LE SITE DES SUPPORTERS DE L'ASM CLERMONT AUVERGNE
accueil
.
logo news

La fin de saison des supporters

Depuis la défaite en finale de H-cup et l'élimination en demi finale du championnat de France, les supporters de l'ASM ont mal a la tête, voici un tour d'horizon des réactions lues sur la toile.

Réaction de L'Interclubs sur Facebook, la page ICI :

Et voilà, cette saison vient de se terminée, un peu plus vite que nous le souhaitions tous, mais c'est la loi du sport, à la fin, il n'en reste qu'un, et cette année, ce ne sera pas nous.
Mais il ne faut pas que cette défaite nous fasse oublier les bons moments passés durant toute la saison, et même si elle sera dur à oublier autant pour nous que pour les joueurs, l'INTERCLUBS des Supporters restera toujours derriére son équipe.
Allez les Jaunes et que la saison prochaine soit encore plus belle...

Certains supporters retracent leur parcours, un exemple avec ce magnifique témoignage de Morphée aux enfers.

Le lien du sujet complet sur le forum.

Voilà, c’est un peu long, mais un petit rappel des 35 dernières années des exploits de notre club favori. Pour essayer de faire comprendre qu’aimer un tel club tient du sacerdoce.

1978: belle saison, belle équipe qui parvient en finale face au grand Béziers.

L’ASM tient la tête hors de l’eau jusqu’à la 71ième minute et après, ô surprise, tenez vous bien, une avalanche d’essai (31-9). Béziers formidable, Montferrand admirable titrera  Stade 2 le dimanche soir.

1979 : Là encore, l’ASM est une des belles équipes du championnat. Elle passe difficilement les seizièmes face à Bourg en Bresse, écarte Toulon en huitième à Valence au cours d’un match « chaud », Toulouse en quart et tombe en demie contre une magnifique équipe de Narbonne qui sera sacrée cette saison. Gamin, en sortant de Gerland où avait lieu le match, je vois des gens en pleurs et d’autres qui déchirent leur carte.

1980 : Après avoir écarté Grenoble sous un froid glacial à Gerland en seizième, l’ASM se retrouve archi favorite face à Bagnères (si, si pour les plus jeunes, ça existe, ça s’appelle même Bagnères de Bigorre) en huitième à Périgeux.

Dominant outrageusement la rencontre, l’ASM se fait surprendre à la dernière seconde. A l’époque j’écoutais le multiplex sur France Inter et d’un coup on entend Yves Meunier qui prend l’antenne pour hurler « Coup de théatre à Périgueux !» L’ASM se fait sortir sur un essai (avec un pied en touche) à la 80ième. Mon esprit de jeune supporter commence à être mal mais ce dit qu’un jour, ça finira bien par passer….p’tit con va !

1981 : Wow je suis en feu, je vais voir les huitièmes et les quarts à Gerland où l’ASM s’impose à chaque fois face à Nice et Brive. La demi-finale à Bordeaux sera télévisée. J’y crois plus que jamais et en plus c’est la dernière saison de Romeu. Boum, Bagnères (encore eux, pour ceux qui ont enfin trouvé sur la carte) passe en finale.

1982 : Bon là, pas trop fort mais l’ASM doit jouer un match de barrage face à Pau, à Carmaux pour continuer. Le match va en prolongation et l’ASM mène 16-15 (non, rien). Jusqu’à la dernière seconde et une pénalité improbable pour les palois, complètement en coin.

16-18, l’ASM en vacances. Le Midol titrera pour l’article du match, «Les Dieux d’ovalie étaient à la section.»

1983 : Jusqu’à Dublin récemment, une des plus grosses désillusions vécu en tant que supporter.

A l’époque on joue des huitièmes aller-retour sur des terrains proches de chaque équipe. Cette année donc, l’ASM ira défier Narbonne à Nimes avant de «recevoir» les septimaniens à Aurillac pour le match retour. Narbonne, c’est Narbonne et l’ASM cause la surprise au match aller en s’imposant à Nimes 21-12 avec une combinaison la «Moïse» qui surprendra et fera école. Bien sur l’ASM est favorite pour le match retour et c’est une déferlante jaune et bleue qui s’abat sur Aurillac pour voir l’ASM terrasser Narbonne. Cette année, c’est la bonne. Une ASM tétanisée se fait bousculer par Narbonne qui gagne 21-9. Montferrand éliminée. J’en pleurais. «Plus dure sera la chute» écrira l’Équipe.

1984 : Une bonne saison, L’ASM fait forte impression en phase finale mais tombe à Toulouse face aux derniers coups d’éclats du grand Béziers. Rien à dire.

1985 : L’ASM retourne pour une seconde fois d’affilée en demi-finale ce qui n’est pas un mince exploit. A noter l’élimination d’Agen par l’ASM en quart de finale à Brive après un match d’anthologie (13-12).

Après être tomber la saison précédente face aux derniers soubresauts du grand Béziers, l’ASM tombera  cette fois face à un autre club qui dominera pour plusieurs décennies le rugby français : le Stade Toulousain.

1986 : Que dire de plus quand on se fait sortir en quart de finale par Graulhet ? Si  vous ne savez pas où se trouve Castres, laissez faire pour Graulhet.

1987 : Là encore, défaite en quart de finale, face à Agen même score qu’en 85 mais pour les agenais cette fois. Je m’en fous, je suis jeune, les filles sont belles et je fais la fête au Printemps de Bourges. Je délaisse un peu l’ASM.

1988 : Je fais bien de me détacher un peu car l’ASM se fait éliminer par Brive dès les huitièmes en match aller retour. Retour au Michelin où Brive vient nous battre et leurs supporters nous faire des bras d’honneur. Seul dans la grande tribune, je reste sagement assis.

1989 : L’ASM tombe encore dès les huitièmes, face à une énorme équipe de Toulon.

1990 : Une des années où l’ASM a été le plus proche du titre selon moi. Elle pratique un jeu flamboyant emmenée par un ¾ prometteur : Philippe Saint-André.

Dès les huitièmes, l’ASM affronte les terribles Béglais (Moscato, Simon, Gimbert, Laporte et consorts) au cours d’un match aller remporté per les jaunes et bleus qui restera dans les annales pour sa violence. Le monde du rugby découvre un certain Vincent Moscato, alors chevelu. Le match retour voit la défaite de l’ASM mais cette dernière est cependant qualifiée grâce notamment à un exploit de PSA.

En quart l’ASM explose Dax 34-12, ce qui est énorme pour l’époque. En demie elle affronte Agen au stadium de Toulouse où le match démarre sous les meilleurs auspices pour une ASM très joueuse. Malheureusement, de fortes pluies viennent gâcher la fête et Agen en profite pour passer en finale.

1991 : Encore un revirement dont l’ASM à le secret. Huitième de finale face à Dax. Match aller à Dax où l’ASM s’impose 15-9. Seule victoire à l’extérieur de ces huitièmes. Le Michelin fait le plein pour le match retour pour voir l’ASM passer normalement en quart. S’en suit la plus grosse désillusion dans ce stade où une ASM une nouvelle fois aux abonnés absents se fait massacrer 38-22 par l’US Dax.

1992 : Un petit tour en seizième et puis s’en va. L’occasion de visiter Saint-Claude et le jura où avait lieu le match.

1993 : Apparition des poules de qualifications de deuxième phase du championnat appelées Top 16.

L’ASM s’y qualifie mais ne parvient pas à le faire pour les quarts. A noter la plus grosse branlée de l’ASM avec un 58-3 encaissé à Mayol, j’y étais et j’ai eu mal.

1994 : Une des plus belles années dans l’histoire du club où l’ASM, pas forcément la meilleure équipe du championnat arrive, avec un formidable courage à se qualifier pour la finale du championnat et du Du Manoir. Pour deux défaites.

1995 : Annus Horribilis. Non seulement l’ASM ne se qualifie pas pour la deuxième partie qualificative du championnat mais doit lutter pour ne pas descendre.

L’ASM se sauve à la 86ième minute d’un match qu’elle doit absolument gagner face au SBUC sur le terrain de ce dernier. Gaëtan Héry sauve le club et entre directement dans la légende en passant sans trembler une pénalité de près de 60m. La joie à la suite de ce dénouement stressant vaut quasiment celle d’un titre.

1996 : L’arrivée d’Alain Gaillard donne un peu d’espoir aux supporters. Néanmoins le club chute une nouvelle fois en huitième face à Narbonne à Valence après prolongations.

1997 : Une ASM en fin de cycle et rongée par des conflits se hisse jusqu’en demi finale pour échouer face à Bourgoin. Une ASM qui était pourtant armée pour remporter le titre.

1998 : Le rugby est passé professionnel désormais en France. L’ASM elle ne change pas et se fait sortir dès les huitièmes (aller-retour) face au Stade Toulousain. A noter un essai avec un en avant d’anthologie (au moins 5 mètres) pour ces derniers au match aller, qui pèsera lourd dans la balance.

1999 : Le renouveau. L’ASM se hisse une nouvelle fois en finale après avoir écarté Castres en quart au cours d’un match héroïque pour ensuite battre difficilement Grenoble à Gerland. La finale face au Stade Toulousain tourne à la punition habituelle, suite à un contre terrible de Lee Stensness.

2000 : Petite année de transition qui voit l’ASM disparaitre dès les quarts face à la Section Paloise (28-27).

2001 : Une année magique. Après une entame de saison catastrophique, l’ASM emmené par Tim Lane pulvérise ses records de victoires à l’extérieur et se place en favori pour le titre. Tout un peuple y croit. Je me paye un aller retour express depuis Montréal…pour voir l’ASM s’effondrer une nouvelle fois face à Toulouse et un gamin nommé Michalak.

2002 : Tim Lane s’étant enfui, une ASM orpheline se hisse tant bien que mal en demie pour se faire étriller par un Biarritz taille champion.

2003 : Les années noires s’en viennnent. L’ASM ne se qualifie pas pour les phases finales.

2004 : Bis repetita. L’ASM ne peut jouer dans la cour des grands.

2005 : Une des plus belles saisons selon moi. Pour ceux qui croient que l’on veut que des titres, on peut savourer cette saison.

Une saison mal partie qui avait vu le limogeage du coach Alain Hyardet. S’en vient un homme qui aller remettre l’ASM dans le sens de la marche. De position de relégable, Olivier Saïsset va qualifier l’ASM pour la H Cup avec un match de folie face à Agen lors de la dernière journée. Pas de phases finales mais l’Avi à redonné un sourire aux supporters.

2006 : Un sourire qu’effacera bien malgré lui un certain Agostini, coach bien vite dépassé par les évènements. Encore une fois l’ASM regardera les phases finales à la télévision.

Puis s’en est arrivé Vern Cotter, mais ça, vous connaissez tous la suite.

D'autres ont fait une lettre ouverte sous forme de pétition: lien pour signer la pétition

Lettre ouverte des supporters aux joueurs et dirigeants de l'ASM Clermont Auvergne

Profondément marqués par ce triste dénouement, nous, supporters et amoureux de notre club, voulons attirer votre attention sur la situation et l'image de l'ASM en cette fin de saison.

Nous sommes bien sûr extrêmement déçus comme vous de ce qui arrive, nous sommes tristes et abattus, mais un sentiment encore plus fort nous anime.

La peur. Oui, la peur que l'ASM gâche ses plus belles années et domine le rugby Français pendant 10 ans pour au final un seul titre majeur au bilan comptable. Être fiers de notre club c'est tout à fait normal, mais avoir honte de la prestation de notre équipe comme ce fut le cas à Nantes, c'est quelque chose que nous ne voulons plus vivre. Une prestation indigne du standing d'un club comme le notre.

Nous sommes bien conscients de la chance que nous avons de pouvoir assister à du beau jeu, à des victoires tout au long de la saison. Nous avons beaucoup de chance de pouvoir partager entre amis et en famille de superbes moments de rugby un peu partout en France et en Europe. Et pour tout ça on ne vous dira jamais assez merci. Sauf que ça ne suffit pas.

L'ASM possède les meilleurs joueurs d'Europe, des structures uniques, un centre de formation de très haut niveau, des finances saines, des partenaires nombreux et bien sur ses formidables supporters, mais pas de palmarès en adéquation avec ces acquis.

Nous voulons des titres, nous voulons des vainqueurs, des joueurs morts de faim et surtout un club qui change son image de "gentil perdant".

Nous voulons des dirigeants capables de réagir lorsque l'on nous attaque, capable de remettre à sa place un dirigeant qui nous insulte (Paul Goze en 2011, Mourad Boudjellal cette année), des dirigeants capables de taper du poing sur la table en public lorsque l'ASM se fait voler par l'arbitrage.

Nous ne voulons pas être un club tout lisse, un loser en puissance, un club que tout le monde aime car on ne gagne rien et qu'on ne dit jamais rien. Nous ne voulons plus "grandir", nous voulons "gagner" ; l'ASM doit changer son discours, devenir une vrai machine à trophées et cesser de tout gâcher...

Notre passion et notre amour pour ce club sont sans limites, sauf que nous ne pouvons pas tout accepter. Nous ne voulons plus d'un gentil club, nous voulons des titres !

L'équipe gérant le site des Cybervulcans tient à préciser certains points :
- ce site et particulièrement le forum est un lieu d'échange mis à disposition des supporters
- à ce titre, toutes les opinions sont dignes d'intérêt et ont droit de présence sur le forum
- MAIS l'équipe gérant les CYBERVULCANS n'étant PAS à l'origine de cette pétition tient à ce que son nom ne soit NI mentionné NI utilisé.

 

Tous les supporters sont extrêmement déçu de cette fin de saison et chacun le vie a sa façon, la plupart seront quand même de retour pour supporter leur équipe favorite au mois d'août prochain.

publié le jeudi 30 mai 2013 à 20h52 par vulcain

22 Commentaires

  1. Avatar

    Puisque l'heure est a l'expression,petite mise au point personnelle ...
    Je m'interroge ,dans ce pays qui en crise ,ou les politiques nous "la mette " bien profond,la seule hargne du peuple auvergnat s'est de s'acharner sur notre belle équipe de rugby...allez hurler votre haine dans la rue et ne vous trompez pas de lutte...Il est vrai qu'envoyer des messages sur la toile est plus facile ..Cherchez l'erreur
    Pour ma part mon coeur est pres de mon équipe et plutot qu'envoyer une petition pour mettre tous le monde dehors faites donc une petition pour que Mr Cotter reste avec nous encore un an..

  2. Avatar

    Tout à fait d'accord avec lydie place. Souvenons-nous des superbes matches que nous avons vus cette année. Ceux qui hurlent aujourd'hui sont les mêmes qui vendaient la peau de l'ours tout au long de la saison et qui encensaient jouers et entraîneurs. Je croyais qu'un vrai supporter était quelqu'un qui soutenait son équipe aussi et surtout lors des défaites car il est évident que les joueurs entrent sur le terrain pour gagner et qu'ils sont malheureux quand ils perdent. ALLEZ L'ASM tes vrais supporters seront prêts dès le 8 juillet

  3. Avatar
    combrailles 03 le 31 mai 2013 à 08:36

    VOS REACTIONS VOUS HONNORENT, MAIS MALHEUREUSEMENT SI VERN COTTER, LA SITUATION VA ETRE INGERABLE! QU'ON LE VEUILLE OU NON CETTE MALHEUREUSE AFFAIRE VA LAISSER DES TRACES AU SEIN DU CLUB.

  4. Avatar

    comme entendu ce matin sur la radio FranceBleue Pays Auvergne,je me demnde qi ce n’est pas le poste de MANAGEUR ? qui pose problème ?
    voir exemples de ceux qui réussissent : Toulouse, Toulon, Grenoble, Castres (jusqu’a ce jour),… il n’y a pas de manageur; donc efficacité direct entre entraineur en chef et président.
    là où ça a posé pb :Racing et cas Berbizier, PSG et Leonardo-Ancelotti,…
    voulons-nous faire pareil ?
    la solution = un président présent 7jours sur 7 + Vern Cotter seul aux commandes du sportif.

  5. Avatar

    Bonjour à tous,
    pour mon compte je me pose la question de savoir à quoi sert Mr Lhermet certe un grand joueur, mais aprés.............
    pour une bonne gestion il faut 1 entraineur des avants 1 des arrières et un manageur...
    Allez l'ASM

  6. Avatar

    Le contrat de F.Galtier se termine à Montpellier ,étant proche d'un dirigeant de l'ASM on ne va pas le laisser aller ailleurs si on peut le prendre:c'est mon avis perso.

  7. Avatar

    Tout à fait d'accord avec Lydie Place et Jaco63.
    C'est maintenant qu'ils ont besoin de nous,c'est tout de suite qu'il faut les soutenir et pas seulement quand ils gagnent.
    Et puis trop de monde dans l'état-major = dilution des responsabilités et manque de réactivité.
    Solution = un Pdt sur place et l'entraineur seul maitre à bord, en tout cas sur le plan sportif.

  8. Avatar

    moi je crois que le divorce est prononcé ! tout est bouclé : les joueurs ne doivent pas s'exprimer, rencontre aujourd'hui du Président et V.COTTER à Paris (pourquoi Paris?) , la fissure est trop grande maintenant pour la colmater ... démission ... licenciement ... ces deux mots peuvent peser lourd dans les débats finaux (et financiers) ... gardons un léger espoir jusqu'à lundi ; quoi qu'il en soit : MERCI M. COTTER pour avoir pendant 7 ans (même si vous avez fait des erreurs comme vous le dites vs même) fait grandir le club ! Une dernière chose : lorsque l'équipe d'Ecosse rencontrera l'équipe de France dans le Tournoi ... faites en sorte de ne pas nous battre (humour)!

  9. Avatar

    Quel gachis

    Ce GRAND MONSIEUR qu'est Vern a droit a une autre sortie que par la petite porte
    Il ne doit pas partir comme ca,mais devant un BIBpark debout pour une standing ovation

  10. Avatar

    Après le départ plus que probable de Vern, je ne suis pas certaine de soutenir l'A.S.M. l'année prochaine, et pourtant je suis derrière eux depuis plus de 37 ans ! Je suis dégoutée de voir ce qui attend Vern, on n'a pas le droit de le "jeter" comme ça ! Il nous a tellement apporté !

  11. Avatar

    de nos jours, les grandes entreprises (qu'elles quelles soient) ne font plus de sentiment ; il a dérangé avec ses propos l'ordre moral du club ; top secret , je l'ai dit et je le répète : pourquoi avoir demandé aux joueurs de ne rien dire ... aucun d'eux n'a de regret de voir partir leur patron? aucun d'eux va s'élever contre cette injustice? et pourtant sur le terrain, ils étaient tous contents d'avoir un patron comme lui (mais peut être se sentent ils responsables de cet état de fait par leurs mauvaises performances !! car ils sont fautifs eux aussi) ... ou sont ils déjà partis en vacances .... mystère, bizarre .....V. Cotter a fait venir des joueurs sur qui il pouvait et pensait pouvoir compter, il a redonné la chance à certains .... où sont ils aujourd'hui?

  12. Avatar

    C'est bien un duo Azema - Goutta qui nous attend.
    J'ai honte de la sortie réservée par les dirigeants à Vern.
    N'ayez pas la mémoire courte, Auvergnats, car si l'équipe est aujourd'hui enviée par beaucoup, c'est grâce à Vern Cotter.
    On l'a démissionné suite à cette saison blanche (c'est ça le grand ménage qu'on nous avait promis ??) mais surtout pour avoir contrarié celui qui se rêve calife à la place du calife.Réveillons-nous avant qu'il ne soit trop tard !

  13. Avatar

    Supporters ne laissons pas partir Vern.
    Souvenez vous ou nous étions en 2006.C'est peut-être le momment de rompre enfin avec les vieux démons pour être un grand club avec une gouvernance de notre époque et non des années 80.

  14. Avatar

    Et si tout le monde était victime d'un enfumage monumental? Sur la valeur de cette équipe d'abord: La seule équipe du top 6 qui n'a aucune victoire cette saison chez les premiers du classement. Puis reregardons certains matchs avec un autre oeil:le dernier quart d'heure à Grenoble, à Biarritz, à Montpellier (Munster), les vingt minutes autour de la mi-temps au Michelin contre Toulouse, les vingt dernières contre Castres toujours au Michelin, et bien d'autres encore... Certes, il y a du talent, du jeu, mais aussi et sûrement des circonstances favorables voir de la chance. Certains résultats n'étaient pas parlants et ont masqué d'autres réalité. Alors, euphorisés par un record de victoires(mal venu à mon avis), des commentaires élogieux, la garde s'est baissée, la défaite dure à avaler et on s'est mis à pleurer à la mi-temps comme dans une équipe de majorettes au lieu de réagir en guerrier pour inverser le cours des choses.
    Sur la valeur du coach ensuite. Y a t-il des coachs dans le top 14 qui auraient fait moins bien avec autant de matériel?
    On a oublié un peu vite qu'il a fallu recadrer Vern à une époque pour éviter l'explosion du groupe...
    Une époque se termine, remerciements à ceux qui nous l'ont rendue si belle. Mais le traumatisme de la défaite est si gigantesque qu'il est impossible de recommencer comme si de rien n'était. Vern doit partir. Sûrement pas de cette façon, plutôt en héros, mais il doit partir.
    PS: Un petit coup de sifflet, une balle qui plane au-dessus de la transversale, 18-16, Vern héros, et je ne me fais pas ch.. à écrire cette bafouille...

Ajouter un commentaire, un avis

Abonnez-vous aux news...

55