LE SITE DES SUPPORTERS DE L'ASM CLERMONT AUVERGNE
accueil
.
logo heineken

Nous y voilà !

Zebdomes sur le forum a posté un très beau texte d'avant match, le voici :

Comme il y a deux ans face au Leinster, trois ans face au Munster, voilà une date qui peut entrer dans l’histoire du club et faire entrer le club dans l’histoire de cette HCUP. Tous les ingrédients sont là : le match couperet avec l’obligation du résultat, l’environnement hostile, l’adversaire qui fut et redevient un grand d’Europe, l’adversité avec les forfaits que nous connaissons, les derniers petits problèmes d’organisation avec cette tempête qui nous cloue au sol, jusqu’à l’attente ce matin de savoir si Jules partait ou pas pour son île entraîner nos bourreaux...

Tout y est donc, jusqu’au temps qui sera ce qu’il faut de froid, nuageux et triste, jusqu’au lieu de ce combat, les Midlands, endroit d’Angleterre que les Dieux ont quelque peu négligé… Voilà notre équipe à nouveaux à la croisée des chemins. Allons-nous enfin être capables de relever le gant ? Allons-nous enfin monter à l’Europe entière que cette fois ça y est, nous y sommes, nous faisons partie du ghotta des équipes européennes ? La culture de l’exploit nous a abreuvés pendant des années d’évènement magnifiques et de souvenirs doux-amers. Il est temps que l’ASMCA passe d’une telle culture à celle que Toulouse a su créer : celle des matchs reproduits, des résultats qui ne surprennent plus, des trophées qui s’empilent dans la vitrine du club avec les scalps des adversaires déchus !

Car la question n’est pas de savoir si nous voulons connaître enfin un quart à domicile, la question est de savoir si enfin, l’ASM va être capable de montrer à la face de l’Europe du rugby quel club elle est devenue.

Soyons clairs, le rôle de sparing partner magnifique qui meurt avec les honneurs sur le pré d’adversaires qui ont vu la défaite et l’évitent sur un coup du sort ou un coup de chance et peuvent dire après la fin du match : « la chose qui me soulage le plus aujourd’hui c’est de ne plus avoir à affronter Clermont cette année » est un rôle qui n’est plus pour nous. Sur les terres hexagonales, nous avons mis 100 ans, 10 finales pour quitter le manteau du perdant magnifique et accrocher le Brennus au palmarès du club. Il n’est pas question de passer autant de temps au niveau supérieur pour qu’enfin tous reconnaissent que l’ASMCA est un club qui compte en Europe !

Demain, vous serez sur le pré, à Welford Road, pour défier ceux que l’on a appelés les Tigres et ce n’est pas pour rien qu’ils portent ce nom. Ce club c’est 6 coupes d’Angleterre, 6 fois finaliste, 9 fois champion d’Angleterre, 5 fois finaliste, 2 fois champion d’Europe, 3 fois finaliste la dernière en 2009 ! Que personne ne vienne dire que vous allez rencontrer des chatons, la dernière défaite sur son terrain de Leicester en Hcup date du 23 mai 2009 face au Leinster. Autant dire que vous allez affronter un monument du rugby anglais et européen et que c’est peu de dire que les Tigres n’ont pas l’habitude de perdre à la maison. Pourtant, votre objectif sera unique : gagner. Gagner, moins pour la suite de la compétition, une défaite avec un BD nous permettrait probablement de passer en ¼ si on fait un carton plein contre Viadana et l’Ulster, non s’il faut gagner c’est pour quelque chose de beaucoup plus important que la perspective d’un ¼ à la maison qui restera de toute façon illusoire. S’il faut gagner, c’est pour l’image du club, son rayonnement, le respect que l’ensemble du barnum de la HCUP doit à nos couleurs et sans lequel, nous le savons tous, nous ne pourrons arriver à soulever le trophée continental car cette compétition est ainsi. Pour quitter ce fameux chapeau 3 qui nous gratifie chaque année d’adversaires qui finissent quasiment toujours par soulever le trophée. Il est temps de passer du statut de révélateur de champion à celui de champion tout court !

Le match de demain sera un combat, beaucoup plus féroce et intense s’il était possible que celui que vous avez connu dimanche. Les Tigres sont blessés, il n’y a pas plus dangereux qu’un félin blessé. Vous irez au combat et avant de penser rugby il faudra avoir ce mot dans la tête, dans le cœur et dans les corps ! Ce combat sera un combat entre deux volontés. Il n'est plus question de qualité de jeu, collective ou individuelle, il est d’abord question de volonté, d'envie d'aller chercher enfin cette reconnaissance qui viendra un jour à l’ASM. Alors dans ce match au couteau comme face au Grand Toulouse il y a trois ans où votre volonté avait fait plier notre meilleur ennemi, comme face à la Red Army à Thomond Park quand à 14 contre 15 le grand Munster a tremblé comme rarement sur ses terres, comme en final contre l’USAP où vous avez lavé ô combien l’affront de la finale précédente, ou comme il y a deux ans face au Leinster, futur champion, vous avez puisé dans cette défaite magnifique le supplément d’âme qui vous a permis d’accrocher le Graal, comme lors de ces matchs chaque joueur de Leicester doit sentir dans les yeux de son vis à vis cette détermination froide, intense, inébranlable, cette fois dans notre équipe et dans son destin. Et lorsque l'arbitre lâchera les fauves dans l'arène, c'est dans leur corps, dans leur chair, qu'ils devront ressentir votre détermination. Sur chaque ballon, chaque placage, chaque chandelle, chaque charge et chaque entrée en mêlée, ils devront savoir que ce jour ne sera pas le leur, qu'il y aura toujours un Jaunard pour les faire plier, reculer et finalement les mettre à terre. L'opium d'une équipe de rugby est l'espoir, demain, Leicester ne doit pas recevoir une once d'opium. Ce match sera un combat, votre volonté contre la leur, votre courage contre le leur, votre amitié contre la leur, notre ferveur contre celle de leurs supporters. Même loin de vous, même orphelins de vous, vous nous sentirez à vos côtés, nous vibrerons pour vous, nous crierons pour vous, nous aurons mal pour vous et nous vous soutiendrons comme nous vous soutenons lorsque nous sommes réunis au Bibpark.

Vous pouvez gagner, nous pouvons gagner, vous le savez, ils le savent et ils le craignent. Ils ont bien vu que dominer devant n’a pas suffit dimanche dernier. Ils ont bien vu combien il était difficile de franchir, de vous bousculer, de vous renverser. Nous pouvons gagner et ils le savent. Alors il ne faut avoir qu’une seule chose en tête à l’entrée sur le pré : foin de tactique, de ruse ou de piège, ce jeu, dans ces moments là, est un jeu qui ne demande qu’une chose : la foi en soi, en ses partenaires et l’envie de faire plus mal à l’autre, accepter la souffrance qu’il inflige pour la lui rendre plus vive encore. Ils doivent voir tout de suite que ce match sera un calvaire pour eux: première mêlé, première touche, premier ruck. Tous les premiers rendez-vous seront cruciaux, il faut leur montrer que vous êtes là dès le début, quitte à franchir la ligne ! Il faut qu’ils se disent que cette victoire, c'est avec les dents qu'ils vont devoir aller la chercher et qu'ils y laisseront des plumes, beaucoup de plumes. Les jaunards doivent avoir à l'esprit que ce sera Verdun, probablement le match le plus difficile à jouer des dernières années car cette année, nous y allons pour la gagne pas pour faire joli et aguérir le groupe. Le match de l'année je vous dis, l'exploit fondateur, le début de la légende des jaunards ! Pas une seconde de répit pour eux, la foudre à chaque ballon, la crainte sous chaque réception, rendre coup pour coup, qu'ils sentent bien que ce match sera le plus difficile de leur histoire : des morts de faim, des teignes, 15 teignes sur le terrain pendant 80 minutes, la bave aux lèvres avec une seule chose en tête : on ne recule pas, on leur marche dessus, chaque impact, chaque ballon, on y va pour faire mal, les enfoncer, les faire reculer, les sortir de cette putain de HCUP !!!

publié le vendredi 16 décembre 2011 à 19h09 par NicolasTheRock

7 Commentaires

  1. Avatar

    En mettant de côté que l'arbitre sera Britannique (gallois certes et néanmoins Britannique) ce match dont on nous dit qu'il se jouera avant tout dans les têtes, si l’ASM recule sur 10 m dès les premières mêlées, ce sera difficile moralement et physiquement. Sans compter les pénalités qui peuvent en résulter. Mr Owens est plutôt du genre tatillon et ne laissera rien passer ni d’un côté ni de l’autre, mais les anglais auront sûrement mis l’accent (British, of course) sur la discipline et la défense cette semaine. Cela dit, les deux équipes se valent actuellement. Néanmoins « les rosbifs » seront revanchards et le 16° homme sera anglais, de plus Leicester a aussi des intérêts à défendre, qui ne passent pas toujours par la City. Allez l’ASM, au moins un point de bonus défensif et ensuite il faudra cartonner contre les irlandais au Michelin et contre les italiens chez eux, et ça vous en êtes capables, vous l’avez montré la semaine dernière face à un double champion d’Europe.

  2. Avatar
    jean claude epeche le 17 décembre 2011 à 09:17

    je vous trouve bien défaitistes ,même si toutes les conditions sont réunies pour les anglish on va leur montrer notre vraie valeur moi j'y crois il nous faut 4 points peu importe qu'il aient 'les anglais' un bonus défensif:aller l'ASM.

    A

Ajouter un commentaire, un avis

Abonnez-vous aux news...

65