LE SITE DES SUPPORTERS DE L'ASM CLERMONT AUVERGNE
accueil
.
logo international

Le 16e homme français est-il « anti patriotique » ?

A l’aube de la tournée traditionnelle de Novembre, qui va voir fleurir parallèlement la Moustache Attitude sur les terrains, les joueurs de la liste Elite ont pris leurs quartiers à Marcoussis pour préparer les oppositions successives face aux Samoa, à l’Australie et à la Nouvelle Zélande en baissé de rideau. Six clermontois sont concernés puisque Arthur Iturria (suite au forfait de Paul Jedrasiak), Sébastien Vahaamahina, Damien Chouly, Wesley Fofana, Rémi Lamerat et Scott Spedding ont été convoqués par le staff du Coq. Rêve de gosse, c’est une consécration, la résultante d’un dur labeur, pour un joueur professionnel, de prétendre au maillot tricolore.

 

Cependant, les supporters ont-ils le même engouement pour l’équipe nationale ?

 

A cette question, chacun de vous a sa propre réponse et je vous laisserai y répondre et en débattre en commentaires à cet article. Pour ma part, je vais vous donner une vision globale, un ressenti sur ce que je lis ici et là.

Les clubs s’emploient, tant que faire se peut, malgré l'inflation de joueurs étrangers, à faire éclore des jeunes talents. Ils les forment parfois, les révèlent surtout, leurs donnent du temps de jeu afin d’aligner l’équipe la plus compétitive pour concrétiser les objectifs qu’ils se fixent saison après saison. D’un point de vue personnel, un rugbyman professionnel a toujours en tête ses performances en club pour prétendre à une place dans l’équipe nationale. Un honneur, quand tu vois ton nom dans THE liste, qui délaisse inévitablement les clubs. A chacune de ces annonces, nous, passionnés, nous plions à cette coutume rugbystique qui exige que nous enfilions cette cape de super sélectionneur. S’en suis alors un florilège de critiques sur un tel ou un tel. Tous autant que nous sommes,  nous avons tendance à valoriser les qualités d’un ou plusieurs joueurs de notre club de coeur, s’offusquant ensuite de la ou des non sélections de ceux-ci au profit « de l’autre chèvre qui fait une saison plutôt dégueulasse ». Ce jeu de head coach passé, quelques heures plus tard pour être plus précis, le vent souffle sur la girouette qui se retourne inéluctablement en direction des clubs. La question des matches en doublon, des postes amenuisés par l’appel national reprend alors du terrain jusqu’à devenir sujet de pleurs, le « que va t-on devenir durant cette période ? ». Cette sublime pirouette, la fameuse toupie, me fait dire qu’il n’y a pas de supporters français mais plutôt des supporters de club qui regardent de temps en temps la sélection nationale. Loin du patriotisme irlandais ou gallois, par exemple, l’amoureux français du rugby regardera les rencontres internationales, non pas avec la main sur le coeur, mais avec l’oeil du fanatique de club rivé sur les performances de ses joueurs favoris, qu’il espère brillantes pour l’image de sa région, et qui néanmoins reste stressé par cet enjeu primordial : « Pourvu qu’il ne se blesse pas ! Ce serait une grosse perte pour nous ! »

Les résultats récents et médiocres du XV de France ne sont que des écrans de fumée, une excuse qui camoufle le « je m’en foutisme » pour cette équipe tricolore menée par des vieux bouchers qui amputent, de temps à autres, des membres et laissent les éplorés clubs, les véritables amours, tenter de suturer les plaies, causes probables d’hémorragies comptables et de chute de classement. Si vous n’êtes pas sûrs de votre penchant, posez vous cette simple question :

 

si vous aviez des places offertes, en bon auvergnat, pour aller voir soit France - Nouvelle Zélande, affiche féérique pour le beau jeu, soit ASM - Grenoble, quel serait votre choix ?

 

Pour ma part, je me plais à rire des taules que prend le XV de France. Ils sont rigolos ! Comme chaque saison, mon enthousiasme se tourne vers mon club avec cette attente sans fin d’un titre et d’une célébration place de Jaude. Je suis également en colère quand je vois revenir les joueurs internationaux éparpillés moralement façon puzzle. Parce que prendre des volées et essuyer les foudres des journaux, c’est pas marrant.! Toutefois, pour une fois, je voudrais juste féliciter les joueurs sélectionnés et plus particulièrement les clermontois. Je leurs souhaite de représenter fièrement la France (main sur le coeur), leurs villes, leurs clubs et leur supporters par la même occasion. (instant bisounours). Je continuerai à disséquer particulièrement la prestation en bleu des auvergnats mais j’espère plus que tout pouvoir me régaler en regardant du beau jeu, le rugby vrai, même sans la tunique «Jaune&Bleu ».

Le sujet est à vous …

publié le mardi 01 novembre 2016 à 14h59 par Charly

11 Commentaires

  1. Avatar

    En tant que fervent supporter de l'ASM je dois dire (et malgré moi) que je préfère largement que l'ASM gagné et que le CV de France perde plutôt que le contraire. Pour ces histoires de matchs je prend quand même Fr-Nz , et en plus j'ai même pas besoin d'y réfléchir car je suis abonné. C'est vrai qu'en France on est à fond derrière nos clubs et avec le XV c'est pas vraiment pareille depuis PSA on a du mal à retrouver notre french flair qui faisait venir et pousser derrière les joueurs pour les supporters du XV.
    Moi perso j'ai du mal à l'avouer mais je préfère voir jouer les rosbeefs et les kiwis plutôt que les coqs, mais si nous voulons retrouver notre sélection il faudra reprendre nos drapeaux, chants...C'est vrai qu'en Irlande, Écosse et Pays de Galles les supporters sont jajas de leur sélection tout simplement car (de mon point de vu) il y a moins de clubs ce qui crée un engouement pour la sélection. Mais si on veut faire des bons résultats contre des costauds pour Novembre et Movember 😉 Voilà c'est tout pour moi .

  2. Avatar

    La question est simple, lorsque l'on regarde le super rugby ou simplement les équipes étrangères en coupe d'Europe combien de joueurs français ces formations intègrent-t-elles ? La réponse l'est tout autant, le chiffre est proche de zéro alors qu'à l'inverse les étrangers qui jouent chez nous sont légions. Si on ajoute à cela qu’effectivement, dans cette période propice aux communautarismes de tout poils (j'en sais quelque chose ici) les gens se replient sur le plus petit dénominateur commun que constitue leur identité locale, l'équipe nationale tout le monde ou presque s'en bat les ronrons. On préfère se créer une identité factice au travers d'équipes bâties de bric et de broc à grands coups de millions ; Dans ce bourbier, l'A.S.M. fait encore figure d'exception culturelle en axant une partie de sa politique sportive sur la formation et cela ne me gêne pas du tout que ces garçons puissent venir de Gerzat, ou des Fidji via la Géorgie, l’essentiel restant à mes yeux de se montrer créatifs et de permettre à ce sport de continuer à vivre grâce à un travail de fond effectué au sein club comme celui-là.
    Après, ce que je trouve un peu triste, c'est d'en être réduit à sélectionner des joueurs étrangers dont leur équipe nationale n'a pas voulu et de laisser sur le carreau des jeunes joueurs issus de la formation française, un peu comme dans les entreprises où l'on stipule à l'embauche "expérience exigée" alors qu'en toute chose il faut bien une première fois.

  3. Avatar

    Le Français se rattache à se qu'il peut maintenant.Je m'explique, pour monter voir un match à Paris à 4 personnes en covoiturage c'est environ 100 euros le péage AR (25 euros/personnes) 60 euros la place, 80 euros d'essence (20E/pers), quelques binouses à 60 euros la tournée (c'est pas du caviar mais pas loin) et si on en boit qu'une et si 1 nuit d'hotel on va dire (70E/pers).
    Total: 230 euros /personnes et tu veux aller voir un match toi avec un smic ou voir des payes à ras les pâquerettes imputé par cette sommes astronomique pour encourager l'équipe de France et c'est pas fini. Nous ne sommes pas des moutons de Panurge rêveurs comme les britanniques ou autres américains pour danser devant le buffet pendant le reste de l'année.Le Français en général aime le lieux où il vie son clocher, son club, sa région, son pays (dans cette ordre). Pourquoi dans cet ordre car le lieux où il vie c'est déjà un lieux par défaut (le prix du m2) mais il a le choix encore un peut, son clocher il s'investie de moins en moins car c'est de plus en plus compliqué par manque de bénévoles et de soutient des élus locaux, ce qui est proche de lui meurs petit peu par petit peu, son club car il a un léger échappatoire le week-end un doux rêve mais de moins en moins encore les tarifs, la région elle en a rien à foutre du petit clocher de l'habitant lambda au fin font du trou du cul du monde c'est les carrièristes qui rentre en jeu et notre pays pourtant c'est un beau pays comme l'ait notre région (Auvergne) qui se trouve placée en 6eme position dans le monde touristiquement parlant, mais lui aussi se meurt volontairement en plus, cerise sur le gâteau pour les carriéristes ceux qui vont rentrés en scène incessamment sous peu. On a l'impression qu'ils est en vente. Alors allez voir un match de l'équipe de France c'est réservé maintenant à une élite, c'est tout et l'élite n'a jamais été patriote ça se saurait.

    • Avatar

      60euros de binouzes! Ca fait beaucoup là , je m'adresse à un connaisseur je vois 😉
      Mais c'est juste ce que tu dis, du coup les stades sont un peu rempli de bourgeois qui ne connaissent pas GRAND chose au rugby et non des passionnés.

      • Avatar

        Je n'ai pas dit que les stades étaient remplis encore que de bourges, et encore moins que les bourges ne connaissaient pas le rugby, je disais juste que le plus gros problèmes des grands de ce monde était de se placer avant tout, alors le supporter lambdas il n'en a rien à foutre, peut-être ont il peur que notre pays soit vendu et qu'ils retournent aux basses besognes.
        C'est sûr qu'un stade rempli de ces personnes là serait la clés pour avoir l'EQUIPE tiptop mais l'ambiance serait calme et ennuyeuse.
        Pour l'instant nous avons l'équipe qui va bien et les supporters aussi mais si la concurrence perdure c'est certain qu'un jour ça arrivera.
        Le sport avant se n'était que pour les élites, Michelin l'a démocratisé pour tout le monde dans la région c'est bien mais force est de reconnaître que le prix des licences explose et que maintenant le sport n'est plus à la portée de tous. Le moyen-âge revient, les loisirs n'ont jamais étaient fait pour les petites gens il nous le refond savoir actuellement.
        Un film que j'aime bien "Neully sa mère" c'est tellement vrai tout ça.

        Je suis d'accord avec certain, mes propos sont plutôt pessimistes mais je n'ai pas trouvé autre chose pour expliquer ce sujet malheureusement.
        Le nerf de la guerre nous échappe les amis.
        J'adore le sport, n'importe lequel et le monde associatif car je suis quelqu'un de très ouvert et j'adore surtout le rugby et les valeurs qu'il véhicule encore, même si je ne peux plus me rendre au stade par manque de finance, j'encourage encore mon équipe de coeur derrière l'écran de l'ordinateur puisque le problème s'étend aussi sur les chaines payantes bien entendu.
        Allez tous derrière l'ASM et que cette année nous fasse rêver même s'il n'y a pas de titre. Que l'année soit belle, qu'elle soit rempli de beaux matchs, c'est se que tout le monde demande en fin de compte, des beaux matchs.
        Merci Messieurs et bonne journée.

      • Avatar

        Je ne suis pas un connaisseur de ces breuvages enivrant(lol). J'ai pris quelques caisses mais elles doivent se compter sur les doigts d'une seule mains, c'est déjà pas mal et comme je ne tiens pas l'alcool forcément ça me coûte moins chers que certain.
        Dodo63 j'ai parlé de 60 euros comme j'aurais pu dire 50 ou 70 car je ne connais pas les tarifs en vigueurs dans la capitale, je sais juste qu'au michelin c'était déjà hors de prix il y a 7 ou 8 ans lorsque je parcourais encore les allées quelques fois dans la saison. Les dernières binouses que j'ai pu boire au stade ça doit remonter lorsque j'étais abonnés de 1995 à 2001 et à la fin c'était déjà hors de prix pour une tournée à 3 ou 4.
        Célibataire ça passe mais lorsque les enfants arrivent c'est plus possible, le petit pot et ensuite l'assiette doit primer sur la jaja du week-end.
        J'ai passé d'agréables moments dans les tribunes d'abord une première fois contre le Racing avec cet immense deuxième qu'était Mr Serrière puis Toulon avec Melville quel joueur et tous ces poètes de l'époque puis Toulouse, un cousin nous avez fait découvrir cette année, à mon père et à moi, le Michelin. J'avais vraiment aimé et lorsque j'ai eu l'age d'avoir ma voiture puis l'armé passé j'y suis revenu plus assidûment trois-quatre ans après en temps que supporter depuis 1993-1994 et ce fameux quart contre Toulon à Gerland, j'y était et depuis je n'ai plus lâché et me suis abonné de 1995 à 2001.
        Je suis tombé dedans sans jamais avoir jouer au rugby et j'ai adoré.
        J'y ai passé de bons moments avec en chef de meute Bernard Roux petit par la taille mais grand par le dévouement et le coeur.
        Bonne continuation et chaque chose en son temps ou plutôt chaque chose a son temps.

  4. Avatar

    Charly : bel article, sincère et tellement vrai

    ce ne sont pas les supporters qui s'éloignent de l'EDF c'et l'EDF qui s'éloigne de ses supporters et de ses spectateurs !!!
    le rugby est pro mais les instances fédérales n'ont pas pris le train en marche et sont larguées a tous les niveaux
    un joueur est payé par son club alors son choix et son ambition sont vite réglés même quand il est sélectionné
    et puis les dirigeants ne donnent pas envie
    Camou muet en permanence a quoi à vendre ? Blanco joueur extra mais dirigeant insipide, propose quoi ? Noves qui ne sélectionne pas les meilleurs car les meilleurs sont indisponibles peut quoi ?
    alors le XV s'éloigne de plus en plus des meilleures nations qui vont 3 fois plus vite que lui
    a pleurer messieurs !!!!!!!!!!!

  5. Avatar

    Rory Grice viendra (naormalement) chez nous la saison prochaine.
    La condition? Que Grenoble descende en PROD2 cette saison. Désolé amis grenoblois mais ce joueur vaudra mon accord sur le fait que le FCG descende.

    • Avatar

      C'est bien mais ça annonce une rude concurrence au poste de N°8 qui est déjà plus que doublé même si dans le rugby moderne, une polyvalence de fait existe au niveau de la 3ième ligne , enfin,ça fait une raison supplémentaire d'atomiser Grenoble samedi prochain.

Ajouter un commentaire, un avis

Abonnez-vous aux news...

51