LE SITE DES SUPPORTERS DE L'ASM CLERMONT AUVERGNE
accueil
.
logo news

Clermont 7s

Je reviens à vous pour partager un moment important de ma vie. Oui les amis, je vais le crier haut et fort ici : JE NE SUIS PLUS PUCEAUUUUI \o/. J’ai enfin passé le cap et, bien qu'on avait dit que la première fois n'était pas géniale, je dois vous avouer que personnellement j’ai pris mon pied.

Ce week-end, je me suis rendu, le samedi et le dimanche, au Clermont 7s, ville étape du HSBC Women’s Seven Series, au stade Gabriel Montpied (vous comprenez donc le jeu de mot complément moisi fait auparavant). J'avais hâte de découvrir cette discipline qui demande beaucoup de poumons et de qualités techniques.
Je vais donc m’empresser de vous exposer mon point de vue sur ce qui m’a plu mais aussi sur ce qui m’a vraiment dérangé (oui parce que même jouissif, il y a toujours des couacs).

 

Image uploaded from iOS

 

Samedi, place en attente au guichet invitation (melon), j’attends donc le moment où je vais prendre la direction du Gabriel Montpied pour assister pour la première fois à un tournoi de rugby à 7. Je n’ai malheureusement pas pu y être dès le début, mes enfants de 2 et 4 ans étant incapables de savoir se gérer seuls. Bref. J’assiste, impatient d’y être, aux premières joutes devant France 4 qui diffusait l'événement. Globalement, je vois du beau jeu et des intentions. Niveau ambiance, j’ai pas l’impression que le public soit au rendez vous mais j'entends tout de même des « HÉÉÉÉ HO » ou des instants courts de clapping. Mon impatience grandit à l'idée de poser mon beau cul sur un siège et participer à cette fête bonne enfant. (Retenez bien ce que je viens d'écrire, car la suite va vous faire rire).

 

Image uploaded from iOS-3

 

C'est l’heure, enfiiiiiin, du départ. Seul, je me rends donc pédale au planché vers ma destinée, celle qui me fera passer de jeune puceau à celle d'homme virile. J'arrive pile poil pour le deuxième match des françaises face à l’Espagne. Les drapeaux au vent frais soufflant et rafraîchissant une semaine de canicule intensif et suante, la Roja (Las Leonas) tient les cornes des Bleues. Bien loin de la corrida attendue. Première rencontre en directe de la journée et première bonne impression tant au niveau du jeu que de l’ambiance.

Ce qu'il y a de bien avec le 7, c’est que les matchs s'enchaînent et qu'il n’y a pas vraiment de temps de repos, pour nous supporters, pour aller acheter une bière ou aller pisser. Il est bien évident qui faut savoir choisir son programme, foncer lors d’une rencontre que l’on qualifiera de -moins intéressante-, quoi que, pour aller s’hydrater ou vidanger.

Je regarde le 2e match. Le 3e match. Quelque chose me frappe par rapport à la diffusion télévisuelle. Et là je me rends compte que l’ambiance est taiseuse, que les « HÉÉÉ HO » ou les clapping proviennent de la sono du stade. Bienvenu au Racing92.

Des « Swing low sweet charriot », instants de gloire d’un seul supporter anglais bourré dans le stade, retentissent lors des apparitions de l'équipe de la rose. Nous sommes au rugby et les initiatives de cet uluberlu imbibé ont été applaudis. Ça c'est valeurs. Vous pouviez entendre également de « OUUUHHH » lors des multiples tampons (c’est pas une vanne sexiste vis à vis des femmes) distribués durant ce week-end, des « OOOHHH » quand une action géniale était conclue ou lorsqu’une passe improbable était réussite. Et oui parce qu'il faut bien le dire, les femmes, elles s'envoient. Elles enfilent les boites comme un gamin enfile les pâtes pour t'offrir un collier pour la fête des pères. Sur ce tournoi, les féminines ont vraiment tout donné. Tout.

 

IMG_2611

Crédit photo Ovalie du Rhône

 

Techniquement, c’est très fort aussi. Crochets. Skills. Les féminines te sortent un panoplie de gestes rugbystiques qui t’auraient fait pâlir les joueurs du XV de France en brasse coulée, au même moment, en Afrique du Sud. 

Il n’y a rien à dire. Le 7s c’est du beau spectacle. Du jeu physique à l'américaine, avec une joueuse comme Kelter, qui nous a gratifié de bouchons monumentales. Du jeu à la fidjienne, très peu de finesse, beaucoup de puissance. Du jeu à All Blacks, complet, technique, fait de vitesse. Ce jour là, il était finalement préférable d'être au Gabriel Montpied que devant Canal pour voir Afrique du Sud - France à XV. D’ailleurs, tous ceux qui sont partis pour le voir avant 17h, vous avez fait une belle connerie.

 

Image uploaded from iOS-2

 

Ce fut un week-end formidable pour moi. Je découvrais cette discipline dans un stade. En vrai. J’ai assisté à de belles rencontres. Vu d’extraordinaires actions. Dans cette ambiance morose, il était encore plus impressionnant d’entendre les impacts. Je peux vous le dire, ça claquait fort. Aucune joueuse n'était présente pour trier les lentilles mais pour en mettre plein la gueule à l’adversaire.

Malgré tout, je vais émettre quelques notes négatives à ce Clermont 7s. Outre la 4e place un peu décevante des françaises sur cette étape, quelques points d’organisation laissaient à désirer. Tout d’abord, l’affluence. Pour un tel événement, j’ai été quelque peu déçu de ne pas avoir vu plus de spectateurs. Même si le dimanche, journée des phases finales, s'est avérée plus attractif, celle du samedi resta décevante. Un élan de communication et d’informations auraient peut être pu générer plus d’enthousiasme pour ce tournoi.

Ensuite, il fait en parler parce que, pour un tournoi international, c’est stupéfiant de constater autant de nullité dans l’animation. Dans un premier temps, je dois vous donner ce détail important: un des speakers était celui du club francilien aux bandes bleues et blanches et l’autre du club champion de France en titre. Le premier baragouinait des phrases en anglais incompréhensibles. Je suppute une tentative infructueuse de vouloir détrôner Eminem sur un flow de rap. J’ai cru, comme le lait, que le gars vomissait du yaourt à chacune de ses interventions, parfois à la limite du « j’en ai rien à foutre c'est pas l'équipe de France ».

Quant à l’autre, que nous connaissons bien, a fait ce qu'il sait faire le mieux, c’est à dire RIEN. Tellement enfantin et sans imagination, chauffeur d’ambiance de l’extrême pauvreté, il a quand même lancé un « ici, ici, c’est la France ». Remarquez, j’ai bien rigolé. Bozo le clown a frémi de cette concurrence inattendue. Pire que tout, dans une nonchalance consternante, il a même annoncé: (en faisant une compilation de ses bourdes) « Japan mène 12 à 5. (Traduit en anglais). Japan leads twelve to four ». Tu sens que le niveau CM2 n’est toujours pas acquis. Gallo, l’homme au profil abdominal qui fait ressortir l’expression -la soupe est bonne-, le speaker du Racing 92, l’homme qui se permet d’enfiler sans honte un couvre chef en forme de coq, l’ambiance qui provient des sonos ... en gros, <<< coucou à Jérôme, bienvenus au Stade Gabriel Colombes. Ce fut un gros point noir dans l’organisation. Il serait bon d’en tirer des conclusions et de ne pas reproduire les mêmes erreurs.

Sans prendre en compte ce détail d'importance néanmoins, j’ai vraiment adoré être présent lors de ce rendez vous. La fête était aussi belle que les championnes All blacks de cette étape et du Women’s Seven Series dans son ensemble, qui nous ont gratifié d’un Haka féminin « qui fout les poils ».

 

 

publié le mercredi 28 juin 2017 à 07h00 par La Rédac

14 Commentaires

  1. Avatar

    bonjour,
    j'ai regardé la plupart des matchs féminins sur mon écran lot et garonnais,tout en me posant la question sur la situation et le nom du stade ou se déroulaient ces rencontres,,,maintenant je sais "stade GABRIEL MONTPIED".
    s'agit t'il du lieu d'entrainement des joueurs de l'ASM?

    • Avatar

      Sacrilège ! Le Michelin est le Stade de Montferrand (et accessoirement de Michelin), le Montpied celui de Clermont. Dans le premier on joue au rugby, dans l'autre, au foot. Le premier est privé, le second appartient aux contribuables Clermontois. Ce qui n'empêche pas la ville d'arroser financièrement l'ASM et d'oublier de terminer le stade Montpied !

      • Avatar

        Pour suivre ça de loin, je note que de temps à autre, le serpent de mer du "grand stade" ressort des cartons mais avec un Clermont-foot qui végète en ligue 2 et qui n'arrive pas à remplir l'existant et une A.S.M. qui n'y jouerait au mieux que 3 ou 4 fois par an difficile de se projeter. Reste le mode concert avec Johnny ou Bigard, par exemple, même si parmi les deux le steak haché n'est pas forcement celui auquel on pense !

  2. Avatar

    j'ai moi-même passé une partie du dimanche après midi dans ce stade Montpied, comme l'an dernier d'ailleurs.
    je partage les critiques ( constructives) sur les speakers.
    je pense _ pour l'avoir vu à l'oeuvre pendant 1 mois à Auckland en 2011 - que le speaker du Racing92 ne vient pas bénévolement sur ce genre de week-end !!! mais enfin la marge de progression est immense.

    j'ai bien aimé :
    idem La Rédac
    + la présence de M. Elvis Vermeulen
    + la présence d'autres filles du XV de France en conversation avec Annick Ayrault pendant la pause.

    j'ai déploré : le peu de public, tout en disant BRAVO aux supporters portant les couleurs Jaune et Bleu.

  3. Avatar

    Pour le public j'ai le entiment que cette année aucun effort de com n'a été fait, contrairement à l'an passé ou il y'avait eut pas mal d'affiches en ville.
    A noté que ce WE il y'a un tournoi européen homme, j'ai découvert ca complètement par hasard, aucune com pour attirer le chaland.

      • Avatar

        Non c'est clair nous allons enchaînés les matchs rapidement car c'est la LNR qui a voulu débuter le championnat plus tard. (Allez savoir pourquoi ) .

        Moi surtout ce que je n'aime pas c'est qu'il y aura 4-5 matchs le dimanche soir à 21h et tjrs les matchs le dimanche midi...
        Ils le font exprès de prendre les pires horaires ou quoi?

Ajouter un commentaire, un avis

Abonnez-vous aux news...

74