Courriel - email address

dimanche 18 septembre 2005
par JB03

Des Anciens et des Modernes : les vieux beaufs avinés sont-ils voués à l’extinction ?

Moult joutes verbales ont émaillé le forum des Cybervulcans quant à la détermination de la manière dont il conviendrait que le public asémiste soutinsse son équipe.

D’un côté, les Anciens pour qui le rugby, tout en étant une passion, est avant tout une occasion de communion, qui se poursuit souvent autour d’une pinte de breuvage houblonné partagé entre amis. Habitués de longue date des travées du Michelin pour certains, nouveaux venus pour d’autres, ils ont en commun une vue large de l’art d’être supporter. Il leur apparaît pourtant que certains points ne souffrent pas la discussion : le respect de l’adversaire, une petite bronca à la limite à l’entrée sur le terrain (que les nouvelles dispositions de la F.F.R. ont rendu caduque) mais pas de sifflets sur le coup de pied de pénalité, on ne siffle ni ne conspue l’arbitre qui est le garant du plaisir des supporters. On veut bien, à la limite, appeler ce satané adversaire qui est toujours hors-jeu et en profite pour distribuer des beignes en douce de qualificatifs fleuris : « coquin », « voyou », « voleur de poules ».

Plus que l’amour de son équipe stricto sensu (qui ne saurait évidemment être mis en doute), c’est la passion de la chose ovale qui prime, le geste juste au bon moment, la ch’tite pipe distribuée de main de maître par l’orfèvre du pack, l’art du plaquage tellement dominé qu’il permet de récupérer « la gonfle » ou sauve l’essai qu’on croyait imparable.Chez les Anciens, on aime aussi sa liberté, pas leitmotiv imposé, c’est à chacun de se déterminer en toute conscience. On fuit l’embrigadement ou tout ce qui pourrait y ressembler, hors de question d’avoir le doigt sur la couture du pantalon. Du reste certains ont même connu l’époque du Service National et cette expérience leur a amplement suffit ! Aller au stade, c’est aussi une occasion sans pareille de rencontrer des supporters d’autres équipes, de créer de nouveaux liens avec les sujets de la Perfide Albion si nécessaire ou de la Verte Érin dont l’esprit d’ouverture et la fraternité avec les Gaulois, le sens de le fête sous toutes ses formes forcent notre respect et notre admiration.

D’autre part, les Modernes, entendent insuffler une nouvelle méthode et leur discours prend sur bien des aspects le contre-pied des Anciens : on est autour du terrain pour soutenir son équipe, et il faut que ça s’entende. Du reste, si on vient au stade pour assister au match sans se manifester, autant rester chez soi, on est spectateur, pas supporter. Le rugby est un spectacle, et le public doit montrer combien il adhère à ses modernes jeux du cirque. Ma foi, s’il faut déconcentrer le buteur adverse par quelques coups de Klaxon, siffler pendant sa course d’élan, eh bien, la fin veut les moyens. Quant à la bronca, elle est incontournable, l’adversaire doit mesurer qu’il est en terrain ennemi et que rien ne lui sera épargné. Mais attention, on est prêt à se dépenser sans compter, organiser des autocars, fabriquer des banderoles, brandir sans faiblir les drapeaux tout au long du match, frapper incessamment sur la peau du tambour et ainsi de suite. Pour cela, on se structure, car l’improvisation n’a pas sa place, si le rugby est devenu professionnel, ses supporters se doivent d’être à la hauteur. A ce titre, le recrutement de nouveaux membres du groupe de supporters est un signe de vitalité. Chez les Modernes, on est en majorité jeune, voire « jeuniste » car les traditions ne valent que si elles s’adaptent à la vision moderne du groupe. À quoi bon des sièges alors qu’on peut sauter tout au long du match ? Les habitudes de se retrouver autour d’un verre d’alcool à la fin du match n’est pas vraiment en adéquation avec la passion déployée. Les joueurs font l’objet d’une admiration considérable, on est inconditionnel et excessif, un peu comme l’est le public d’autres sports et on ne manque pas de s’inspirer de ce qui se fait ailleurs, quand bien même cela peut paraître iconoclaste aux partisans d’une approche plus traditionnelle.

Mon objet n’est pas de trancher pour décider qui a tort et qui a raison, chacun a sa part de vérité. Mon seul souci est que les stades de rugby demeurent un endroit de rencontre, d’amitié et d’émotion où on peut, l’esprit tranquille, amener sa petite famille, sa nouvelle conquête, voire même son percepteur.

Bon sur ce, j’ai une binouze au frais qui m’attend et je ne voudrais pas qu’elle s’impatiente...


JB03 | 2005.09.18 @ 18:40 retour au début de la page


Alors, qu'en pensez-vous ?

Voici ce que vous aviez à en dire... vos impressions, recueillies à vif.

2008.05.12 @ 1:12, par Nath13170


Belle prose !! Et certaines vérités bien senties, malheureusement il existera toujours des "vieux cons" mais aussi des "jeunes cons" quelque soit la génération à laquelle on appartient, certains seront là pour se donner en spectacle et non pour le "spectacle". Un sport, si on l’aime, on le respecte ainsi que tout ce qui l’entoure, sinon mieux vaut rester chez soi.... Enfin, ce n’est que mon avis.... Encore bravo pour ton speech et bonne bière !

Haut retour au début de la page

2006.11.02 @ 13:22


Et bientôt, ils vont crier : HO Hisse Enculé ???

"En terrain ennemi" ? Considérer l’adversaire comme un ennemi ? Puis le supporter adverse... Puis les joueurs qui perdent...Puis le président...Puis tout ce qui n’est pas comme vous...On connaît ça, déjà...

Et certains parlent de vieux beaufs ?

"Le temps ne fait rien à l’affaire...Quand on est con..." c’est pas une insulte, c’est une citation.



Haut retour au début de la page

2006.10.26 @ 16:57, par cuisto63


bon resume et bonne bierre.

Haut retour au début de la page

2006.05.20 @ 12:58, par aurel


pour les anciens oublie pas de bien mettre : salir les bus organisé avec le gaperon bien sur sous les sieges c’est encore mieux...., fumer dans les bus aussi et insulté ceux qui n’aime pas la fumée dan un lieu fermé, n’avoir aucun respect pour ceux qui comme toi ne seront pas totalement bourré a la fin du match.....

Haut retour au début de la page

2005.12.28 @ 15:06, par mickael


Mais non JB , t’inquiète pas les beauf’s ne sont pas morts ....

Haut retour au début de la page

2005.10.14 @ 23:13, par novice


Excellente prose "l’ancien" qui fait la synthèse des divers posts sur le même thème, il ne reste plus qu’à voir l’évolution des choses. En tant que cloche j’essaye de résonner de façon simpliste "les ultras d’aujourd’hui seront-ils les beaufs de demain ?". A chacun sa manière de supporter c’est mieux ainsi, un peu de diversité dans le respect mutuel ça doit pouvoir se faire.

Haut retour au début de la page

2005.10.01 @ 12:12, par lesampaud


Belle plume. Toutefois je n’opposerais pas les générations quant à la manière de supporter l’ASM, la différence se fait plus sur le respect que chacun a de l’adversire. très bel article. Merci

Haut retour au début de la page

2005.09.28 @ 16:22, par crazybib


Sacré JB !

Trés bien tourné encore une fois.

Crazybib



Haut retour au début de la page

2005.09.21 @ 17:46, par Stella


Je trouve que ça expose très bien la situation !! bravo JB ;o)

Haut retour au début de la page

2005.09.21 @ 11:47, par frednirom


c’est foutrement bien écrit. j’aime bien jb03

Haut retour au début de la page

2005.09.19 @ 1:05, par paraziteAH


Sujet interessant !!

Il me semble important de ne pas opposer des générations, ou plutot, ne pas stigmatiser une façon de supporter.

L’image du sport "rugby" me laisse à penser que le consensus entre supporter/spectateur, que nous sommes finalement tous, est plus aisé qu’on le pense.

La diversité est une chance, une richesse.



Haut retour au début de la page

2005.09.18 @ 20:57, par michou


bravo pour ton article jb il est top. Petite remarque tout de même : je me permet de douter que sur quelques brive/asm ou béziers/asm des grandes époques, les botteurs adverses n’aient pas été conspués...Ne change rien sinon ton sujet est super et on ne parle pas assez des évolutions du public de notre sport, donc tu l’as bien choisi.

Haut retour au début de la page
site statistics