe du monde ?
Non. Ma Coupe du monde, c'était ma rééducation. À la base, cette phase finale de Coupe d'Europe n'était pas mon objectif. Je comptais simplement grapiller un peu de temps de jeu. Je souhaitais reprendre tranquillement, par des petits bouts de match. Puis la blessure de Tom (Thomas Ramos) a accéléré ma reprise dans la peau d'un titulaire. Ma mentalité a un peu changé. J'ai envie de jouer. C'est également lié à mes performances, qui ont été à la hauteur, et aux signaux positifs que j'envoie aux entraînements. Si j'avais fait des matches moyens, la donne aurait été différente.

Que vous inspire cette équipe des Harlequins guidée par un certain Marcus Smith...
C'est une très belle équipe, avec un jeu emballant, mais surtout très dangereuse. Le match de poule (victoire 17-49) n'aura rien à voir avec cette demie. Marcus Smith est le symbole et le maître à jouer des Quins. C'est un sacré joueur ! Nous avons le même âge et nous avons un peu suivi le même parcours en s'affrontant régulièrement. Il a donc pris quelques nouvelles durant ma rééducation. Il m'est aussi arrivé de lui envoyer des messages d'encouragements avant certains matches. C'est une relation très respectueuse.

Comment expliquez-vous que Toulouse coince en demi-finales de la Coupe des champions avec seulement une qualification (contre Bordeaux en 2021) et quatre éliminations (contre le Leinster en 2019 et 2022, 2023 et Exeter en 2020) ?
Ne pas recevoir est un gros handicap. Puis une demi-finale est un match très particulier. Vous êtes plus crispé car la finale est à portée de main. Je dirai qu'on est plus libéré en finale. Derrière, il n'y a plus rien. En demi-finales, il y a cette sensation de se dire qu'en cas d'élimination, la saison est ratée. On espère conjurer le sort.

« (Pendant la Coupe du monde) Le matin, j'étais en rééducation et le soir, je regardais les matches à la télé. À chaque fois je me disais : "Tu devrais être sur le terrain". Mais j'étais sur mon canapé avec le genou dans une attelle... Moralement, c'était dur à vivre. J'ai quand même tenté de positiver au maximum, sinon la convalescence risquait d'être un peu longue. »

Romain Ntamack

 
 
 
 
 

Nous avons la sensation d'avoir déjà retrouvé le Romain Ntamack d'avant blessure...
C'est vrai que mes prestations sont de bonne qualité par rapport à la gravité de ma blessure et la longueur de mon absence. Le travail effectué paie. Je suis presque étonné de moi-même. J'imaginais que tout prendrait plus de temps. Mais réattaquer par des matches de phase finale m'a aidé à revenir à mon niveau.

Quel a été le moment le plus difficile durant votre convalescence ?
La Coupe du monde. Je sortais tout juste de mon opération (fin août). J'étais en béquille et la plus grande compétition, qui avait lieu en France, venait d'être lancée. Le matin, j'étais en rééducation et le soir, je regardais les matches à la télé. À chaque fois je me disais : "Tu devrais être sur le terrain". Mais j'étais sur mon canapé avec le genou dans une attelle... Moralement, c'était dur à vivre. J'ai quand même tenté de positiver au maximum, sinon la convalescence risquait d'être un peu longue.

Comment ?
Mon leitmotiv a été d'avoir chaque jour une amélioration. Même gagner un degré de flexion, ça m'allait. Je le vivais comme une petite victoire. Dès que je me réveillais, je me fixais un objectif. Parfois, c'était à la semaine. Me dire par exemple que j'avais moins mal que la semaine précédente. C'est ce qui m'a permis d'avancer.

Il portera la flamme olympique
Mardi, le conseil de Haute-Garonne a annoncé que Romain Ntamack allait porter la flamme olympique à Toulouse le 17 mai en compagnie de cinq autres athlètes, dont David Berty, ex ailier du Stade Toulousain, vainqueur de cinq Brennus et une Coupe d'Europe avec comme partenaire un certain Émile Ntamack, père de Romain. « C'est un honneur et une fierté de porter la flamme en Occitanie. Les Jeux Olympiques représentent un événement planétaire que nous avons la chance de recevoir en France (du 26 juillet au 11 août). C'est une façon d'y participer à ma petite échelle. Je suis touché. Cette flamme est un véritable symbole. Elle a été portée par de nombreuses personnalités. » L'international français avoue qu'il a un lien très particulier avec les JO : « Depuis que je suis en âge de regarder les Jeux, j'ai suivi toutes les éditions. On regardait ça en famille. Nous connaissions tous les athlètes français. »

Plusieurs coéquipiers vous ont taquiné sur votre prise de poids. Vous êtes-vous laissé aller ?
En aucun cas. Oui, il y avait un peu de gras car je ne pouvais pas encore courir (il a repris la course le 19 décembre 2023). Mais j'ai surtout pris de la masse musculaire. Cinq jours après mon opération (le 31 août 2023), j'étais sur un banc de musculation. J'en ai fait beaucoup pendant trois mois et demi. C'était ma façon d'évacuer la grande frustration que je ressentais. Dès le lendemain de l'opération, j'étais chez les kinés. Je faisais aussi beaucoup de cardio, assis notamment, pour éviter de cogiter et penser à ma blessure. Mais sur mon poids, je n'ai jamais été inquiet, c'était même volontaire. En décembre, j'ai dû monter à 98 kg... Au club, tout le monde me poussait pour que j'arrive aux 100 kg ! (il sourit) Il ne fallait pas exagérer non plus ! Aujourd'hui, je suis à 94 kg, soit un de plus qu'avant ma blessure, ce qui me permet de garder toutes mes qualités et d'être un peu plus fort sur les contacts.

Avez-vous douté d'y parvenir ?
Douter de retrouver mon niveau, je ne crois pas. Au début de ma rééducation, je me suis posé beaucoup de questions. Je les ai assez vite évacuées, en forçant un peu. Par exemple, dès que j'ai pu reprendre appui sur mon genou, j'ai bien appuyé pour constater qu'il n'y avait pas le moindre souci et y aller à 100 %. J'ai suivi ce rituel avant chaque étape importante pour balayer le moindre doute et être totalement libéré. J'ai également été très bien accompagné par le staff médical du club.

41609.jpg
 
Romain Ntamack lors de la victoire du Stade Toulousain face au Racing 92 (32-12), le 27 avril. (P. Lahalle/L'Équipe)

Avez-vous échangé avec des joueurs ayant subi la même blessure ?
Oui, notamment avec Anthony Jelonch qui venait de reprendre la compétition après la même blessure. Il m'a beaucoup rassuré.

« Mon corps m'a envoyé pas mal de signaux depuis deux ans, qu'il fallait reposer la machine, mais je n'y faisais pas attention. On pousse la machine constamment... »

Romain Ntamack

 
 
 

Comment avez-vous vécu sa rechute (il s'est de nouveau blessé au genou en janvier) alors que vous étiez toujours en convalescence ? Je m'en souviens très bien. Je regardais le match et j'ai tout de suite envoyé un message à mon kiné : "Antho s'est refait les croisés !" J'avais l'impression de me revoir cinq mois plus tôt. Ça m'a mis un sacré coup au moral. Pour lui d'abord, j'étais dégouté. Mais pour moi aussi. J'ai même envoyé un autre message à mon kiné pour lui demander s'il n'était pas plus prudent de décaler ma date de reprise d'un mois ! Rayer le 30 mars et cocher le 30 avril ! (il sourit) J'en rigole, mais j'avais la boule au ventre. Pendant deux-trois jours, je n'étais pas bien du tout. J'ai même échangé avec mon chirurgien. Un bon coup de stress. Tout le monde m'a vite rassuré. J'avais rarement cogité comme ça.

On dit qu'une blessure rend plus fort. En quoi va-t-elle vous rendre plus fort pour la suite de votre carrière ?
Sur le fait de mieux écouter mon corps. Il m'a envoyé pas mal de signaux depuis deux ans, qu'il fallait reposer la machine, mais je n'y faisais pas attention. On pousse la machine constamment... Mais si je veux rester performant au plus haut niveau encore de longues années, il faut aussi savoir freiner. Ma blessure va me faire grandir sur ce point.

Vous en voulez-vous de ne pas avoir écouté votre corps ?
Non. Si c'était à refaire, au regard de toutes les émotions que j'ai traversées avant, je referai la même chose. Ça m'a permis de me forger un caractère, d'être dur au mal. Après, écouter son corps, ça ne veut pas dire se garer à chaque fois que ça va moins bien.

Vous avez déclaré que votre blessure était derrière vous. Reste-t-il néanmoins une petite cicatrice indélébile ?
Je suis passé complètement à autre chose. Lundi, je me suis fait cette réflexion, seul, lors du premier entraînement de la semaine. J'ai eu la sensation de ne jamais m'être blessé. Comme si j'avais disputé toute la saison avec l'équipe. C'est bien la preuve que je l'ai totalement effacée. Après, je ne pourrais pas l'oublier complètement. Mais je ne ressens aucune frustration.

Mi-janvier, vous avez annoncé que votre compagne, Lisa, était enceinte de votre premier enfant. Cette nouvelle a-t-elle eu un impact sur votre rééducation ?
Apprendre que je vais être père est déjà très marquant. Nous l'avons su fin octobre, très tôt dans ma rééducation. Ce qui m'a permis de relativiser. À partir de ce moment-là, je me suis levé chaque matin avec le sourire et de bonne humeur avec l'envie de bien faire. Cette nouvelle m'a boosté ! Je me suis dit : il faut que mon petit voit son papa en pleine possession de ses moyens plus tard.

Mon petit... Cela signifie que la lignée des Ntamack va perdurer encore une génération ?
Oui, nous attendons un garçon. Il aura donc son petit ballon de rugby à la naissance. Sans trop l'influencer, mais un peu quand même (il sourit).

Cette nouvelle est-elle comme un petit signe du destin ?
C'est ce qu'on s'est dit au moment où nous l'avons appris. Nous souhaitions avoir un enfant. Mais on s'était imaginé prendre notre temps après la Coupe du monde. Ma blessure a accéléré les choses.

Appréhendez-vous ce moment ?
Pas forcément. Peut-être que j'appréhenderai un peu plus quand la naissance approchera. Le terme est prévu pour la seconde quinzaine de juillet. Aujourd'hui, j'ai surtout hâte. Sur le rugby, j'ai la sensation que mon approche est un peu différente. Je me dis que ce n'est que du plaisir car des choses merveilleuses se préparent dans ma vie. Cette nouvelle décuple mon plaisir d'être de retour sur les terrains. »

Dispensé de tournée d'été
« L'équipe de France me manque », a souri Romain Ntamack à l'évocation d'un éventuel retour en Bleu : « Mais je suis concentré sur mes performances en club, mon jeu et mon ressenti après huit mois loin des terrains. Le quinze de France est dans un coin de ma tête, mais peut-être à plus long terme, même s'il me tarde d'y retourner. Ça passera par de très bonnes prestations avec Toulouse. »
Le demi d'ouverture n'a pas encore échangé avec le sélectionneur Fabien Galthié. Et notamment d'une éventuelle participation à la tournée d'été en Argentine (les 6 et 13 juillet). « Je suis focus sur le club et j'espère bien disputer une nouvelle finale de Top 14 » (les finalistes ne participeront à la tournée). Enfin, sa future paternité (courant juillet) risque également de repousser à la tournée d'automne son retour en Bleu. « C'est un élément à prendre en compte, a précisé Ntamack. On a le temps d'en discuter avec Fabien. »

  • Lima aime ceci

#5532 Bon Chasseur

Bon Chasseur

    Joueur de TOP 14

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 335 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 03 mai 2024 - 00:04

il faut que les Toulousains mettent un score tellement cytoplasmique aux Harlequins que Marcus Smith à la fin du match se pétrifie spontanément et se transforme carrément en troll doll.

 

QNnlKmS.png



#5533 mistral

mistral

    Joueur de Fédérale 1

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 2 230 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:haute Loire
  • Mon club:

Posté 26 mai 2024 - 07:40

Impressionnant quand même de voir que chaque poste ( président, coach, intendance...) est tenu par des anciens joueurs.
Pour avoir souvent discuté avec Thierry Maset qui est le président des ex, il te dit que cette fonction est quasiment un emploi à temps plein, avec d'énormes responsabilités, aussi bien en terme d'image qu'en terme de transmission. Chapeau..

#5534 lebison

lebison

    Joueur de promotion

  • Membres
  • PipPipPipPipPip
  • 592 messages
  • Genre:Homme
  • Ville:Saint-Genès-Champanelle
  • Mon club:

Posté 26 mai 2024 - 08:16

C'est aussi une des clés du succès de toulouse et j'ai le sentiment que le projet asm est en train de l'intégrer de manière plus affirmée ! Je me souviens que lorsque j'étais benjamin et minime c'était un joueur de l'équipe 1 qui menait l'entrainement.



#5535 Bon Chasseur

Bon Chasseur

    Joueur de TOP 14

  • Membres
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 335 messages
  • Genre:Homme
  • Mon club:

Posté 26 mai 2024 - 10:54

La campagne euro de Toulouse cette année, soit massacrer tout le monde sans merci de 30-40 voire plus (n'est ce pas Exeter) avec du Rugby d'essais puis terminer sur une leçon défensive et de persévérance acharnée en finale et vaincre sa bête noire, pour leur première rencontre en finale de tous les temps dans l'histoire de la Coupe, et ainsi gagné sa 6è étoile.






0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 members, 0 guests, 0 anonymous users