LE SITE DES SUPPORTERS DE L'ASM CLERMONT AUVERGNE
accueil
.
logo

L’ASM vu par Xavier verdy

C'est au tour de Xavier Verdy, 3éme ligne des années 80 de participer au centenaire de l'ASM.

-> Que symbolise pour vous le centenaire de l'ASM ? - Que vous inspire le centenaire de l'ASM ?

Du respect. Un centenaire prouve que ce club a de grandes et de profondes racines à la fois lointaines et riches, avec le rugby et les nombreuses sections du club.

-> Comment avez-vous vécu la victoire du bouclier de Brennus ?

J’allais dire comme une libération, mais pas qu’une libération. Avant tout un moment extraordinaire.

Depuis le temps que les joueurs des différentes équipes au fil des années ont essayé de le remporter ! Ces dernières années le suspense a été très particulier puisque le groupe n’a quasiment pas changé. Par contre là on a vu dès l’entame du match que c’était la bonne année.

-> Quels souvenirs gardez-vous de votre passage à l'ASM ?

Ça correspond à de belles années, celles de la jeunesse. De très belles années aussi par l’ambiance et toutes les rencontres réalisées. Même si on n’a pas gagné le championnat, on a vécu des moments très forts,  on a dû faire trois demi-finales. Et puis quand même, il y a eu un titre au milieu, en 1986. C’était le Du-Manoir qui correspondrait à la Coupe de France de football maintenant. Le fait de gagner reste un très bon moment.

-> Vos meilleurs souvenirs ?

Je n’ai pas de meilleurs souvenirs. Mais les victoires à l’extérieur étaient de vrais moments de joie. Lorsqu’on revenait et qu’on avait fait un résultat après un combat difficile en déplacement, que ce soit à Perpignan ou la victoire à Toulon en début de saison en Du-Manoir, c’était de belles aventures.

La notion de partage, de don de soi , de sacrifice entre les joueurs , c’est ce qui fait qu’aujourd’hui, même on ne se voit pas souvent, on a du plaisir a se retrouver entre anciens joueurs, au sein de l’amicale, dans Clermont ou ailleurs, au hasard des rencontres, ce sont  toujours des grands moments.

-> Les moins bons ?

Les blessures pendant les phases finales. Une fois, en quart de finale, j’ai été blessé au dos (trois apophyses transverses). Ce sont des souvenirs pénibles à cause de la douleur et aussi parce qu’on doit arrêter l’aventure avec les collègues. Il m’est arrivé deux ou trois fois d’avoir des blessures sérieuses, notamment en phase finale.

-> Quel est le plus gros changement à l'ASM par rapport à votre période ?

Le plus gros changement, c’est le stade. Aujourd’hui c’est un outil extraordinaire en termes de spectacle, d’organisation de manifestations. En plus il est beau, le changement est spectaculaire par rapport à ce qu’il était.

Le deuxième axe c’est l’exposition médiatique du rugby qui est devenu un sport spectacle grâce à la télévision, derrière le football. Je pense que la reconnaissance est tout autre que celle qu’on pouvait connaitre.

Le troisième point, c’est la préparation physique. Elle n’a rien plus  à voir. On a rattrapé les autres sports avec le professionnalisme, aujourd’hui ce sont de véritables athlètes qui sont sur le terrain. Cela amène un jeu différent avec quinze joueurs qui ont un rayon d’action extrêmement large. Du coup les défenses sont beaucoup plus élaborées. Le jeu est un peu plus statique, plus rentre-dedans, les solutions sont donc plus compliquées.

-> Quelles sont vos activités depuis la fin de votre carrière de joueur ?

Je suis resté dans le monde du rugby. Pendant quelques années j’ai entrainé le CUC Aubière, puis je suis revenu a l’ASM en tant qu’entraineur, manager d’équipe et directeur sportif de l’association. Cela m’a permis de travailler avec  Jean-Marc Lhermet qui avait le centre de formation et de faire jaillir toute une génération : Floch, Malzieu , Domingo , Jacquet. Il  y avait un travail intéressant avec tous ces jeunes et ça continue aujourd’hui. Ça c’était très sympa.

Sur l’aspect professionnel, après un parcours d’une vingtaine d’année dans le groupe Michelin , je me suis mis à mon compte, j’ai créé XV Management  où je m’occupe de conseil et de formation sur le management. J’ai gardé mon fil rouge, à savoir fédérer des gens ensemble.

-> Un pronostic avec la Coupe du Monde ?

Je verrais bien l’Australie.

Pour la France le dernier étage sera difficile. Je vois bien la France jusqu’en demie après ça semble un peu compliqué, mais pourquoi pas. La préparation de ce groupe a été originale en tout cas, dans la douleur mais j’ai l’impression que depuis maintenant 2 mois il se construit des choses, donc il faut voir, mais il nous reste encore du chemin.

Le site de Xavier Verdy : http://www.xvmanagement.fr/

Merci Xavier

Les autres interviews.

publié le mardi 20 septembre 2011 à 10h06 par vulcain

3 Commentaires

  1. Avatar

    Pour les supporters "jeunots" qui ne connaissent pas Xavier Verdy, il était à son époque un courreur plaqueur façon Lapandry et un perforateur façon Vosloo, vous imaginez la personnalité du bonhomme!!!
    Un des meilleurs joueurs de l'ASM que j'ai eu la chance de voir jouer!

Ajouter un commentaire, un avis

Abonnez-vous aux news...

58